background image

 

 

http://portaildoc.univ-lyon1.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Creative commons : Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - 

Pas de Modification 2.0 France (CC BY-NC-ND 2.0) 

 

 

 

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

Université CLAUDE BERNARD LYON1  
INSTITUT DES SCIENCES et TECHNIQUES DE READAPTATION 

N° 1719 

 

MEMOIRE présenté pour l’obtention du 

CERTIFICAT DE CAPACI

TE D’ORTHOPHONISTE 

EVALUATION DE L’INSUFFISANCE VELAIRE CHEZ 

DES ENFANTS OPERES DE FENTE PALATINE : 

Etat des lieux et réflexion sur l’élaboration d’une synthèse 

d’outils d’évaluation interdisciplinaire 

 

Par 

JARRY Elisabeth 

LARRIBAU Julie-Claire 

Directeur de Mémoire 

SARRODET Bruno 

Membres du Jury  

CANAULT Mélanie 

GOYET Anne-Sophie 

POZARD Prescillia 

Date de Soutenance 

26 juin 2014 

© Université Claude Bernard Lyon1 - ISTR - Orthophonie. 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

ORGANIGRAMMES

 

 

1.  Université Claude Bernard Lyon1 

Président 

Pr. GILLY François-Noël 

Vice-président CA 

M. BEN HADID Hamda 

Vice-président CEVU 

M. LALLE Philippe 

Vice-président CS 

M. GILLET Germain 

Directeur Général des Services 

M. HELLEU Alain 

1.1  Secteur Santé : 

U.F.R. de Médecine Lyon Est 

Directeur Pr. ETIENNE Jérôme 
 

U.F.R de Médecine et de 

maïeutique - Lyon-Sud Charles 

Mérieux 

Directeur Pr. BURILLON Carole 
 

Comité de Coordination des 

Etudes Médicales (C.C.E.M.) 
Pr. GILLY François Noël 

U.F.R d’Odontologie 

Directeur Pr. BOURGEOIS Denis 

 

Institut des Sciences Pharmaceutiques 

et Biologiques 

Directeur Pr. VINCIGUERRA Christine 

 

Institut des Sciences et Techniques de 

la Réadaptation 

Directeur Pr. MATILLON Yves 

 

Département de Formation et Centre 

de Recherche en Biologie Humaine 

Directeur Pr. SCHOTT Anne-Marie

1.2  Secteur Sciences et Technologies : 

U.F.R. de Sciences et Technologies 

Directeur M. DE MARCHI Fabien 
 

U.F.R. de Sciences et Techniques 

des Activités Physiques et 

Sportives (S.T.A.P.S.) 

Directeur M. COLLIGNON Claude 

 

 

Institut des Sciences Financières et 

d’Assurance (I.S.F.A.)  

Directeur M. LEBOISNE Nicolas 

 

Observatoire Astronomique de 

Lyon 

Directeur M. GUIDERDONI Bruno

Ecole Supérieure du Professorat et de 

l’Education 

Directeur M. MOUGNIOTTE Alain 

 

POLYTECH LYON 

Directeur M. FOURNIER Pascal 

 

Ecole Supérieure de Chimie Physique 

Electronique de Lyon (ESCPE) 

Directeur M. PIGNAULT Gérard 
 

IUT LYON 1 

Directeur M. VITON Christophe  

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

2.

 

Institut Sciences et Techniques de Réadaptation FORMATION ORTHOPHONIE 

 

 

Directeur ISTR 

Yves MATILLON 

Professeur d’épidémiologie clinique 

 

 

 

Directeur de la formation 

Agnès BO, Professeur Associé 

 

Directeur de la recherche 

Agnès WITKO 

M.C.U. en Sciences du Langage 

 
 

 

 

Responsables de la formation clinique 

Claire GENTIL 

Fanny GUILLON 

 

 

Chargées de l’évaluation des aptitudes aux études  

en vue du certificat de capacité en orthophonie 

Anne PEILLON, M.C.U. Associé  

Solveig CHAPUIS 

 

 
 
 
 

Secrétariat de direction et de scolarité 

Stéphanie BADIOU  

Corinne BONNEL  

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

REMERCIEMENTS 

 

"Je sais certaines choses, mais j'ai besoin de toi pour mieux construire"                               

(Jean Vanier, fondateur de l'Arche) 

 

Nous souhaitons remercier chaque personne qui nous a aidées à l’aboutissement de notre 
mémoire : 

 

Merci à Monsieur Bruno Sarrodet, notre directeur de mémoire, qui nous a accompagnées 
tout  au  long  de  ces  deux  années  de  travail  et  qui  a  encouragé  nos  initiatives  et  notre 
curiosité.  Nous  le  remercions  pour  sa  patience  et  sa  disponibilité  qui  nous  ont  été 
précieuses. 

 

Merci à Mesdames Hélène Baylon, Cécile Daval, Catherine Thibault et Chantal Zbinden-
Trichet  pour  les  nombreux conseils  qu’elles  nous  ont  transmis,  mais  également pour les 
encouragements  qu’elles  nous  ont  apportés  lors  de  l’élaboration  de  ce  travail.  Merci  à 
chacune  d’elles,  et  merci  également  à  nos  parents,  à  Anne-Cécile  et  à  Paul  pour  leurs 
multiples relectures attentives du mémoire.  

 

Merci  aux  membres  du  jury,  Mesdames  Mélanie  Canault,  Anne-Sophie  Goyet  et 
Prescillia Pozard, qui ont donné de leur temps pour lire et évaluer notre travail et nous ont 
donné des pistes constructives pour notre recherche. 

 

Merci  à  Madame  Agnès  Witko  qui  nous  a  aiguillées  en  milieu  de  recherche  et  nous  a 
aidées à avancer dans nos périodes de doute.  

 

Enfin,  nous  souhaitons  remercier  de  tout  cœur  nos  parents,  frères  et  sœurs  et  amis  qui 
nous ont soutenues au quotidien durant ces quatre années en renouvelant sans cesse leur 
patience, leur bienveillance et leurs encouragements sans relâche. Merci à Véronique et à 
Raphaëla d’avoir supporté nos discours incessants sur les fentes palatines sans pour autant 
avoir renié leur colocataire. 

 

Merci  à  Raphaël  et  à  Paul  qui,  de  près  ou  de  loin,  nous  ont  manifesté  leur  présence 
aimante et rassurante à chaque étape de notre parcours. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

SOMMAIRE 

ORGANIGRAMMES ................................................................................................................................... 2

 

1.

 

Université Claude Bernard Lyon1 ............................................................................................... 2

 

1.1

 

Secteur Santé : ............................................................................................................................. 2

 

1.2

 

Secteur Sciences et Technologies : ............................................................................................... 2

 

2. Institut Sciences et Techniques de Réadaptation FORMATION ORTHOPHONIE ........................... 3

 

REMERCIEMENTS..................................................................................................................................... 4

 

SOMMAIRE .................................................................................................................................................. 5

 

INTRODUCTION ......................................................................................................................................... 8

 

PARTIE THEORIQUE .............................................................................................................................. 10

 

I.

 

L’

INSUFFISANCE VELAIRE LIEE AUX FENTES PALATINES

 .................................................................. 11

 

1.

 

Développement oro-facial .......................................................................................................... 11

 

F

USION DES BOURGEONS DE LA FACE

 ........................................................................................................ 12

 

2.

 

Palais pathologique : les fentes palatines .................................................................................. 12

 

3.

 

Insuffisance vélopharyngée dans le cadre d’une fente vélaire ................................................... 13

 

II.

 

L

ES CHIRURGIES DANS LE CADRE DES FENTES

 ................................................................................. 15

 

1.

 

Chirurgie primaire des fentes .................................................................................................... 15

 

2.

 

Chirurgie secondaire des fentes ................................................................................................. 17

 

III.

 

L’

EVALUATION DE L

INSUFFISANCE VELOPHARYNGEE

 .................................................................... 19

 

1.

 

Un domaine pluridisciplinaire ................................................................................................... 19

 

2.

 

Le bilan clinique multidisciplinaire ........................................................................................... 20

 

3.

 

Vers la création d’un matériel interdisciplinaire ....................................................................... 24

 

PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESES ................................................................................................. 26

 

I.

 

P

ROBLEMATIQUE DE RECHERCHE

 .................................................................................................... 27

 

1.

 

Introduction à la problématique ................................................................................................ 27

 

2.

 

Problématique ............................................................................................................................ 27

 

II.

 

H

YPOTHESES

 ................................................................................................................................... 28

 

1.

 

Hypothèse 1 ................................................................................................................................ 28

 

2.

 

Hypothèse 2 ................................................................................................................................ 28

 

3.

 

Hypothèse 3 ................................................................................................................................ 28

 

4.

 

Hypothèse 4 ................................................................................................................................ 28

 

PARTIE EXPERIMENTALE ................................................................................................................... 29

 

I.

 

P

OPULATION CONCERNEE ET ECHANTILLON RETENU

 ....................................................................... 30

 

1.

 

Professionnels interrogés ........................................................................................................... 30

 

2.

 

Modes d’exercice des professionnels ......................................................................................... 31

 

3.

 

Patientèle ................................................................................................................................... 32

 

II.

 

M

ATERIEL UTILISE

 ........................................................................................................................... 32

 

1.

 

Contenu des questions ................................................................................................................ 32

 

2.

 

Types de questions et formulation .............................................................................................. 34

 

3.

 

Présentation ............................................................................................................................... 35

 

III.

 

P

ROCEDURE D

ENQUETE

 .................................................................................................................. 35

 

1.

 

Etat des lieux dans la littérature ................................................................................................ 35

 

2.

 

Création d’une base de données ................................................................................................ 36

 

3.

 

Diffusion du questionnaire ......................................................................................................... 36

 

IV.

 

C

ONCLUSION DE LA PARTIE EXPERIMENTALE

 ............................................................................. 37

 

PRESENTATION DES RESULTATS ...................................................................................................... 38

 

I.

 

P

ROFIL DES PROFESSIONNELS DE L

ECHANTILLON

 ........................................................................... 39

 

1.

 

Profil général de l’échantillon ................................................................................................... 39

 

2.

 

Modes d’exercices des professionnels ........................................................................................ 40

 

II.

 

E

VALUATION DE L

’IVP

 SELON DES CHAMPS DE COMPETENCE DEFINIS

 ............................................ 41

 

1.

 

Des domaines d’évaluation spécifiques à chaque professionnel ................................................ 41

 

2.

 

Des domaines d’évaluation communs aux professionnels ......................................................... 42

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

III.

 

O

UTILS D

EVALUATION DE L

’IVP .................................................................................................... 45

 

1.

 

Outils standardisés spécifiques et outils « maison » .................................................................. 45

 

2.

 

Différents outils utilisés pour un même domaine d’évaluation .................................................. 47

 

IV.

 

D

ES RELATIONS INTERPROFESSIONNELLES DIFFERENTES SELON LE MODE D

EXERCICE

 .............. 51

 

V.

 

C

ONCLUSION DES RESULTATS

 .......................................................................................................... 53

 

DISCUSSION DES RESULTATS ............................................................................................................. 54

 

I.

 

L

IMITES DE L

EXPERIMENTATION

 .................................................................................................... 55

 

1.

 

Limites liées à la méthodologie du questionnaire ...................................................................... 55

 

2.

 

Limites liées aux réponses obtenues........................................................................................... 56

 

II.

 

I

NTERPRETATION DES RESULTATS

 ................................................................................................... 58

 

1.

 

L’évaluation de l’insuffisance vélopharyngée par les professionnels ........................................ 58

 

2.

 

Les moyens mis en œuvre pour l’évaluation de l’insuffisance vélopharyngée ........................... 60

 

3.

 

Une communication entre les professionnels malgré tout établie .............................................. 61

 

III.

 

R

EFLEXION AUTOUR D

UN OUTIL COMMUN

 ..................................................................................... 62

 

1.

 

Eléments à prendre en compte dans l’élaboration de l’outil interdisciplinaire ......................... 63

 

2.

 

Utilisation de l’outil ................................................................................................................... 65

 

IV.

 

C

ONCLUSION DE LA DISCUSSION

 ................................................................................................. 66

 

CONCLUSION ............................................................................................................................................ 68

 

REFERENCES ............................................................................................................................................ 70

 

ANNEXES.................................................................................................................................................... 74

 

A

NNEXE 

I :

 

C

HRONOLOGIE DE LA PRISE EN CHARGE DES FENTES AU 

CHUV ............................................. 75

 

A

NNEXE 

II :

 

T

ECHNIQUES CHIRURGICALES

 ............................................................................................... 76

 

1.

 

Technique de von Langenbeck ................................................................................................... 76

 

2.

 

Véloplastie intravélaire .............................................................................................................. 76

 

3.

 

Technique de Hynes ................................................................................................................... 76

 

4.

 

Technique d’Orticochea ............................................................................................................. 77

 

5.

 

Lipostructure .............................................................................................................................. 77

 

A

NNEXE 

III

 

:

 

Q

UESTIONNAIRE DESTINE AUX PROFESSIONNELS

 ................................................................. 78

 

1.

 

Partie générale ........................................................................................................................... 78

 

2.

 

Partie spécifique aux chirurgiens .............................................................................................. 83

 

3.

 

Partie spécifique aux ORL ......................................................................................................... 83

 

4.

 

Partie spécifique aux orthophonistes ......................................................................................... 84

 

A

NNEXE 

IV :

 

C

OURRIER D

INFORMATION SUR LA RECHERCHE

 ................................................................. 85

 

A

NNEXE 

V :

 

T

ABLEAU RECAPITULATIF DES OUTILS CITES

 ........................................................................ 86

 

TABLE DES ILLUSTRATIONS ............................................................................................................... 87

 

I.

 

T

ABLE DES FIGURES

 ......................................................................................................................... 87

 

II.

 

T

ABLE DES TABLEAUX

 ..................................................................................................................... 88

 

TABLE DES MATIERES .......................................................................................................................... 89

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

Mémoire d'orthophonie -

UCBL-ISTR

- Lyon 2014 

SUMMARY 

 

Setting:  Velopharyngeal  insufficiency  (VPI)  is  characterised  by  the  inability  of  the  soft 

palate to close the nasal cavity because of a structural or physiological anomaly. It often 

appears with children whose cleft palate has been operated under primary reconstructive 

surgery.  These patients  are looked  after by professionals  who assess VPI;  depending on 

the  case,  they  are  advised  to  undergo  second  surgery  called  pharyngoplasty  or  a  speech 

therapy.  Professionals  who  look  after  patients  with  VPI  are  mainly  ear-nose-throat-

therapists  (otorhinolaryngologists) (ENT), surgeons  and speech therapists. The literature 

raises a lack of specific tools for the assessment of VPI in those professions.  

Objectives:  The  purpose  of  this  study  is  to  draw  an  inventory  of  the  assessment  tools 

used by the above-mentioned professionals in order to then explore the development of a 

multidisciplinary assessment tool to ensure a better care of VPI patients.  

Methods  and  subjects:  A  questionnaire  was  created  for  this  purpose  and  sent  to 

approximately  300  professionals.  76  of  them  answered:  33  surgeons,  16  ENT  and  29 

speech therapists.  

Results:  The  results  of  our  research  reveal  that  areas  of  assessment  between  different 

professionals  looking after patients  with  VIP  are  not  clearly marked out.  Tools  used for 

the  evaluation  of  VPI  are  highly  variable  from  one  professional  to  another  and  speech-

therapist  in  particular  make  greater  use  of  "house"  tools  (67%)  than  standardised  tools 

(61%)  used  for  specific  evaluation  of  VPI.  Professionals  do  however  not  notice  major 

communication issues between them (58%).   

Conclusion:  This  study  shows  a  lack  of  standardised  tools  in  the  equipment  used  for 
VPI’s assessment.  The design of a tool to support a multidisciplinary assessment of VPI 

could be implemented and tested with a sample of professionals to validate our proposals. 
This  tool  would  allow  a  comprehensive  analysis  of  the  patient’s  condition  taking  into 

account the different manifestations of VPI. 

 

KEY-WORDS 

Velopharyngeal insufficiency; cleft palate; evaluation; pharyngoplastie 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

INTRODUCTION 

Selon  diverses  études,  les  enfants  porteurs  de  fente  palatine  peuvent  présenter  une 
insuffisance vélaire après une  chirurgie primaire, même si  cette dernière  s’est  effectuée 
correctement  (Bénateau  &  al.,  2007).  L’insuffisance  vélaire  ou  vélopharyngée  (IVP)  est 
caractérisée par l’impossibilité du voile du palais de fermer la cavité nasale, que ce soit en 
raison d’une anomalie structurelle (anatomie du voile) ou physiologique (mouvements du 
voile) (Disant & Naimant, 2006). 

Les conséquences de cette IVP sont multiples et interviennent au niveau de la phonation, 
de  la  déglutition,  de  la  respiration  et  de  l’audition  (Baudelle  &  al.,  2005).  Ainsi,  de 
nombreux  professionnels  gravitent  autour  des  patients :  chirurgiens,  oto-rhino-
laryngologistes (ORL)/phoniatres, pédiatres, orthodontistes et orthophonistes.  

Lorsque l’IVP constitue une gêne notable pour le patient, une rééducation orthophonique 
peut  être  proposée  pour  renforcer  la  musculature  et  la  mobilité  du  voile.  Cependant, 
lorsque  la  rééducation  ne  peut  pas  apporter  d’amélioration  suffisante  ou  lorsqu’elle 
n’apporte aucun effet en raison d’une IVP trop importante, les médecins peuvent proposer 
au  patient  une  chirurgie  palliative  secondaire,  dans  le  but  de  permettre  au  sphincter 
vélopharyngé  une  fermeture  hermétique  et  donc  une  meilleure  intelligibilité  du  patient 
(Garabédian, Leboulanger, Marlin, Roger & Rouillon, 2009). 

Ainsi, nous avons voulu porter notre recherche sur l’évaluation de l’insuffisance vélaire 
dans un cadre pluridisciplinaire. En effet, au travers d’entretiens avec des orthophonistes, 
des ORL/phoniatres et des chirurgiens, il nous est apparu que chacune de ces professions 
évalue l’insuffisance vélaire chez des enfants porteurs de fente palatine. En revanche, les 
moyens  utilisés  ne  semblent  pas  être  les  mêmes  entre  les  différentes  professions  et  il 
n’existerait  donc  aucun  outil  d’évaluation  interdisciplinaire  propre  à  ce  domaine.  Nous 
avons donc choisi de centrer notre recherche sur ces trois catégories de professionnels qui 
évaluent l’insuffisance vélaire d’enfants porteurs de fente palatine. 

Nous nous sommes donc demandé dans un premier temps s’il existait des outils propres à 
chaque  professionnel  dans  l’évaluation  de  l’IVP.  Nous  avons  établi  un  questionnaire 
visant  à  obtenir  les  informations  sur  les  outils  utilisés  par  les  chirurgiens,  les 
ORL/phoniatres  et  les  orthophonistes  travaillant  auprès  d’enfants  porteurs  de  fente 
palatine.  Puis  dans  un  second  temps,  à  partir  des  résultats  obtenus,  nous  avons  proposé 
des pistes de réflexion pour l’élaboration d’un outil transdisciplinaire. 

Nous commencerons par faire un état de la recherche sur l’insuffisance vélaire dans le cas 
de  fente  palatine.  Nous  détaillerons  la  formation  oro-faciale  intra-utérine  chez  l’enfant 
tout-venant puis chez l’enfant atteint de fente palatine. Nous verrons comment se déroule 
la  chirurgie  réparatrice  primaire  puis  nous  présenterons  les  types  de  chirurgies 
secondaires  qui  permettent  de  pallier  l’insuffisance  vélaire.  Nous  aborderons  également 
l’évaluation de l’IVP dans un cadre pluridisciplinaire. Cette présentation théorique nous 
conduira  dans  une  seconde  partie  à  nous  interroger  sur  l’absence  de  cohérence 
interdisciplinaire  dans  le  choix  des  outils  utilisés  pour  évaluer  l’insuffisance 
vélopharyngée. Dans un troisième temps, nous détaillerons le protocole mis en place dans 
notre étude pour l’élaboration d’un questionnaire destiné aux professionnels qui évaluent 
l’IVP chez des enfants porteurs de fente palatine. La quatrième partie nous permettra de 
présenter  les  résultats  obtenus  dans  le  cadre  de  notre  étude.  Nous  y  détaillerons  les 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

différents  outils  utilisés  par  les  professionnels  afin  d’analyser  ces  résultats  dans  une 
dernière  partie  et  de  présenter  nos  réflexions  sur  la  synthèse  d’outils  d’évaluation 
interdisciplinaire. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

Chapitre I 

PARTIE THEORIQUE 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

11 

I. 

L’insuffisance vélaire liée aux fentes palatines 

1. 

Développement oro-facial 

1.1. 

Embryologie, anatomie et physiologie de la face et du palais primaire 

Le  développement  embryonnaire  de  la  face  se  fait  à  partir  de  la  troisième  semaine 
d’aménorrhée,  lors  de  la  phase  de  neurulation.  La  migration  des  cellules  permet  le 
développement des bourgeons primaires de la face ou stomodæum que sont le bourgeon 
frontal,  les  deux  bourgeons  maxillaires  et  les  deux  bourgeons  mandibulaires  (Ghanassia 
&  Procureur,  1999).  Ces  bourgeons  se  rapprochent  vers  la  quatrième  semaine  et 
fusionnent vers la sixième semaine (Encha-Razavi & Escudier, 2003).  

Le bourgeon frontal forme les bourgeons nasaux externes et internes. Puis les bourgeons 
maxillaires  entrent  en  contact  avec  les  bourgeons  nasaux  et  permettent  la  création  du 
palais primaire, qui correspond à la partie antérieure du palais (Aknin, 2008 ; Thibault & 
Vernel-Bonneau,  1999).  Les  bourgeons  maxillaires  sont  à  l’origine  des  parties  latérales 
des  lèvres  supérieures,  et  les  bourgeons  mandibulaires  convergent  également  dès  la 
quatrième semaine pour former la lèvre inférieure (Lebeau, 2011) (voir au verso). 

1.2. 

 Embryologie, anatomie et physiologie du palais secondaire 

Le  palais  secondaire  se  forme  plus  tard,  à  partir  de  la  septième  semaine  d’aménorrhée. 
Les  bourgeons  maxillaires  se  développent  verticalement  puis  fusionnent  entre  eux. 
L’abaissement de la langue par rapport à la fosse nasale est alors possible à partir de la 
huitième  semaine,  et  c’est  cette  séquence  motrice  qui  permet  la  fermeture  du  palais 
secondaire (Abadie, 2003). 

Pendant  la  création  du  palais  secondaire,  trois  cloisons  se  mettent  en  place :  la  cloison 
nasale  qui  sépare  les  deux  fosses  nasales,  et  deux  autres  cloisons  qui  séparent  la  cavité 
orale  de  la  cavité  nasale  (Thibault  &  Vernel-Bonneau,  1999).  La  fermeture  débute  au 
niveau  de  la  gencive  puis  vers  l’extrémité  du  voile  du  palais  où  se  trouve  la  luette.  La 
partie  antérieure  du  palais  devient  osseuse  (palais  dur  ou  voûte  palatine)  et  la  partie 
postérieure devient musculaire (Encha-Razavi & Escudier, 2003). 

1.3. 

Anatomie et physiologie du voile du palais 

Le voile du palais est une structure molle et musculaire qui s’étend de l’arrière du palais 
dur  (composé  de  l’os  palatin)  jusqu’à  son  bord  libre  et  à  la  luette,  et  se  fixe  aux  parois 
pharyngées  latérales.  Sa  face  inférieure  concave  prolonge  le  palais  et  sa  face  supérieure 
convexe constitue l’arrière du plancher nasal. Il est constitué de deux parties : 

-

  Une  partie  antérieure  qui  appartient  à  la  cavité  buccale.  Une  membrane  borde  le 

palais  sur  les  parties  latérales  et  forme  les  piliers  antérieurs  du  voile.

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

Fusion des bourgeons de la face 

D’après Panarese, Raposio & Santi ; Ellart, Furby & Houze de l’Aulnoit (cités par Belhaj, 
2011). 

 

Figure 1 : 5-6

ème

 semaine, formation des bourgeons de la face. 

 

 

 

Figure 2 : 7-10

ème

 semaine, fusion des bourgeons nasaux externes et internes. 

 

 

 

Figure 3 : 7

ème

 semaine : après formation du palais primaire, formation du palais secondaire. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

12 

-

  Une partie postérieure qui appartient à la cavité pharyngée. Elle est délimitée par la 

luette  en  arrière,  d’où  partent  les  piliers  postérieurs  du  voile  sur  les  parties 
latérales du pharynx. 

Le voile du palais est composé d’une muqueuse et de cinq muscles : le palato-staphylin, 
muscle releveur de la luette ; le péristaphylin interne, muscle élévateur du voile du palais ; 
le  péristaphylin  externe,  muscle  tenseur  du  voile  du  palais et  dilatateur  de  la  trompe 
d’Eustache  ;  le  glosso-staphylin,  muscle  constricteur  de  l’isthme  du  gosier ;  enfin,  le 
pharyngo-staphylin, muscle qui rétrécit l’isthme du gosier (Beaunis & Bouchard, 1868). 

Les muscles du voile sont en étroite interaction avec les muscles pharyngés. Leur activité 
dépend  de  la  fonction  utilisée :  ils  interviennent  selon  des  rôles  spécifiques  lors  de  la 
phonation,  la  déglutition  et  la  respiration  nasale,  par  des  mouvements  d’abaissement  ou 
de relèvement (Baylon & Montoya, 1996). 

2. 

Palais pathologique : les fentes palatines 

2.1. 

 Définition 

Lors de l’embryogenèse, il  arrive  que l’accolement  de certains bourgeons de la face  ne 
s’effectue pas correctement.  Lors du deuxième mois embryonnaire, lorsque le bourgeon 
maxillaire ne fusionne pas avec le bourgeon nasal, une fente de la lèvre, de la gencive, du 
palais ou encore du voile du palais peut apparaître (Dictionnaire Médical de l’Académie 
de  Médecine,  2013).  D’après  Encha-Razavi  et  Escudier  (2003),  un  tiers  des 
malformations  congénitales  sont  des  malformations  cranio-faciales,  soit  un  pour  750 
naissances.  Entre  50  et  75%  d’entre  elles  sont  des  fentes  labiales  ou  labio-maxillaires 
(Thibault  &  Vernel-Bonneau,  1999).  Certaines  fentes  sont  diagnostiquées  avant  la 
naissance  de  l’enfant  par  échographie,  mais  il  arrive  dans  certaines  situations  que  le 
diagnostic ne soit posé qu’en période post-natale. Une fente palatine peut être associée à 
d'autres  malformations  dans  le  cadre  de  syndromes  ayant  pour  origine  des  facteurs 
exogènes (toxiques,  infectieux,  traumatiques,  métaboliques  ou  endocriniens)  ou  des 
facteurs génétiques (Lebeau, 2011). 

2.2. 

Classification des fentes 

La  classification  des  fentes  varie  selon  les  auteurs.  La  classification  anatomo-
embryologique de Ritchie et Davis (cité par Baylon & Montoya, 1996) permet d’observer 
trois types de fentes suivant le lieu d’anomalie de la fusion : des fentes labiales ou labio-
gingivales,  des  fentes  palatines,  vélaires  ou  palato-vélaires  et  des  fentes  labio-maxillo-
palatines totales. 

Abadie  (2003)  répertorie  les  fentes  selon  deux  groupes.  Les  fentes  antérieures 
correspondent majoritairement aux fentes du palais primaire : ce sont les fentes labiales, 
labio-maxillaires 

ou 

labio-gingivo-maxillo-palatines. 

Les 

fentes 

postérieures 

correspondent aux fentes du palais secondaire, comme les fentes palatines, vélo-palatines 
ou  vélaires.  Ces  fentes  peuvent  être  plus  ou  moins  complètes.  Chez  certains  enfants,  la 
fente palatine n’est pas visible car elle est recouverte par la muqueuse du palais. Il s’agit 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

13 

d’une fente palatine sous-muqueuse, caractérisée par la présence d’une luette bifide dans 
95% des cas et d’une zone translucide à l’endroit de la fente (la zona pellucida). Elle est 
diagnostiquée  grâce  à  un  examen  clinique,  la  palpation  du  palais,  une  nasofribroscopie 
qui révèle une insuffisance vélopharyngée (IVP) ou par radiographie (Paulus, 2003). 

Etant donné que des fentes labiales ou labio-palatines pures impliquent rarement une IVP, 
nous avons choisi par souci  de clarté d’utiliser le terme de fente vélaire pour regrouper 
tout type de fente pouvant être à l’origine d’une IVP. 

2.3. 

Fentes palatines dans le cadre de syndromes 

Abadie  (2003)  classe  les  fentes  liées  à  un  syndrome  selon  qu’elles  sont  antérieures  ou 
postérieures.  Les  fentes  antérieures  sont  liées  dans  35%  des  cas  à  des  malformations, 
parmi  lesquelles  se  trouvent  le  syndrome  C.H.A.R.G.E.  (acronyme  anglais  signifiant 
colobome,  malformations  cardiaques,  atrésie  choanale,  retard  de  croissance  et/ou  de 
développement, hypoplasie génitale, anomalies des oreilles et/ou surdité), le syndrome de 
Van 

der 

Woude, 

les 

syndromes 

oro-digito-faciaux 

et  d’autres  anomalies 

chromosomiques.  Les  fentes  postérieures  peuvent  être  liées  à  une  séquence  de  Pierre 
Robin,  à  laquelle  est  parfois  associé  un  syndrome  de  Stickler,  des  anomalies 
chromosomiques,  des  anomalies  latéro-faciales,  une  microdélétion  22q11  ou  encore  un 
alcoolisme fœtal (Thibault, 2012). 

