background image

 

 

http://portaildoc.univ-lyon1.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Creative commons : Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - 

Pas de Modification 2.0 France (CC BY-NC-ND 2.0) 

 

 

 

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

UNIVERSITE CLAUDE BERNARD – LYON1 

FACULTE DE MEDECINE LYON EST 

 

 

Année    2015 

 

N°  117/2015 

 

 

LA FIBROMYALGIE EN MEDECINE GENERALE - ETUDE DES ATTITUDES 

ET REPRESENTATIONS DES MEDECINS GENERALISTES  

une analyse qualitative réalisée auprès de généralistes  

de Haute-Savoie 

 

 

THESE 

 

 

 

Présentée 

A l’Université Claude Bernard Lyon 1 

et soutenue publiquement le 18 juin 2015 

pour obtenir le grade de Docteur en Médecine 

 

par 

 

GALLICE Nathalie 

née le 18/12/1985 à Pont-de-Beauvoisin (38) 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

UNIVERSITE CLAUDE BERNARD – LYON 1 

___________________ 

 
 

     . Président de l'Université 

 

 

 

François-Noël GILLY 

 
     . Président du Comité de Coordination  

 

François-Noël GILLY 

       des Etudes Médicales 

 

 
     . Secrétaire Général  

 

 

 

Alain HELLEU 

 
 
SECTEUR SANTE 
 
    UFR DE MEDECINE LYON EST 

 

 

Doyen : Jérôme ETIENNE  

 
    UFR DE MEDECINE ET DE MAIEUTIQUE 
    LYON SUD -  CHARLES MERIEUX   

 

Doyen : Carole BURILLON  

 
    INSTITUT DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES   
    ET BIOLOGIQUES (ISPB) 

 

 

 

Directrice : Christine VINCIGUERRA  

 
    UFR D'ODONTOLOGIE 

 

 

 

Directeur : Denis BOURGEOIS 

 
    INSTITUT DES SCIENCES ET  TECHNIQUES DE  
    READAPTATION 

 

 

 

 

Directeur : Yves MATILLON 

 
    DEPARTEMENT DE FORMATION ET CENTRE 
    DE RECHERCHE EN BIOLOGIE HUMAINE   

Directeur : Pierre FARGE 

 
 
SECTEUR SCIENCES ET TECHNOLOGIES 
 
    UFR DE SCIENCES ET TECHNOLOGIES 

 

Directeur : Fabien DE MARCHI 

 
    UFR DE SCIENCES ET TECHNIQUES DES  
    ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES (STAPS)  Directeur : Claude COLLIGNON 
 

 

    POLYTECH LYON   

 

 

 

Directeur : Pascal FOURNIER  

 

 

    I.U.T.  

 

 

 

 

 

Directeur : Christian COULET 

 

 

    INSTITUT DES SCIENCES FINANCIERES  
    ET ASSURANCES (ISFA) 

 

 

 

Directeur : Véronique MAUME-DESCHAMPS 

 
    I.U.F.M. 

 

 

 

 

 

Directeur : Régis BERNARD 

 
    CPE   

 

 

 

 

 

Directeur : Gérard PIGNAULT 

 
     
 

 

 

 
 
 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

Faculté de Médecine Lyon Est 

Liste des enseignants 2014/2015 

 

Professeurs des Universités – Praticiens Hospitaliers 
Classe exceptionnelle Echelon 2 

 

Cochat   

Pierre 

Pédiatrie 

Cordier   

Jean-François                       Pneumologie; addictologie 

Etienne   

Jérôme   

Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Gouillat 

Christian   

Chirurgie digestive 

Guérin 

Jean-François                       Biologie et médecine du développement  

 et de la reproduction ; gynécologie médicale 

Mauguière 

François 

Neurologie 

Ninet 

Jacques 

Médecine interne; gériatrie et biologie du                                               
vieillissement; médecine générale; addictologie 

Peyramond 

Dominique 

Maladie infectieuses; maladies tropicales 

Philip 

Thierry 

Cancérologie; radiothérapie 

Raudrant   

Daniel 

Gynécologie-obstétrique; gynécologie médicale 

Rudigoz    

René-Charles 

Gynécologie-obstétrique; gynécologie médicale 

 

 

 
Professeurs des Universités – Praticiens Hospitaliers 
Classe exceptionnelle Echelon 1 
 
Baverel 

Gabriel 

Physiologie 

Blay 

Jean-Yves 

Cancérologie; radiothérapie 

Borson-Chazot             Françoise 

Endocrinologie, diabète et maladies 
métaboliques; gynécologie médicale 

Denis 

Philippe 

Ophtalmologie 

Finet 

Gérard 

Cardiologie 

Guérin 

Claude 

Réanimation ; médecine d’urgence 

Lehot 

Jean-Jacques 

Anesthésiologie-réanimation; médecine 
d’urgence 

Lermusiaux 

Patrick 

Chirurgie thoracique et cardiovasculaire 

Martin 

Xavier 

Urologie 

Mellier 

Georges 

Gynécologie-obstétrique; gynécologie médicale 

Michallet 

Mauricette 

Hématologie; transfusion 

Miossec 

Pierre 

Immunologie 

Morel 

Yves 

Biochimie et biologie moléculaire 

Mornex 

Jean-François                       Pneumologie; addictologie 

Neyret 

Philippe 

Chirurgie orthopédique et traumatologique 

Ninet 

Jean 

Chirurgie thoracique et cardiovasculaire 

Ovize 

Michel 

Physiologie 

Ponchon 

Thierry 

Gastroentérologie; hépatologie; addictologie 

Pugeat   

Michel 

Endocrinologie, diabète et maladies 
métaboliques; gynécologie médicale 

Revel 

Didier 

Radiologie et imagerie médicale 

Rivoire 

Michel 

Cancérologie; radiothérapie 

Thivolet-Bejui              Françoise 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Vandenesch 