La présence de fentes palatines peut provoquer chez certains sujets une IVP qui va avoir 
des retentissements à différents niveaux. 

3. 

Insuffisance vélopharyngée 

dans le cadre d’une fente vélaire 

3.1. 

Définition  

L’occlusion vélopharyngée est réalisée grâce à la contraction des muscles péristaphylins 
internes et pharyngo-staphylins, qui permettent le recul et l’ascension du voile en même 
temps que le muscle constricteur supérieur du pharynx se contracte. La luette se rétracte 
et complète l’occlusion vélopharyngée (Figure 4). 

 

Figure 4 : Voile normal : voile rouge au repos ; voile rose contracté  

(Bardot, Casanova, Magalon, Pech, & Salazard, 2007) 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

14 

L’insuffisance  vélopharyngée  est  « une  incapacité  du  voile  à  fermer  l’espace 
rhinopharyngé »  (Garabédian,  Leboulanger,  Marlin,  Roger  &  Rouillon,  2009).  En  effet, 
dans le cas d’une fente vélaire, la mobilité des muscles du voile est réduite. L’ascension 
du voile perd de ce fait en amplitude, ce qui entraîne un défaut de fermeture du sphincter 
vélopharyngé  et  donc  une  fuite  d’air  par  le  conduit  nasal.  Dans  certains  cas,  un 
mécanisme de compensation naturel  se forme :  le bourrelet de Passavant.  Il  s’agit d’une 
contraction  des  muscles  du  pharynx  qui  permet  un  renflement  au  niveau  du  voile  du 
palais pour une meilleure fermeture du sphincter. 

3.2. 

Etiologies 

Baylon et Montoya (1996) classent les IVP selon leurs causes anatomo-pathologiques. Ils 
distinguent  ainsi les  IVP  dues  à  des  divisions  palatines,  celles  dues  à  une  dysraphie 
vélaire  (divisions  sous-muqueuses  ou  voiles  courts)  ou  à  des  disproportions 
vélopharyngées, celles dues à une atteinte fonctionnelle et enfin celles dues à une atteinte 
acquise.  En  cas  d’insuffisance  vélaire,  l’occlusion  vélopharyngée  ne  s’effectue  pas 
correctement et peut entraîner plusieurs signes fonctionnels.  

3.3. 

Conséquences de l’insuffisance vélaire 

L’IVP provoque des signes fonctionnels qui se retrouvent au niveau de l’alimentation, de 
la sphère ORL et du langage. 

3.3.1.  Conséqu

ences sur l’alimentation 

La  déglutition  s’acquiert  en  période  anténatale,  entre  la  12

ème

  et  la  15

ème

  semaine 

d’aménorrhée  (Thibault,  2003).  Lorsqu’elle  a  lieu,  les  muscles  du  voile  du  palais  se 
contractent pour permettre une fermeture hermétique du rhinopharynx. Dans le cas d’une 
IVP,  le  défaut  de  fermeture  du  voile  du  palais  et  la  perméabilité  du  sphincter 
vélopharyngé peuvent provoquer le passage d’une partie du bol alimentaire par le nez lors 
de la déglutition (Garabédian & al., 2009).  

3.3.2.  Conséquences sur la sphère ORL 

L’IVP  peut  avoir  des  répercussions  sur  la  sphère  ORL  et  notamment  engendrer  des 
pathologies  tubaires  ou  des  otites  séromuqueuses  répétées  qui  vont  provoquer  une 
hypoacousie  de  l’oreille  moyenne.  En  effet,  le  voile  du  palais  joue  un  rôle  actif  sur  la 
trompe  d’Eustache  grâce  aux  muscles  péristaphylins  interne  et  externe,  qui  permettent 
une pression égale entre l’oreille moyenne et l’atmosphère environnante (Baudelle & al., 
2005).  

La trompe d’Eustache s’ouvre également lors de la déglutition grâce à la contraction des 
muscles du voile du palais. Lorsque les muscles du voile dysfonctionnent, il existe de ce 
fait  un  défaut  de  ventilation  de  l’oreille,  ce  qui  augmente  le  risque  de  présenter  une 
inflammation de l’oreille moyenne. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

15 

Enfin,  le  voile  du  palais  joue  un  rôle  sur  la  fonction  ventilatoire,  car  il  permet  la 
différenciation  entre  la  ventilation  nasale  et  buccale.  Lorsque  le  voile  dysfonctionne,  la 
ventilation  peut  devenir  exclusivement  buccale  et  il  peut  apparaître  un  ronflement  nasal 
ou une apnée du sommeil dus à l’hypotonie de la luette (Baylon & Montoya, 1996). 

3.3.3.  Conséquences sur la parole  

Chez des patients atteints d’IVP, l’intelligibilité peut être sévèrement altérée en raison de 
la déficience du sphincter vélopharyngé. Ces patients présentent parfois un nasonnement 
dû  à  la  communication  entre  les  cavités  buccale  et  nasale,  un  souffle  nasal  audible  qui 
accompagne les distorsions des consonnes orales, un ronflement nasal qui a lieu lors de la 
production  de  consonnes  constrictives  ou  occlusives  ou  encore  un  manque  d’éclat  des 
consonnes (Garabédian & al., 2009). 

Dans certains cas, les patients vont mettre en place un mécanisme de compensation pour 
masquer  leur  rhinolalie.  Ainsi,  la  parole  peut  être  moins  intense  pour  diminuer  le  flux 
d’air  par  le  nez,  ou  au  contraire  davantage  forcée  pour  permettre  la  réalisation  ou  la 
compensation  de  certains  phonèmes.  Certains  patients  produisent  un  nasillement  qui 
permet de masquer le nasonnement par la contraction du larynx et du pharynx. Les coups 
de  glotte,  qui  sont  un  accolement  forcé  des  cordes  vocales,  permettent  de  produire 
certaines  consonnes  occlusives.  Le  souffle  rauque,  enfin,  permet  de  produire  certaines 
consonnes  constrictives  grâce à la  contraction pharyngolaryngée  (Baudelle  & al., 2005 ; 
Disant & Naiman, 2006). 

II. 

Les chirurgies dans le cadre des fentes  

La  littérature  distingue  deux  types  de  chirurgies  dans  le  cadre  des  fentes  palatines :  la 
chirurgie primaire, effectuée pour tous les patients, consiste en une réparation anatomique 
et fonctionnelle des structures malformées ; la chirurgie secondaire n’est pas systématique 
et  s’attache  à corriger  d’éventuels  troubles  secondaires  tels  que  l’IVP  (Baylon  & 
Montoya, 1996 ; Thibault, 1999). Il est important d’insister sur le fait qu’il n’existe pas de 
consensus  quant  au  calendrier  et  à  la  procédure chirurgicale  :  Brattström  et  al.  (2001) 
décrivent  avoir  recensé  194  protocoles  différents  pour  la  prise  en  charge  primaire  des 
fentes unilatérales sur 201 équipes contactées en Europe dans le cadre de leur recherche. 

Nous présenterons d’abord la chirurgie primaire dans sa globalité et nous détaillerons plus 
particulièrement  la  réparation  du  voile,  puis  nous  exposerons  les  types  de  chirurgies 
secondaires permettant de corriger l’IVP.  

1. 

Chirurgie primaire des fentes 

La  chirurgie  primaire  des  fentes  regroupe  différentes  interventions dont  le  but  est  de 
redonner aux structures leur anatomie et leur fonction : une fermeture labiale, palatine et 
vélaire.  Nous  nous  attacherons  à  détailler  la  chirurgie  du  voile  du  palais,  celui-ci  étant 
l’objet principal de notre recherche, en précisant le déroulement du calendrier chirurgical 
ainsi que les techniques existantes pour la reconstruction vélaire.  

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

16 

1.1. 

Calendrier chirurgical  

La chronologie de la chirurgie primaire est très variable selon les centres de compétence 
qui  s’occupent  d’enfants  porteurs  de  fente  palatine,  mais  deux  éléments  font  consensus 
quant au déroulement : d’une part, lors de la fermeture de la fente, c’est la reconstruction 
anatomique qui doit être prioritaire car la reconstruction de la musculature labiale permet 
une meilleure succion ; d’autre part, le voile du palais est utile à la phonation et doit donc 
être fonctionnel dès un an (Thibault & Vernel-Bonneau, 1999).  

Pour  la  suite  du  calendrier  et  l’ordre  des  reconstructions,  aucun  consensus  n’existe 
(Lumineau,  Talmant  &  Talmant,  2011).  « La  chronologie  […]  doit  tenir  compte  de  la 
fragilité  des  structures,  des  phases  de  croissance,  et  de  l’intérêt  de  regrouper  certains 
temps opératoires » (Durieu du Pradel & Peyrelongue, 2009, p.7). 

1.1.1.  Déroulement de la procédure générale 

Dans  certains  centres,  la  prise  en  charge  commence  par  la  confection  d’une  plaque 
palatine  permettant  à  la  langue  de  prendre  des  appuis  normaux  lors  de  la  succion  sans 
pénétrer dans la fente, et à la cavité buccale d’adopter une forme normale (Paulus, 2003). 
Le calendrier chirurgical se déroule ensuite généralement de la façon suivante : entre 0 et 
3  mois,  le  chirurgien  opère  une  fermeture  labiale  (chéiloplastie),  puis  entre  3  et  9  mois 
selon  les  enfants,  le  palais  et  le  voile  sont  suturés  (staphylorraphie  et  véloplastie). 
L’orthophoniste  surveille  les  acquisitions  phonatoires,  la  déglutition  ainsi  que  les 
fonctions oro-ventilatoires (Thibault & Vernel-Bonneau, 1999). 

Actuellement,  différents  calendriers  sont  observés  pour  la  réparation  primaire.  Le 
protocole de Malek (cité par  de  Buys  Roessingh, Hohfeld  &  Zbinden-Trichet,  2009) est 
l’un  des  plus  fréquents :  véloplastie  à  3  mois  puis  chéiloplastie  et  fermeture  du  palais 
osseux  à  6  mois  (véloplastie  suivie  d’une  palatoplastie)  (Annexe  I).  La  chéiloplastie 
précoce avant 1 mois suivie d’une uranostaphylloraphie permet une fermeture complète 
en  un  seul  temps  chirurgical.  Le  protocole  de  Talmant  préconise  pour  les  fentes  labio-
palatines bilatérales une fermeture labio-nasale bilatérale en un temps à 6 mois et dans le 
même temps une fermeture de la fente vélaire par véloplastie intravélaire. A 18 mois, la 
fermeture  du  palais  osseux  est  effectuée  (Cassier  &  al.,  2011 ;  Lumineau  &  al.,  2011). 
D’autres  modèles  d’intervention  préconisent  une  reconstruction  labiale  en  période 
néonatale,  suivie  du  voile  à  6  mois  puis  du  palais  dur  à  12  mois  (Bénateau,  Cabouret, 
Labbé & Roffé, 2002). 

1.1.2.  Age de fermeture du voile 

Il  existe  deux  grands  points  de  vue  quant  à  l’âge  de  fermeture  du  voile.  D’un  côté,  les 
équipes  invoquent  le  développement  phonétique  de  l’enfant  et  proposent  une  fermeture 
précoce du voile du palais (de Buys Roessingh & al., 2009). Cette fermeture, influant sur 
la  tension  des  muscles  vélaires,  permettrait  également  un  effet  de  protection  de  l’oreille 
moyenne. De l’autre côté, c’est la croissance osseuse et notamment celle du maxillaire qui 
prime et les équipes proposent d’attendre la fin de la dentition lactéale pour effectuer une 
fermeture du voile. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

17 

Trois  méthodes  ont  été  adoptées  par  les  centres.  La  première  propose  une  fermeture  du 
voile  entre  3  et  6  mois,  permettant  ainsi  de  rétablir  une  anatomie  fonctionnelle  avant  le 
développement de la phonation. Selon l’étude de Holsworth (cité par Baylon & Montoya, 
1996), 77% des sujets obtiennent une phonation normale. La deuxième méthode propose 
une  fermeture  entre  1  et  2  ans.  Cette  technique,  dont  les  résultats  phonétiques  sont 
satisfaisants, est pratiquée dans la plupart des centres français. Enfin, une fermeture après 
l’âge  de  deux  ans  peut  parfois  être  proposée,  mais  les  résultats  ne  sont  pas  bons  sur  le 
plan phonatoire et il est difficile de trouver des justifications théoriques à cette approche, 
qui n’est d’ailleurs presque plus pratiquée (Baylon & Montoya).  

1.2. 

Traitement chirurgical du voile : véloplastie  

Anciennement  appelée  staphylorraphie,  la  véloplastie  consiste  en  une  fermeture  de  la 
fente  du  voile  du  palais.  Il  existe  trois  techniques  chirurgicales  principales  pour  cette 
reconstruction primaire.  

La  technique  de  Veau  est  la  plus  anciennement  décrite  et  reste  encore  pratiquée.  Cette 
méthode  consiste  à  réaliser  une  « fermeture  sans  plastie  musculaire  ou  muqueuse  du 
voile » (Baylon & Montoya, 1996). 

La  technique  de  Von  Langenbeck  est  aussi  connue,  surtout  dans  les  pays  anglo-saxons. 
Elle se rapproche beaucoup de la technique de Veau : la seule différence se situe dans le 
maintien  d’un  pont  antérieur  dans  la  cavité  buccale,  qui  permet  un  apport  vasculaire 
intéressant mais non indispensable (Baylon & Montoya, 1996) (Annexe II, 1). 

Actuellement, la technique la plus utilisée est la chirurgie intravélaire (Bénateau, Guyot & 
Seguin,  2010). Selon  Bellavoir et  al.  (cités  par  Durieu  du Pradel  &  Peyrelongue, 2009), 
elle semble respecter au plus près l’anatomie et la fonctionnalité du voile et consiste en un 
repositionnement des muscles intravélaires par une dissection (Annexe II, 2). 

2. 

Chirurgie secondaire des fentes 

Les  chirurgies  secondaires  sont  souvent  regroupées  sous  le  terme  de  pharyngoplasties, 
dont l’objectif est d’améliorer la fonction du voile. La décision de chirurgie secondaire se 
fait en consultation pluridisciplinaire, en cas d’échec ou d’impossibilité de la rééducation 
orthophonique.  

La  nécessité  d’une  chirurgie  secondaire  dans  le  cadre  d’une  insuffisance  vélaire  varie 
selon les études et les critères retenus. Bicknell, Curran et Mc Fadden (2002) rapportent 
qu’environ  25%  des  patients  ayant  subi  une  chirurgie  primaire  ont  eu  besoin  d’une 
pharyngoplastie.  

Nous  allons  présenter  et  détailler  les  trois  sortes  de  chirurgies  secondaires  actuellement 
existantes : les chirurgies statiques, les chirurgies dynamiques et la lipostructure. Ces trois 
techniques  sont  utilisées  en  France  et  nous  notons  des  disparités  selon  les  centres 
chirurgicaux.  Toutefois,  il  n’y  a  pas  de  consensus  sur  l’efficacité  de  l’une  ou  l’autre 
méthode. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

18 

2.1. 

Chirurgies statiques 

Les  chirurgies  statiques  consistent  à  rapprocher  un  lambeau  pharyngé  du  voile,  dans  le 
but  de  pallier  l’insuffisance  vélaire  présente  chez  les  enfants  porteurs  de  fente  palatine, 
dont les mouvements vélaires sont peu efficaces par rapport à ceux des parois pharyngées. 
(Devauchelle,  Gbaguidi  &  Vazquez,  2007).  Nous  détaillerons  les  trois  pharyngoplasties 
les plus connues et utilisées. 

2.1.1.  Pharyngoplastie à pédicule pharyngé 

Schoenborn est le premier à avoir décrit le lambeau pharyngé dès 1886 (cité par Bénateau 
& al., 2007). Cette technique effectue un rapprochement de la paroi pharyngée postérieure 
avec  la  partie  médiane  du  voile  du  palais.  Cet  accolement  provoque  une  division  de 
l’ouverture nasopharyngée en deux parties latérales. Lors de la contraction du sphincter, 
la  fermeture  est  alors  facilitée :  les  muscles  de  la  paroi  pharyngée  et  ceux  du  voile 
s’accolent mieux.  

2.1.2.  Pharyngoplastie de Sanvenero-Rosselli  

La pharyngoplastie avec lambeau à pédicule supérieur est attribuée à Sanvenero-Rosselli 
(cité  par  Bénateau  &  al.,  2007).  Il  s’agit  ici  de  prélever  un  lambeau  musculomuqueux 
dans  la  paroi  pharyngée  postérieure  et  de  le  suturer  sur  le  bord  postérieur  du  voile.  Le 
pont ainsi créé permet de réduire la taille du passage de l’air et d’effectuer une meilleure 
fermeture, grâce à l’accolement des parois latérales du pharynx.  

2.1.3.  Technique de Petit-Malek 

Dès  1956,  Petit  et  Malek  (cités  par  Bénateau  &  al.,  2007)  ont  présenté  leur  technique 
d’opération.  Elle  a  été  revue  et  améliorée  par  plusieurs  praticiens  (Bedouelle  & 
Lannegrace et  Malek,  cités  par  Bénateau  &  al.).  Le  voile  est  incisé  dans  sa  partie 
médiane,  créant  ainsi  deux  hémivoiles  et  le  chirurgien  effectue  un  décollement  des 
muscles  du  voile  ainsi  qu’une  incision  de  la  muqueuse  nasale,  permettant  un  meilleur 
recul du voile.

 

Le lambeau est inséré très en hauteur, au-dessus du bourrelet de Passavant. 

2.2. 

Chirurgies dynamiques 

Les chirurgies dynamiques ont pour principe d’effectuer un transfert puis une suture des 
muscles entre eux afin de faire réapparaître les deux piliers antérieurs de la cavité buccale. 
Elles  sont  proposées  dans  le  traitement  de  l’insuffisance  vélaire  chez  les  enfants 
présentant  une  contraction  vélaire  plus  efficace  que  celle  des  parois  pharyngées.  Nous 
présenterons les deux techniques principalement décrites : la technique de Hynes et celle 
qui en est dérivée, la technique d’Orticochea (Devauchelle & al., 2007). 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

19 

2.2.1.  Technique de Hynes 

La  technique  de  Hynes  (Annexe  II,  3),  décrite  en  1950,  consiste  à  créer  un  « pont 
permanent  et  contractile  au  niveau  du  mur  pharyngé  postérieur »  (Devauchelle  &  al., 
2007,  p.  345).  Ce  pont  est  construit  le  plus  haut  possible  et  le  rapprochement  des 
structures permet un rétrécissement de l’ouverture nasopharyngée. 

2.2.2.  Technique d

’Orticochea 

Orticochea  (cité  par  Devauchelle  &  al.,  2007)  décrit  en  1968  une  technique  se 
rapprochant  de  celle  de  Hynes.  La  principale  différence  réside  dans  l’insertion  de 
lambeaux musculomuqueux provenant  des parois  latérales du pharynx, en dessous  de la 
zone de contact vélopharyngée (Annexe II, 4).  

2.3. 

Lipostructure  

La lipostructure, encore appelée lipofilling ou greffe adipeuse, est utilisée de plus en plus 
fréquemment  dans  le  traitement  de  l’insuffisance  vélopharyngée  (Bardot  &  al.,  2007). 
C’est aux travaux récents de Coleman (cité par  Bardot  &  al.) que l’on doit le terme de 
lipostructure.  Cette  intervention  consiste  en  une  augmentation  de  l’épaisseur  de  la  paroi 
pharyngée postérieure,  grâce à une injection de  graisse autologue prise  généralement au 
niveau  du  ventre  ou  du  genou.  L’annexe  II,  5  montre  l’épaississement  de  la  paroi 
pharyngée ainsi obtenu, permettant un meilleur accolement du voile et donc une réduction 
de la fuite d’air nasale.  

III. 

L’évaluation de l’insuffisance vélopharyngée  

1. 

Un domaine pluridisciplinaire 

L’insuffisance  vélaire  se  trouve  au  carrefour  de  plusieurs  disciplines  médicales,  et  son 
évaluation  clinique  se  fait  à  la  fois  par  des  orthophonistes,  des  chirurgiens,  des  ORL  et 
des pédiatres (Garabédian & al., 2009). 

1.1. 

Complémentarité 

dans l’évaluation 

Talandier (2003) rapporte l’importance du rôle de chaque professionnel dans l’évaluation 
et la prise en charge des patients ainsi que la complémentarité des soins apportés, afin de 
réunir  des  connaissances  plus  complètes  sur  les  patients  évalués.  En  effet, 
« l’interdisciplinarité  en  réadaptation  découle  de  la  compréhension  et  la  coordination  de 
l’efficacité des services de santé donnés aux patients et leurs proches par une équipe de 
professionnels de la santé »

 

(Boulanger & al., 2004, p.1). 

En interrogeant des professionnels prenant en charge des enfants opérés de fente vélaire, 
il est apparu que certains domaines d’évaluation se chevauchaient, notamment en ce qui 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

20 

concerne l’examen clinique.  Il nous a donc semblé nécessaire de prendre en compte les 
différents champs de compétence des professionnels pour préciser la spécificité de chacun 
dans  l’évaluation  de  l’IVP.  En  effet,  ces  derniers  forment  « un  groupe  de  personnes 
possédant  chacun une expertise en particulier et  ayant  un but  commun »  (Rothberg, cité 
par Boulanger & al., 2004, p.2).  

1.2. 

Champs de compétences 

D’après  le  décret  n°2002-721  du  2  mai  2002  relatif  aux  actes  professionnels  et  à 
l’exercice de la profession d’orthophoniste, l’article 3, I stipule que « l’orthophoniste est 
habilité à accomplir les actes suivants : 

1.

  Dans le domaine des anomalies de l’expression orale ou écrite : la rééducation des 

troubles  de  la  phonation  liés  à  une  division  palatine  ou  à  une  incompétence 
vélopharyngée […]. 

2.

  Dans  le  domaine  des  pathologies  oto-rhino-laryngologiques :  la  rééducation  des 

troubles vélo-tubo-tympaniques […]. » 

Concernant les ORL, selon le Professeur Dominique Chevalier, Secrétaire Général de la 
Société  Française  d’Oto-Rhino-Laryngologie  et  de  Chirurgie  de  la  Face  et  du  Cou,  il 
n’existe  pas  à  ce  jour  de  document  officiel  concernant  les  champs  de  compétence  des 
ORL (D. Chevalier, communication par courriel, 10 janvier 2014). Toutefois, l’évaluation 
de  l’insuffisance  vélaire  et  de  ses  conséquences  au  niveau  des  voies  aériennes  et  de 
l’oreille moyenne font en pratique partie du champ de compétence accepté des ORL. 

Enfin,  d’après  le  bulletin  officiel  du  Ministère  de  l’Education  Nationale,  de 
l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et d’après le Code de l’éducation (Bulletin 
Officiel  n°39  du  28  octobre  2004),  les  étudiants  en  chirurgie  maxillo-faciale  et 
stomatologie  reçoivent  un  enseignement  spécifique  sur  la  « chirurgie  des  malformations 
cranio-faciales, y compris les fentes labio-maxillo-palatines ». 

2. 

Le bilan clinique multidisciplinaire 

Les auteurs s’accordent pour dire que le bilan multidisciplinaire inclut les signes d’appel 
(régurgitations nasales, altération de l’intelligibilité, otites à répétition, aggravation de la 
nasalité  après  une  adénoïdectomie),  un  interrogatoire  (troubles  associés,  antécédents 
familiaux ou chirurgicaux) et un examen ORL complet au repos et en phonation. 

2.1. 

Bilan clinique 

Le  bilan  clinique  permet  d’établir  une  anamnèse  détaillée  du  patient  sous  forme 
d’interrogatoire, ainsi que l’examen minutieux des structures anatomiques au repos et lors 
de la déglutition et de la respiration. 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

21 

2.1.1.  Interrogatoire 

Le  professionnel  interroge  les  parents  quant  aux  éventuels  antécédents  familiaux  de 
fentes,  à  l’existence  ou  non  d’un  syndrome  ou  d’une  malformation  associée,  à  des 
troubles  neurologiques  ou  psychomoteurs.  Il  doit  également  se  renseigner  sur  le  passé 
ORL  de  l’enfant  en  demandant  si  ce  dernier  a  été  sujet  à  de  nombreuses  otites 
séromuqueuses ou d’autres pathologies tubaires, qui témoigneraient d’une non-efficience 
des voies tubaires en complication de la fente (Baudelle & al., 2005). 

2.1.2.  Examen ORL 

Il comporte une inspection des lèvres, l’observation de la motricité et de la morphologie 
du voile et du pharynx, et la palpation du voile afin d’observer son tonus et sa souplesse. 
Une otoscopie est également effectuée lors de cet examen clinique. Certains pratiquent la 
recherche d’une dysmorphie faciale lors de l’examen clinique, d’autres lors des examens 
complémentaires  (Garabédian  &  al.,  2009).  Baudelle  et  al.  (2005)  parlent  aussi  de 
rhinoscopie antérieure, mais les auteurs n’évoquent pas tous cette technique. 

2.1.3.  Examen de la déglutition 

Lors de l’examen clinique, le professionnel recherche d’éventuels signes d’appel en lien 
avec  la  déglutition.  L’enfant  peut  présenter  une  difficulté  à  téter,  avec  des  temps 
d’allaitement ou de prise de biberon longs et interrompus par de nombreuses pauses, un 
manque  de  coordination  dans  les  mouvements  de  déglutition  et  un  reflux  gastro-
œsophagien  présent  dès  la  naissance  (Baylon  &  Montoya,  1996).  Des  régurgitations 
nasales peuvent aussi être observées (Garabédian & al., 2009). Prathanee (2010) précise 
que  l’observation  porte  également  sur  la  contraction  labiale  et  la  contraction  des 
masséters, la présence de bruit, une protrusion linguale ou une humidité labiale résiduelle 
lors de la déglutition.  

2.1.4.  Examen de la ventilation nasale 

Lors du bilan, le professionnel évalue la respiration de l’enfant et cherche à savoir si elle 
est  spontanément  buccale  ou  nasale,  car  elle  est  en  lien  étroit  avec  la  croissance 
musculaire. Il observe la position de repos des lèvres et de la langue afin de repérer une 
éventuelle  hypotonie  labiale  ou  linguale.  Il  peut  interroger  la  qualité  du  sommeil  de 
l’enfant  pour  savoir  s’il  présente  un  ronflement  nocturne,  signe  d’une  hypotonie  de  la 
luette,  un  bavage  ou  un  bruxisme.  Enfin,  des  apnées  du  sommeil  peuvent  entraver  le 
sommeil de l’enfant, du fait de l’hypotonie vélopharyngée (Baylon & Montoya, 1996). 

2.2. 

Bilan phoniatrique 

Le  bilan  phoniatrique  se  compose  de  deux  temps :  le  bilan  phonétique  qui  permet  une 
analyse  qualitative  et  quantitative  de  la  parole,  et  un  examen  clinique  qui  permet 
d’observer les structures anatomiques en place. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

22 

2.2.1.  Bilan phonétique 

Le bilan phonétique permet d’évaluer les troubles de la voix tels que la déperdition nasale 
qui  accompagne  la  production  de  voyelles,  le  nasonnement  (ou  hypernasalité)  dû  à  la 
communication entre les cavités buccale et nasale, et le ronflement nasal qui a lieu lors de 
la production de consonnes occlusives ou constrictives (Baudelle & al., 2005). 

Ce bilan va également objectiver les troubles de la parole et son intelligibilité, que Baylon 
et Montoya (1996) classent en troubles articulatoires typiques, tels que les distorsions de 
phonèmes, ou atypiques, tels que les souffles rauques, les coups de glotte et les attaques 
dures  qui  correspondent  aux  mécanismes  de  compensation  permettant  de  contourner  les 
troubles articulatoires. A ces mécanismes peut être ajouté le nasillement qui compense le 
nasonnement  par  la  contraction  simultanée  du  larynx  et  du  pharynx  (Baudelle  &  al., 
2005). 

Prathanee  (2010)  évoque  également  l’importance  de  l’évaluation  qualitative  de  la 
phonation de l’enfant par ses parents dans son environnement. Cette évaluation permet de 
montrer  l’aisance  de  l’enfant  en  société  et  le  handicap  que  sa  parole  peut  lui  faire 
ressentir.

 

2.2.2.  Examen clinique 

L’examen endo-buccal est essentiel dans l’évaluation de l’IVP. Il porte sur l’inspection de 
trois organes. 

Premièrement,  l’examen  des  lèvres  peut  repérer  une  éventuelle  cicatrice  qui  serait 
secondaire  à  l’opération  de  la  fente.  La  mobilité  bucco-juguo-linguale  est  également 
examinée. 

Dans un deuxième temps, l’examen du voile porte sur son anatomie et sa mobilité. Il peut 
montrer un défaut de symétrie vélaire ou des piliers du voile, une luette bifide, des brides 
cicatricielles  sur  le  voile  ou  sur  les  piliers  ou  encore  des  fistules  dues  à  une  mauvaise 
reconstruction  du  voile.  L’observation  du  voile  en  phonation  (« A »  tenu)  permet 
d’objectiver  l’amplitude  de  son  ascension  et  de  vérifier  ainsi  la  contraction  vélaire 
nécessaire pour sa mobilité. Si celle-ci est réduite ou inexistante, la prise en charge peut 
être inefficace. L’examen va également porter sur la distance entre la paroi postérieure du 
pharynx et le voile en étudiant la longueur du  voile (Teston, 1995 ;

 

Baylon & Montoya, 

1996). 

Enfin, l’examen du pharynx va permettre de vérifier le volume des parois au repos et leur 
mobilité en phonation (Baudelle & al., 2005). 

2.3. 

Examens instrumentaux 

Ces  examens  complémentaires  sont  très  nombreux  et  permettent  une  étude  plus  précise 
des mécanismes engagés dans la fuite vélaire.  

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

23 

2.3.1.  Nasoendoscopie 

Plusieurs  termes  sont  utilisés  pour  parler  de  cette  technique  d’examen  :  endoscopie 
nasopharyngée,  fibroscopie  nasopharyngée  ou  nasofibroscopie.  Réalisée  avec  un 
nasofibroscope,  elle  étudie  l’anatomie  et  la  fonctionnalité  du  voile  au  repos,  et  ses 
mouvements en phonation et en déglutition (Baudelle & al., 2005). Si cet examen est très 
répandu, il est cependant invasif et nécessite l’entière coopération des enfants qui sont le 
plus souvent en pleurs, ce qui rend son  utilisation délicate. Il  est également peu efficace 
chez les sujets dont l’orifice vélopharyngé est petit (Disant & Naiman, 2006). 

2.3.2.  Examens radiographiques 

Parmi les examens radiographiques, l’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) est une 
technique d’observation non invasive de la fonction vélopharyngée. Elle permet de définir 
précisément et de manière objective l’anomalie concernée en associant la production orale 
au mouvement simultané (Teston, 1995 ; Prathanee, 2010). 

Par  ailleurs,  la  céphalométrie est  un  ensemble  de  radiographies  effectuées  en  occlusion, 
au repos et en phonation. Bien qu’elle soit peu précise, elle permet de mesurer la taille du 
voile et du rhinopharynx mais pas des structures plus molles (Baudelle & al., 2005). 

Enfin,  la  vidéofluoroscopie ou  « radiographie  dynamique »  (Disant  &  Naiman,  2006) 
consiste à injecter un produit visible à la radiographie, le baryum, dans les fosses nasales 
du patient pour effectuer ensuite des clichés, ce qui permet d’étudier le voile du palais, les 
végétations,  le  bourrelet  de  Passavant  et  l’efficacité  du  sphincter  vélopharyngé.  Cet 
examen  possède  l’avantage  d’observer  la  paroi  pharyngée  postérieure  dans  sa  totalité, 
contrairement à la nasoendoscopie (Nagarajan, Savitha & Subramaniyan, 2009).  

2.3.3.  Mesures aérodynamiques 

De nombreux instruments sont utilisés pour mesurer les flux aériens buccaux et nasaux en 
phonation dont  voici  les  principaux décrits  dans  la  littérature  (Baudelle  &  al.,  2005 ; 
Baylon & Montoya, 1996) : 

-

  L’aérophonoscope composé d’une sonde nasale et une sonde buccale reliées à un 

ordinateur ; 

-

  L’aérophonomètre  de  Teston  dont  les  deux  embouts  nasaux  et  l’embout  buccal 

permettent d’établir un rapport de pression entre les deux arrivées d’air ; 

-

  Le miroir de Glatzel ; 

-

  Le réflexe narinaire au pincement de Gudin ; 

-

  Le pneumotachographe  dont le masque est composé de tubes (nasal et buccal)  et 

permet de mesurer le débit d’air ; 

-

  L’anémomètre composé de capteurs aériens à l’intérieur d’un masque facial ; 

-

  L’évaluation vocale assistée (EVA) : cet instrument est particulièrement précis. Il se 

compose  d’un  masque  buccal,  de  deux  sondes  nasales  et  d’un  microphone  qui 
enregistre et analyse la parole, l’inspiration et l’expiration. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

24 

3. 

Vers la création d’un matériel interdisciplinaire 

Bonte, Van Cauwenberge, Van Lierde et Wuyts (2007) ont constaté qu’il existait un réel 
manque  d’outils  qui  évaluent  de  manière  objective  l’IVP.  Peu  d’outils  semblent  faire 
consensus chez l’ensemble des professionnels.

 

 

3.1. 

Matériels existants 

Billmire,  Clark,  Kummer,  Redle  et  Thomsen  (2012)  ont  réalisé  une  étude  sur  les  outils 
employés pour évaluer l’IVP et ont cherché à savoir quels étaient ceux qui étaient le plus 
utilisés.  En  effet,  ils  ont  fait  remarquer  que  les  méthodes  d’évaluation  de  l’IVP  étaient 
inconsistantes et qu’elles dépendaient de l’expérience du professionnel évaluant l’IVP et 
de la part de subjectivité qui résidait dans l’interprétation des données recueillies. 

En interrogeant des professionnels, nous avons fait le constat que les outils utilisés pour 
évaluer  l’IVP  appartenaient  à  trois  catégories :  les  outils  instrumentaux  servant  aux 
mesures  radiologiques  et  aérodynamiques  décrites  précédemment ;  les  protocoles  et 
échelles  mises  en  place  pour  évaluer  la  parole ;  enfin,  les  outils  créés  par  les 
professionnels, qui sont regroupés sous le nom d’ « outils maison ». 

Parmi les échelles établies, celle de Suzanne Borel-Maisonny donne une classification des 
différents types d’insuffisance vélopharyngée : 

-

  Phonation  I :  la  parole  est  normale  et  l’intelligibilité  est  bonne,  il  n’y  a  pas  de 

nasonnement. 

-

  Phonation  IIb :  l’intelligibilité  est  perturbée  par  un  nasonnement,  il  existe  une 

déperdition  nasale  constante  et  des  troubles  non  spécifiques  tels  que  le  souffle 
nasal et le ronflement nasal. Il n’y a pas d’altération phonétique (Baudelle & al., 
2005). 

-

  Phonation  IIm :  l’intelligibilité  est  perturbée  par  un  nasonnement,  il  existe  une 

déperdition  nasale  constante  et  des  troubles  non  spécifiques  tels  que  le  souffle 
nasal et le ronflement nasal. Il existe des altérations phonétiques. 

-

  Phonation III : l’intelligibilité est très altérée et la déperdition nasale intense. Des 

mécanismes de compensation sont mis en place pour compenser la parole : coups 
de glotte et souffle rauque (Talandier, 2003 ; Thibault, 2003). 

-

  Phonations mixtes (Thibault, 2007), parmi lesquelles : 

  Phonation I/II : la parole est intelligible en voix projetée, mais une déperdition 

nasale est notée pour certains phonèmes en voix conversationnelle.  

  Phonation II/I : la déperdition nasale est constante mais  le voile peut fermer 

dans l’effort.  

  Phonation  II/III :  il  existe  une  déperdition  constante  accompagnée  d’un 

ronflement  nasal  voire  un  souffle  nasal,  de  souffles  rauques  et  de  coups  de 
glotte. 

Par  ailleurs,  Hirschberg  (cité  par  Baudelle  &  al.,  2005)  a  mis  en  place  un  protocole 
d’examen de la fonction vélopharyngée qui se décline en plusieurs parties. La première 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

25 

concerne  l’évaluation  de  la  parole  et  comprend  une  évaluation  du  nasonnement,  de  la 
fuite  nasale,  des  syncinésies  faciales,  de  l’articulation,  de  l’intelligibilité,  de  la  voix, 
l’appréciation  des  mécanismes  compensatoires  et  de  la  sensibilité  à  la  rééducation.  La 
deuxième  est  une  exploration  instrumentale  comprenant  la  vidéonasopharyngoscopie,  la 
vidéofluoroscopie et la nasométrie. 

3.2. 

Problématique d’un manque d’outils standardisés 

Nous avons évoqué précédemment  le manque d’outils  standardisés apparaissant  dans la 
littérature.  Pourtant,  les  praticiens  évaluent  tout  patient  atteint  d’insuffisance  vélaire.  Ils 
utilisent des moyens divers, comme des outils fabriqués à partir de leurs connaissances et 
de  ressources  documentaires,  des  protocoles  spécifiques  ou  encore  des  examens 
instrumentaux. 

Les  orthophonistes  effectuent  une  évaluation  phonétique  et  un  examen  clinique  de 
l’insuffisance  vélaire,  tandis  que  les  ORL  et  chirurgiens  vont  davantage  utiliser  une 
exploration  radiographique  et  instrumentale  du  sphincter  vélopharyngé.  Or  Marrinan  et 
Shprintzen  (2009)  soulignent  l’importance  de  coupler  de  manière  systématique  une 
évaluation  perceptive  et  instrumentale  de  l’IVP  afin  de  développer  les  procédures  de 
diagnostic et de traitement de l’IVP.  

De  ce  fait,  un  manque  de  matériel  adapté  à  ces  trois  professions  et  permettant  une 
évaluation  à  la  fois  perceptive  et  instrumentale  de  l’IVP  est  constaté.  Par  ailleurs,  un 
défaut de communication entre les professionnels est constaté par l’Observatoire National 
de  la  Démographie  des  Professions  de  Santé  ONDPS  (2011) :  « les  personnels  de  soins 
dans les établissements de santé comme les cadres méconnaissent parfois les compétences 
des  orthophonistes  et  leur  rôle »  (ONDPS,  p.  74).  Un  matériel  adapté  à  la  fois  à  des 
chirurgiens,  des  ORL  et  des  orthophonistes  pourrait  donc  répondre  à  ce  besoin  de 
cohésion au sein des équipes médicales. 

3.3. 

Réflexion autour de la mise en place 

d’un matériel interdisciplinaire 

Face  à  cette  problématique,  il  paraît  donc  essentiel  d’établir  un  état  des  lieux  des 
différents outils d’évaluation existants auprès des professionnels. En effet, une étude sur 
le  métier  d’orthophoniste  indique  que  « les  prescripteurs  se  plaignent  de  recevoir  des 
comptes  rendus  d'orthophonie  pour  eux  incompréhensibles  car  trop  techniques  » 
(ONDPS, 2011, p.78).  

A partir des données recueillies, il nous semble judicieux de mettre en place un matériel 
interdisciplinaire qui  permette  d’évaluer l’insuffisance vélaire de manière complète, tant 
sur le plan perceptif qu’instrumental. Cet outil d’évaluation transversal aurait pour visée 
d’être  utilisé  par  les  trois  professions,  en  indiquant  les  parties  spécifiques  relatives  aux 
différents  champs  de  compétence.  Il  permettrait  également  aux  professionnels  de 
connaître  le  rôle  de  chacun  afin  de  pouvoir  orienter  le  patient  vers  des  examens 
complémentaires. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

Chapitre II 

PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESES 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

27 

I. 

Problématique de recherche  

1. 

Introduction à la problématique  

Le  sphincter  vélopharyngé  est  une  structure  qui  permet  la  fermeture  hermétique  du 
nasopharynx  grâce  à  la  mobilité  des  parois  du  pharynx  et  du  voile  du  palais.  Il  requiert 
une  bonne  coordination  de  ces  structures  et  une  rapidité  de  fermeture  et  d’ouverture  du 
nasopharynx nécessaire à la bonne intelligibilité de la parole (Comiti, Deschaux, Morand 
& Raphaël, 2003 ; Marsh, 2009).  

Chez  un  enfant  porteur  de  fente  vélaire  et  ayant  subi  une  chirurgie  primaire,  il  peut 
demeurer  un  dysfonctionnement  de  ce  sphincter  en  raison  d’un  défaut  anatomique  ou 
fonctionnel  du  voile  du  palais  ou  du  pharynx  (Barthelemy,  Buffard,  Gaillot,  Mondie  & 
Sannajust, 2007). Il apparaît alors une insuffisance vélopharyngée (IVP) caractérisée par 
de  nombreux  signes  touchant  plusieurs  composantes  chez  l’enfant :  le  langage,  la 
respiration et la déglutition (Devauchelle, Gbaguidi & Testelin, 2003). 

Ainsi,  l’évaluation  de  l’insuffisance  vélopharyngée  porte  sur  des  domaines  différents  et 
nécessite la participation et la collaboration de plusieurs professionnels. Disant et Naiman 
(2006)  mettent  en  avant  l’intervention  des  orthophonistes  et  des  chirurgiens  dans  cette 
évaluation, que Barthelemy et al. (2007) complètent avec la participation des phoniatres. 

2. 

Problématique  

Nous  nous  demandons  dans  un  premier  temps  s’il  existe,  dans  le  cas  d’une  plainte 
d’insuffisance  vélopharyngée  chez  des  enfants  opérés  de  fente  vélaire,  des  outils 
d’évaluation  de l’insuffisance vélaire propres  à  chaque professionnel  intervenant  auprès 
de ces enfants. 

Nous  désirons  ensuite  apporter  une  réflexion  vers  la  création  d’un  outil  d’évaluation  de 
l’insuffisance  vélaire  dont  une  partie  serait  commune  aux  trois  professions  et  l’autre 
spécifique à chacune, dans le but d’évaluer de façon cohérente et complète l’insuffisance 
vélaire. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

28 

II. 

Hypothèses  

1. 

Hypothèse 1 

Les  orthophonistes  évaluent  essentiellement  le  domaine  langagier  (voix  et  parole)  de 
l’insuffisance  vélopharyngée  qui  correspond  à  leur  champ  spécifique  de  compétences, 
contrairement  aux  autres  professionnels  qui  évaluent  des  aspects  plus  anatomo-
physiologiques. 

2. 

Hypothèse 2 

Les  orthophonistes  utilisent  davantage  de  matériels  d’évaluation  de  l’insuffisance 
vélopharyngée  conçus  par  eux-mêmes  à  partir  de  leur  expérience  personnelle  ainsi  que 
des  outils  orthophoniques  non  spécifiques  à  l’évaluation  de  l’insuffisance  vélaire  que 
d’outils spécifiques à cette pathologie. 

3. 

Hypothèse 3 

Afin  d’évaluer  un  seul  et  même  domaine  de  l’insuffisance  vélopharyngée,  les 
professionnels recevant des enfants opérés de fente vélaire et présentant une insuffisance 
vélopharyngée utilisent un large panel d’outils différents. 

4. 

Hypothèse 4 

Du  fait  d’un  manque  de  matériel  standardisé  et  spécifique  à  chaque  profession,  les 
échanges  entre  les  différents  professionnels  sont  restreints,  notamment  chez  les 
professionnels exerçant en milieu libéral. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

Chapitre III 

PARTIE EXPERIMENTALE 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

30 

I. 

Population concernée et échantillon retenu 

Afin de répondre à la problématique posée, nous avons créé un questionnaire informatisé 
que nous avons soumis à différents professionnels. Ce questionnaire avait pour objectif de 
connaître  les  moyens  et  outils  utilisés  par  les  chirurgiens,  les  ORL/phoniatres  et  les 
orthophonistes  lors  de  l’évaluation  de  l’insuffisance  vélopharyngée  chez  les  enfants 
porteurs de fente vélaire, afin d’orienter ou non vers une chirurgie de seconde intention. 
Nous  allons  présenter  les  critères  que  nous  avons  retenus  et  qui  nous  ont  semblé 
pertinents  pour  obtenir  un  état  des  lieux  représentatif  des  moyens  d’évaluation.  Notre 
premier  critère  pour  définir  les  destinataires  de  notre  questionnaire  concernait  la 
profession du participant. 

1. 

Professionnels interrogés 

De  par  leurs  décrets  de  compétences  respectifs  que  nous  avons  présentés  dans  la  partie 
théorique,  les  oto-rhino-laryngologistes  (ORL),  les  chirurgiens  et  les  orthophonistes 
interviennent dans la prise en charge de patients porteurs de fente vélaire. La plupart du 
temps,  dès  que  le  diagnostic  de  malformation  est  posé,  les  parents  sont  mis  en  contact 
avec l’un des centres de compétence des fentes palatines proche de chez eux. Au sein de 
ces centres, ils peuvent bénéficier d’un suivi pluridisciplinaire régulier pour leur enfant. 
L’insuffisance vélaire qui peut être constatée dans les années suivant la chirurgie primaire 
constitue la plainte majeure des patients qui consultent alors à nouveau l’un de ces trois 
professionnels.  Lorsque  l’enfant  grandit,  il  peut  être  pris  en  charge  en  orthophonie  en 
cabinet libéral pour une rééducation des différents symptômes qui peuvent résulter de la 
malformation initiale, notamment les troubles de la déglutition ou de la phonation. De ce 
fait,  l’orthophoniste  est  confronté  à  l’évaluation  de  l’insuffisance  vélaire  et  des  signes 
associés.  D’autre  part,  la  prise  en  charge  ORL  surveille  les  pathologies  en  lien  avec 
l’audition,  mais  également  la  phonation  et  la  respiration.  Les  ORL  ou  les  phoniatres 
participent  donc  à  l’évaluation  d’une  éventuelle  insuffisance  vélaire.  Enfin,  les 
chirurgiens  effectuent  le  suivi  pré  et  post-chirurgical  et  décident  notamment  d’une 
éventuelle  chirurgie  secondaire.  Pour  cela,  leur  expertise  d’évaluation  de  l’insuffisance 
vélaire  vient  compléter  celles  effectuées  par  les  ORL  et  les  orthophonistes.  Les  patients 
porteurs  de  fente  vélaire  sont  donc  régulièrement  en  contact  avec  les  ORL,  les 
orthophonistes  et  les  chirurgiens  durant  leur  enfance  et  c’est  pour  cette  raison  que  nous 
nous sommes attachées à interroger ces trois professions.  

Nous  avons  choisi  d’inclure  les  phoniatres  dans  la  classe  des  ORL,  dont  le  champ  de 
compétences  concernant  l’évaluation  de  l’insuffisance  vélaire  est  proche.  Pour  une 
meilleure  lisibilité,  nous  parlerons  des  ORL  tout  en  incluant  dans  ce  terme  à  la  fois  les 
ORL et les phoniatres. 

De  la  même  façon,  et  dans  le  but  d’obtenir  un  nombre  de  réponses  satisfaisant,  nous 
avons  principalement  contacté  des  chirurgiens  maxillo-faciaux  auxquels  nous  avons 
inclus les stomatologues qui sont spécialisés dans la chirurgie buccale et qui, selon nous, 
ont une approche sensiblement identique quant à l’évaluation de l’insuffisance vélaire. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

31 

Par  ailleurs,  lorsque  nous  avons  envoyé  les  questionnaires  pour  la  première  fois,  nous 
n’avions  adressé  le  courrier  d’explication  de  la  recherche  qu’aux  orthophonistes, 
ORL/phoniatres  et  chirurgiens.  Un  orthophoniste  suisse  francophone  nous  a  vivement 
conseillé d’ajouter à notre intitulé que les logopédistes étaient inclus dans notre enquête. 
En  effet,  bien  que  possédant  un  intitulé  différent,  leur  exercice  auprès  des  patients 
porteurs  de  fente  vélaire  est  identique  à  celui  des  orthophonistes  français.  Nous  avons 
donc  modifié  l’en-tête  du  questionnaire  de  manière  à  ce  que  les  logopédistes  se  sentent 
concernés  au  même  titre  que  les  orthophonistes  par  notre  étude.  Cette  terminologie  est 
également utilisée en Belgique. 

En  nous  basant  sur  la  norme  statistique  N=30,  notre  étude  a  voulu  répertorier  un 
maximum  de  réponses  pour  chaque  catégorie  de  professionnel.  Nous  avons  obtenu  29 
réponses de la part des orthophonistes, 14 réponses de la part des ORL et 33 réponses de 
la  part  des  chirurgiens,  soit  76  professionnels  au  total.  Nous  n’avons  donc  pas  recueilli 
assez de réponses, ce qui ne nous permettra pas de certifier statistiquement la validité de 
nos résultats au regard de la population réelle des professionnels. 

La  profession  du  participant  constitue  donc  le  premier  critère  définissant  la  population 
interrogée  pour  notre  questionnaire  ;  le  second  critère  de  sélection  concerne  les  modes 
d’exercice des professionnels. 

2. 

Modes d’exercice des professionnels 

Après  avoir  désigné  les  trois  catégories  de  professionnels,  nous  avons  inclus  dans  nos 
critères de sélection les modes d’exercice suivants : le milieu libéral, le milieu hospitalier, 
le milieu institutionnel ou un exercice mixte. 

Il  nous  semblait  important  de  proposer  ces  quatre  choix  de  mode  d’exercice  dans  nos 
critères pour que tous les professionnels, notamment les orthophonistes, puissent se sentir 
concernés. En effet, suite au premier envoi du questionnaire, certains professionnels nous 
ont contactées pour nous dire qu’ils ne voyaient qu’un patient en libéral et ne se sentaient 
pas  suffisamment  compétents  pour  répondre  à  nos  questions.  Or  chaque  expérience 
pouvait  nous  être  utile  pour  effectuer  l’état  des  lieux  des  outils  d’évaluation,  et  nous 
avons  insisté  pour  que  ces  professionnels  remplissent  également  le  questionnaire.  En 
effet, dans chacun des différents lieux d’exercice, le professionnel peut se retrouver face à 
un patient souffrant d’insuffisance vélaire.  

Lors  de  la  première  édition  du  questionnaire,  nous  n’avions  pas  cherché  à  connaître  le 
mode d’exercice du participant : ce critère de sélection avait pour seul but de confirmer 
aux  professionnels  que  quel  que  soit  leur  mode  d’exercice,  ils  étaient  susceptibles  de 
pouvoir  répondre  aux  questions.  Par  la  suite,  nous  avons  cependant  remarqué  qu’à  la 
question  « Avez-vous  constaté  un  manque  de  communication  entre  les  chirurgiens,  les 
ORL et les orthophonistes quant à la prise en charge de ces patients ? » (A23), la plupart 
des  professionnels  exerçant  en  libéral  semblaient  rencontrer  des  difficultés.  A  partir  de 
cette  observation,  il  nous  a  paru  intéressant  de  connaître  le  mode  d’exercice  de  ces 
professionnels,  afin  d’objectiver  la  plainte  des  professionnels  concernant  un  manque 
d’échange selon leur lieu d’exercice respectif. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

32 

Ainsi, le critère concernant le mode d’exercice de chaque professionnel a permis dans un 
premier temps d’inclure  chaque personne  ayant  part à l’évaluation  de l’IVP, quelle que 
soit  leur  expérience  dans  ce  domaine.  Dans  un  second  temps,  il  nous  a  révélé  le  mode 
d’exercice des répondants au questionnaire, ce qui nous a ainsi permis de répondre à notre 
hypothèse  selon  laquelle  les  échanges  entre  les  professionnels  sont  plus  restreints  en 
milieu libéral qu’en milieu hospitalier.  

3. 

Patientèle 

Dans un troisième et dernier temps, nous avons rappelé que les professionnels répondant 
au  questionnaire  devaient  recevoir  dans  leur  pratique  un  ou  des  patients,  enfants  ou 
adultes, porteurs de fente palatine et pour lesquels une insuffisance vélaire avait été notée. 
En effet, il nous importait que la pratique du professionnel soit encore actuelle et qu’il ne 
réponde  pas  au  questionnaire  en  souvenir  des  prises  en  charge  antérieures.  Nous  avons 
également  posé  des  questions  concernant  les  outils  utilisés  afin  de  connaître  les  outils 
actuellement utilisés dans l’évaluation de l’insuffisance vélaire. 

II. 

Matériel utilisé 

Pour  obtenir  des  résultats  les  plus  pertinents  et  précis  possibles,  nous  avons  choisi  de 
créer  un  questionnaire  informatisé  disponible  en  ligne,  dans  lequel  les  questions  et  les 
propositions  de réponses étaient  pré-remplies.  Grâce  au support informatisé, nous  avons 
pu  diffuser  notre  questionnaire  à  de  nombreux  contacts  en  France,  mais  également  en 
Suisse, en Belgique et au Canada, pour une minorité. Notre objectif était de recueillir un 
maximum de réponses afin d’avoir des résultats fiables et valides. 

Nous  avons  décidé  d’utiliser  le  questionnaire  d’enquête  de  Google  Drive 
(drive.google.com) qui nous permettait d’obtenir, en plus d’un tableur Excel dans lequel 
toutes  les  réponses  étaient  répertoriées,  une  synthèse  quantitative  des  résultats  obtenus 
pour chaque question ainsi que des analyses statistiques globales. Les graphiques en lien 
avec chaque réponse nous ont donné un aperçu visuel de celles-ci. 

1. 

Contenu des questions 

Nous avons cherché d’une part à répondre à notre problématique en dressant un état des 
lieux  des  outils  et  méthodes  d’évaluation  de  l’insuffisance  vélaire  chez  les  patients 
porteurs  de  fente  vélaire.  D’autre  part,  nous  avons  souhaité  obtenir  des  informations 
suffisamment riches pour pouvoir proposer une  réflexion sur la mise en place d’un outil 
d’évaluation pluridisciplinaire.  

Grâce  à  l’apport  de  la  littérature  et  en  particulier  de  l’ouvrage  de  Baylon  et  Montoya 
(1996),  nous  avons  organisé  le  questionnaire  en  fonction  des  deux  types  de  bilan  de 
l’insuffisance vélaire, telles que les auteurs les ont présentés. Nous avons donc distingué 
deux périodes du développement linguistique de l’enfant : la période pré-phonétique et la 
période  phonétique.  Selon  la  catégorie  dans  laquelle  l’enfant  se  situe,  le  professionnel 
effectue un bilan différent. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

33 

1.1. 

Diagnostic en période pré-phonétique 

La première partie du questionnaire considère donc le diagnostic clinique en période pré-
phonétique, c’est-à-dire lorsque l’enfant n’a pas encore acquis les phonèmes de sa langue 
maternelle (questions A1 à A5). Les questions posées concernent essentiellement les liens 
entre  l’insuffisance  vélopharyngée  (IVP)  et  d’éventuels  troubles  de  déglutition  et  de  la 
respiration observés chez les patients. 

1.2. 

Diagnostic en période phonétique  

La deuxième partie est plus conséquente et concerne l’évaluation de l’enfant avec langage 
(questions A6 à A23). Nous nous sommes appuyées sur l’étude de Billmire & al. (2012) 
menée aux Etats-Unis dont l’un des objectifs était de déterminer les méthodes employées 
par  les  différents  professionnels  intervenant  dans  l’évaluation  d’une  insuffisance  vélaire 
chez  des  patients  porteurs  de  fente  vélaire.  Certains  items  de  leur  questionnaire  nous 
semblaient pertinents pour notre problématique et nous les avons insérés au nôtre. 

Pour  la  majorité  des  questions,  une  liste  de  réponses  était  proposée  mais  lorsque  nos 
propositions ne nous semblaient pas exhaustives et dans le but d’obtenir le maximum de 
données,  nous  avons  proposé  une  case  « Autre »  afin  que  le  professionnel  puisse 
compléter et préciser sa réponse (questions A7, A13, A15, A18 bis). 

Les questions A23 à A26 ont été créées dans le but de connaître le profil du professionnel 
et de répondre à l’hypothèse selon laquelle les échanges entre les professionnels sont plus 
restreints  dans  le  milieu  libéral  que  le  milieu  hospitalier.  Nous  leur  avons  également 
demandé  depuis  combien  d’années  ils  exerçaient  dans  ce  domaine  afin  de  voir  si  cette 
prise en charge était récente chez certains professionnels ou non. 

1.3. 

Spécificité de la discipline  

A  la  fin  de  cette  série  de  questions,  la  personne  répondant  au  questionnaire  devait 
renseigner sa profession (A27) et en fonction de celle-ci, elle accédait à une seconde page 
dans  laquelle  nous  avions  répertorié  des  questions  spécifiques  à  l’évaluation  de  chaque 
profession. 

Pour les chirurgiens, les deux questions concernaient le type de chirurgie privilégié par le 
professionnel ainsi que les raisons pour lesquelles il choisissait un type plutôt qu’un autre. 
Ces  questions  (B1,  B2)  avaient  pour  objectif  de  repérer  si  un  type  de  chirurgie  faisait 
l’unanimité parmi les équipes ou si chaque équipe avait sa propre technique privilégiée. 
La  littérature  rappelle  qu’il  n’existe  pas  de  consensus  dans  le  choix  des  chirurgies 
(Baylon & Montoya, 1996). 

D’autre part, nous avons également demandé aux ORL et aux orthophonistes d’indiquer 
l’origine  de  la  demande  de  bilan  afin  de  vérifier  l’hypothèse  d’un  manque  de 
communication  entre  les  professionnels.  Cette  origine  pouvait  faire  suite  à  l’avis  d’un 
ORL  ou  d’un  orthophoniste,  d’un  chirurgien,  à  la  demande  des  parents  ou  encore  d’un 
médecin généraliste (C1 et D2). Une deuxième question (C2) pour les ORL interrogeait le 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

34 

répondant  sur  les  critères  de  choix  du  professionnel  quant  à  la  chirurgie  de  seconde 
intention. 