François                                Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Zoulim 

Fabien 

Gastroentérologie; hépatologie; addictologie 

 
 
Professeurs des Universités – Praticiens Hospitaliers  
Première classe 
 
André-Fouet 

Xavier 

Cardiologie 

Barth 

Xavier 

Chirurgie générale 

Berthezene 

Yves 

Radiologie et imagerie médicale 

Bertrand 

Yves 

Pédiatrie 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

Beziat 

Jean-Luc 

Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie 

Boillot 

Olivier 

Chirurgie digestive 

Braye 

Fabienne 

Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique; 
brûlologie 

Breton 

Pierre 

Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie 

Chassard 

Dominique 

Anesthésiologie-réanimation; médecine d’urgence 

Chevalier 

Philippe 

Cardiologie 

Claris 

Olivier 

Pédiatrie 

Colin 

Cyrille 

Epidémiologie, économie de la santé et prévention 

Colombel 

Marc 

Urologie 

Cottin 

Vincent 

Pneumologie; addictologie 

D’Amato 

Thierry 

Psychiatrie d’adultes; addictologie 

Delahaye 

François 

Cardiologie 

Di Fillipo 

Sylvie 

Cardiologie 

Disant 

François 

Oto-rhino-laryngologie 

Douek 

Philippe 

Radiologie et imagerie médicale 

Ducerf 

Christian 

Chirurgie digestive 

Dumontet 

Charles 

Hématologie; transfusion 

Durieu 

Isabelle 

Médecine interne; gériatrie et biologie du 
vieillissement; médecine générale; addictologie 

Edery 

Charles Patrick 

Génétique 

Fauvel 

Jean-Pierre 

Thérapeutique; médecine d’urgence; addictologie 

Gaucherand 

Pascal 

Gynécologie-obstétrique; gynécologie médicale 

Guenot 

Marc 

Neurochirurgie 

Gueyffier 

François 

Pharmacologie fondamentale; pharmacologie 
clinique; addictologie 

Guibaud 

Laurent 

Radiologie et imagerie médicale 

Herzberg 

Guillaume 

Chirurgie orthopédique et traumatologique 

Honnorat 

Jérôme  

Neurologie 

Lachaux 

Alain 

Pédiatrie 

Lina 

Bruno 

Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Lina 

Gérard 

Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Mabrut 

Jean-Yves 

Chirurgie générale 

Mertens 

Patrick 

Anatomie 

Mion 

François 

Physiologie 

Morelon 

Emmanuel 

Néphrologie 

Moulin 

Philippe 

Nutrition 

Négrier 

Claude 

Hématologie; transfusion 

Négrier 

Marie-Sylvie 

Cancérologie; radiothérapie 

Nicolino 

Marc 

Pédiatrie 

Nighoghossian 

Norbert 

Neurologie 

Obadia 

Jean-François 

Chirurgie thoracique et cardiovasculaire 

Picot 

Stéphane 

Parasitologie et mycologie 

Rode 

Gilles 

Médecine physique et de réadaptation 

Rousson 

Robert-Marc 

Biochimie et biologie moléculaire 

Roy 

Pascal 

Biostatistiques, informatique médicale et 
technologies de communication 

Ruffion 

Alain 

Urologie 

Ryvlin 

Philippe 

Neurologie 

Scheiber 

Christian 

Biophysique et médecine nucléaire 

Schott-Pethelaz 

Anne-Marie 

Epidémiologie, économie de la santé et prévention 

Terra 

Jean-Louis 

Psychiatrie d’adultes; addictologie 

Tilikete 

Caroline 

Physiologie 

Touraine 

Jean-Louis 

Néphrologie 

Truy 

Eric 

Oto-rhino-laryngologie 

Turjman 

Francis 

Radiologie et imagerie médicale 

Vallée 

Bernard 

Anatomie 

Vanhems 

Philippe 

Epidémiologie, économie de la santé et prévention 

 
 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

Professeurs des Universités – Praticiens Hospitaliers  
Seconde Classe 
 
Allaouchiche 

Bernard 

Anesthésiologie-réanimation ; médecine d’urgence 

Argaud 

Laurent 

Réanimation ; médecine d’urgence 

Aubrun 

Frédéric 

Anesthésiologie-réanimation ; médecine d’urgence 

Badet 

Lionel 

Urologie 

Bessereau 

Jean-Louis 

Biologie cellulaire 

Boussel 

Loïc 

Radiologie et imagerie médicale 

Calender 

Alain 

Génétique 

Charbotel 

Barbara 

Médecine et santé au travail 

Chapurlat 

Roland 

Rhumatologie 

Cotton 

François 

Radiologie et imagerie médicale 

Dalle 

Stéphane 

Dermato-vénéréologie 

Dargaud 

Yesim 

Hématologie; transfusion 

Devouassoux 

Mojgan 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Dubernard 

Gil 

Gynécologie-obstétrique; gynécologie médicale 

Dumortier 

Jérôme 

Gastroentérologie; hépatologie; addictologie 

Fanton 

Laurent 

Médecine légale 

Faure 

Michel 

Dermato-vénéréologie 

Fellahi 

Jean-Luc 

Anesthésiologie-réanimation; médecine d’urgence 

Ferry 

Tristan 

Maladie infectieuses; maladies tropicales 

Fourneret 

Pierre 

Pédopsychiatrie; addictologie 

Gillet 

Yves 

Pédiatrie 

Girard 

Nicolas 

Pneumologie 

Gleizal 

Arnaud 

Chirurgie maxillo-faciale et stomatologie 

Guyen 

Olivier 

Chirurgie orthopédique et traumatologique 

Henaine 

Roland 

Chirurgie thoracique et cardiovasculaire 

Hot 

Arnaud 

Médecine interne 

Huissoud 

Cyril 

Gynécologie-obstétrique; gynécologie médicale 

Jacquin-Courtois 

Sophie 

Médecine physique et de réadaptation 

Janier 

Marc 

Biophysique et médecine nucléaire 

Javouhey 

Etienne 

Pédiatrie 

Juillard 

Laurent 

Néphrologie 

Jullien 

Denis 

Dermato-vénéréologie 

Kodjikian 

Laurent 

Ophtalmologie 

Krolak Salmon 

Pierre 

Médecine interne; gériatrie et biologie du 
vieillissement; médecine générale; addictologie 

Lejeune 

Hervé 

Biologie et médecine du développement et de la 
reproduction ; gynécologie médicale 

Merle 

Philippe 

Gastroentérologie; hépatologie; addictologie 

Michel 

Philippe 

Epidémiologie, économie de la santé et prévention 

Monneuse 

Olivier 

Chirurgie générale 

Mure 

Pierre-Yves 

Chirurgie infantile 

Nataf 

Serge 

Cytologie et histologie 

Pignat 

Jean-Christian 

Oto-rhino-laryngologie 

Poncet 

Gilles 

Chirurgie générale 

Raverot 

Gérald 

Endocrinologie, diabète et maladies métaboliques; 
gynécologie médicale 

Ray-Coquard 

Isabelle 

Cancérologie; radiothérapie 

Richard 

Jean-Christophe 

Réanimation ; médecine d’urgence 

Rossetti 

Yves 

Physiologie 

Rouvière 

Olivier 

Radiologie et imagerie médicale 

Saoud 

Mohamed 

Psychiatrie d’adultes 

Schaeffer 

Laurent 

Biologie cellulaire 

Souquet 

Jean-Christophe 

Gastroentérologie; hépatologie; addictologie 

Vukusic 

Sandra 

Neurologie 

Wattel 

Eric 

Hématologie ; transfusion 

 
 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

Professeur des Universités -Médecine Générale 
 
Letrilliart 

Laurent 

Moreau 

Alain 

 
 
Professeurs associés de Médecine Générale 
 
Flori 

Marie 

Lainé 

Xavier 

Zerbib 

Yves 

 
 
Professeurs émérites 
 
Chatelain 

Pierre 

Pédiatrie 

Bérard 

Jérôme 

Chirurgie infantile 

Boulanger 

Pierre 

Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Bozio 

André 

Cardiologie 

Chayvialle 

Jean-Alain 

Gastroentérologie; hépatologie; addictologie 

Daligand 

Liliane 

Médecine légale et droit de la santé 

Descotes 

Jacques 

Pharmacologie fondamentale; pharmacologie 

Droz 

Jean-Pierre 

Cancérologie; radiothérapie 

Floret 

Daniel 

Pédiatrie 

Gharib 

Claude 

Physiologie 

Itti 

Roland 

Biophysique et médecine nucléaire 

Kopp 

Nicolas 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Neidhardt 

Jean-Pierre 

Anatomie 

Petit 

Paul 

Anesthésiologie-réanimation; médecine d’urgence 

Rousset 

Bernard 

Biologie cellulaire 

Sindou 

Marc 

Neurochirurgie 

Trepo 

Christian 

Gastroentérologie; hépatologie; addictologie 

Trouillas 

Paul 

Neurologie 

Trouillas 

Jacqueline 

Cytologie et histologie 

Viale 

Jean-Paul 

Réanimation; médecine d’urgence 

 
 
Maîtres de Conférence – Praticiens Hospitaliers  
Hors classe 
 
Benchaib 

Mehdi 

Biologie et médecine du développement et de la 
reproduction ; gynécologie médicale 