Pour  les  orthophonistes,  en  revanche,  nous  avons  cherché  à  savoir  s’ils  utilisaient  un 
matériel d’évaluation construit par eux-mêmes. Le cas échéant, nous avons demandé sur 
quel matériel ils s’appuyaient pour leur évaluation (D1, D1 bis), ce qui nous permettait de 
répondre à l’hypothèse selon laquelle les orthophonistes utilisent davantage de matériels 
élaborés  par  eux-mêmes  et  conçus  à  partir  de  leur  expérience  personnelle  que  d’outils 
standardisés et spécifiques à l’évaluation de l’IVP. 

2. 

Types de questions et formulation 

Pour répondre au mieux à notre problématique et afin d’obtenir des résultats pertinents, 
nous  avons  proposé  plusieurs  types  de  questions.  Nous  avons  proposé  d’une  part  des 
questions ouvertes et semi-ouvertes dans lesquelles le professionnel avait un choix entre 
plusieurs items et pouvait compléter sa réponse, et d’autre part des questions fermées, ne 
lui laissant pas le choix d’ajouter ses propres réponses.  

2.1. 

Questions ouvertes et semi-ouvertes 

Lorsque  notre  recensement  de  matériel  n’était  pas  exhaustif,  nous  avons  offert  la 
possibilité à la personne répondant au questionnaire d’ajouter ses propres réponses ou de 
compléter nos propositions. Notre objectif était d’obtenir des réponses les plus complètes 
possibles. Ces questions semi-ouvertes ont demandé une analyse qualitative plus longue, 
mais  nous  ont  donné  également  des  informations  précieuses,  notamment  sur  le  matériel 
utilisé par les différents professionnels (questions A7, A13, A15, A18, B2). 

D’autres  questions  étaient  ouvertes,  laissant  alors  au  participant  le  libre  choix  de  sa 
réponse (questions A9 bis, A11, A16 bis, A17 bis, A18 bis). 

2.2. 

Questions fermées et préformées 

Les questions fermées et préformées proposaient une liste de réponses auparavant établies 
selon  les  prédictions  du  testeur,  et  que  le  professionnel  devait  cocher.  Le  principal 
avantage de cette forme de questions est qu’elle a facilité l’analyse statistique. 

Parmi ces questions, nous avons choisi de distinguer les questions à réponses multiples et 
les questions à réponse unique selon le type d’informations que nous souhaitions obtenir. 
La  question  A22  bis  faisant  appel  à  une  classification  de  référence,  celle  de  Borel-
Maisonny, nous avons pris soin de rappeler les définitions de chaque catégorie afin d’être 
assurées que le professionnel répondant au questionnaire se basait sur les mêmes critères 
que nous. 

 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

35 

3. 

Présentation 

Notre questionnaire était organisé selon différentes rubriques : 

-

  A.  Le  diagnostic  clinique,  comportant  les  deux  périodes  pré-phonétique  et 

phonétique 

-

  B. Les questions spécifiques aux chirurgiens 

-

  C. Les questions spécifiques aux ORL/phoniatres 

-

  D. Les questions spécifiques aux orthophonistes/logopédistes.  

Chaque professionnel répondait donc à la partie A, puis selon sa spécialité, il était orienté 
vers  les  rubriques  B,  C  ou  D.  Dans  un  paragraphe  de  présentation,  nous  nous  sommes 
présentées  puis  nous  avons  expliqué  aux  participants  le  déroulé  du  questionnaire.  Notre 
démarche de recherche, les critères d’inclusion ainsi que le lien vers le questionnaire se 
trouvaient dans le corps du message que nous avons transmis aux personnes contactées. 

Ainsi,  les  professionnels  étaient  au  courant  des  modalités  de  notre  enquête,  mais 
également  de  l’organisme  de  référence  ainsi  que  de  la  personne  encadrant  le  mémoire 
(Annexe III). 

III. 

 Pr

océdure d’enquête 

1. 

 Etat des lieux dans la littérature 

Pour  réaliser  le  questionnaire,  nous  avons  dans  un  premier  temps  cherché  à  lister  les 
différents  signes  cliniques  observables  chez  les  enfants  porteurs  de  fente  vélaire  et 
présentant  une  IVP.  Une  fois  la  liste  créée,  ces  renseignements  nous  ont  permis  de 
rechercher  les  données  de  la  littérature  concernant  l’évaluation  de  chaque  domaine  de 
l’insuffisance  vélaire.  Nous  avons  ainsi  pu  mieux  cerner  les  différents  rôles  des 
professionnels dans cette évaluation ainsi que les outils généralement utilisés. Nous avons 
cependant  remarqué  que  les  bilans  des  orthophonistes  étaient  peu  nourris  par  des  outils 
standardisés  et  étalonnés  mais  qu’au  contraire,  ils  utilisaient  majoritairement  des  outils 
« maison »,  créés  à  partir  de  leur  propre  expérience.  En  revanche,  nous  avons  constaté 
que  les  chirurgiens  et  les  ORL  disposaient  de  divers  matériels  techniques  donnant  des 
résultats  objectifs  dans  l’évaluation.  Les  données  recueillies  dans  la  littérature  nous  ont 
montré  qu’il  n’existait  pas  de  consensus  général  quant  à  l’évaluation  de  l’insuffisance 
vélaire et que les sources bibliographiques avaient parfois des trames de bilan différentes 
selon les auteurs.  

Nous  avons  ensuite  rencontré  plusieurs  professionnels,  médecins  ORL,  chirurgiens  et 
orthophonistes, afin de découvrir et de recenser précisément les outils qu’ils utilisent et de 
mieux connaître leur démarche d’évaluation clinique. Cette étape de la phase exploratoire 
nous a amenées à mieux comprendre le fonctionnement et la pertinence de certains outils, 
notamment en phoniatrie où les matériels utilisés sont très spécifiques. 

Enfin, dans un troisième temps, nous avons rédigé notre questionnaire en nous appuyant 
sur  l’étude  de  Billmire  et  al.  (2012)  qui  visait  à  recenser  les  différents  matériels 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

36 

d’évaluation de l’IVP existants aux Etats-Unis. Suite à cette étape, nous avons à nouveau 
échangé avec des professionnels sur la clarté de notre outil d’investigation. Nous avons 
soumis notre questionnaire à leurs remarques afin d’améliorer au mieux la pertinence des 
questions,  de  clarifier  certaines notions  qui  n’étaient  pas  assez développées  ou  d’ajouter 
d’autres questions auxquelles nous n’avions initialement pas pensé. Ces ajustements nous 
ont menées à la version finale que nous avons transmise aux participants. 

2. 

Création d’une base de données 

En  parallèle  de  notre  recherche  théorique,  nous  avons  constitué  une  base  de  données 
répertoriant  les  ORL,  chirurgiens  et  orthophonistes  intervenant  dans  l’évaluation  de 
l’insuffisance  vélaire  chez  les  enfants  porteurs  de  fente  vélaire.  Pour  cela,  nous  avons 
répertorié l’ensemble des centres de référence des fentes labio-palatines via l’Association 
Francophone  des  Fentes  Faciales  (AFFF).  Nous  avons  ensuite  recherché  et  obtenu  une 
grande  partie  des  coordonnées  électroniques  de  chirurgiens,  ORL  et  orthophonistes 
répartis sur le territoire français. Pour ceux dont les coordonnées n’étaient pas les bonnes, 
nous  avons  directement  pris  contact  avec  les  services  d’ORL  et  de  chirurgie  maxillo-
faciale des hôpitaux français dans le but d’obtenir les coordonnées des professionnels et 
d’étendre l’effectif de notre population. 

Nous  avons  également  sollicité  différents  forums  et  réseaux  en  lien  avec  les  fentes 
palatines et sollicité nos enseignants pour élargir notre cercle de professionnels. 

Enfin,  pour  les  recherches  effectuées  hors  de  France,  nous  avons  cherché  les  contacts 
directement  auprès  des  services  ORL  et  maxillo-facial  répertoriés  dans  les  grands 
hôpitaux de Belgique, de Suisse et du Canada. 

3. 

 Diffusion du questionnaire 

Nous  avons  ensuite  rédigé  un  courrier  d’information  destiné  aux  professionnels 
réceptionnant  notre  questionnaire.  Ce  courrier  était  utilisé  comme  corps  du  message  et 
présentait  notre  travail  de  recherche,  tout  en  rappelant  les  critères  d’inclusion  de  la 
population  ainsi  que  les  objectifs  du  questionnaire  (Annexe  IV).  Le  lien  vers  le 
questionnaire en ligne était également intégré dans le mail afin d’y avoir un accès facile. 

Suite à notre travail méthodologique pour l’obtention des contacts, nous avons diffusé le 
questionnaire  via  les  adresses  e-mail  recueillies  à  environ  300  professionnels  triés  selon 
leur profession et ciblés pour leur pratique auprès d’enfants porteurs de fente palatine et 
présentant une insuffisance vélaire. Pendant près de sept mois, nous avons réceptionné les 
réponses des professionnels. Nous avons effectué des relances régulières auprès de ceux 
dont nous n’avions pas eu de réponse tout en les incitant à diffuser le questionnaire auprès 
de leurs réseaux de professionnels. 

 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

37 

IV. 

Conclusion de la partie expérimentale 

Ainsi, après avoir ciblé une certaine population, nous avons créé un questionnaire à partir 
des  données  recueillies  dans  la  littérature  et  des  propos  des  professionnels  que  nous 
connaissions.  

Au  terme  de  notre  expérimentation,  comme  nous  l’avons  évoqué  précédemment,  nous 
avons obtenu un total de 76 réponses, dont celles de 33 chirurgiens, 14 ORL/phoniatres et 
29  orthophonistes.  Grâce  à  l’analyse  de  leurs  réponses,  nous  avons  listé  les  différents 
outils  d’évaluation  de  l’insuffisance  vélaire  utilisés  par  ces  professionnels  auprès  des 
patients porteurs de fente vélaire. Dans un second temps, l’analyse de ces données nous a 
permis  de  proposer  une  trame  d’un  outil  d’évaluation  utilisable  par  chacun  des 
professionnels, quel que soit leur milieu d’exercice. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

Chapitre IV 

PRESENTATION DES RESULTATS 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

39 

Dans  cette  partie,  nous  allons  présenter  les  résultats  que  nous  avons  obtenus  suite  à 
l’analyse des réponses au questionnaire.  Ce questionnaire a été proposé à trois types de 
professionnels : 

les 

chirurgiens, 

les 

oto-rhino-laryngologistes 

(ORL) 

et 

les 

orthophonistes/logopédistes évaluant l’insuffisance vélopharyngée (IVP) chez les patients 
opérés de fente vélaire. 

Dans  un  premier  temps,  nous  présenterons  le  profil  des  professionnels  ayant  répondu  à 
notre  questionnaire.  Nous  détaillerons  ensuite  les  réponses  en  lien  avec  les  différentes 
hypothèses  que nous  avons  émises. Nous  supposons d’abord que lors de  l’évaluation  de 
l’IVP,  les orthophonistes évaluent essentiellement  le versant  langagier qui  correspond  à 
leur champ spécifique de compétences, tandis que les autres professionnels évaluent des 
aspects  plus  anatomo-physiologiques.  Ensuite,  nous  présumons  que  les  orthophonistes 
emploient davantage de matériels d’évaluation de l’insuffisance vélopharyngée conçus à 
partir de leur expérience personnelle ainsi que des outils orthophoniques non spécifiques 
à  l’évaluation  de  l’insuffisance  vélaire,  que  d’outils  spécifiques  à  cette  pathologie.  En 
effet, ce matériel spécifique semble plus rare pour les orthophonistes que pour les autres 
professionnels.  Puis  nous  prédisons  que  pour  un  même  domaine  d’évaluation  de  l’IVP, 
les professionnels qui reçoivent des enfants opérés de fente vélaire et présentant une IVP 
utilisent des outils différents. Enfin, dans un dernier temps, nous nous attendons à ce que 
les  échanges  entre  les  différents  professionnels  soient  restreints  du  fait  de  l’absence  de 
matériel  spécifique  standardisé,  notamment  pour  les  professionnels  exerçant  en  milieu 
libéral.  Pour  l’analyse  des  données,  nous  avons  appliqué  des  pourcentages  qui  nous 
permettent de présenter les résultats sous forme de données descriptives.  

I. 

Profil des professionnels 

de l’échantillon 

1. 

Profil général de l’échantillon 

Le  nombre  de  personnes  ayant  répondu  au  questionnaire  et  correspondant  à  notre 
population s’élève à 76 professionnels, ce qui représente 28% des personnes contactées. 
Parmi eux, nous pouvons répertorier 33 chirurgiens, 14 ORL et 29 orthophonistes (Figure 
5). Malgré de nombreuses relances effectuées régulièrement auprès  de nos contacts pour 
les  inciter  à  nous  répondre  et  à  diffuser  le  questionnaire  auprès  de  leur  entourage 
professionnel, le nombre de réponses des ORL reste très faible. De ce fait, cet échantillon 
trop  peu  significatif  ne  nous  permettra  pas  de  comparer  cet  échantillon  aux  deux  autres 
catégories de professionnels dans notre analyse. Nous indiquerons cependant les résultats 
correspondant à leurs réponses à titre indicatif. 

 

Figure 5 : Profil général de l'échantillon 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

40 

Les professionnels interrogés exercent en France pour la grande majorité (69), et une très 
petite partie exerce en Suisse (3) et en Belgique (4). 

20%  des  professionnels  de  notre  échantillon  ont  entre  1  et  5  ans  d’exercice  (45% 
d’orthophonistes, 7% d’ORL et 3% de chirurgiens). 13% d’entre eux ont travaillé dans ce 
domaine  entre  6  et  10  ans  d’exercice  (7%  d’orthophonistes,  21%  d’ORL  et  15%  de 
chirurgiens).  32%  exercent  depuis  11-15  ans  dans  ce  domaine  (24%  d’orthophonistes, 
43% d’ORL et 33% de chirurgiens) et 36% depuis plus de 16 ans (24% d’orthophonistes, 
29% d’ORL et 48% de chirurgiens) (Figure 6). 

 

Figure 6 : Nombre d'années d'exercice dans le domaine des fentes palatines. a : toutes catégories 

confondues ; b : par profession 

2. 

Modes d’exercices des professionnels 

Les  professionnels  ayant  répondu  au  questionnaire  ont  renseigné  pour  la  plupart  leur 
mode  d’exercice  :  en  milieu  libéral,  en  milieu  hospitalier,  en  institution  ou  en  exercice 
mixte, c’est-à-dire à la fois en milieu libéral et hospitalier.  La  Figure 7a  nous permet de 
voir  la  répartition  de  l’ensemble  des  professionnels  selon  les  lieux d’exercice.  57% 
d’entre  eux  travaillent  en  milieu  hospitalier,  ce  qui  implique  généralement  une  prise  en 
charge pluridisciplinaire des patients présentant une IVP. Les professionnels exerçant à la 
fois en milieu libéral et hospitalier représentent 20% de la population, ce qui élève à 77% 
le  nombre  de  professionnels  ayant  répondu  au  questionnaire  qui  exercent  en  milieu 
hospitalier. Enfin, 9% des professionnels travaillent uniquement en milieu libéral. Aucun 
professionnel  n’a  mentionné  travailler  en  institution.  Il  faut  noter  toutefois  un  taux 
d’abstention de 14% dans l’échantillon global pour cette question. 

La  Figure  7b  présente  les  différents  modes  d’exercice  par  profession.  Parmi  les 
chirurgiens  ayant  répondu,  aucun  n’effectue  d’évaluation  de  l’insuffisance  vélaire  en 
libéral. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

41 

 

Figure 7 : a : mode d'exercice de l'échantillon ; b : mode d'exercice par profession 

II. 

Evaluation de l’IVP selon des champs de compétence 

définis 

1. 

Des domaines d’évaluation spécifiques à chaque professionnel 

Nous avons tout d’abord supposé que lors d’une évaluation de l’IVP, les orthophonistes 
qui reçoivent des enfants présentant une IVP évaluent essentiellement le versant langagier 
qui correspond à leur champ spécifique de compétences, tandis que les chirurgiens et les 
ORL évaluent des aspects plus anatomo-physiologiques. 

Nous avons donc listé les différents signes cliniques observés dans le cas d’une IVP afin 
de  voir  quels  domaines  particuliers  chaque  professionnel  évalue.  Ainsi,  nos  questions 
étaient  orientées  vers  l’évaluation  de  la  déglutition  et  de  la  respiration,  le  bavage 
nocturne,  la  parole,  les  praxies  bucco-faciales,  l’observation  du  voile  et  l’examen 
audiométrique. 

61%  des  chirurgiens  et  64%  des  ORL  évaluent  la  tonicité  du  voile  au  repos  alors  que 
seulement 31% des orthophonistes l’évaluent (Figure 8a). Cet écart de 30% et de 33% se 
réduit lors de l’évaluation de la tonicité du voile en phonation : 79% des chirurgiens, 93% 
des ORL et 79% des orthophonistes disent l’évaluer (Figure 8b). 

a : Evaluation de la tonicité du voile au repos 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

42 

b : Evaluation de la tonicité du voile en phonation 

 

Figure 8 : a : Evaluation de la tonicité du voile au repos ; b : Evaluation de la tonicité du voile en 

phonation 

 

Par ailleurs, les praxies bucco-faciales sont en lien étroit avec l’articulation et le langage. 
Les résultats montrent qu’elles sont davantage évaluées par les orthophonistes (93%) que 
par  les  chirurgiens  (55%)  et  les  ORL  (71%)  (Figure  9).  Ces  résultats  semblent  donc 
valider notre première hypothèse. 

 

Figure 9 : Evaluation des praxies bucco-faciales 

2. 

Des domaines d’évaluation communs aux professionnels 

Concernant la déglutition chez des enfants en âge pré-phonétique, 66% des professionnels 
affirment  observer  parfois  des  troubles  de  la  déglutition.  Cela  concerne  58%  des 
chirurgiens, 57% des ORL et 79% des orthophonistes (Figure 11). Ces derniers semblent 
plus  prompts  à  évaluer  ce  domaine  de  manière  systématique,  mais  les  pourcentages 
relevés  chez  les  chirurgiens  et  les  ORL  montrent  que  les  orthophonistes  ne  sont  pas  les 
seuls à évaluer ce domaine. 

Dans les signes cliniques associés aux troubles de la déglutition, 66% des professionnels 
notent la présence de jetages ou écoulements nasaux abondants (55% de chirurgiens, 71% 
d’ORL  et  76%  d’orthophonistes),  50%  observent  des  difficultés  pour  téter  (52%  de 
chirurgiens,  50%  d’ORL  et  48%  d’orthophonistes),  28%  constatent  des  reflux  gastro-
œsophagiens (27% de chirurgiens, 36% d’ORL et 24% d’orthophonistes) et 14% d’entre 
eux notent des fausses routes (12% de chirurgiens, 29% d’ORL et 10% d’orthophonistes) 
(Figure 10). Ce domaine n’est  donc pas exclusivement évalué par les orthophonistes,  ce 
qui semble infirmer l’hypothèse 1. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

43 

 

Figure 10 : Signes cliniques associés à un trouble de déglutition 

 

De même, 83% des professionnels évaluent le type de respiration du patient, soit 79% des 
chirurgiens,  86%  des  ORL  et  86%  des  orthophonistes.  Parmi  eux,  19% des  chirurgiens, 
25%  des  ORL  et  32%  des  orthophonistes  observent  un  lien  fréquent  entre  l’IVP  et  un 
ronflement  nocturne.  Ces  résultats  homogènes  semblent  infirmer  notre  première 
hypothèse.  La Figure 11  présente un récapitulatif de l’évaluation  de la déglutition,  de la 
respiration spontanée et de la tonicité du voile en phonation effectuée par l’ensemble des 
professionnels. 

 

Figure 11 : Evaluation de la déglutition, de la respiration spontanée et de la tonicité du voile en 

phonation 

 
D’autre part, les enfants porteurs d’IVP peuvent présenter des bavages nocturnes. A cette 
question,  30%  des  chirurgiens  disent  interroger  le  patient  sur  un  bavage  nocturne,  alors 
que  50%  des  ORL  et  52%  des  orthophonistes  le  font  (Figure  12).  Ainsi,  les 
orthophonistes  sont  plus  nombreux  que les  chirurgiens  à  pratiquer  cette  évaluation  mais 
sont aussi nombreux que les ORL. Notons toutefois que les ORL étant un échantillon très 
réduit  (n=14),  leur  pourcentage  n’est  pas  représentatif  de  la  population  générale  de  leur 
profession.  Ce  domaine  ne  semble  donc  pas  être  spécifique  à  l’une  de  ces  trois 
professions, ce qui infirme notre première hypothèse. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

44 

 

Figure 12 : Evaluation du bavage nocturne 

 

Par ailleurs, l’évaluation perceptive de la parole, de la voix et de l’articulation s’effectue 
de manière systématique chez les orthophonistes et les ORL alors que certains chirurgiens 
ne la font pas (9%). La Figure 13 montre de quelle manière cette évaluation perceptive est 
faite :  en  parole  spontanée,  en  répétition  de  tous  les  sons  de  la  langue,  en  lecture  ou  en 
comptage. Ces résultats ne vont pas dans le sens de notre première hypothèse. 

 

Figure 13 : Evaluation perceptive (parole, voix et articulation) 

 

Enfin,  la  majorité  des  professionnels  orientent  le  patient  vers  un  examen  audiométrique 
(88% de chirurgiens, 93% d’ORL et 86% d’orthophonistes), lequel ne sert pas toujours de 
critère dans l’indication d’une pharyngoplastie (20%). 

Ces  résultats  montrent  que les orthophonistes évaluent  effectivement en grande majorité 
le  domaine  de  la  parole  dans  le  cadre  d’une  IVP.  En  revanche,  ils  ne  sont  pas  seuls  à 
l’effectuer : en effet, les chirurgiens et les ORL participent également à cette évaluation. 
L’hypothèse 1 est donc partiellement vérifiée. Il convient maintenant de s’intéresser aux 
outils  utilisés par les professionnels  qui  évaluent l’IVP  chez les enfants  opérés de fente 
vélaire. 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

45 

III. 

Outils d’évaluation de l’IVP 

Nous avons supposé que les orthophonistes utilisaient davantage de matériel d’évaluation 
de l’insuffisance vélopharyngée conçus à partir de leur expérience personnelle ainsi que 
des  outils  orthophoniques  non  spécifiques  à  l’évaluation  de  l’insuffisance  vélaire,  que 
d’outils  spécifiques  à  cette  pathologie.  Nous  avons  donc  posé  des  questions  sur  les 
matériels  utilisés  pour  l’évaluation  de  différents  domaines,  en  proposant  certains  outils 
existant spécifiques au domaine évalué et en laissant la possibilité de préciser si d’autres 
matériels étaient utilisés. 

1. 

Outils standardisés spécifiques et outils « maison » 

Pour  l’évaluation  perceptive  de  la  parole,  les  orthophonistes  utilisent  davantage  d’outils 
« maison »  (67%)  que  d’outils  spécifiques  à  l’évaluation  perceptive  de  la  parole  (39%). 
La  Figure  14  montre  que  certains  outils  standardisés  mais  n’étant  pas  destinés 
initialement à cette évaluation perceptive sont également utilisés (22%). Les références et 
la description des outils dont il sera mention peuvent être consultées en Annexe V. 

 

Figure 14 : Matériel utilisé par les orthophonistes pour l’évaluation perceptive (parole, voix et 

articulation) 

 
Les  outils  spécifiques  utilisés  pour  l’évaluation  perceptive  de  la  parole  sont  Evalo  2-6 
(Coquet,  Ferrand  &  Roustit,  2009)  (6%),  le  Bilan  Parole  et  Articulation  (Borel-
Maisonny, 1963) (17%), le Bzoch Error Patterns Diagnostic Articulation Test adapté en 
français  (Bzoch,  1979)  (6%)  et  l’aérophonoscope  (6%).  Parmi  les  autres  matériels 
standardisés,  la  batterie  E.L.O.  (Evaluation  du  Langage  Oral,  Khomsi,  2001)  est  citée 
plusieurs  fois.  En  outre,  le  test  de  la  N-EEL  (Nouvelles  Epreuves  pour  l’Examen  du 
Langage Oral
, Chevrie-Müller & Plaza, 2001) est également utilisé. 

Nous constatons  que l’utilisation d’outils  « maison »  est  prédominante pour l’évaluation 
perceptive  de  la  parole.  L’analyse  des  résultats  révèle  que  les  orthophonistes  utilisent 
majoritairement des livres et des images mais également des listes de mots ou de phrases 
élaborées  par  leurs  soins,  des  puzzles  contenant  les  sons  nécessaires  au  bilan,  des 
imagiers ou encore des jeux. Ces résultats valident donc notre deuxième hypothèse. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

46 

D’autre  part,  l’observation  intra-buccale  se  fait  au  moyen  de  divers  outils  (Figure  15). 
Aucun de ces outils n’est spécifique à l’observation intra-buccale. Cependant, la lampe et 
l’abaisse-langue sont largement utilisés par les orthophonistes : 47% utilisent une lampe 
et 58% utilisent un abaisse-langue. L’hypothèse 2 est validée. 

 

Figure 15 : Matériel utilisé par les orthophonistes pour l’observation intra-buccale 

 

De  même,  88%  des  orthophonistes  évaluent  la  tonicité  du  voile  au  repos  par  une 
observation directe et 12% d’entre eux utilisent un miroir. En phonation, 80% utilisent la 
parole (répétition de sons, alternance a/an, parole spontanée ou lecture) pour une analyse 
perceptive de la tonicité du voile, 30% pratiquent une observation directe, 5% utilisent un 
miroir et 5% observent la contre-résistance joues gonflées (Figure 16). L’aérophonoscope 
est  le  seul  outil  spécifique,  utilisé  par  peu  d’orthophonistes  (5%).  L’hypothèse  est 
vérifiée. 

 

Figure 16 : Matériel utilisé par les orthophonistes pour l’évaluation de la tonicité du voile au repos et 

en phonation 

 
Enfin,  afin  de  réaliser  l’évaluation  des  praxies  bucco-faciales,  38%  des  orthophonistes 
utilisent  la  batterie  Evalo  2-6  ou  Evalo  BB  (Coquet,  Ferrand  &  Roustit,  2010),  10% 
utilisent le Bilan Parole et Articulation (Borel-Maisonny, 1963) et 10% utilisent d’autres 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

47 

tests  standardisés,  tels  que  le  test  B.E.P.L.  (Batterie  d’Evaluation  Psycho-Linguistique
Chevrie-Müller,  Fournier  &  Simon,  1988)  ou  le  Test  pour  l’Examen  de  l’Aphasie 
(Ducarne,  1965)  (Figure  17).  Chacun  de  ces  tests  standardisés  offre  la  possibilité 
d’évaluer les praxies bucco-faciales de manière isolée. 

 

Figure 17 : Matériel utilisé par les orthophonistes pour l’évaluation des praxies bucco-faciales 

 

La  Figure  17  montre  qu’en  revanche  48%  des  orthophonistes  utilisent  des  outils 
« maison »  pour  cette  évaluation.  L’analyse  qualitative  des  résultats  obtenus  révèle  que 
les orthophonistes utilisent majoritairement des tests personnels ou encore des protocoles 
créés  au  fur  et  à  mesure  des  années,  en  comparaison  avec  des  outils  standardisés 
spécifiques ou non, afin d’évaluer des domaines divers de l’IVP. Ces outils proviennent 
de leur propre matériel orthophonique, de listes créées au cours de leur carrière ou encore 
d’autres matériels détournés à dessein. L’hypothèse 2 est donc vérifiée. 

2. 

Différents outils utilisés pour un même domaine 

d’évaluation 

Nous nous sommes interrogées sur la spécificité des outils d’évaluation de l’insuffisance 
vélopharyngée  utilisés  par  les  professionnels.  A  ce  sujet,  nous  avons  supposé  que  ces 
derniers utilisaient des outils différents pour un même domaine d’évaluation, que ce soit 
de manière interprofessionnelle ou intra-professionnelle. 

Nous  avons  donc  questionné  orthophonistes,  chirurgiens  et  ORL  sur  le  matériel  qu’ils 
utilisaient  et  sur  leur  manière  d’évaluer  les  domaines  suivants :  l’examen  clinique, 
l’évaluation  perceptive  (parole,  voix  et  articulation),  l’évaluation  des  praxies  bucco-
faciales et les mesures aérodynamiques. 

Les résultats concernant l’examen clinique de l’IVP montrent que 49% des professionnels 
utilisent  un  protocole  qu’ils  ont  eux-mêmes  choisi  et  qui  ne  varie  pas  d’un  patient  à 
l’autre (48% de chirurgiens, 36% d’ORL et 55% d’orthophonistes). 

Nous retrouvons 75% des professionnels opérant une évaluation perceptive de la sévérité 
de la fuite lors de cet examen (85% de chirurgiens, 64% d’ORL et 69% d’orthophonistes). 
Cette  répartition  n’est  pas  aussi  équilibrée  entre  les  professionnels  qui  effectuent  une 
fibroscopie nasopharyngée (36%). En effet, seulement 14% des orthophonistes l’opèrent, 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

48 

contre 45% de chirurgiens et 57% d’ORL, ce qui peut s’expliquer par l’absence d’outils 
techniques chez les orthophonistes (Figure 18). 

 

Figure 18 : Méthodes d’examen clinique de l’IVP 

 
Pareillement,  seulement  5%  des  professionnels  se  servent  de  l’imagerie  par  résonnance 
magnétique  (9%  de  chirurgiens,  7%  d’ORL  et  aucun  orthophoniste),  ce  qui  pourrait 
s’expliquer par le coût  que représente un tel outil (Figure 18). Ainsi, l’examen clinique 
s’effectue de diverses manières entre les professions mais également au sein d’une même 
profession, ce qui semble valider notre troisième hypothèse. 

D’autre part, la  Figure 19 montre que l’évaluation perceptive de la parole s’effectue de 
plusieurs manières : en parole spontanée (91%), en répétition de tous les sons de la langue 
(79%), en lecture (62%) et en comptage (22%).  Il semble y avoir un consensus chez les 
orthophonistes dont l’ensemble utilise la parole spontanée et la répétition de tous les sons 
de  la  langue.  9%  des  chirurgiens  n’évaluent  pas  ce  domaine.  Notre  hypothèse  est  là 
encore validée. 

 

Figure 19 : Evaluation perceptive de la parole 

 
25% des outils utilisés par les professionnels pour cette évaluation relèvent d’un matériel 
spécifique  et  standardisé.  16%  sont  des  outils  standardisés  mais  non  spécifiques  à 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

49 

l’évaluation  perceptive  de  la  parole,  et  59%  sont  des  outils  « maison ».  Sur  l’ensemble 
des  outils  cités  par  les  professionnels,  75%  d’entre  eux  ne  sont  cités  qu’une  seule  fois, 
traduisant ainsi une très grande variabilité dans leur choix et leur utilisation (Figure 20). 

 

Figure 20 : Matériels utilisés dans l'évaluation perceptive de la parole 

 
Par ailleurs, outre les outils, la terminologie des signes cliniques observés diffèrent d’un 
professionnel à l’autre. Ainsi, l’hypernasalité peut être qualifiée de présente ou absente, 
de  légère  /  modérée  /  sévère,  consistante  /  inconsistante  /  variable,  ou  encore  selon  une 
échelle telle que celle de Borel-Maisonny (B.-M.) essentiellement (Figure 21). 

 

Figure 21 : Qualification du degré de sévérité de la fuite nasale et de l’hypernasalité 

 

De  même,  les  tests  Bilan  Parole  et  Articulation  de  Borel-Maisonny  et  Evalo  2-6/Evalo 
BB
  de  Coquet,  Ferrand  et  Roustit  permettent  d’évaluer  les  praxies  bucco-faciales.  Les 
résultats  montrent  des  profils  hétérogènes  dans  l’utilisation  des  outils  de  manière  intra-
professionnelle :  56% des chirurgiens utilisent  le  test de  Borel-Maisonny  alors que 11% 
utilisent Evalo 2-6/Evalo BB, mais aucun n’emploie d’autre matériel. De même, 40% des 
ORL  se  servent  du  test  de  Borel-Maisonny,  10%  d’autres  tests  (B.E.P.L  de  Chevrie-
Müller  ou  tests  personnels)  et  aucun  n’utilise  Evalo  2-6/Evalo  BB.  Quant  aux 
orthophonistes, 7% utilisent le test de Borel-Maisonny, 30% utilisent Evalo 2-6/Evalo BB 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

50 

et  41%  emploient  d’autres  matériels  (Protocole  de  l’Examen  de  l’Aphasie  de  Ducarne, 
B.E.P.L.  de  Chevrie-Müller  et  tests  personnels).  Ainsi,  au  sein  d’une  même  profession, 
les praxies bucco-faciales ne sont pas évaluées de la même manière (Figure 22). 

 

Figure 22 : Outils utilisés pour l’évaluation des praxies bucco-faciales 

 

Nous retrouvons cette dissociation d’une profession à l’autre. En effet, les tests de Borel-
Maisonny  et  d’Evalo  2-6/Evalo  BB  sont  utilisés  à  des  échelles  différentes  selon  les 
professionnels. Les orthophonistes sont très nombreux à utiliser des outils non spécifiques 
à  l’évaluation  des  praxies  bucco-faciales  (outils  standardisés  et  outils  « maison »). 
L’hypothèse 3 est encore confirmée dans ces résultats. 

De  même,  79%  des  chirurgiens,  86%  des  ORL  et  62%  des  orthophonistes  utilisent  la 
classification  de  Borel-Maisonny.  Nous  leur  avons  demandé  à  partir  de  quel  niveau  ils 
recommandaient l’intervention chirurgicale. La Figure 23 montre qu’aucun professionnel 
ne la recommande en phonation I ni en phonation III. Seuls certains chirurgiens orientent 
leurs patients vers une intervention chirurgicale à partir de la phonation IIb (21%). Cette 
intervention  est  recommandée  par  42%  des  chirurgiens,  35%  des  ORL  et  24%  des 
orthophonistes à partir de la phonation IIm et par 15% des chirurgiens, 36% des ORL et 
34%  des  orthophonistes  à  partir  d’une  phonation  mixte.  21%  des  chirurgiens,  29%  des 
ORL et 41% des orthophonistes recommandent cette intervention au cas par cas. 

 

Figure 23: Classification servant à l’orientation vers une intervention chirurgicale 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

51 

Enfin,  ce  constat  se  retrouve  dans  l’utilisation  de  mesures  aérodynamiques.  Les 
chirurgiens  sont  les  plus  nombreux  à  utiliser  un  panel  d’outils  d’évaluation :  76%  se 
servent  du  miroir  de  Glatzel,  3%  du  réflexe  de  Gudin,  15%  du  logiciel  EVA,  3%  du 
pneumotachographe, 6% de l’aérophonomètre et  33% de l’aérophonoscope.  Concernant 
les  orthophonistes,  76%  d’entre  eux  utilisent  le  miroir  de  Glatzel,  48%  le  réflexe  de 
Gudin,  3%  le  logiciel  EVA,  17%  l’aérophonoscope  et  3%  le  nasomètre.  Les  ORL  étant 
trop  peu  nombreux  à  avoir  répondu  à  cette  question,  leurs  résultats  apparaissent  à  titre 
indicatif dans le tableau (Figure 24). 

 

Figure 24 : Outils de mesures aérodynamiques 

 

Ainsi,  que  ce  soit  du  point  de  vue  interprofessionnel  ou  intra-professionnel,  les  outils 
utilisés dans les nombreux domaines d’évaluation de l’IVP diffèrent de manière notable. 
La  terminologie  même  des  troubles  peut  varier  d’un  professionnel  à  l’autre.  Notre 
troisième hypothèse est donc vérifiée. 

IV. 

Des relations interprofessionnelles différentes selon le 

mode d’exercice 

Nous  avons  supposé  que  du  fait  d’un  manque  de  matériel  standardisé  et  spécifique  à 
chaque profession, les échanges entre les différents professionnels prenant en charge des 
enfants  porteurs  d’IVP  étaient  restreints,  notamment chez les  professionnels  exerçant  en 
milieu  libéral.  Nous  avons  donc  demandé  aux  professionnels  s’ils  avaient  observé  au 
cours de leur pratique un manque de communication entre eux.  

Parmi  l’ensemble  des  professionnels  interrogés,  14%  disent  observer  un  manque  de 
communication entre eux alors que 58% ne le remarquent pas. 28% n’ont pas répondu à 
la question. En observant les résultats selon le mode d’exercice, nous constatons que 7% 
seulement  des  professionnels  exerçant  en  milieu  hospitalier  (57%  de  notre  échantillon) 
évoquent un manque de communication entre les professions.  En revanche, 43% d’entre 
eux  travaillant  en  milieu  libéral  (9%  de  notre  échantillon)  font  le  même  constat.  Enfin, 
27% des professionnels ayant un exercice mixte (20% de notre échantillon) font la même 
observation (Figure 25).  

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

52 

 

Figure 25 : Constat d'un manque de communication.  

a : Tous les professionnels confondus ; b : Par lieu d'exercice 

 

Nous  notons  donc  une  différence  significative  entre  les  réponses  apportées  par  les 
professionnels exerçant en milieu libéral d’un côté, et ceux exerçant en milieu hospitalier 
et  mixte  de  l’autre.  Les  personnes  travaillant  en  milieu  libéral  ne  représentent  qu’une 
faible proportion de notre population (9%), ce qui explique que leur pourcentage (43% de 
« oui ») est bien supérieur au pourcentage total pour la même réponse (14%). 

Enfin, nous pouvons noter que les orthophonistes et les ORL sont plus nombreux que les 
chirurgiens  à  faire  ce  constat  d’un  manque  de  communication  entre  les  professionnels 
(21%  pour  les  ORL  et  les  orthophonistes  contre  12%  pour  les  chirurgiens).  Ceci  est 
corrélé  au  fait  que  21%  des  orthophonistes  exercent  en  milieu  libéral  alors  que  cela  ne 
concerne  aucun  chirurgien  de  notre  échantillon.  L’effectif  des  ORL  est  trop  faible  pour 
pouvoir être pris en considération ici (Figure 26). 

 

Figure 26 : Constat d’un manque de communication selon la profession 

 

Parmi les professionnels interrogés, 3% ont répondu se mettre parfois en contact avec les 
membres des autres professions lorsqu’un patient atteint d’IVP leur est présenté. 12% ont 
dit  se  mettre  souvent  en  contact,  55%  le  font  toujours  et  30%  n’ont  pas  répondu  à  la 
question. Notre quatrième hypothèse n’est donc pas validée (Figure 27). 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

53 

 

Figure 27 : Répartition des professionnels se mettant en contact avec leurs collègues 

V. 

Conclusion des résultats  

Ainsi,  les  professionnels  recevant  des  enfants  opérés  de  fente  vélaire  et  présentant  une 
IVP évaluent des domaines qui ne leur sont pas toujours spécifiques, mais qui regroupent 
d’autres  champs  de  compétences.  Si  les  orthophonistes  évaluent  majoritairement  le 
domaine langagier, les chirurgiens et les ORL les rejoignent également sur ce terrain qui 
semble  être  transversal  aux  trois  professions.  En  revanche,  nous  notons  une  utilisation 
massive d’outils « maison » de la part des orthophonistes, en plus des outils standardisés 
spécifiques à l’IVP et des outils standardisés non spécifiques à l’IVP. Tous ces outils ne 
font pas consensus entre les professionnels, et il existe une diversité de matériels pour un 
même domaine d’évaluation de l’IVP. Enfin, le manque d’outils standardisés spécifiques 
à  l’évaluation  de  l’IVP  ne  semble  pas  apporter  de  gêne  significative  dans  le  lien  établi 
entre les différents  professionnels.  Ceci  est  surtout  vrai  pour les professionnels  exerçant 
en milieu hospitalier ou en exercice mixte. Le tableau ci-dessous récapitule les réponses 
apportées à chaque hypothèse de départ. 

Tableau 1 : Récapitulatif des réponses apportées à chaque hypothèse 

 

HYPOTHESES 

RESULTATS APPORTES PAR L’ETUDE 

Les  orthophonistes  évaluent  essentiellement  le 
domaine 

langagier 

(voix 

et 

parole) 

de 

l’insuffisance vélopharyngée qui correspond à leur 
champ  spécifique  de  compétences,  contrairement 
aux autres professionnels qui évaluent des aspects 
plus anatomo-physiologiques. 

L’hypothèse  1  est  partiellement  validée.  Les 
orthophonistes  évaluent  en majorité  le  domaine 
langagier  mais  ils  ne  sont  pas  les  seuls  à 
l’effectuer  et  partagent  ce  domaine  avec  les 
chirurgiens et les ORL. 

Les 

orthophonistes 

utilisent 

davantage 

de 

matériels 

d’évaluation 

de 

l’insuffisance 

vélopharyngée  conçus  à  partir  de  leur  expérience 
personnelle  ainsi  que  des  outils  orthophoniques 
non  spécifiques  à  l’évaluation  de  l’insuffisance 
vélaire, que d’outils spécifiques à cette pathologie. 

L’hypothèse 2 est validée. Du fait de l’absence 
de matériel standardisé dans certains domaines, 
les orthophonistes détournent d’autres outils non 
spécifiques  à  l’IVP  ou  bien  créent  eux-mêmes 
leur propre matériel d’évaluation. 

Afin  d’évaluer  un  seul  et  même  domaine  de 
l’insuffisance  vélopharyngée,  les  professionnels 
recevant  des  enfants  opérés  de  fente  vélaire  et 
présentant 

une 

insuffisance 

vélopharyngée 

utilisent un large panel d’outils différents. 

L’hypothèse  3  est  validée.  Les  outils  utilisés 
pour  évaluer  l’IVP  sont  nombreux,  ils  sont 
parfois  spécifiques  au  domaine  étudié,  parfois 
détournés d’autres outils ou encore créés par les 
professionnels. 

Du  fait  d’un  manque  de  matériel  standardisé  et 
spécifique à chaque profession, les échanges entre 
les  différents  professionnels  sont  restreints, 
notamment  chez  les  professionnels  exerçant  en 
milieu libéral. 

L’hypothèse  4  n’est  pas  validée.  Notre 
population  étant  majoritairement  composée  de 
praticiens  hospitaliers,  le  manque  d’outils 
spécifiques  à  l’IVP  et  standardisés  n’empêche 
pas les échanges entre professionnels. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

Chapitre V 

DISCUSSION DES RESULTATS 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

55 

Au  cours  de  cette  discussion,  nous  commencerons  par  présenter  les  limites  de  notre 
expérimentation liées à la méthodologie du questionnaire ainsi qu’aux réponses obtenues. 
L’analyse liminaire des limites de l’expérimentation permettra en effet de mieux définir le 
champ  d’interprétation  des  résultats  que  nous  présenterons  ensuite.  Enfin,  nous 
proposerons  dans  un  troisième  temps  une  réflexion  autour  d’une  trame  d’évaluation  de 
l’insuffisance vélopharyngée (IVP) recensant les outils nécessaires au bilan. 

I. 

Limites de l’expérimentation  

1. 

Limites liées à la méthodologie du questionnaire 

1.1. 

Limites du questionnaire informatisé 

Nous  avons  rencontré  plusieurs  biais  dans  la  méthodologie  de  notre  expérimentation. 
Tout d’abord, nous avons envoyé le questionnaire sous format électronique aux différents 
professionnels recensés, car il nous paraissait plus facile de les contacter de cette manière 
plutôt que de les appeler un par un. Mais l’utilisation de ces courriers électroniques a été 
une première limite dans notre méthodologie. En effet, même si ce moyen nous a permis 
d’envoyer  notre  questionnaire  à  un  grand  nombre  de  professionnels  en  France  mais 
également à l’étranger, nous n’avons eu aucune possibilité de vérifier si le mail avait été 
lu.  Nous  avons  effectué  de  nombreuses  relances  sur  une  période  de  huit  mois  en  nous 
adressant  parfois  personnellement  aux  professionnels  et  nous  avons  obtenu  76  réponses 
au total. Nous ignorons si ceux qui n’ont pas répondu ne l’ont pas fait car ils ne prenaient 
pas  en  charge  d’enfants  opérés  de  fente  vélaire  et  présentant  une  IVP  ou  s’ils  ne 
pratiquaient pas cette évaluation. Il serait intéressant dans une étude future de prévoir une 
question préalable leur demandant pourquoi ils ne répondraient pas au questionnaire. 

Par  ailleurs,  certains  professionnels  ayant  répondu  après  plusieurs  relances  nous  ont 
avoué avoir laissé passer le questionnaire sans y répondre car ils en recevaient plusieurs 
par jour. Ils se sont finalement décidés suite aux nombreuses relances. 

1.2. 

Limites au sein des questions 

La constitution du questionnaire a parfois entraîné des difficultés dans l’interprétation des 
résultats.  En  effet,  la  majorité  des  questions  n’étaient  pas  obligatoires  pour  pouvoir 
valider  le  questionnaire.  Nous  ne  voulions  pas  en  effet  bloquer  les  professionnels  dans 
leur  choix  de  réponse.  Cette  situation  nous  a  posé  problème  car  nous  avons  manqué  de 
données  pour  certaines  questions,  notamment  celles  concernant  le  mode  d’exercice  du 
professionnel  ou  encore  le  matériel  utilisé.  Ainsi,  il  a  parfois  été  délicat  d’analyser  les 
réponses  et  d’en  obtenir  un  résultat  significatif  en  raison  d’un  effectif  relativement 
restreint. La présentation du questionnaire aurait mérité une plus grande clarté concernant 
le statut des questions (obligatoire/optionnelle). 

Certaines  questions  fermées  auraient  mérité  d’être  semi-fermées,  or  quelques  items 
proposés  ne  comprenaient  pas  la  mention  « autre »  qui  aurait  pourtant  été  nécessaire, 
comme pour les questions concernant la déglutition (A2), le degré de sévérité de la fuite 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

56 

nasale (A8), l’évaluation perceptive (A10) et l’examen de l’IVP (A14). En effet, la grande 
diversité  des  réponses  que  nous  avons  obtenues  nous  fait  penser  que  la  littérature  ne 
recense  pas  tous  les  matériels  existants  et  utilisés  par  les  professionnels  et  que  par 
conséquent, certains d’entre eux auront pu employer d’autres outils que ceux mentionnés 
dans le questionnaire. 

Concernant  les  champs  de compétence des professionnels,  nous  avons  décidé d’envoyer 
la  majorité  des  questions  aux  trois  catégories  de  professionnels  afin  d’observer  quels 
domaines  chacun  étudiait  et  de  ne  pas  biaiser  les  réponses  en  répartissant  d’office  les 
items  par  catégorie.  Nous  avons  ainsi  créé  une  rubrique  commune  et  des  rubriques 
spécifiques  aux  champs  de  compétence  propres  à  chacune  des  professions.  Cependant, 
cette démarche possède des limites que nous n’avions pas anticipées. En effet, nous avons 
constaté  que  certains  professionnels  avaient  répondu  à  toutes  les  questions  sans 
distinction,  même  à  celles  qui  a  priori  ne  les  concernaient  pas.  Nous  pensons  que  les 
professionnels  ont  répondu  à  certaines  questions  concernant  des  domaines  d’évaluation 
qu’ils  ont  trouvé  intéressants  plutôt  que  de  répondre  à  ceux  qu’ils  évaluent  réellement 
dans leur pratique. 

Enfin,  notre  étude  s’est  enrichie  progressivement  tout  au  long  des  deux  années  de 
recherche,  ce  qui  nous  a  permis  d’affiner  la  problématique  initiale.  Toute  recherche 
complémentaire bénéficierait d’autres questions qui permettraient de recueillir un éventail 
de réponses plus complet. 

2. 

Limites liées aux réponses obtenues  

2.1. 

Une répon

se au nom d’une équipe pluridisciplinaire 

La  diffusion  du  questionnaire  s’est  effectuée  à  partir  des  centres  de  référence 
pluridisciplinaires  des  fentes  palatines  recueillis  sur  le  site  www.fente-labio-palatine.fr. 
Nous  avons  envoyé  le  questionnaire  à  plusieurs  soignants  d’un  même  service  pour  que 
chacun puisse  y répondre. Mais lorsque nous  avons  analysé les réponses obtenues,  nous 
nous  sommes  rendu  compte  d’un  biais  que  nous  n’avions  pas  prévu :  pour  certains 
centres,  un  seul  professionnel  a  répondu  au  nom  de  son  équipe.  Nous  nous  sommes 
aperçues  de  ce  problème  lorsque  nous  avons  effectué  des  relances  auprès  de 
professionnels dont nous n’obtenions aucune réponse, et qui nous ont alors informées que 
leur  réponse  était  contenue  dans  celle  qu’un  autre  professionnel  de  l’équipe  avait 
précédemment  effectuée.  Nous  avons  alors  considérée  la  réponse  comme  étant  celle  du 
professionnel ayant rempli le questionnaire.  

Ceci  nous  a  posé  un  véritable  problème  quant  à  l’interprétation  des  résultats.  En  effet, 
l’ensemble de nos hypothèses portaient sur les différences d’évaluation de l’IVP entre les 
professionnels et sur la variabilité des outils utilisés par chacun d’eux. Nous n’avons pas 
pu  connaître  la  répartition  de  chaque  profession  dans  ce  type  de  réponse.  Le  fait  qu’un 
professionnel réponde au nom de tous les autres a  pu fausser certains résultats, bien que 
ce soit le cas d’une minorité seulement. 

Par ailleurs, chaque personne qui répondait à la partie commune renseignait sa profession 
à la fin de cette première partie afin d’être redirigée vers des questions spécifiques à son 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

57 

domaine. Il nous manque donc les réponses des professionnels du service répondant aux 
deux  autres  domaines.  Le  fait  que  certaines  personnes  aient  répondu  au  nom  de  toute 
l’équipe  du  service  peut  également  expliquer  notre  difficulté  à  recueillir  un  nombre 
suffisant  de  professionnels  par  domaine,  notamment  chez  les  oto-rhino-laryngologistes 
(ORL). 

Enfin, une personne nous a fait remarquer que la distinction chirurgiens/ORL a pu parfois 
poser problème car un médecin peut être à la fois chirurgien et ORL. Nous n’avions pas 
prévu  l’item  « vous  êtes  chirurgien  et  ORL »  dans  la  question  A.26  qui  demandait  la 
profession des personnes répondant au questionnaire. 

2.2. 

Une majorité de professionnels salariés par rapport aux libéraux 

Notre  étude  cherchait  à  connaître  les  modes  d’évaluation  de  l’insuffisance  vélaire,  nous 
avons  donc  principalement  cherché  des  professionnels  exerçant  en  milieu  hospitalier  à 
travers  les  centres  de  compétences  et  les réseaux des  professionnels.  Il  a  été difficile de 
trouver des contacts exerçant en libéral et la plupart du temps, les personnes démarchées 
nous  informaient  qu’elles  ne  souhaitaient  pas  répondre  car  la  majorité  d’entre  elles 
disaient ne pas avoir assez d’expérience dans le domaine. 

Nous  avons  surtout  remarqué  cela  chez  les  orthophonistes,  pour  qui  l’exercice  dans  le 
domaine  des  fentes palatines  ne s’est  développé  que  très  récemment.  Cela est  paradoxal 
compte tenu de la naissance de l’orthophonie qui s’est opérée autour des fentes palatines 
avec la collaboration de Suzanne Borel-Maisonny, phonéticienne et grammairienne, et du 
Docteur Veau. Par ailleurs, la formation initiale des orthophonistes est généraliste, même 
si  des  formations  complémentaires  peuvent  être  effectuées  une  fois  le  diplôme  obtenu. 
Aucune  liste  officielle  ne  répertorie  les  orthophonistes  pratiquant  ces  rééducations  car 
cela poserait un problème déontologique. 

De  ce  fait,  nous  n’avons  recueilli  que  très  peu  de  réponses  provenant  de  personnes 
exerçant  en  milieu  libéral,  ce  qui  a  pu  biaiser  nos  résultats  au  vu  de  l’échantillon 
représenté. 

2.3. 

Une population limitée et des échantillons inégaux 

Nous  avons  diffusé  le  questionnaire  en  faisant  appel  à  nos  réseaux  et  à  ceux  de  notre 
maître de mémoire. Nous  avons  également  sollicité de  nombreux  forums et  associations 
en  leur  demandant  de  relayer  notre  questionnaire  à  leurs  propres  contacts.  Nous  avons 
ainsi récolté 76 réponses de professionnels, dont 33 chirurgiens, 29 orthophonistes et 14 
ORL.  Nous  nous  interrogeons  sur  les  raisons  de  ce  nombre  limité  de  réponses  et  de 
l’inégalité de la répartition entre les trois professions. 

Il  existe  25  services  en  France  spécialisés  dans  le  domaine  des  fentes  palatines,  dont  2 
centre de références des malformations rares de la face et de la cavité buccale, 3 unités de 
traitement  des  fentes  labio-palatines  en  clinique,  10  unités  de  chirurgie  plastique 
pédiatrique et 10 services de stomatologie, chirurgie maxillo-faciale et plastique de la face 
et  du  cou  (récupéré  le  30  mars  sur  le  site  http://www.fente-labio-palatine.fr,  rubrique 
« Qui sommes-nous ? »). La plus grande partie des professionnels prenant en charge des 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

58 

enfants  porteurs  de  fentes  palatines  se  situent  en milieu  hospitalier.  Nous pouvons  donc 
expliquer  en  partie  le  nombre  limité  de  réponses  obtenues  au  regard  de  ce  nombre 
également  faible  de  services  prenant  en  charge  de  tels  patients.  En  effet,  il  n’y  a 
généralement  pas  plus  d’un  orthophoniste  par  service,  et  le  nombre  d’ORL  et  de 
chirurgiens n’y est pas très élevé non plus. 

Enfin, nous  constatons  qu’il  y a moins  de  réponses  parmi les ORL que parmi les autres 
professionnels.  Nous  avons  cherché  à  savoir  si  le  nombre  de  réponses  obtenues  était 
proportionnel  au  nombre  de  professionnels  en  France.  Selon  l’INSEE,  les  ORL  étaient 
3056 en France en 2013 et les orthophonistes étaient 21902 (récupéré le 30 mars 2014 sur 
le  site  http://www.insee.fr,  rubrique  « Professions  de  santé  en  2013 »).  Les  ORL  étaient 
ainsi sept fois moins nombreux que les orthophonistes, or dans notre étude nous obtenons 
deux  fois  moins  de  réponses  d’ORL  que  d’orthophonistes.  Nous  avons  donc  obtenu 
proportionnellement  plus  de  réponses  d’ORL  que  d’orthophonistes,  ce  qui  justifie  le 
faible  taux  de  réponses  de  la  part  des  ORL.  Cependant,  tous  les  orthophonistes  ne 
prennent  pas en  charge  des  enfants  présentant  une  IVP,  ce qui  explique également  cette 
proportion inversée dans notre étude par rapport au nombre de professionnels en France. 
Le nombre de chirurgiens par spécialité n’est pas figuré dans les données de l’INSEE. 

Toutefois,  nous  avons  envoyé  le  questionnaire  à  61  orthophonistes,  à  84  ORL  et  à  123 
chirurgiens. Nous n’expliquons pas pourquoi si peu d’ORL y ont répondu. 

Ainsi,  l’état  des  lieux  que  nous  avons  opéré  a  rencontré  quelques  biais  inattendus  qui 
doivent être pris en compte dans l’analyse des résultats, notamment au regard des effectifs 
restreints  dans  certains  domaines.  Cependant,  l’échantillon  des  chirurgiens  est  suffisant 
pour  valider  les  résultats  car  ils  sont  plus  nombreux  que  la  norme  attendue  (N=30). 
L’échantillon  des  orthophonistes  doit  être  complété  d’une  personne  pour  que  leurs 
résultats  soient  significatifs,  ce  qui  ne  devrait  pas  changer  sensiblement  les  données 
obtenues.  Enfin,  l’échantillon  des  ORL  est  insuffisant  pour  que  les  résultats  soient 
significatifs car il lui manque 16 personnes. 

II. 

Interprétation des résultats  

1. 

L’évaluation de l’insuffisance vélopharyngée par les professionnels 

Les  résultats  obtenus  à  notre  étude  révèlent  que  l’évaluation  de  l’IVP  chez  les  enfants 
opérés  de  fente  vélaire  et  présentant  une  IVP  regroupe  de  nombreux  domaines  qui 
peuvent  être  évalués  par  tous  les  professionnels  de  notre  échantillon  ou  bien  seulement 
par une partie d’entre eux, et ceci indépendamment des champs de compétences définis 
pour chaque profession. Nous retrouvons cette dissociation aussi bien dans les domaines 
relatifs  à  la  parole  directement  tels  que  l’évaluation  des  praxies  bucco-faciales, 
l’évaluation perceptive de la parole et de la tonicité du voile, que dans les autres domaines 
évalués comme la déglutition, la respiration, l’orientation vers un examen audiométrique 
et le bavage nocturne. 

Concernant  les  domaines  en  lien  avec  la  parole,  nous  observons  que  les  orthophonistes 
sont  plus  nombreux  que  les  chirurgiens  et  que  les  ORL  à  évaluer  les  praxies  bucco-
faciales qui donnent une information sur la mobilité requise pour l’articulation des sons. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

59 

Ce  domaine,  que  de  nombreux  tests  orthophoniques  permettent  d’évaluer,  semble  donc 
être plus spécifique aux orthophonistes qu’aux autres professions, ce qui va dans le sens 
de notre première hypothèse. 

Cependant,  les  résultats  montrent  que  l’évaluation  perceptive  de  la  parole  n’est  pas 
exclusivement  pratiquée  par  les  orthophonistes  mais  qu’elle  est  partagée  par  les 
chirurgiens et les ORL, même si une faible proportion de chirurgiens ne l’effectue pas. En 
effet, même si le langage est le domaine d’expertise des orthophonistes, l’ensemble des 
professionnels  se  basent  en  partie  sur  ce  qu’ils  entendent  pour  poser  un  jugement 
qualitatif  de  l’IVP.  De  même,  l’évaluation  de  la  tonicité  du  voile  en  phonation  est 
effectuée par l’ensemble des professionnels avec des pourcentages relativement similaires 
alors  que  l’évaluation  de  la  tonicité  du  voile  au  repos  est  davantage  réalisée  par  les 
chirurgiens  et  les  ORL  que  par  les  orthophonistes.  Ces  résultats  peuvent  être  expliqués 
par le fait que l’évaluation de la tonicité du voile en phonation ne requiert pas de matériel 
technique  que  seuls  les  chirurgiens  et  les  ORL  seraient  susceptibles  d’avoir,  comme  un 
nasofibroscope  par  exemple.  Les  orthophonistes  peuvent  de  ce  fait  observer  le  voile  en 
phonation  à  l’œil  nu  par  des  exercices  de  parole  (alternance  a/an).  En  revanche, 
l’observation du voile au repos à l’œil nu est d’une efficacité limitée et nécessite de ce fait 
des instruments d’exploration des fosses nasales ou de la gorge. 