Bringuier 

Pierre-Paul 

Cytologie et histologie 

Davezies 

Philippe 

Médecine et santé au travail 

Germain 

Michèle 

Physiologie 

Jarraud 

Sophie 

Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Jouvet 

Anne 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Le Bars 

Didier 

Biophysique et médecine nucléaire 

Normand 

Jean-Claude 

Médecine et santé au travail 

Persat 

Florence 

Parasitologie et mycologie 

Pharaboz-Joly 

Marie-Odile 

Biochimie et biologie moléculaire 

Piaton 

Eric 

Cytologie et histologie 

Rigal 

Dominique 

Hématologie; transfusion 

Sappey-Marinier 

Dominique 

Biophysique et médecine nucléaire 

Streichenberger 

Nathalie 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Timour-Chah 

Quadiri 

Pharmacologie fondamentale; pharmacologie 
clinique; addictologie 

Voiglio 

Eric 

Anatomie 

Wallon 

Martine 

Parasitologie et mycologie 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

Maîtres de Conférence –Praticiens Hospitaliers  
Première classe 
 
Ader 

Florence 

Maladies infectieuses; maladies tropicales 

Barnoud 

Raphaëlle 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Bontemps 

Laurence 

Biophysique et médecine nucléaire 

Chalabreysse 

Lara 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Charrière 

Sybil 

Nutrition 

Collardeau Frachon 

Sophie 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Cozon 

Grégoire 

Immunologie 

Dubourg 

Laurence 

Physiologie 

Escuret 

Vanessa 

Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Hervieu 

Valérie 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Kolopp-Sarda 

Marie Nathalie 

Immunologie 

Laurent 

Frédéric 

Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Lesca 

Gaëtan 

Génétique 

Maucort Boulch 

Delphine 

Biostatistiques, informatique médicale et 
technologies de communication 

Meyronet 

David 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Peretti 

Noel 

Nutrition 

Pina-Jomir 

Géraldine 

Biophysique et médecine nucléaire 

Plotton 

Ingrid 

Biochimie et biologie moléculaire 

Rabilloud 

Muriel 

Biostatistiques, informatique médicale et 
technologies de communication 

Ritter 

Jacques 

Epidémiologie, économie de la santé et prévention 

Roman 

Sabine 

Physiologie 

Tardy Guidollet 

Véronique 

Biochimie et biologie moléculaire 

Tristan 

Anne 

Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Vlaeminck-Guillem 

Virginie 

Biochimie et biologie moléculaire 

 
 
Maîtres de Conférences –Praticiens Hospitaliers  
Seconde classe 
 
Casalegno 

Jean-Sébastien 

Bactériologie-virologie; hygiène hospitalière 

Chêne 

Gautier 

Gynécologie-obstétrique; gynécologie médicale 

Duclos 

Antoine 

Epidémiologie, économie de la santé et prévention 

Phan 

Alice 

Dermato-vénéréologie 

Rheims 

Sylvain 

Neurologie 

Rimmele 

Thomas 

Anesthésiologie-réanimation; médecine d’urgence 

Schluth-Bolard 

Caroline 

Génétique 

Simonet 

Thomas 

Biologie cellulaire 

Thibault 

Hélène 

Physiologie 

Vasiljevic 

Alexandre 

Anatomie et cytologie pathologiques 

Venet 

Fabienne 

Immunologie 

 
 
Maîtres de Conférences associés de Médecine Générale 
 
Chanelière 

Marc 

Farge 

Thierry 

Figon 

Sophie 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

Le Serment d'Hippocrate 

 

Je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité dans l'exercice de la 

Médecine. 

Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans discrimination. 

J'interviendrai pour les protéger si elles sont vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou 

leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les 

lois de l'humanité. 

J'informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. 

Je ne tromperai jamais leur confiance. 

Je donnerai mes soins à l'indigent et je n'exigerai pas un salaire au dessus de mon travail. 

Admis  dans  l'intimité  des  personnes,  je  tairai  les  secrets  qui  me  seront  confiés  et  ma 

conduite ne servira pas à corrompre les mœurs. 

Je  ferai  tout  pour  soulager  les  souffrances.  Je  ne  prolongerai  pas  abusivement  la  vie  ni  ne 

provoquerai délibérément la mort. 

Je  préserverai  l'indépendance  nécessaire  et  je  n'entreprendrai  rien  qui  dépasse  mes 

compétences. Je perfectionnerai mes connaissances pour assurer au mieux ma mission. 

Que  les  hommes  m'accordent  leur  estime  si  je  suis  fidèle  à  mes  promesses.  Que  je  sois 

couvert d'opprobre et méprisé si j'y manque. 

 

 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

COMPOSITION DU JURY 

 

Président du jury :  

Monsieur le Professeur  Alain MOREAU 

 

Membres du jury : 

Monsieur le Professeur Jacques TEBIB 

Monsieur le Professeur Frédéric AUBRUN 

 

Directeur de thèse : 

Monsieur le Docteur Philippe MARISSAL 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

10 

 

REMERCIEMENTS 

 
 
 

A notre président de jury : 

Monsieur le Professeur  Alain MOREAU, 

Vous me faites l’honneur de présider ce jury et de juger ce travail. Veuillez trouver ici 

l’expression de mon plus profond respect. 

 

A nos juges : 

Monsieur le Professeur Jacques TEBIB, 

Je suis honorée que vous ayez accepté de juger ce travail. Veuillez trouver ici l'expression de 

mes sincères remerciements.