Ainsi,  les  domaines  en  lien  avec  la  parole  ne  sont  pas  exclusivement  évalués  par  les 
orthophonistes, mais  sont  partagés avec les  chirurgiens et  les  ORL  de notre  échantillon. 
Notre première hypothèse n’est donc pas totalement vérifiée. 

Nous pouvons faire ce même constat pour les domaines n’ayant pas de lien direct avec le 
langage.  En  effet,  les  résultats  montrent  que  les  orthophonistes  sont  plus  nombreux  à 
évaluer  la  déglutition  que  les  chirurgiens  et  les  ORL.  En  effet,  les  orthophonistes  sont 
habilités à rééduquer les troubles de la déglutition car une mauvaise déglutition peut avoir 
des conséquences négatives sur le positionnement de la langue lors de la phonation. Les 
signes  cliniques  observés  par  ces  trois  catégories  de  professionnels  sont  peu  fluctuants : 
les  pourcentages  relevés  pour  les  difficultés  pour  téter,  les  reflux  gastro-œsophagiens  et 
les  fausses  routes  sont  globalement  les  mêmes  et  ceux  qui  concernent  les  jetages 
divergent  entre  orthophonistes  et  chirurgiens.  La  déglutition  est  donc  un  domaine  qui 
semble  transversal  aux  trois  professions  et  non  spécifique  à  l’une  d’elles.  Les 
professionnels semblent assez unanimes quant aux signes cliniques observés. 

De  même,  nous  retrouvons  des  résultats  homogènes  dans  l’évaluation  du  type  de 
respiration  du patient  avec un intervalle de seulement 7% d’écart entre les  réponses des 
chirurgiens  et  celles  des  ORL  et  des  orthophonistes.  Ces  résultats  traduisent  une 
évaluation  effectuée  indifféremment  par  les  trois  professions  dans  ce  domaine  et  ne 
signent donc pas la spécificité de l’une des professions pour l’évaluation de la respiration. 
Ce même constat est opéré pour l’orientation vers un examen audiométrique. 

En revanche, l’étude montre que le bavage nocturne est davantage évalué par les ORL et 
par les orthophonistes que par les chirurgiens. Le bavage nocturne est en lien étroit avec 
le type de respiration du patient : un enfant  ayant une respiration exclusivement buccale 
va  être  enclin  à  ronfler  et  à  garder  la  bouche  ouverte,  ce  qui  peut  expliquer  les  fuites 
salivaires.  Or  nous  ne  retrouvons  pas  cette  différence  de  résultats  dans  l’étude  de  la 
respiration  spontanée.  Nous  pouvons  supposer  que  les  chirurgiens  se  contentent  de 
questionner  l’enfant  et  la  famille  sur  le  type  de  respiration  observé  et  qu’ils  font 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

60 

spontanément  le  lien  entre  une  respiration  buccale  et  un  bavage  nocturne,  alors  que  les 
ORL  et  les orthophonistes  préfèrent  dissocier les deux questions  pour voir si  ce lien est 
réel. 

Ainsi,  les  professionnels  évaluent  différents  domaines  qu’ils  jugent  nécessaires  en 
fonction des moyens mis à leur disposition et pas seulement en fonction de leurs champs 
de  compétences  respectifs.  Cela  montre  bien  qu’un  outil  qui  spécifierait  les  domaines  à 
investiguer  pour  chaque  professionnel  permettrait  à  chacun  de  définir  son  domaine 
d’expertise et de ne pas refaire des évaluations déjà effectuées. Il demeure que lorsqu’une 
chirurgie doit être décidée, il peut être intéressant et rassurant d’avoir l’avis de plusieurs 
professionnels  que  celui  d’un  seul.  Le  fait  de  confronter  ainsi  les  avis  de  ces  trois 
professionnels ainsi que celui des parents avant la décision chirurgicale permet de mieux 
cerner l’impact de l’IVP sur la vie quotidienne de l’enfant. 

Nous allons maintenant développer les pratiques des professionnels et les moyens mis en 
œuvre dans l’évaluation de l’IVP. 

2. 

Les moyens mis en œuvre pour l’évaluation de l’insuffisance 

vélopharyngée 

L’étude menée nous a permis de faire le constat suivant qui valide nos hypothèses : les 
professionnels créent des outils « maison » dans certains domaines d’évaluation de l’IVP, 
et  ce  notamment  parmi  les  orthophonistes.  Cette  observation  nous  mène  à  réfléchir  à  la 
raison  de  tant  de  tests  créés  pour  ces  domaines.  Nous  pouvons  supposer  premièrement 
que  les  professionnels  jugent  les  outils  dont  ils  disposent  actuellement  trop  insuffisants 
pour évaluer un domaine et  vont  de ce fait détourner un autre matériel  non spécifique  à 
l’évaluation de l’IVP, standardisé ou non, ou bien créer un nouveau matériel d’évaluation. 
C’est le cas par exemple pour l’évaluation perceptive de la parole : bien qu’il existe des 
outils spécifiques standardisés tels que le Bilan Parole et Articulation (Borel-Maisonny) 
et  le  Bzoch  Error  Patterns  Diagnostic  Articulation  Test  adapté  en  français  (Bzoch), 
certains orthophonistes utilisent un matériel standardisé non spécifique à l’évaluation de 
l’IVP  (la  batterie  E.L.O  de  Khomsi  par  exemple) ;  d’autres  utilisent  un  matériel  non 
standardisé  et  non  spécifique  à  l’évaluation  de  l’IVP  (livres  ou  images  par  exemple) ; 
enfin d’autres encore créent un nouveau matériel comme des listes de mots ou de phrases 
à partir de leurs propres connaissances. 

Nous  pouvons  aussi  penser  que  l’utilisation  d’outils  « maison »  est  pour  les 
orthophonistes une opportunité d’investiguer d’autres domaines que celui de la parole, qui 
correspond  à  leur  champ  de  compétence  propre.  Les  résultats  obtenus  montrent  que  les 
orthophonistes étendent leur évaluation à une observation intra-buccale, à l’évaluation de 
la  tonicité  du  voile  au  repos  et  à  l’utilisation  de  mesures  aérodynamiques.  Il  apparaît 
logiquement qu’aucun des outils utilisés n’est spécifique à l’observation intra-buccale et à 
l’évaluation de la tonicité du voile au repos, contrairement aux autres professionnels qui 
utilisent un matériel plus technique comme le nasofibroscope. Certains outils de mesures 
aérodynamiques  employés  par  les  orthophonistes  sont  cependant  des  matériels  plus 
techniques et spécifiques, tels que le logiciel EVA ou l’aérophonoscope. Mais il s’avère 
que  l’ensemble  de  ces  orthophonistes  ont  un  exercice  mixte  ou  hospitalier,  ce  qui  peut 
expliquer l’accès à de tels outils. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

61 

Par  ailleurs,  la  création  de  ces  outils  « maison »  nous  interroge  sur  le  rôle  de  chaque 
professionnel  dans  l’évaluation  de  l’IVP  chez  les  enfants  opérés  de  fente  vélaire.  Nous 
nous demandons en effet si les professionnels connaissent le rôle que chacun d’entre eux 
joue dans cette évaluation de l’IVP ou si l’utilisation de tels outils ne serait pas le reflet 
d’un  manque  d’informations  concernant  la  spécificité  de  chacun.  Les  résultats  révèlent 
que  la  plupart  des  professionnels  ne  constatent  pas  de  manque  de  communication  entre 
eux,  notamment  en  milieu  hospitalier,  ce  qui  semble  montrer  que  les  professionnels 
connaissent leur rôle et celui des autres professionnels lorsqu’un enfant atteint d’IVP leur 
est  présenté.  Il  paraît  donc  nécessaire  et  utile  de  créer  un  outil  interdisciplinaire  qui 
répartisse  le  rôle  de  chacun  dans  l’évaluation  de  l’IVP.  En  effet,  d’après  Catan,  Joly, 
Lainé  et  Pochard  (2011),  une  évaluation  multidisciplinaire  ne  peut  être  efficace  que  si 
chaque professionnel connaît son rôle dans la prise en charge du patient, et elle n’entraîne 
pas « la confusion des rôles ». 

La multiplicité des outils utilisés pour un même domaine pose également la question de la 
validité  des  résultats  obtenus  grâce  aux  tests  utilisés.  En  effet,  les  professionnels  qui 
utilisent des outils « maison » comme des listes de mots ou de phrases, des puzzles ou des 
jeux par exemple pour évaluer un domaine de l’IVP sont soumis à une analyse qualitative 
des  résultats  obtenus.  De  même,  la  précision  de  l’évaluation  de  la  tonicité  du  voile  au 
repos  peut  être  moindre  lorsqu’elle  est  effectuée  par  observation  directe  que  par 
l’intermédiaire d’outils techniques. En outre, l’évaluation des praxies bucco-faciales par 
un  matériel  non  standardisé  ne  prend  pas  en  considération  les  étalonnages  réalisés  pour 
chaque  tranche  d’âge  que  proposent  les  tests  comme  Evalo  2-6/Evalo  BB  ou  Borel  par 
exemple. Cela fait écho aux données de la littérature, notamment à l’étude de Billmire & 
al. (2012) qui a révélé que le manque d’outils standardisés et la variabilité des méthodes 
d’évaluation  utilisées  ne  permettaient  pas  de  comparer  des  résultats  chirurgicaux  entre 
eux. 

Ainsi, les résultats  semblent indiquer que le large panel  d’outils  « maison » utilisé dans 
l’évaluation de l’IVP révèle que les limites entre les professionnels ne sont pas clairement 
définies.  L’exploration  de  mêmes  domaines  par  les  différents  professionnels  pourrait 
constituer une base pour la création d’un matériel interdisciplinaire. 

3. 

Une communication entre les professionnels malgré tout établie 

Les  résultats  montrent  que  la  majeure  partie  des  professionnels  ne  constatent  pas  de 
manque  de  communication  entre  eux.  Nous  notons  cependant  une  dissociation  entre  les 
réponses  des  professionnels  exerçant  en  milieu  libéral  et  ceux  exerçant  en  milieu 
hospitalier. 

En  effet,  les  personnes  travaillant  uniquement  en  milieu  libéral  se  plaignent  davantage 
d’un  manque  de  communication  entre  professionnels  que  celles  qui  ont  un  exercice 
hospitalier. Nous nous interrogeons sur la raison de ce constat : les professionnels sont-ils 
au  courant  de  la  pratique  des  autres  ou  l’ignorent-ils,  ce  qui  expliquerait  ce  défaut  de 
communication ? 

Le 

manque 

de 

matériel 

est-il 

un 

frein 

aux 

échanges 

interprofessionnels ?  Plus  particulièrement,  nous  nous  posons  la  question  des 
orthophonistes exerçant en milieu libéral : le domaine des fentes palatines est-il trop peu 
connu parmi les orthophonistes, dont une majorité n’aurait pas  eu d’expérience de stage 
dans ce domaine ? 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

62 

Cependant,  cette  plainte  est  très  minoritaire  parmi  l’échantillon  qui  a  répondu  à  notre 
questionnaire.  La  plupart  des  personnes  ont  en  effet  indiqué  ne  pas  rencontrer  de 
difficulté  de  communication  entre  eux.  Ces  résultats  nous  surprennent  au  vu  des 
informations  que  nous  avions  recueillies  dans  les  échanges  informels  avec  plusieurs 
professionnels  ainsi  que  dans  la  littérature.  Nous  avions  en  effet  supposé  que  les  liens 
entre  professionnels  seraient  restreints  du  fait  d’un  manque  de  matériel  standardisé 
englobant les différents domaines d’évaluation de l’IVP. Les résultats nous mènent donc 
aux trois réflexions suivantes. 

Premièrement,  la  plupart  des  professionnels  ayant  répondu  au  questionnaire  ont  une 
pratique hospitalière et ont de ce fait accès à des échanges  interprofessionnels grâce aux 
équipes pluridisciplinaires qui prennent en charge les enfants porteurs d’IVP, ce que n’ont 
pas les professionnels libéraux. 

D’autre  part,  notre  échantillon  est  assez  limité  car  nous  n’avons  recueilli  que  peu  de 
réponses de la part des professionnels exerçant en milieu libéral. Nous nous demandons si 
ce chiffre est représentatif de la population générale des professionnels. 

Enfin,  nous  pourrions  nous  attendre  à  ce  que  les  outils  utilisés  soient  relativement 
semblables  entre  les  professionnels  puisque  ces  derniers  n’évoquent  pas  de  manque  de 
communication.  Or  nous  avons  vu  que  les  résultats  obtenus  ont  révélé  une  très  grande 
diversité  des  outils  et  des  techniques  utilisés  dans  l’évaluation  de  l’IVP.  Nous  nous 
posons  donc  la  question  de  la  communication  entre  les  différents  milieux  des 
professionnels. Nous pouvons supposer qu’au sein d’un même établissement les échanges 
seraient  établis  et  développés,  mais  qu’ils  seraient  plus  limités  d’un  établissement  à  un 
autre. La question se pose également concernant les conduites à tenir selon les différents 
outils  utilisés.  En  effet,  les  résultats  montrent  par  exemple  que  si  la  plupart  des 
professionnels  utilisent  la  classification  de  Borel-Maisonny,  en  revanche  l’orientation 
vers  une  intervention  chirurgicale  s’effectue  à  des  stades  différents.  Les  professionnels 
des différents établissements ont une utilisation différente des outils qu’ils possèdent, ce 
qui  nous  laisse  penser  que  si  le  manque  de  communication  n’est  pas  déploré  par  les 
professionnels interrogés, il n’en est peut-être pas moins réel. 

Ainsi, les professionnels évaluent des domaines différents de l’IVP, sans toutefois qu’il y 
ait une délimitation bien claire des différents domaines inhérents à chacun. Ils utilisent de 
nombreux outils qui sont en majorité des outils « maison », ce qui pose le problème de la 
validité  des  résultats  obtenus  d’un  point  de  vue  qualitatif.  Bien  qu’aucun  souci  de 
communication ne ressorte de notre étude, il paraît tout de même nécessaire de réfléchir à 
l’élaboration  d’une  trame  de  bilan  qui  soit  diffusée  parmi  les  professionnels.  L’objectif 
sera  d’obtenir  des  parties  propres  à  chaque  professionnel,  en  respectant  les  champs  de 
compétences de chacun et en proposant des listes d’outils spécifiques et standardisés. 

III. 

Réflexion autour d’un outil commun 

L’analyse des résultats nous permet de proposer une réflexion sur les éléments importants 
à prendre en compte dans l’évaluation de l’IVP chez les enfants porteurs de fente vélaire. 
Nous  présenterons  dans  un  premier  temps  les  grandes  lignes  d’un  outil  d’évaluation 
cherchant à respecter les champs de compétence de chaque professionnel. Dans un second 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

63 

temps,  nous  proposerons  un  protocole  d’utilisation  de  l’outil  afin  de  guider  les 
professionnels vers une évaluation complète et efficace de l’IVP.  

1. 

Eléments à prendre en compte 

dans l’élaboration de l’outil 

interdisciplinaire 

1.1. 

Un outil commun pour une évaluation efficace 

Les résultats montrent que les domaines évalués ne sont pas toujours clairement délimités 
entre les professionnels  et  que l’évaluation  de l’IVP  est  réalisée de manière transversale 
par chacun d’entre eux. En s’appuyant sur ces constatations et sur les outils proposés par 
les personnes ayant répondu au questionnaire, nous proposons de réfléchir à l’élaboration 
d’un  outil  pluridisciplinaire  qui  s’attacherait  à  respecter  les  particularités  des  diverses 
professions et dont l’utilisation serait différente pour chacune. 

Cet  outil  pourrait  tout  d’abord  comporter  une  partie  commune  sur  les  données  de 
l’anamnèse  à  collecter.  Elle  pourrait  être  réalisée  par  le  premier  professionnel  qui 
rencontre le patient puis transmise aux autres professionnels qui pourraient l’étoffer selon 
leurs domaines. L’anamnèse pourrait comporter une grille visant à renseigner le type de 
fente du patient, l’étiologie de la fente avec la présence ou non de syndrome et de troubles 
associés.  Elle  pourrait  ensuite  comporter  un  interrogatoire  ciblé  ainsi  qu’une  partie 
d’observation que les autres professionnels pourraient compléter. 

Ensuite, deux parties pourraient être distinguées dans cet outil. La première concernerait 
l’évaluation anatomique de l’IVP afin d’examiner les structures en place. Il conviendrait 
ainsi  d’observer  le  voile  du  palais  au  repos  et  d’opérer  un  examen  audiométrique  du 
patient.  Grâce  aux  outils  techniques  dont  ils  disposent,  les  ORL  et  les  chirurgiens 
semblent plus à même de réaliser cette évaluation structurelle. 

La  seconde  partie  de  l’outil  s’attarderait  sur  l’évaluation  fonctionnelle  de  l’IVP  afin 
d’étudier  les  mouvements  des  différentes  structures.  Elle  s’attarderait  sur  les  praxies 
bucco-faciales,  l’évaluation  perceptive  de  la  parole,  l’examen  du  voile  du  palais  en 
phonation,  la  déglutition,  la  respiration  et  le  bavage.  La  parole  étant  le  domaine 
d’expertise  de  l’orthophoniste,  il  conviendrait  que  son  évaluation  soit  réalisée  par  ce 
professionnel.  Toutefois,  d’après  les  résultats  obtenus,  nous  remarquons  que  certains 
domaines du bilan de l’IVP sont évalués indifféremment selon les professionnels. L’outil 
d’évaluation devra donc proposer une trame qui pourra être remplie et complétée par les 
différents professionnels. Nous en détaillerons plus loin les grandes lignes.  

1.2. 

Outils techniques spécifiquement utilisés par les ORL et les 

chirurgiens  

Comme  les  résultats  nous  le  montrent,  les  chirurgiens  et  les  ORL  effectuent  entre  autre 
une analyse anatomique des structures vélopharyngées, grâce à un matériel technique que 
n’ont  pas  les  orthophonistes.  Il  nous  semble  important  de  garder  cette  spécificité  dans 
l’outil  d’évaluation.  Ainsi,  les  ORL  et  les  chirurgiens  pourraient  apprécier  les 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

64 

caractéristiques physiques du voile au repos à partir des données du nasofibroscope ou de 
l’IRM. Ils pourraient également effectuer une évaluation de la sévérité de la fuite par des 
mesures  aérodynamiques  telles  que  l’aérophonoscope,  le  pneumotachographe, 
l’aérophonomètre ou encore le logiciel EVA, afin d’étudier les flux nasal et buccal. Nous 
pouvons  également  proposer  dans  notre  matériel  un  examen  audiométrique  que  l’ORL 
sera en capacité d’effectuer. 

Nous  précisons  cependant  que  ne  pouvons  recommander  l’utilisation  d’un  outil  plutôt 
qu’un  autre  car  notre  expertise  dans  ce  domaine  n’est  pas  suffisante.  D’autre  part,  le 
nombre de professionnels ayant répondu à notre questionnaire étant assez restreint, nous 
ne pouvons affirmer que les pourcentages recueillis pour l’utilisation de chaque matériel 
sont fiables. 

1.3. 

Eléments de l’analyse fonctionnelle réalisée par les orthophonistes  

D’après  les  champs  de  compétence  des  orthophonistes  et  à  partir  de  l’analyse  des 
réponses  obtenues,  nous  proposons  que  la  partie  de  l’outil  réservée  aux  orthophonistes 
regroupe  différents  domaines  dans  l’évaluation  de  l’IVP  tels  que  les  praxies  bucco-
faciales, l’évaluation perceptive de la parole, l’étude du voile du palais en phonation, la 
déglutition,  la  respiration  et  les  questions  concernant  le  bavage.  Ces  domaines 
d’évaluation  peuvent  cependant  être  étudiés  par  les  ORL  et  les  chirurgiens,  comme 
l’étude nous l’a montré. 

L’étude des praxies bucco-faciales est un élément incontournable du bilan, car elle permet 
d’apprécier les compétences du patient dans les schèmes moteurs nécessaires à la parole 
et à la déglutition. Dans notre outil, les praxies pourraient être évaluées grâce à des items 
qu’il  conviendrait  de  constituer  en  choisissant  des  outils  standardisés  (Evalo  2-6,  Bilan 
Parole  et  Articulation,  Batterie  Evaluation  Pyscho-Linguistique)
.  Ceux-ci  permettraient 
d’objectiver de manière  quantitative un trouble avéré ou non et  offriraient  la possibilité 
aux professionnels de comparer leurs résultats pour avoir une visibilité sur l’évolution du 
patient. 

D’autre part, l’évaluation perceptive de la parole permettra au professionnel de connaître 
l’intelligibilité  du  patient.  Celle-ci  joue  un  rôle majeur  dans  la  décision  d’une  chirurgie 
secondaire  car  elle  constitue  souvent  la  gêne  principale  du  patient  ou  de  son  entourage. 
L’outil que nous proposons pourrait lister un ensemble de symptômes à repérer, comme 
des distorsions de phonèmes, des souffles rauques, des coups de glotte, des attaques dures 
ou un souffle nasal par exemple. Concernant les outils qui permettraient cette évaluation, 
les résultats nous indiquent que la répétition de sons et la parole spontanée sont les outils 
les  plus  utilisés  pour  cette  évaluation.  Il  serait  donc  pertinent  de  proposer  une  liste  de 
répétition  de  phonèmes,  de  mots  et  de  phrases  pour  mesurer  l’impact  de  l’IVP  sur  les 
compétences phonétiques et phonologiques de l’enfant. Puis une activité spécifique de jeu 
pourrait  être  proposée  pour  que  le  professionnel  analyse  de  manière  qualitative  les 
productions  spontanées  de  l’enfant  et  mesure  son  intelligibilité.  Pour  effectuer  une 
analyse plus approfondie, des tâches de lecture et de comptage peuvent être proposées. Le 
texte présenté à l’enfant devra être choisi en fonction de la présence de paires minimales 
et de mots phonétiquement proches, afin de procéder à une analyse fine de la production. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

65 

La tonicité du voile en phonation pourra être également  évaluée lors de cette évaluation 
perceptive de la parole grâce à l’alternance a/an, o/on, è/in, ainsi que par la répétition de 
phrases comprenant des phonèmes oraux et/ou nasaux. Elle permettra ainsi de compléter 
l’analyse précédente du voile au repos effectuée de façon plus structurelle. 

Suite  à  cette  évaluation  perceptive,  la  classification  de  Borel-Maisonny  pourra  être 
remplie de manière à ce que les autres professionnels  à qui l’enfant sera adressé sachent 
où il se situe. 

D’autre part, l’outil proposé pourrait comporter un examen de la déglutition et cherchera 
d’éventuels signes associés : jetages, reflux gastro-œsophagiens, difficultés pour téter et 
fausses  routes.  Cette  recherche s’effectuerait par le biais  d’un  questionnaire adressé aux 
parents ou à l’entourage du patient. 

Enfin, le type de respiration spontanée de l’enfant pourrait être observé durant le bilan et 
les  activités  proposées  par  le  clinicien  afin  de  voir  si  elle  est  buccale  ou  bucco-nasale. 
Une  question  peut  spécifier  si  les  parents  ou  l’entourage  de  l’enfant  remarquent  un 
bavage ou des ronflements nocturnes. 

Ainsi, l’élaboration de cet outil prendrait compte des divers champs de compétence des 
professionnels et proposerait une trame de bilan complet. 

2. 

Utilisation de l’outil 

Les résultats de notre étude montrent que l’évaluation de l’IVP s’effectue majoritairement 
en  milieu  hospitalier.  Toutefois,  il  nous  semble  important  de  proposer  deux  types 
d’utilisation de l’outil : l’un s’effectuerait au sein d’une équipe pluridisciplinaire et l’autre 
à  distance  d’une  équipe,  en  milieu  libéral.  Nous  souhaitons  proposer  les  grandes  lignes 
d’exploitation de cet outil. 

2.1. 

Au sein d’une équipe pluridisciplinaire 

L’équipe pluridisciplinaire offre la possibilité aux différents professionnels de se côtoyer 
et  d’échanger  leurs  connaissances  et  leurs  interrogations  concernant  leurs  patients 
communs.  Ainsi,  il  nous  paraît  intéressant  de  développer  un  outil  qui  puisse  être 
disponible  sur  une  interface  propre  à  l’établissement.  De  cette  façon,  tous  les 
professionnels  pourraient  y  avoir  accès  à  partir  de  leur  bureau.  L’outil  d’évaluation  se 
présenterait sous la forme d’un document que les professionnels rempliraient en ligne, ce 
qui permettrait aux cliniciens de consulter l’évolution du bilan en temps et en heures. De 
cette façon, un professionnel qui évaluerait un domaine spécifique de l’IVP remplirait la 
partie  le  concernant,  offrant  la  possibilité  au  professionnel  suivant  d’avoir  accès  aux 
données  précédemment  étudiées.  L’objectif  serait  que  le  document  ne  soit  pas  à 
télécharger mais qu’il soit mis à jour directement en ligne. 

D’autre part, afin d’éviter les redondances et de renforcer les domaines de compétence de 
chacun,  nous  envisagerions  que  cette  trame  de  bilan  distingue  les  parties  devant  être 
évaluées  par  chaque  professionnel.  Ceci  permettrait  aux  professionnels  de  respecter  les 
domaines d’expertise des autres collègues. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

66 

Enfin,  il  serait  intéressant  qu’à  la  fin  du  document  se  trouve  un  espace  de  synthèse 
commune  où  chaque  professionnel  donnerait  son  avis  quant  à  une  décision  chirurgicale 
ou  non.  Ainsi,  le  professionnel  réalisant  la  conclusion  de  l’évaluation  pluridisciplinaire 
aurait à sa disposition l’avis de tous les professionnels concourant au bilan. 

2.2. 

A distance de l’équipe pluridisciplinaire 

Dans le cas d’un professionnel, et plus particulièrement de l’orthophoniste travaillant en 
libéral ou à distance d’une équipe pluridisciplinaire, l’utilisation de l’outil sera différente. 
En effet si l’on considère l’objectif du bilan de l’orthophoniste, celui-ci doit être effectué 
dans le but d’aider une équipe pluridisciplinaire dans la décision d’une pharyngoplastie, 
mais il peut être réalisé surtout dans le but d’une prise en charge de l’insuffisance vélaire. 
Il  semble  que  le  deuxième  cas  soit  le  plus  fréquent  pour  les  orthophonistes  en  libéral. 
L’outil devra alors être complet  afin de permettre à l’orthophoniste d’avoir une base de 
connaissances solide pour construire son projet thérapeutique. 

Nous  pourrions  alors  envisager  une  trame  de  bilan  similaire  comprenant  des  données 
d’anamnèse à recueillir (type de fente du patient, étiologie de la fente avec la présence ou 
non  de  syndrome  et  de  troubles  associés  et  interrogatoire  ciblé)  ainsi  que  des  domaines 
structurels et fonctionnels à évaluer. La partie réservée aux orthophonistes serait la même 
que  celle  décrite  pour  les  équipes  pluridisciplinaires.  Une  autre  partie  pourrait  être 
consacrée aux ORL exerçant en milieu libéral et serait également identique à celle décrite 
pour  les  équipes  pluridisciplinaires.  Il  s’agirait  d’un  bilan  complémentaire  que  les 
orthophonistes pourraient recommander au patient afin d’approfondir leur diagnostic et de 
vérifier l’audition du patient. 

Dans le cas où la prise en charge orthophonique n’aurait pas un effet suffisant sur l’IVP 
du patient et où la décision d’une chirurgie secondaire serait envisageable, l’orthophoniste 
pourrait  envoyer  les  résultats  de  son  bilan  à  l’équipe  de  soignants  du  centre  de 
compétence qui complèterait les éléments en suivant cette même trame. 

Enfin, comme Prathanee (2010) l’a évoqué, nous pourrions prévoir un questionnaire aux 
parents  concernant  l’évaluation  de  la  parole  de  l’enfant  et  l’impact  du  trouble  dans  son 
quotidien. En effet, la description des troubles et  l’impact de l’IVP  au quotidien ne sont 
pas  toujours  corrélés.  Nous  pouvons  penser  par  exemple  à  des  enfants  atteints  de 
syndromes comprenant une déficience mentale chez qui l'accès  à une phonation parfaite 
ne  sera  pas  forcément  bénéfique  au  regard  des  difficultés  engendrées  par  une  chirurgie. 
Ainsi,  ce  questionnaire  dédié  aux  parents  pourrait  participer  à  leur  donner  un  rôle  actif 
dans la décision d’une chirurgie secondaire. 

IV. 

Conclusion de la discussion 

Notre  expérimentation  a  présenté  quelques  limites  dans  sa  méthodologie,  notamment 
concernant  la formulation  ou l’absence  de  certaines questions. Une plus  grande part des 
questions aurait mérité d’être obligatoire pour nous permettre une meilleure interprétation 
des  données.  D’autre  part,  nous  avons  retenu  un  biais  principal  dans  les  réponses 
obtenues :  certains  professionnels  ont  répondu  au  nom  d’une  équipe.  Nous  avons 
également  eu  peu  de  réponses  de  la  part  des  ORL  et  de  personnes  exerçant  en  milieu 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

67 

libéral,  dont  nous  avons  tenu  compte  dans  l’interprétation  des  résultats  selon  chaque 
profession. 