 

 

 

Monsieur le Professeur Frédéric AUBRUN, 

Vous avez accepté de participer à ce jury et de juger ce travail, soyez assuré de ma profonde 

considération.

 

 

 

A notre directeur de thèse : 

Monsieur le Docteur Philippe MARISSAL, 

Je vous remercie d’avoir accepté de diriger ce travail. Veuillez trouver ici le témoignage de 

ma profonde reconnaissance et mes remerciements pour votre compréhension et votre 

disponibilité. 

 

 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

11 

 

Aux médecins généralistes que j’ai interrogés pour cette étude, 

Merci de votre accueil, du temps et de la confiance que vous m'avez accordés. Ce travail est 

un peu le vôtre, je souhaite qu'il ne trahisse pas vos témoignages. 

 

A mes maîtres de stage, 

Je vous suis profondément reconnaissante de la qualité et de la richesse de votre 

enseignement. Vous m’avez conforté dans ma volonté d'être médecin généraliste. 

 

A tous les médecins, internes, infirmières, aides soignants, secrétaires, qui ont croisé ma 

route, 

Vous avez contribué chacun à votre manière, à construire le médecin que je suis aujourd’hui. 

 
A mes Parents,
  

Vous m’avez donné les moyens de réaliser mes études et d'exercer ce beau métier, recevez 

ma reconnaissance et ma tendresse. 

 

A mon frère, 

Merci pour la relecture et les corrections précieuses de ce travail. Je suis fier d'être ta sœur, 

puisses-tu réussir dans tous les projets de ta vie. 

 

A toute ma famille,  

Merci pour votre affection et vos encouragements. 

 

A mes amis,  

Pour les bons moments que l'on a vécu et qui je le souhaite nous restent à vivre, avec une 

pensée particulière pour Van, merci pour tes remarques judicieuses, maintenant c’est ton 

tour ! 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

12 

 

Liste des abréviations 

 

ACR : American College of Rheumatology 

AINS : Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens 

AMFL : Association Médicale Française du Léman 

CHAL : Centre Hospitalier Alpes Léman 

CHU : Centre Hospitalier Universitaire 

CIM-10 : Classification Internationale des Maladies – 10e révision 

CRP : C Reactive Protein 

EULAR : EUropean League Against Rheumatism 

FiRST : Fibromyalgia Rapid Screening Tool 

FMC : Formation Médicale Continue 

GH : Growth Hormone 

HAS : Haute Autorité de Santé 

IGF1 : Insulin-like Growth Factor 

IRM : Imagerie par Résonnance Magnétique 

IRS : Inhibiteurs de Recapture de la sérotonine 

IRS Na : Inhibiteurs mixtes de la Recapture de la Sérotonine et de la Noradrénaline 

NF : Numération Formule 

OGDPC : Organisme Gestionnaire du Développement Personnel Continu 

OMS : Organisation Mondiale de la Santé 

PR : Polyarthrite rhumatoïde 

SS : Score de Sévérité 

TCC : Thérapie Comportementale et Cognitive 

VS : Vitesse de Sédimentation 

WPI : Widespread pain index 

 
 
 
 
 
 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

13 

 

 

SOMMAIRE 

 

INTRODUCTION ..................................................................................................................................... 16 

1-Historique de la fibromyalgie ......................................................................................................... 17 

2-Diagnostic de la fibromyalgie ......................................................................................................... 18 

3-La fibromyalgie, une entité controversée ...................................................................................... 22 

4-Principales hypothèses physiopathologiques ................................................................................ 24 

4.1-Anomalie de la modulation douloureuse ................................................................................ 24 

4.2-Anomalie du système neuro endocrinien ............................................................................... 24 

4.3-Hypothèse génétique .............................................................................................................. 25 

4.4-Hypothèse vasculaire .............................................................................................................. 25 

4.4-Hypothèse psychogène ........................................................................................................... 25 

5-Prise en charge de la fibromyalgie ................................................................................................. 26 

5.1-Médicamenteuse .................................................................................................................... 26 

5.2-Non médicamenteuse ............................................................................................................. 27 

5.3- Recommandations de prise en charge ................................................................................... 29 

MATERIELS ET METHODES .................................................................................................................... 30 

1-Type d’étude .................................................................................................................................. 30 

2-Méthode de sélection de l’échantillon .......................................................................................... 30 

3-Méthode de recherche bibliographique ........................................................................................ 31 

4-Grille d’entretien ............................................................................................................................ 31 

5-Modalités de recueil et de traitement des données ...................................................................... 32 

5.1-Recueil ..................................................................................................................................... 32 

5.2-Transcription ........................................................................................................................... 33 

5.3-Données chiffrées. .................................................................................................................. 33 

5.4-Analyse des entretiens ............................................................................................................ 33 

RESULTATS ............................................................................................................................................. 34 

1-Données générales sur les entretiens ............................................................................................ 34 

1.1-Durée des entretiens ............................................................................................................... 34 

1.2-Caractéristiques des médecins interrogés .............................................................................. 34 

2-Représentations des médecins généralistes vis-à-vis de la fibromyalgie ...................................... 35 