Par ailleurs, nous avons conclu que les domaines d’évaluation de l’IVP ne sont pas  tous 
répartis  selon  les  champs  de  compétence  des  professionnels.  Certains  domaines  sont 
transversaux  tandis  que  d’autres  sont  spécifiques  à  l’un  ou  l’autre  des  professionnels. 
Cela  semble  dû  au  fait  que  les  domaines  d’évaluation  nécessitant  des  outils  techniques 
spécifiques  sont  plus  facilement  évalués  par  les  ORL  et  les  chirurgiens  disposant  de  ce 
matériel.  Les  outils  utilisés  par  les  orthophonistes  sont  principalement  des  outils 
« maison ».  Nous  supposons  donc  qu’il  existe  un  manque  d’outils  standardisés 
disponibles dans ce domaine. La communication entre les professionnels libéraux semble 
être plus difficile à établir que pour ceux qui exercent en milieu hospitalier. La variabilité 
des outils utilisés nous pose également la question de la communication établie entre les 
différents centres de compétence des fentes palatines. 

Ainsi,  grâce  à  la  discussion  des  résultats  obtenus,  nous  proposons  la  trame  d’un  outil 
d’évaluation  permettant  aux  professionnels  de  travailler  sur  un  matériel  utilisable  par 
tous,  tout  en  respectant  les  champs  de  compétence  de  chacun.  Cet  outil  pourrait  être 
utilisé  au  sein  d’une  équipe  pluridisciplinaire  ou  bien  à  distance  de  cette  équipe,  lors 
d’une  pratique  d’évaluation  en  milieu  libéral.  Pour  les  équipes,  il  conviendrait  que  ce 
matériel soit accessible en ligne afin de faciliter la complétion des domaines spécifiques à 
chaque  professionnel.  Un  espace  de  synthèse  à  la  fin  participerait  à  la  décision  d’une 
chirurgie  secondaire.  Pour  le  professionnel  et  en  particulier  l’orthophoniste  réalisant  le 
l’évaluation  de  l’IVP  en  milieu  libéral,  l’outil  garderait  la  même  trame  et  permettrait 
d’obtenir des données pertinentes pour l’élaboration du projet de soin. L’apparition d’un 
questionnaire  adressé  aux  parents  permettrait  de  recueillir  des  informations  relatives  au 
quotidien de l’enfant et de les rendre actifs dans la décision chirurgicale. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

68 

CONCLUSION 

Les  enfants  porteurs  de  fente  vélaire  peuvent  présenter  une  insuffisance  vélopharyngée 
(IVP) qui peut apparaître malgré la chirurgie de première intention réalisée en réparation 
des structures. L’IVP consiste en un défaut de rapprochement entre le voile du palais et la 
paroi pharyngée postérieure et se traduit entre autre par des troubles de la phonation et de 
la  déglutition.  Lorsqu’un  enfant  présente  une  IVP,  les  chirurgiens,  les  ORL  et  les 
orthophonistes  peuvent  intervenir  afin  d’évaluer  qualitativement  et  quantitativement  les 
symptômes observés. Suite à cette évaluation, ils peuvent proposer une pharyngoplastie, 
chirurgie  de  seconde  intention,  lorsque  la  rééducation  effectuée  par  l’orthophoniste  ne 
suffit  pas  à  compenser  les  troubles  de  l’enfant  ou  bien  que  les  structures  ne  peuvent 
permettre une fermeture du sphincter vélopharyngé.  

Nous nous sommes donc d’abord interrogées sur les outils d’évaluation de l’IVP que les 
professionnels  utilisent  dans  leur  pratique.  Nous  avons  cherché  à  savoir  si  les  outils 
utilisés étaient spécifiques à chaque professionnel. Puis dans un second temps, nous avons 
réfléchi  à  l’élaboration  d’une  trame  d’outil  d’évaluation  qui  permettrait  d’évaluer  de 
manière cohérence et complète l’IVP en respectant les champs de compétence de chaque 
professionnel participant à la décision d’une chirurgie secondaire. 

Pour cela, nous avons conçu un questionnaire électronique que nous avons envoyé à des 
chirurgiens,  des  ORL  et  des  orthophonistes  réalisant  des  bilans  d’IVP  auprès  d’enfants 
porteurs  de  fente  palatine.  Certains  critères  de  sélection  ont  été  établis  pour  choisir  ces 
professionnels exerçant en milieu libéral, hospitalier, institutionnel ou mixte. 

Malgré certains biais rencontrés lors de notre étude, les résultats obtenus nous ont montré 
que les différents professionnels interviennent dans l’évaluation de domaines qu’ils jugent 
nécessaires mais ne se limitent pas toujours à leurs champs de compétence. Ces résultats 
vont  dans  le  sens  d’un  chevauchement  entre  les  champs  de  compétence  des 
professionnels.  Il  existe  également  une  très  grande  diversité  inter  et  intra-disciplinaire 
dans  les  outils  employés,  ce  qui  signe  un  certain  manque  d’outils  standardisés  et 
spécifiques à l’évaluation de l’IVP. Enfin, notre étude a révélé peu de plaintes relatives à 
un  manque  de  communication  entre  les  professionnels.  Cependant,  il  nous  a  semblé 
judicieux d’élaborer une trame d’évaluation de l’IVP utilisable par tous les professionnels 
afin de pouvoir échanger sur un matériel commun. 

Ce travail de recherche, mené au cours de deux années d’étude, nous a permis d’acquérir 
une  meilleure  connaissance  d’un  domaine  orthophonique  très  spécifique  que  nous 
n’avions pas autant détaillé lors de notre formation initiale. En effet, les enfants porteurs 
de fente vélaire sont souvent des cas isolés pour les orthophonistes exerçant en libéral et il 
est rare qu’un orthophoniste en ait plusieurs dans sa patientèle. Même si notre population 
n’a  pas  été  suffisante  pour  nous  permettre  d’avoir  des  données  valides  pour  chaque 
catégorie  de  professionnels,  nous  avons  tout  de  même  eu  un  aperçu  de  l’évaluation  de 
l’insuffisance vélopharyngée qui nous paraît représentatif de la population générale, au vu 
des  données  recueillies  dans  la  littérature.  La  variabilité  des  outils  employés  par  les 
différents professionnels pour évaluer l’IVP nous a confortées dans l’intérêt de créer un 
outil d’évaluation commun à tous et englobant tous les domaines de cette évaluation. 

Cette  recherche  nous  a  permis  de  mieux  appréhender  l’importance  du  travail 
pluridisciplinaire dans le domaine des fentes palatines : chaque professionnel ne suffirait 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

69 

pas  à  lui  seul  pour  apporter  une  réponse  à  la  problématique  de  l’IVP  et  la  coordination 
interprofessionnelle  est  essentielle  pour  considérer  le  patient  dans  sa  globalité.  L’outil 
d’évaluation  qui  a  fait  l’objet  de  notre  réflexion  serait  un  moyen  d’améliorer  et  de 
renforcer les échanges entre les professionnels intervenant auprès des enfants porteurs de 
fente vélaire, notamment ceux exerçant en milieu libéral. 

Il nous semblerait intéressant que notre étude soit poursuivie vers l’élaboration d’un outil 
standardisé spécifique à l’évaluation de l’IVP chez des enfants opérés de fente vélaire. Ce 
matériel  s’adresserait  aux  mêmes  catégories  de  professionnels  que  celles  de  notre 
recherche et il conviendrait d’en augmenter le nombre. Il permettrait d’uniformiser cette 
évaluation de manière nationale et francophone et de favoriser ainsi les échanges entre les 
professionnels prenant en charge ces enfants porteurs de fente vélaire. 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

70 

REFERENCES 

 

Abadie,  V.  (2003).  Démarche  pédiatrique  vis-à-vis  d’un  nouveau-né  atteint  d’une  fente 
labio-maxillaire et/ou palatine. Rééducation orthophonique, 216, 27-36. 

Aik-Ming,  L.  et  Lun-Jou,  L.  (2008).  Palatoplasty:  Evolution  and  Controversies.  Chang 
Gung Medical Journal., 31
, 335-345. 

Aknin,  J.  J.  (2008).  Le  point  sur  les  fentes  labio-alvéolo-palatines.  Revue  d’Orthopédie 
Dento-Faciale, 42
 (4), 391-402. 

Bardot,  J.,  Casanova,  D.,  Magalon,  G.,  Pech,  C.  et  Salazard,  B.  (2007).  Les  séquelles 
vélopharyngées  dans  les  fentes  labioalvéolopalatovélaires.  Pharyngoplastie  par 
lipostructure  du  pharynx.  Revue  de  Stomatologie  et  de  Chirurgie  Maxillo-faciale,  108
352-356. 

Barthelemy,  I.,  Buffard,  F.,  Gaillot,  A.,  Mondie,  J.  M.  et  Sannajust,  J.  P.  (2007).  Les 
séquelles vélopharyngées dans les fentes labioalvéopalatovélaires. Analyse, bilan et prise 
en  charge  orthophonique.  Revue  de  Stomatologie  et  de  Chirurgie  Maxillo-faciale,  108, 
329-333. 

Baudelle, E., Conessa, C., Goasdoué, P., Hervé, S., Martigny, E. et Poncet, J. L. (2005). 
Insuffisance vélopharyngée. EMC Oto-Rhino-Laryngologie, 2, 249-262.  

Baylon,  H.  et  Montoya  y  Martinez,  P.  (1996).  L’incompétence  vélo-pharyngée : 
exploration et prise en charge thérapeutique
. Isbergues : Ortho Edition. 

Beaunis,  H.  et  Bouchard,  A. (1868).  Nouveaux  éléments  d’anatomie  descriptive  et 
d’embryologie. 
Paris : J. B. Baillières et Fils. 

Belhaj, N. (2011). Les fentes labiales : à propos de 51 cas (thèse de doctorat, Université 
de Fès, Maroc). 

Bénateau,  H., Cabouret,  D.,  Labbé, D. et  Roffé,  J.  L. (2002). Prise en  charge des  fentes 
labio-maxillo-palatines au centre hospitalier universitaire de Caen. Annales de Chirurgie 
Plastique et Esthétique, 47, 
155-158. 

Bénateau, H., Guyot, L. et Seguin, P. (2010). Techniques en chirurgie maxillo-faciale et 
plastique de la face
. Paris : Springer-Verlag. 

Bénateau, H., Martinez, H., Picard, A., Seigneuric, J. B., Vazquez, P. et Zbinden-Trichet, 
C.  (2007).  Les  séquelles  vélopharyngées  dans  les  fentes  labioalvéolopalatovélaires. 
Véloplasties et pharyngoplasties par lambeau pharyngé à pédicule supérieur ou inférieur. 
Revue de Stomatologie et de Chirurgie Maxillo-faciale, 108, 334-342.  

Bicknell,  S.,  Curran,  J.  et  Mc  Fadden,  L.  (2002).  Frequency  of  pharyngoplasty  after 
primary repair of cleft palate. Journal of the Canadian Dental Association68 (11), 688-
692. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

71 

Billmire,  D.  A.,  Clark,  S.  L.,  Kummer,  A.  W.,  Redle,  E.  E.  et  Thomsen,  L.  L.  (2012). 
Current  practice  in  assessing  and  reporting  speech  outcomes  of  cleft  palate  and 
velopharyngeal  surgery:  a  survey  of  cleft  palate/  cranofacial  professionals.  The  cleft 
palate-cranofacial journal, 49 
(2), 146-152. 

Bonte, K., Van Cauwenberge, P., Van Lierde, K. M. et Wuyts, F. L. (2007). The Nasality 
Severity  Index:  An  objective  measure  of  hypernasality  based  on  a  multiparameter 
approach. Folia Phoniatricia et Logopaedica, 59, 31-38. 

Boulanger,  Y.  L.,  Feyz,  M.,  Proulx,  P.,  Staltari,  C.,  Tinawi,  S.  et  Zander,  K.  (2004). 
Rééducation-Réadaptation et interdisciplinarité. Encyclopédie Médico-Chirurgicale, 107-
111. 

Brattström,  V.,  Gundlach,  K.,  Molsted,  K.,  Nelson,  P.,  Prahl-Andersen,  B.,  Semb,  G.  et 
Shaw,  W.  (2001).  The  Eurocleft  Project  1996–2000:  overview.  Journal  of  Cranio-
Maxillofacial Surgery, 29
, 131-142. 

Cash,  E.,  Cash,  R.  et  Potocka,  A.  C.  (2011).  Etude  sur  les  champs  d’interventions  des 
orthophonistes.  Les  spécificités  et  les  coopérations  avec  d’autres  professionnels. 
Observatoire National de la Démographie des Professions de Santé. Récupéré le 29 avril 
2013 de : 

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Etude_sur_le_metier_d_orthophoniste.pdf.

 

Cassier,  S.,  Chapuis-Vandenbogaerde,  C.,  Constantinescu,  G.,  Diner,  P.,  Galliani,  E., 
Kadlub,  N.,  …Zbinden-Trichet,  C.  (2011).  Calendrier  et  protocole  interventionnel  des 
fentes  labiopalatines  au  sein  du  Service  de  chirurgie  maxillo-faciale  et  plastique  de 
l’Hôpital d’Enfants Trousseau (AP-HP, Paris). Revue d’Orthopédie Dento-faciale, 45 (3), 
291-299. 

Catan, A., Joly, C., Lainé, A. et Pochard, F. (2011). L’interdisciplinarité : une visée, une 
nécessité et une exigence au service du malade. Ethique et Santé, 8, 119-124. 

Comiti,  S.,  Deschaux,  C.,  Morand,  B.  et  Raphaël,  B.  (2003).  Evaluation  clinique  après 
sphincteroplastie. Rééducation orthophonique, 216, 81-92. 

De  Buys  Roessingh,  A.,  Hohfeld,  J.  et  Zbinden-Trichet,  C.  (2009).  Prise  en  charge  des 
fentes labio-maxillo-palatines au CHUV. Revue Médicale Suisse191, 402-408. 

Devauchelle,  B.,  Gbaguidi,  C.  et  Testelin,  S.  (2003).  Les  pharyngoplasties  dans  le 
traitement  de  l’insuffisance  vélo-pharyngée  des  fentes  palatines.  Rééducation 
orthophonique, 216, 
67-80. 

Devauchelle,  B.,  Gbaguidi,  C.  et  Vazquez,  M.  P.  (2007).  Les  séquelles  vélopharyngées 
dans  les  fentes  labioalvéolopalatovélaires.  Les  pharyngoplasties  dynamiques  types 
Orticochea. Revue de Stomatologie et de Chirurgie Maxillo-faciale, 108, 343-351.  

Disant, F. et Naiman, A. N. (2006). Chirurgie de l’insuffisance vélaire. EMC - Techniques 
chirurgicales - Tête et cou,
 1-15. 

Division  palatine  (2013).  Dans  Dictionnaire  Médical  de  l’Académie  de  Médecine
Récupéré le 21 mars 2013 de 

http://dictionnaire.academie-medecine.fr/?q=fente%20palatine.  

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

72 

Durieu du Pradel, G. et Peyrelongue, S. (2009). Evaluation orthophonique de l’apport de 
la véloplastie intravélaire précoce effectuée à 3 mois chez des enfants porteurs de fentes 
du  palais  secondaire  :  à  propos  de  30  cas.  Article  de  synthèse
.  Lyon :  mémoire 
d’orthophonie n°1499. 

Encha-Razavi,  F.  et  Escudier,  E.  (2003).  Embryologie  humaine.  De  la  molécule  à  la 
clinique
. Paris : Masson. 

Garabédian,  E.  N.,  Leboulanger,  N.,  Marlin,  S.,  Roger,  G.  et  Rouillon,  I.  (2009). 
L’insuffisance  vélopharyngée  chez  l’enfant.  Annales  d’Otolaryngologie  et  chirurgie 
cervico-faciale, 12, 
155-161. 

Ghanassia, E. et Procureur, V. (1999). Embryologie : biologie du développement et de la 
reproduction. 
Issy-les-Moulineaux : Editions ESTEM.  

INSEE.  (2013).  Professions  de  santé  en  2013.  Récupéré  le  30  mars  2014  de : 

http://www.insee.fr, 

rubrique « Professions de santé en 2013 ». 

Lebeau, J. (2011).  Chirurgie maxillo-faciale  et  stomatologie pour le  2

e

  cycle des études 

médicales. Paris : Elsevier Masson SAS. 

Lumineau,  J.  P.,  Talmant,  J.  C.  et  Talmant,  J.  C.  (2011).  Fentes  labiales  et  palatines. 
Traitement  primaire.  EMC  -  Techniques  chirurgicales  -  Chirurgie  plastique 
reconstructrice et esthétique, 
1-26. 

Marrinan,  E.  et  Shprintzen,  R.  J.  (2009).  Velopharyngeal  insufficiency:  diagnosis  and 
management.  Current  Opinion  in  Otolaryngology  and  Head  and  Neck  Surgery.  17  (4), 
302–307. 

Marsh,  J.  L.  (2009).  Velo-pharyngeal  dysfunction:  Evaluation  and  management.  Indian 
Journal of Plastic Surgery
, 42 (suppl.), 129-136. 

Ministère  de  l’Education  Nationale,  de  l’Enseignement  Supérieur  et  de  la  Recherche 
(2004).  Enseignement  supérieur,  recherche  et  technologie.  Bulletin  Officiel  n°39  du  28 
octobre 

2004. 

Récupéré 

le 

15 

janvier 

2014 

de : 

http://www.education.gouv.fr/bo/2004/39/MENS0402087A.htm

.

 

Ministère de l’emploi et de la solidarité (2002). Décret n°2002-721 du 2 mai 2002 relatif 
aux actes professionnels et à l’exercice de la profession d’orthophoniste
. Journal officiel, 
n°104  du  4  mai  2002,  p.8339,  texte  56.  Récupéré  le  28  février  2013  de : 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=307380BAAC1D8C5DA89CE2E9AEC45F20.tpdj
o15v_3?cidTexte=JORFTEXT000000413069&categorieLien=id.
 

Nagarajan,  R.,  Savitha,  V.  H.  et  Subramaniyan,  B.  (2009).  Communication  disorders  in 
individuals with cleft lip and palate: An overview. Indian Journal of Plastic Surgery, 42 
(suppl.), 137-143. 

Paulus,  C.  (2003).  La  prise  en  charge  des  fentes  labio-maxillo-palatines  de  0  à  20  ans. 
Rééducation Orthophonique, 216, 35-41. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

73 

Prathanee,  B.  (2010).  Cleft  Palate  Speech  Evaluation.  International  Encyclopedia  of 
rehabilitation.  
Récupéré  sur  le  site  du  Center  for  International  Rehabilitation  Research 
Information and Exchange: 

http://cirrie.buffalo.edu/encyclopedia/en/article/261/. 

Talandier,  C.  (2003).  Chirurgie  et  phonétique  des  fentes  palatines  ou  comment  Suzanne 
Borel  a  jeté  le  fondement  de  la  recherche  orthophonique.  Rééducation  orthophonique, 
216, 
15-25. 

Teston,  B.  (1995).  Les  différentes  méthodes  d’évaluation  des  insuffisances  vélaires. 
Groupe Francophone Communication Parlée de la Société Française d’Acoustique. Voile 
Pathologique, 
110-117. 

Thibault, C. et Vernel-Bonneau, F. (1999). Les fentes faciales : embryologie, rééducation, 
accompagnement parental
. Paris : Masson.  

Thibault,  C.  (2003).  L’éducation  gnoso-praxique  orale.  Son  importance  dans  la  prise  en 
charge des enfants présentant une fente palatine postérieure. Rééducation orthophonique, 
216, 
123-136. 

Thibault,  C.  (2007).  Evaluation  de  la  sphère  oro-faciale.  In  Thibault,  C.  (Ed.). 
Orthophonie et oralité : la sphère oro-faciale de l’enfant (pp. 90-91). Paris : Masson.  

Thibault, C. (2012). De l’oralité alimentaire à l’oralité verbale : les fentes oro-faciales. In 
Pitrou,  M.  &  Thibault,  C.  (Eds.).  L’aide-mémoire  des  troubles  du  langage  et  de  la 
communication : l’orthophonie à tous les âges de la vie 
(pp. 28-29). Paris : Dunod. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

ANNEXES 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

75 

Annexe I : Chronologie de la prise en charge des fentes au CHUV 

D’après de Buys Roessingh & al., 2009. 
 

Tableau 2 : Chronologie de la prise en charge des fentes au CHUV 

 

Quand ? 

Quoi ? 

Qui ? 

Anténatal 

  Information 

  Aide psychologique si nécessaire 

  Chirurgien pédiatre 

  Psychologue 

Naissance 

  Information 

  Prise en charge alimentaire 

  Plaque de tétée  

  Chirurgien pédiatre 

 

  Orthodontiste  

3 mois 

  Fermeture du palais mou pour fente 

complète 

  Fermeture lèvre pour fente labiale isolée 

  Chirurgien pédiatre 

5-6 mois 

  Fermeture du palais dur et de la lèvre pour 

fente complète 

  Chirurgien pédiatre 

8 mois 

  Fermeture de la lèvre de l’autre côté (fente 

bilatérale) 

  Chirurgien pédiatre 

18 mois – 3 ans 

  Contrôle de routine 

 

  Atelier de guidance orthophonique 

  Chirurgien pédiatre 

  Pédiatre, ORL 

  Orthophoniste 

3 ans 

  Premier colloque pluridisciplinaire 

  Bilan orthophonique 

  Bilan psychologique 

  Equipe complète 

3 – 9 ans 

  Bilan tous les 2-3 ans 

  Suivi orthophonique 

  Suivi orthodontique 

  Chirurgie secondaire précoce 

  Equipe complète 

 

  Chirurgien pédiatre, ORL 

9 ans 

  Bilan orthodontique et maxillo-facial 

  Equipe complète 

9 – 10 ans 

  Greffe osseuse alvéolaire 

  Chirurgien maxillo-facial 

  Orthodontiste 

12 – 18 ans 

  Bilan tous les 2-3 ans 

  Suivi orthodontique 

  Chirurgie secondaire 

  Equipe complète 

 

  Chirurgien pédiatre, ORL 

18 – 20 ans 

  Bilan final 

  Conseil génétique 

  Equipe complète 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

76 

Annexe II : Techniques chirurgicales 

1. 

Technique de von Langenbeck  

D’après Aik-Ming & Lun-Jou, 2008.  

 

Figure 28 : Technique de von Langenbeck : A : Marques pour l'incision ; B : Incision ; C : Fermeture 

de la couche nasale ; D : Fermeture de la paroi orale 

2. 

Véloplastie intravélaire 

 

Figure 29 : Véloplastie intravélaire. a : incisions ; b : libération des muscles palato-pharyngiens et 

élévateurs du voile ; c : suture des plans nasal et musculaire ; d : suture muqueuse finale  

(Bénateau & al., 2010) 

3. 

Technique de Hynes 

 

Figure 30 : Technique de Hynes (Devauchelle & al., 2007) 

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

77 

4. 

Technique 

d’Orticochea 

 

Figure 31 : Technique d’Orticochea (Devauchelle & al., 2007) 

5. 

Lipostructure 

 

Figure 32 : Lipostructure® de la paroi pharyngée : voile rouge au repos ; voile rose contracté. 

(Bardot & al., 2007)

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

78 

Annexe III : Questionnaire destiné aux professionnels 

1. 

Partie générale 

Bonjour, 

Nous  vous  remercions  pour  votre  attention  et  pour  vos  réponses  aux  questions  ci-dessous.  
Le questionnaire est organisé en 2 parties : 

-

  la première concerne tous les professionnels : orthophonistes/logopédistes, chirurgiens et 

ORL/phoniatres 

-

  la seconde concerne uniquement votre profession 

N'hésitez  pas  à  nous  contacter  si  vous  avez  des  questions  ou  si  vous  souhaitez  plus 
d'informations. 

Cordialement, 

Elisabeth Jarry-Picard et Julie-Claire Larribau 

 

DIAGNOSTIC CLINIQUE EN PERIODE PRE-PHONETIQUE 
 

A1. Observez-vous un trouble de déglutition pour les enfants en âge pré-phonétique ? 

 Toujours 

 Parfois 

 Rarement 

 Jamais 

 
A2. Si oui, que rencontrez-vous le plus souvent : 

 Des difficultés pour téter 

 Des reflux gastro-œsophagiens  

 Des jetages (reflux nasal)  

 Des fausses routes  

 
A3. Evaluez-vous le type de respiration spontanée (naturelle) du patient (nasal/buccal) ? 

 Oui 

 Non 

 
A4.  Si  oui,  observez-vous  un  lien  fréquent  entre  insuffisance  vélopharyngée  (IVP)  et  ronflement 
nocturne ? 

 Oui 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

79 

 Non 

 
A5. Questionnez-vous le patient sur un bavage nocturne ? 

 Oui 

 Non 

 

DIAGNOSTIC CLINIQUE EN PERIODE PHONETIQUE 
 
Bilan phonétique 

 
A6. Quand un enfant présente une hypernasalité, vous trouvez qu’elle est : 

 Toujours de même sévérité, quelle que soit la longueur d’énoncé, l’effort ou la fatigue 

 Sévérité variable selon la longueur d’énoncé, l’effort ou la fatigue 

 
A7. Comment qualifiez-vous l’hypernasalité ? 

 Présente ou absente 

 Légère / modérée / sévère 

 Consistante / inconsistante / variable  

 Grâce à l’échelle de Borel-Maisonny (Ph I, IIb/m, III) 

 Grâce à une échelle d’évaluation (par exemple de 1 à 6) 

 Autre : 

 

 
A8. Comment qualifiez-vous le degré de sévérité de la fuite nasale ? 

 Présent ou absent 

 Léger / modéré / sévère 

 Consistant / inconsistant / variable  

 Grâce à l’échelle de Borel-Maisonny (Ph I, IIb/m, III) 

 Grâce à une échelle d’évaluation (par exemple de 1 à 6) 

 
A9. L’évaluation perceptive (parole, voix et articulation) s’effectue : 

 En parole spontanée  

 En répétition de tous les sons de la langue  

 En lecture (si fin de CP)  

 En comptage  

 Ne s'effectue pas 

 
A9.bis. Matériel utilisé 

 

 
A10. Lors de l’évaluation perceptive, vous observez : 

 Des distorsions de phonème  

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

80 

 Des souffles rauques  

 Des coups de glotte  

 Des attaques dures  

 Un souffle nasal 

 

Examen clinique 

 
A11. Quel matériel utilisez-vous pour l’observation intra-buccale ? 

 

 
A12. Lorsque vous effectuez une évaluation de l’insuffisance vélopharyngée (IVP), est-ce : 

 Avant la chirurgie 

 Après la chirurgie 

 Avant et après la chirurgie 

 
A12. bis. Si avant et après la chirurgie, est-ce toujours avec les mêmes outils ? 

 Oui 

 Non 

 
A13. L’évaluation préopératoire ou postopératoire de la parole inclut : 

 Une évaluation perceptive  

 Une observation intra-buccale  

 Une nasométrie  

 Nasalance Severity Index  

 Des mesures aérodynamiques  

 Une vidéofluoroscopie  

 Une nasopharyngoscopie (nasoendoscopie)  

 Autre : 

 

 
A14. L’examen clinique de l’IVP dans votre lieu d’exercice repose sur : 

 Un procédé que vous avez choisi (le même pour tous les patients) 

 Des éléments perçus par endoscopie 

 Des éléments perçus par fibroscopie nasopharyngée 

 Des éléments perçus par videofluoroscopie (taille, forme, localisation de l’espace) 

 Des éléments perçus par IRM 

 Une évaluation perceptive de la sévérité de la fuite 

 
A15. Quel matériel utilisez-vous pour les mesures aérodynamiques ? 

 Miroir de Glatzel 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

81 

 Réflexe narinaire au pincement 

 Logiciel EVA  

 Pneumotachographe 

 Anémomètre 

 Aérophonomètre  

 Aérophonoscope  

 Autre : 

 

 
A16. Evaluez-vous la tonicité du voile au repos ? 

 Oui 

 Non 

 
A16.bis. Si oui, comment ? 

 

 
A17. Evaluez-vous la tonicité du voile en phonation ? 

 Oui 

 Non 

 
A17.bis. Si oui, comment ? 

 

 
A18. Evaluez-vous les praxies bucco-faciales ? 

 Oui 

 Non 

 
A18. bis. Si oui, à partir de quel test ? 

 Borel 

 Evalo 2-6 / Evalo Bébé 

 Autre : 

 

 
A19. Orientez-vous le patient vers un examen audiométrique ? 

 Oui 

 Non 

 
A20. Le résultat de l’examen audiométrique est-il un critère dans l’indication d’une pharyngoplastie ? 

 Oui 

 Non 

 
A21. La concomitance entre l’apparition de l’IVP par rapport à celle du langage a-t-elle une influence sur 
votre orientation vers une chirurgie ? 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

82 

 Oui 

 Non 

 
A22. Est-ce que vous utilisez la classification Borel-Maisonny ? 