2.1-Les termes associés en première intention à la fibromyalgie ................................................. 35 

2.2-Un diagnostic que certains médecins n’aiment pas poser ..................................................... 36 

2.3-Un sentiment de malaise devant l’absence de preuves ......................................................... 37 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

14 

 

2.4-Origine de la fibromyalgie ....................................................................................................... 37 

2.4.1-Une question sans réponse .............................................................................................. 37 

2.4.2-Une origine plurifactorielle .............................................................................................. 38 

2.4.3-Des hypothèses organiques ............................................................................................. 38 

2.4.4-Des hypothèses psychologiques ...................................................................................... 39 

2.4.5-Ce qui n’est pas la cause .................................................................................................. 40 

2.4.6-Contexte sous-jacent........................................................................................................ 40 

2.4.7-Est-ce vraiment une maladie ? ......................................................................................... 41 

3-Pratiques déclarées des médecins généralistes vis-à-vis de la prise en charge de la fibromyalgie

 ........................................................................................................................................................... 41 

3.1-Démarche diagnostique .......................................................................................................... 41 

3.1.1-Symptômes....................................................................................................................... 41 

3.1.2-Examens complémentaires .............................................................................................. 43 

3.1.3-Confirmation diagnostic ................................................................................................... 44 

3.1.4-Les difficultés pour établir un diagnostic ......................................................................... 45 

3.2- Annonce diagnostic ................................................................................................................ 46 

3.3-Prise en charge thérapeutique ................................................................................................ 48 

3.3.1-Traitement ........................................................................................................................ 48 

3.3.1.1-Des traitements antalgiques, myorelaxants ............................................................. 48 

3.3.1.2-Des antidépresseurs, des psychotropes.................................................................... 49 

3.1.3.3-Exercice physique ...................................................................................................... 49 

3.1.3.4-Kinésithérapie : des avis divergents .......................................................................... 49 

3.1.3.5-Une prise en charge psychothérapeutique ............................................................... 50 

3.1.3.6-Autres thérapeutiques .............................................................................................. 51 

3.4-Arrêts de travail ....................................................................................................................... 52 

3.5-Les difficultés de la prise en charge ........................................................................................ 53 

3.6-Place du spécialiste ................................................................................................................. 56 

4-Perception et attitudes des médecins généralistes vis-à-vis des patients..................................... 57 

4.1-Perception des demandes des patients .................................................................................. 57 

4.2-Perception des attitudes des patients .................................................................................... 58 

4.3-Ressenti des médecins généralistes vis-à-vis des patients ..................................................... 59 

4.4-Attitudes des médecins généralistes vis-à-vis des patients .................................................... 62 

5-Ressenti des médecins généralistes vis-à-vis de la prise en charge............................................... 62 

5.1-Un sentiment d’échec, d’impuissance, de culpabilité............................................................. 63 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

15 

 

5.2-Mais aussi un sentiment d’utilité ............................................................................................ 63 

5.3-Des objectifs de prise en charge modestes ............................................................................. 64 

5.4-Peur de passer à coté d’un autre diagnostic ........................................................................... 64 

5.5-Des consultations longues, exigeantes ................................................................................... 64 

6-Représentations des médecins généralistes par rapport à leur rôle ............................................. 65 

6.1-Une pathologie de médecine générale ................................................................................... 65 

6.2-Médecin de premier recours… ................................................................................................ 66 

6.3- … et de dernier recours .......................................................................................................... 66 

6.4-Dimension relationnelle .......................................................................................................... 66 

6.5-Un rôle d’orientation............................................................................................................... 67 

6.6-Un rôle de coordination .......................................................................................................... 67 

6.7-Une prise en charge globale .................................................................................................... 67 

6.8-Ce qui n’est pas du rôle du médecin généraliste .................................................................... 68 

7-Formation des médecins généralistes ........................................................................................... 68 

7.1-Formation initiale .................................................................................................................... 68 

7.2-Formation personnelle ............................................................................................................ 69 

8-Evolution de la prise en charge par les médecins généralistes ..................................................... 71 

8.1-Place de l’expérience .............................................................................................................. 71 

8.2-Pistes pour améliorer la prise en charge ................................................................................. 72 

9-Opinion des médecins généralistes sur la vulgarisation de la fibromyalgie .................................. 75 

DISCUSSION ........................................................................................................................................... 76 

1-A propos de l’étude ........................................................................................................................ 76 

1.1-Forces de l’étude ..................................................................................................................... 76 

1.2-Limites de l’étude .................................................................................................................... 76 

2-Analyse des résultats...................................................................................................................... 77 

2.1-Diagnostic ................................................................................................................................ 77 

2.2-Prise en charge ........................................................................................................................ 78 

2.3-Représentations et attitudes vis-à-vis de la fibromyalgie ....................................................... 80 

2.4-Représentations et attitudes vis-à-vis du patient ................................................................... 81 

3-Propositions ................................................................................................................................... 84 

CONCLUSIONS ....................................................................................................................................... 86 

BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................................... 88 

ANNEXES (sur CD-ROM) ........................................................................................................................ 95 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

16 

 

INTRODUCTION 

 

La fibromyalgie est une maladie complexe. Quel médecin généraliste n’a jamais ressenti de 

difficultés  devant  un  patient  atteint  de  cette  pathologie ?  Une  grande  confusion  et  une 

grande  frustration  existent  vis-à-vis  des  malades  qui  se  présentent  avec  des  douleurs 

diffuses  erratiques  sans  manifestations  inflammatoires  ou  organiques  évidentes,  qui 

recherchent  des  solutions  médicales  sans  les  trouver  et  qui  épuisent  souvent  nombre 

d’internistes,  de  neurologues,  de  rhumatologues,  de  centres  antidouleurs,  et  beaucoup 

d’autres professionnels de santé sollicités(1). 

En  effet,  la  physiopathologie(2),  la  prise  en  charge  diagnostique(3)

 

et  le  traitement 

optimal(4)

 

de  ce  syndrome  douloureux

 

restent  flou.  De  ce  fait,  la  fibromyalgie,  dont  la 

prévalence  en  France  est  estimée  dans  différentes  études  réalisées  en  2009  et  2011  entre 

1.4 à 1.6%(5,6), reste une entité très controversé(7). Aux Etats –Unis, Wolfe a même utilisé 

le terme de « fibromyalgia wars »(8). 

Le  concept  irrite  autant  certains  que  le  contact  avec  les  patients  qui  en  souffrent.  Une 

maladie  faite  d’une  plainte  qu’on  ne  voit  pas,  exprimée  par  des  patients  d’autant  plus 

demandant qu’on ne les soulage guère, est vécue par beaucoup comme une mise en cause 

de leur savoir et de leur compétence(9). 

Confrontés  à  ces  patients,  de  nombreux  médecins  généralistes  se  sentent  embarrassés  ou 

mal  à  l’aise(10).  Certains  doutent  de  l’existence  de  la  fibromyalgie,  voire  estiment  que  les 

fibromyalgiques sont des simulateurs(11). Beaucoup ne sont pas formés à la fibromyalgie, et 

déclarent  un  manque  de  compétences(11,12).  Ils  ont tendance  à  adresser  ces  patients  aux 

spécialistes(13), se trouvant démunis face à ces patients. 

Les patients quant à eux évoquent des relations insatisfaisantes et parfois conflictuelles avec 

le monde médical : ils ont l’impression de ne pas être compris par les soignants, et ne sont 

pas satisfaits de leur prise en charge. Ils estiment qu’il y a un manque d’intérêt de la part des 

médecins(14–16). 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

17 

 

Mais  qu’en  est-il  vraiment  ?  Nous  avons  choisi  d’étudier  la  manière  dont  des  médecins 

généralistes se représentent les patients fibromyalgiques,  leur prise en charge, et leur rôle 

dans cette prise en charge.  

Notre  hypothèse  était  la  suivante  :  les  représentations  des  médecins  généralistes  et  leur 

ressenti influencent la prise en charge des patients fibromyalgiques.  

Notre objectif était de chercher ce qui détermine la prise en charge et  d’identifier à partir de 

cet état des lieux, des pistes pour l’améliorer. 

 

1-Historique de la fibromyalgie 

 

Si  le  terme  de  fibromyalgie    n’est  apparu  qu’en  1976,  il  ne  s’agit  pas  d’une  affection 

nouvelle.  Ses  symptômes  correspondent  assez  bien  à  ce  qui  était  appelé  neurasthénie  à  la 

fin du XIXe siècle. Ainsi les critères diagnostics de la neurasthénie décrit par Beard en 1869 

ressemblent à ceux de la fibromyalgie(17). Pour lui, il s’agissait d’une maladie spécifique de 

la  société  américaine,  s’étant  développée  au  cours  du  XIX°  siècle,  imputable  aux  multiples 

stimuli de la civilisation moderne. En France, Borel décrivait en 1894 la neurasthénie comme 

« des douleurs spontanées ou se révélant à la simple pression tantôt faibles, tantôt aiguës, 

et que les causes les plus légères peuvent provoquer. »(18)

 

Au  début  du  XXe  siècle,  en  1904,  le  neurologue  anglais  Gower  avait  désigné  cet  état 

douloureux sous le terme de « fibrositis »(19). 

C’est finalement le nom de fibromyalgie, créé par Hench en 1976(20), puis repris par Smythe 

et Moldofsky en 1977(21), qui a été retenu. 

Plus récemment, Kahn avait proposé en France en 1986 le terme de syndrome polyalgique 

idiopathique  diffus(22),  qui  n’a  pas  été  retenu  alors  qu’il  mettait  en  évidence  le  caractère 

syndromique et l’absence d’étiologie claire. 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

18 

 

La fibromyalgie a été officiellement reconnue par l’OMS en 1992, qui la classe comme entité 

autonome  dans  la  Classification  internationale  des  maladies  –  10e  révision  (CIM10)  depuis 

2006,  sous  le  code  M79.7(23).  Auparavant,  les  troubles,  qui  caractérisent  ce  syndrome, 

pouvaient  être  aussi  bien  classés  dans  les  troubles  de  l’appareil  locomoteur  comme  « 

maladie  rhumatismale  non  spécifique  »  que  dans  les  «  troubles  de  somatisation  »,  en 

particulier sous le code F45.4 « syndrome douloureux somatoforme persistant ». 