 Oui 

 Non 

 
A22.bis. Si oui, à partir de quelle classification recommandez-vous l’intervention chirurgicale : 

 I (normale)  

 II  (déperdition  nasale)  -  B  (déperdition  nasale  légère,  nasonnement  modéré  conservant  une 

intelligibilité parfaite. La répétition est meilleure que la parole spontanée) 

 II  (déperdition  nasale)  - M  (déperdition  nasale  sévère  responsable  d'un  nasonnement  sévère. 

Intelligibilité perturbée, même en répétition. Présence de  syncinésies faciales  et  de souffle nasal sur  les 
occlusives) 

 III (déperdition intense, mécanismes de compensation : coup de glotte, souffle rauque) 

 Phonation mixte (caractères inconstants) 

 Au cas par cas  

 
A23.  Avez-vous  constaté  un  manque  de  communication  entre  les  chirurgiens,  les  ORL  et  les 
orthophonistes quant à la prise en charge de ces patients ? 

 Oui 

 Non 

 
A24. Lorsqu'un patient atteint d'insuffisance vélaire dans le cadre de fente palatine vous est présenté, 
vous vous mettez en contact avec des membres des autres professions : 

 Jamais 

 Rarement 

 Parfois 

 Souvent 

 Toujours 

 
A25. Nombre d’années d’expérience avec les enfants porteurs de fentes labio-palatines : 

 1-5 

 6-10 

 11-15 

 16 et plus 

 
A26. Exercez-vous : 

 En milieu libéral 

 En milieu hospitalier 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

83 

 En institution 

 En exercice mixte 

 
A27. Êtes-vous ? 

 Chirurgien 

 ORL / phoniatre 

 Orthophoniste/logopédiste 

Continuer »

 

 

2. 

Partie spécifique aux chirurgiens 

B1. Lorsque vous conseillez un type de chirurgie plutôt qu’un autre, vous vous basez sur : 

 Le côté pratique du geste (AG ou pas, durée de l’intervention) 

 La stabilité du résultat 

 Les effets sur la rhinolalie et l’intelligibilité 

 L’expérience personnelle de l’efficacité 

 L’avis du patient 

 
B2. Quelle est la ou les techniques chirurgicales que vous privilégiez pour pallier une IVP ? 

 Pharyngoplastie par lambeau 

 Sphincteroplastie 

 Furlow Z-plasty 

 Augmentation paroi pharyngée postérieure (lipostructure) 

 Prothèse  

 Au cas par cas 

 Autre : 

 

 

*

Quelle est votre adresse mail ? 

(question obligatoire)

 

 

 

3. 

Partie spécifique aux ORL 

C1. Les patients que vous recevez vous consultent (par ordre de fréquence de 1 à 4, 4 = le plus fréquent) 
Suite à l'avis d'un orthophoniste/logopédiste 

 

Suite à l'avis d'un chirurgien 

 

Suite à l'avis d'un médecin généraliste 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

84 

 

Par eux-mêmes, avec une prescription du médecin traitant 

 

 
C2. Lorsque vous conseillez un type de chirurgie plutôt qu’un autre, vous vous basez sur : 

 Le côté pratique du geste (AG ou pas, durée de l’intervention) 

 La stabilité du résultat 

 Les effets sur la rhinolalie et l’intelligibilité 

 L’expérience personnelle de l’efficacité 

 L’avis du patient 

 

*

Quelle est votre adresse mail ? 

(question obligatoire)

 

 

 

4. 

Partie spécifique aux orthophonistes  

D1. Utilisez-vous des tests construits par vous-même d’après vos connaissances ? 

 Oui 

 Non 

 
D1.bis. Si oui, qu’utilisez-vous ? 

 

 
D2. Les patients que vous recevez vous consultent (par ordre de fréquence de 1 à 4, 4 = le plus fréquent) 
Suite à l'avis d'un orthophoniste/logopédiste 

 

Suite à l'avis d'un chirurgien 

 

Suite à l'avis d'un médecin généraliste 

 

Par eux-mêmes, avec une prescription du médecin traitant 

 

 

*

Quelle est votre adresse mail ? 

(question obligatoire)

 

 

« Retour

 

Envoyer

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

85 

Annexe IV 

: Courrier d’information sur la recherche 

Université Claude Bernard Lyon 1 
Institut des sciences et techniques de la réadaptation 
Formation Orthophonie 

 

JARRY Elisabeth  

mail :

 XXX 

LARRIBAU Julie-Claire  

mail :

 XXX 

Maître de mémoire : SARRODET Bruno, orthophoniste 
 
Objet  :  Questionnaire  destiné  aux  chirurgiens,  orthophonistes  et  ORL  participant  à 
l'évaluation  de  l'insuffisance  vélaire,  ayant  pour  objectif  d'indiquer,  si  besoin  est,  une 
pharyngoplastie chez les enfants porteurs de fentes labio-palatines. 
 
Madame, Monsieur,  

 

Actuellement  étudiantes  en  troisième  année  d'orthophonie,  nous  avons  construit  notre 
projet  de  mémoire  sur  l'évaluation  de  l'insuffisance  vélaire  chez  les  patients  porteurs  de 
fentes labio-palatines. 
Nous  souhaitons  établir  un  état  des  lieux  des  techniques  d'évaluation  de  l'insuffisance 
vélaire  employés  par  les  différents  professionnels,  qui  participent  à  la  décision 
chirurgicale d'une pharyngoplastie pour pallier ce trouble. Cette étude permettrait ensuite 
de  créer  un  matériel  utilisable  par  chacun  qui  faciliterait  la  prise  de  décision 
pluridisciplinaire d'une pharyngoplastie.  

 

Pour  cela  nous  avons  établi  des  questionnaires  destinés  aux  diverses  professions  qui 
pratiquent l'évaluation de l'insuffisance vélaire.  
Afin d'y répondre, vous devez correspondre aux critères suivants : 

 

1. Vous êtes un professionnel chirurgien, ORL (phoniatre ou non) ou orthophoniste. 
2.  Vous  exercez  une  activité  en  libéral  et/ou  en  hôpital  et/ou  dans  un  établissement 
médico-social. 
3. Vous recevez dans votre pratique des enfants porteurs de fente labio-palatine auxquels 
vous faîtes passer un bilan. 
 
Pour répondre au questionnaire vous pouvez cliquer sur le lien suivant : 

Questionnaire en ligne

 

Le temps escompté est de 5 minutes. 
 
Merci  de  le  remplir  avant  le 30  juin  2013,  les  réponses  seront  enregistrées 
automatiquement.  
Si  vous  rencontrez  des  difficultés  ou  pour  toute  demande  de  renseignement 
complémentaire, n'hésitez pas à nous contacter via nos adresses e-mails.  
 
Nous vous remercions de l'intérêt que vous porterez à notre étude,  
 
Cordialement,  
 
Elisabeth Jarry et Julie-Claire Larribau. 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

86 

Annexe V : Tableau récapitulatif des outils cités 

Tableau 3 : Tableau récapitulatif des tests cités 

 

Outil d’évaluation et 

auteur 

Epreuve 

Objectifs 

Passation 

Nouvelles Epreuves pour 

l’Examen du Langage,  

Chevrie-Müller et Plaza 

(2001) 

Phonologie et 

articulation 

Evaluer la réalisation articulatoire 

des consonnes, les difficultés liées 

à la maîtrise de la séquence et 

l’articulation des consonnes en 

position intervocalique. 

Transcrire toutes les productions 

de l’enfant posant problème. 

Répétition de consonnes CV et 

CVC, de mots unisyllabiques et 

de mots plurisyllabiques 

Evalo 2-6,  

Coquet, Ferrand et Roustit 

(2009) 

Test phonétique 

Qualification de l’altération 

phonétique (élision, substitution, 

distorsion). 

Répétition des phonèmes de la 

langue française. 

Voyelles isolées puis CV (pa) et 

clusters consonantiques 

Bilan Parole et 

Articulation,  

Borel-Maisonny (1963) 

Articulation 

Parole 

Evaluer le système phonétique de 

l’enfant et sa phonologie 

  Phonétique : répétition 

syllabes CV/VC, inventaire 
des voyelles avec /p/ 

  Phonologie : répétition de 

groupes consonantiques et 
mots, logatomes 

Bzoch Error Patterns 

Diagnostic Articulation 

Test,  

Bzoch (1979) 

Adapté au français 

 

Décrire le système phonologique 

de l’enfant 

Images que l’enfant doit 

dénommer adaptées de l’anglais 

avec les phonèmes en position 

initiale, médiane et finale puis 

les clusters consonantiques 

Batterie Evaluation du 

Langage Oral, Khomsi 

(2001) 

Répétition de 

mots 

Tester les compétences 

phonologiques 

  Jusqu’en fin de MSM : 1 

série de 16 mots 
bisyllabiques avec des 
voyelles ouvertes  

  GSM jusqu’au CM2 : 2 

séries de 16 mots de plus de 
2 syllabes, syllabes fermées  

Batterie d’Evaluation 

Psycholinguistique, 

Chevrie-Müller, Fournier, 

Le Normand et Simon 

(1988) 

Praxies bucco-

faciales (PRA 1 & 

2) 

Tester la mobilisation précise et 

coordonnée des organes 

concourant à la phonation. 

Différencier une incapacité liée à 

des troubles de la commande 

motrice d’une difficulté 

d’apprentissage de l’organisation 

du geste. 

  10 items pour PRA 1 ; 

  15 items pour PRA 2 

Evalo-BB, 

Coquet, Ferrand et Roustit 

(2010) 

Praxies oro-

faciales 

Tester la mobilisation des organes 

concourant à la phonation 

Mouvements oro-faciaux sur 

imitation ou de manière 

spontanée dans l’utilisation 

d’objets 

Protocole d’Examen de 

l’Aphasie,  

Ducarne (1965) 

Praxies bucco-

faciales 

Mettre en évidence une apraxie 

bucco-faciale  

Examen des mâchoires, lèvres, 

langue, souffle et respiration, 

gestes faciaux, déglutition, 

gestes concomitants et 

mimiques émotionnelles, 

d’abord sur ordre puis sur 

imitation 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

87 

TABLE DES ILLUSTRATIONS 

 

I. 

Table des figures 

Figure 1 : 5-6

ème

 semaine, formation des bourgeons de la face. ..................................................... 12

 

Figure 2 : 7-10

ème

 semaine, fusion des bourgeons nasaux externes et internes. ............................. 12

 

Figure 3 : 7

ème

 semaine : après formation du palais primaire, formation du palais secondaire. ..... 12

 

Figure 4 : Voile normal : voile rouge au repos ; voile rose contracté ............................................ 13

 

Figure 5 : Profil général de l'échantillon ........................................................................................ 39

 

Figure 6 : Nombre d'années d'exercice dans le domaine des fentes palatines. a : toutes catégories 

confondues ; b : par profession ...................................................................................................... 40

 

Figure 7 : a : mode d'exercice de l'échantillon ; b : mode d'exercice par profession ..................... 41

 

Figure 8 : a : Evaluation de la tonicité du voile au repos ; b : Evaluation de la tonicité du voile en 

phonation ........................................................................................................................................ 42

 

Figure 9 : Evaluation des praxies bucco-faciales ........................................................................... 42

 

Figure 10 : Signes cliniques associés à un trouble de déglutition .................................................. 43

 

Figure 11 : Evaluation de la déglutition, de la respiration spontanée et de la tonicité du voile en 

phonation ........................................................................................................................................ 43

 

Figure 12 : Evaluation du bavage nocturne .................................................................................... 44

 

Figure 13 : Evaluation perceptive (parole, voix et articulation) ..................................................... 44

 

Figure 14 : Matériel utilisé par les orthophonistes pour l’évaluation perceptive (parole, voix et 

articulation) .................................................................................................................................... 45

 

Figure 15 : Matériel utilisé par les orthophonistes pour l’observation intra-buccale ..................... 46 

Figure 16 : Matériel utilisé par les orthophonistes pour l’évaluation de la tonicité du voile au repos 

et en phonation ............................................................................................................................... 46

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

88 

Figure 17 : Matériel utilisé par les orthophonistes pour l’évaluation des praxies bucco-faciales .. 47 

Figure 18 : Méthodes d’examen clinique de l’IVP ........................................................................ 48 

Figure 19 : Evaluation perceptive de la parole ............................................................................... 48

 

Figure 20 : Matériels utilisés dans l'évaluation perceptive de la parole ......................................... 49

 

Figure 21 : Qualification du degré de sévérité de la fuite nasale et de l’hypernasalité .................. 49 

Figure 22 : Outils utilisés pour l’évaluation des praxies bucco-faciales ........................................ 50 

Figure 23: Classification servant à l’orientation vers une intervention chirurgicale ...................... 50 

Figure 24 : Outils de mesures aérodynamiques ............................................................................. 51

 

Figure 25 : Constat d'un manque de communication. .................................................................... 52

 

Figure 26 : Constat d’un manque de communication selon la profession ...................................... 52 

Figure 27 : Répartition des professionnels se mettant en contact avec leurs collègues ................. 53

 

Figure 28 : Technique de von Langenbeck : A : Marques pour l'incision ; B : Incision ; C : 

Fermeture de la couche nasale ; D : Fermeture de la paroi orale ................................................... 76

 

Figure 29 : Véloplastie intravélaire. a : incisions ; b : libération des muscles palato-pharyngiens et 

élévateurs du voile ; c : suture des plans nasal et musculaire ; d : suture muqueuse finale ........... 76

 

Figure 30 : Technique de Hynes (Devauchelle & al., 2007) .......................................................... 76

 

Figure 31 : Technique d’Orticochea (Devauchelle & al., 2007) .................................................... 77 

Figure 32 : Lipostructure® de la paroi pharyngée : voile rouge au repos ; voile rose contracté. 

(Bardot & al., 2007) ....................................................................................................................... 77

 

II. 

Table des tableaux  

Tableau 1 : Récapitulatif des réponses apportées à chaque hypothèse .......................................... 53

 

Tableau 2 : Chronologie de la prise en charge des fentes au CHUV ............................................. 75

 

Tableau 3 : Tableau récapitulatif des tests cités ............................................................................. 86

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

89 

TABLE DES MATIERES 

ORGANIGRAMMES ................................................................................................................................... 2

 

1.

 

Université Claude Bernard Lyon1 ............................................................................................... 2

 

1.1

 

Secteur Santé : ............................................................................................................................. 2

 

1.2

 

Secteur Sciences et Technologies : ............................................................................................... 2

 

2. Institut Sciences et Techniques de Réadaptation FORMATION ORTHOPHONIE ........................... 3

 

REMERCIEMENTS..................................................................................................................................... 4

 

SOMMAIRE .................................................................................................................................................. 5

 

INTRODUCTION ......................................................................................................................................... 8

 

PARTIE THEORIQUE .............................................................................................................................. 10

 

I.

 

L’

INSUFFISANCE VELAIRE LIEE AUX FENTES PALATINES

 .................................................................. 11

 

1.

 

Développement oro-facial .......................................................................................................... 11

 

1.1.

 

Embryologie, anatomie et physiologie de la face et du palais primaire ........................................... 11

 

1.2.

 

Embryologie, anatomie et physiologie du palais secondaire ............................................................ 11

 

1.3.

 

Anatomie et physiologie du voile du palais ..................................................................................... 11

 

F

USION DES BOURGEONS DE LA FACE

 ........................................................................................................ 12

 

2.

 

Palais pathologique : les fentes palatines .................................................................................. 12

 

2.1.

 

Définition ......................................................................................................................................... 12

 

2.2.

 

Classification des fentes ................................................................................................................... 12

 

2.3.

 

Fentes palatines dans le cadre de syndromes ................................................................................... 13

 

3.

 

Insuffisance vélopharyngée dans le cadre d’une fente vélaire ................................................... 13

 

3.1.

 

Définition ......................................................................................................................................... 13

 

3.2.

 

Etiologies ......................................................................................................................................... 14

 

3.3.

 

Conséquences de l’insuffisance vélaire ............................................................................................ 14

 

3.3.1.

 

Conséquences sur l’alimentation ................................................................................................ 14

 

3.3.2.

 

Conséquences sur la sphère ORL ............................................................................................... 14

 

3.3.3.

 

Conséquences sur la parole ......................................................................................................... 15

 

II.

 

L

ES CHIRURGIES DANS LE CADRE DES FENTES

 ................................................................................. 15

 

1.

 

Chirurgie primaire des fentes .................................................................................................... 15

 

1.1.

 

Calendrier chirurgical ...................................................................................................................... 16

 

1.1.1.

 

Déroulement de la procédure générale........................................................................................ 16

 

1.1.2.

 

Age de fermeture du voile .......................................................................................................... 16

 

1.2.

 

Traitement chirurgical du voile : véloplastie .................................................................................... 17

 

2.

 

Chirurgie secondaire des fentes ................................................................................................. 17

 

2.1.

 

Chirurgies statiques .......................................................................................................................... 18

 

2.1.1.

 

Pharyngoplastie à pédicule pharyngé .......................................................................................... 18

 

2.1.2.

 

Pharyngoplastie de Sanvenero-Rosselli ...................................................................................... 18

 

2.1.3.

 

Technique de Petit-Malek ........................................................................................................... 18

 

2.2.

 

Chirurgies dynamiques .................................................................................................................... 18

 

2.2.1.

 

Technique de Hynes ................................................................................................................... 19

 

2.2.2.

 

Technique d’Orticochea .............................................................................................................. 19

 

2.3.

 

Lipostructure .................................................................................................................................... 19

 

III.

 

L’

EVALUATION DE L

INSUFFISANCE VELOPHARYNGEE

 .................................................................... 19

 

1.

 

Un domaine pluridisciplinaire ................................................................................................... 19

 

1.1.

 

Complémentarité dans l’évaluation .................................................................................................. 19

 

1.2.

 

Champs de compétences .................................................................................................................. 20

 

2.

 

Le bilan clinique multidisciplinaire ........................................................................................... 20

 

2.1.

 

Bilan clinique ................................................................................................................................... 20

 

2.1.1.

 

Interrogatoire .............................................................................................................................. 21

 

2.1.2.

 

Examen ORL .............................................................................................................................. 21

 

2.1.3.

 

Examen de la déglutition ............................................................................................................ 21

 

2.1.4.

 

Examen de la ventilation nasale .................................................................................................. 21

 

2.2.

 

Bilan phoniatrique ............................................................................................................................ 21

 

2.2.1.

 

Bilan phonétique ......................................................................................................................... 22

 

2.2.2.

 

Examen clinique ......................................................................................................................... 22

 

2.3.

 

Examens instrumentaux ................................................................................................................... 22

 

2.3.1.

 

Nasoendoscopie .......................................................................................................................... 23

 

2.3.2.

 

Examens radiographiques ........................................................................................................... 23

 

2.3.3.

 

Mesures aérodynamiques ............................................................................................................ 23

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

90 

3.

 

Vers la création d’un matériel interdisciplinaire ....................................................................... 24

 

3.1.

 

Matériels existants ........................................................................................................................... 24

 

3.2.

 

Problématique d’un manque d’outils standardisés ........................................................................... 25

 

3.3.

 

Réflexion autour de la mise en place d’un matériel interdisciplinaire .............................................. 25

 

PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESES ................................................................................................. 26

 

I.

 

P

ROBLEMATIQUE DE RECHERCHE

 .................................................................................................... 27

 

1.

 

Introduction à la problématique ................................................................................................ 27

 

2.

 

Problématique ............................................................................................................................ 27

 

II.

 

H

YPOTHESES

 ................................................................................................................................... 28

 

1.

 

Hypothèse 1 ................................................................................................................................ 28

 

2.

 

Hypothèse 2 ................................................................................................................................ 28

 

3.

 

Hypothèse 3 ................................................................................................................................ 28

 

4.

 

Hypothèse 4 ................................................................................................................................ 28

 

PARTIE EXPERIMENTALE ................................................................................................................... 29

 

I.

 

P

OPULATION CONCERNEE ET ECHANTILLON RETENU

 ....................................................................... 30

 

1.

 

Professionnels interrogés ........................................................................................................... 30

 

2.

 

Modes d’exercice des professionnels ......................................................................................... 31

 

3.

 

Patientèle ................................................................................................................................... 32

 

II.

 

M

ATERIEL UTILISE

 ........................................................................................................................... 32

 

1.

 

Contenu des questions ................................................................................................................ 32

 

1.1.

 

Diagnostic en période pré-phonétique .............................................................................................. 33

 

1.2.

 

Diagnostic en période phonétique .................................................................................................... 33

 

1.3.

 

Spécificité de la discipline ............................................................................................................... 33

 

2.

 

Types de questions et formulation .............................................................................................. 34

 

2.1.

 

Questions ouvertes et semi-ouvertes ................................................................................................ 34

 

2.2.

 

Questions fermées et préformées ..................................................................................................... 34

 

3.

 

Présentation ............................................................................................................................... 35

 

III.

 

P

ROCEDURE D

ENQUETE

 .................................................................................................................. 35

 

1.

 

Etat des lieux dans la littérature ................................................................................................ 35

 

2.

 

Création d’une base de données ................................................................................................ 36

 

3.

 

Diffusion du questionnaire ......................................................................................................... 36

 

IV.

 

C

ONCLUSION DE LA PARTIE EXPERIMENTALE

 ............................................................................. 37

 

PRESENTATION DES RESULTATS ...................................................................................................... 38

 

I.

 

P

ROFIL DES PROFESSIONNELS DE L

ECHANTILLON

 ........................................................................... 39

 

1.

 

Profil général de l’échantillon ................................................................................................... 39

 

2.

 

Modes d’exercices des professionnels ........................................................................................ 40

 

II.

 

E

VALUATION DE L

’IVP

 SELON DES CHAMPS DE COMPETENCE DEFINIS

 ............................................ 41

 

1.

 

Des domaines d’évaluation spécifiques à chaque professionnel ................................................ 41

 

2.

 

Des domaines d’évaluation communs aux professionnels ......................................................... 42

 

III.

 

O

UTILS D

EVALUATION DE L

’IVP .................................................................................................... 45

 

1.

 

Outils standardisés spécifiques et outils « maison » .................................................................. 45

 

2.

 

Différents outils utilisés pour un même domaine d’évaluation .................................................. 47

 

IV.

 

D

ES RELATIONS INTERPROFESSIONNELLES DIFFERENTES SELON LE MODE D

EXERCICE

 .............. 51

 

V.

 

C

ONCLUSION DES RESULTATS

 .......................................................................................................... 53

 

DISCUSSION DES RESULTATS ............................................................................................................. 54

 

I.

 

L

IMITES DE L

EXPERIMENTATION

 .................................................................................................... 55

 

1.

 

Limites liées à la méthodologie du questionnaire ...................................................................... 55

 

1.1.

 

Limites du questionnaire informatisé ............................................................................................... 55

 

1.2.

 

Limites au sein des questions ........................................................................................................... 55

 

2.

 

Limites liées aux réponses obtenues........................................................................................... 56

 

2.1.

 

Une réponse au nom d’une équipe pluridisciplinaire ....................................................................... 56

 

2.2.

 

Une majorité de professionnels salariés par rapport aux libéraux .................................................... 57

 

2.3.

 

Une population limitée et des échantillons inégaux ......................................................................... 57

 

II.

 

I

NTERPRETATION DES RESULTATS

 ................................................................................................... 58

 

1.

 

L’évaluation de l’insuffisance vélopharyngée par les professionnels ........................................ 58

 

2.

 

Les moyens mis en œuvre pour l’évaluation de l’insuffisance vélopharyngée ........................... 60

 

3.

 

Une communication entre les professionnels malgré tout établie .............................................. 61

 

III.

 

R

EFLEXION AUTOUR D

UN OUTIL COMMUN

 ..................................................................................... 62

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

91 

1.

 

Eléments à prendre en compte dans l’élaboration de l’outil interdisciplinaire ......................... 63

 

1.1.

 

Un outil commun pour une évaluation efficace ............................................................................... 63

 

1.2.

 

Outils techniques spécifiquement utilisés par les ORL et les chirurgiens ........................................ 63

 

1.3.

 

Eléments de l’analyse fonctionnelle réalisée par les orthophonistes ................................................ 64

 

2.

 

Utilisation de l’outil ................................................................................................................... 65

 

2.1.

 

Au sein d’une équipe pluridisciplinaire ........................................................................................... 65

 

2.2.

 

A distance de l’équipe pluridisciplinaire .......................................................................................... 66

 

IV.

 

C

ONCLUSION DE LA DISCUSSION

 ................................................................................................. 66

 

CONCLUSION ............................................................................................................................................ 68

 

REFERENCES ............................................................................................................................................ 70

 

ANNEXES.................................................................................................................................................... 74

 

A

NNEXE 

I :

 

C

HRONOLOGIE DE LA PRISE EN CHARGE DES FENTES AU 

CHUV ............................................. 75

 

A

NNEXE 

II :

 

T

ECHNIQUES CHIRURGICALES

 ............................................................................................... 76

 

1.

 

Technique de von Langenbeck ................................................................................................... 76

 

2.

 

Véloplastie intravélaire .............................................................................................................. 76

 

3.

 

Technique de Hynes ................................................................................................................... 76

 

4.

 

Technique d’Orticochea ............................................................................................................. 77

 

5.

 

Lipostructure .............................................................................................................................. 77

 

A

NNEXE 

III

 

:

 

Q

UESTIONNAIRE DESTINE AUX PROFESSIONNELS

 ................................................................. 78

 

1.

 

Partie générale ........................................................................................................................... 78

 

2.

 

Partie spécifique aux chirurgiens .............................................................................................. 83

 

3.

 

Partie spécifique aux ORL ......................................................................................................... 83

 

4.

 

Partie spécifique aux orthophonistes ......................................................................................... 84

 

A

NNEXE 

IV :

 

C

OURRIER D

INFORMATION SUR LA RECHERCHE

 ................................................................. 85

 

A

NNEXE 

V :

 

T

ABLEAU RECAPITULATIF DES OUTILS CITES

 ........................................................................ 86

 

TABLE DES ILLUSTRATIONS ............................................................................................................... 87

 

I.

 

T

ABLE DES FIGURES

 ......................................................................................................................... 87

 

II.

 

T

ABLE DES TABLEAUX

 ..................................................................................................................... 88

 

TABLE DES MATIERES .......................................................................................................................... 89

 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

Elisabeth Jarry – Julie-Claire Larribau  
EVALUATION DE L’INSUFFISANCE VELAIRE CHEZ DES ENFANTS OPERES DE 
FENTE PALATINE : 

Etat des lieux et réflexion sur l’élaboration d’une synthèse 

d’outils d’évaluation interdisciplinaire 

92 Pages 

 

Mémoire d'orthophonie - 

UCBL-ISTR 

- Lyon 2014 

RESUME 

L’insuffisance vélopharyngée (IVP) est caractérisée par l’impossibilité du voile du palais de 
fermer  la  cavité  nasale  de  façon  perméable  en  raison  d’une  anomalie  structurelle  ou 
physiologique.  Elle  peut  se rencontrer  chez les  enfants  opérés  de  fente vélaire dans le cadre 
d’une chirurgie réparatrice primaire. Ces patients sont alors orientés vers des professionnels 
qui évaluent l’IVP et proposent une prise en charge orthophonique ou une pharyngoplastie si 
nécessaire. Ces professionnels sont principalement les ORL/phoniatres, les chirurgiens et les 
orthophonistes. La littérature évoque un manque d’outils spécifiques à l’évaluation de l’IVP 
au sein de ces professions. Notre étude a d’abord fait un état des lieux des outils d’évaluation 
utilisés  par  ces  professionnels  afin  de  proposer  dans  un  second  temps  une  réflexion  sur  les 
grandes lignes de l’élaboration d’un outil pluridisciplinaire. Nous avons créé un questionnaire 
à  cet  effet  que  nous  avons  envoyé  à  300  professionnels.  76  d’entre  eux  ont  répondu.  Les 
résultats révèlent que les limites des domaines d’évaluation selon le champ de compétence du 
professionnel  ne  sont  pas  toujours  respectées.  Les  outils  utilisés  pour  l’évaluation  de  l’IVP 
sont  extrêmement  variables  d’un  professionnel  à  l’autre  et  les  orthophonistes  en  particulier 
ont  davantage  recours  à  des  outils  « maison »  qu’à  des  outils  standardisés,  spécifiques  à 
l’évaluation de l’IVP. Les professionnels ne déplorent pas de manque de communication entre 
eux.  Cependant,  il  reste  que  la  mise  en  place  d’un  outil  servant  de  support  à  l’évaluation 
pluridisciplinaire  permettrait  une  meilleure  répartition  des  domaines  d’évaluation  selon  les 
champs  de  compétence  de  chacun  et  favoriserait  une  meilleure  exploitation  de  la 
complémentarité  des  disciplines.  Nous  avons  ainsi  élaboré  la  trame  d’un  tel  outil  en  tenant 
compte des différentes manifestations de l’IVP et du champ de compétence de chacun. L’outil 
pourrait être mis en place et testé auprès d’un échantillon de professionnels pour valider nos 
propositions. 

MOTS-CLES  

Insuffisance vélopharyngée ; fente vélaire ; évaluation ; pharyngoplastie 

MEMBRES DU JURY  

CANAULT Mélanie, GOYET Anne-Sophie, POZARD Prescillia 

DIRECTEUR DE MEMOIRE  

Bruno Sarrodet 

DATE DE SOUTENANCE 

26 juin 2014 

JARRY_LARRIBAU 

(CC BY-NC-ND 2.0)


Document Outline