 

2-Diagnostic de la fibromyalgie 

 

La  fibromyalgie  se  caractérise  par  des  douleurs  musculaires  diffuses  accompagnées  d’une 

fatigue  souvent  intense  et  de  troubles  du  sommeil,  dans  un  contexte  d’anxiété  et  de 

dépression.  Elle  concerne  dans  la  majorité  des  cas  les  femmes  entre  30  et  50  ans,  mais 

l’homme, l’enfant et l’adolescent peuvent également être touchés(24). 

La douleur, toujours étendue et diffuse, peut débuter au cou et aux épaules, pour s’étendre 

ensuite  au  reste  du  corps,  notamment,  au  dos,  au  thorax,  aux  bras  et  aux  jambes.  Elle  est 

permanente mais aggravée par les efforts, le froid, l’humidité, les émotions et le manque de 

sommeil,  et  s’accompagne  de  raideur  matinale.  La  distinction  entre  douleur  articulaire  et 

musculaire est d’autant plus difficile que les patients ont l’impression d’un gonflement des 

zones  douloureuses  et  de  paresthésies  des  extrémités  en  l’absence  de  tout  signe  objectif 

d’atteinte articulaire ou neurologique(25). 

Une fatigue chronique est signalée par plus de 9 patients sur 10, prédominant le matin, peu 

sensible au repos et en apparence inexpliquée(26). 

Les  troubles  du  sommeil  sont  également  quasi-constants :  dans  plus  de  90%  des  cas  le 

sommeil est perçu comme léger et non réparateur, quelle que soit sa durée. 

D’autres  symptômes  peuvent  compléter  cette  triade:  colopathie  fonctionnelle,  céphalée  à 

type de migraine ou de céphalée de tension, douleurs pelviennes, cystalgies à urines claires, 

dystonie  temporo-mandibulaire,  dysautonomie  avec  hypotension  orthostatique,  anxiété, 

dépression, troubles cognitifs. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

19 

 

L’examen  physique  est  pauvre  et  ne  met  en  évidence  aucune  anomalie  articulaire, 

musculaire  ni  neurologique.  La  seule  anomalie,  à  laquelle  on  accorde  une  importance 

diagnostique,  est  la  douleur  provoquée  par  la  pression, modérée,  de  certaines  zones 

corporelles, principalement dans les régions proches de la colonne vertébrale et de la racine 

des membres. 

Aucune anomalie biologique d’intérêt diagnostique n’accompagne ces signes fonctionnels. 

Cette maladie sans lésion anatomique, sans signe biologique caractéristique, sans explication 

physiopathologique avérée, réduite à des signes fonctionnels dont aucun, hormis la douleur 

diffuse,  ne  peut  être  considéré  comme  constant  et  donc  exigible,  ne  pouvait  qu’avoir  des 

limites  incertaines  et  faire  l’objet  de  diagnostics  plus  ou  moins  restrictifs  suivant  ses 

observateurs(24). 

C’est pour remédier à cette difficulté que l’American College of Rheumatology (ACR) a publié 

en  1990(27)  des  critères  de  classification  permettant  l’étude  de  groupes  de  malades  aussi 

homogènes  que  possible,  en  vue  principalement  des  recherches  physiopathologiques  et 

thérapeutiques. 

Suivant  ce  travail,  l’existence  d’une  fibromyalgie  devait  être  admise  quand  existaient 

conjointement deux critères : 

-  une  douleur  diffuse,  définie  comme  étant  une  douleur  du  côté  gauche  du  corps,  une 

douleur  du  côté  droit  du  corps,  une  douleur  au-dessus  de  la  ceinture  et  une  douleur  au-

dessous de la ceinture, avec en outre des douleurs squelettiques axiales (rachis cervical, ou 

partie antérieure, du thorax, ou rachis dorsal, ou rachis lombaire) ; dans cette définition, la 

lombalgie  représentait  le  segment  inférieur,  une  douleur  de  l’épaule  et  de  la  fesse 

correspondait à une douleur d’un côté du corps 

-  des  points  douloureux  à  la  pression :  la  pression  exercée  devait  être  de  4  kg/cm

ce  qui,  

correspondait  au  blanchiment de  la  pulpe de  l’ongle  de  l’examinateur ; 18  points  sensibles 

avaient été retenus (figure 1), 11 au moins étaient nécessaires pour que le diagnostic puisse 

être admis, chez un patient souffrant depuis plus de 3 mois. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

20 

 

 

 

Figure 1 – les 18 points douloureux 

 

Depuis leur publication en 1990, ces critères ont servi de base au recrutement des malades 

pour la plupart des travaux relatifs à la fibromyalgie. 

Il faut souligner cependant qu’il s’agit de critères de classification, et non de diagnostic, qui 

ne fixent pas les limites de la maladie. Leur sensibilité imparfaite, laisse place notamment à 

des  patients  considérés  comme  souffrant  de  la  maladie  et  qui  ne  les  remplissent  pas.  En 

outre l’appréciation des points douloureux demande des examinateurs entraînés, et, même 

évalués  par  le  même  examinateur,  ils  sont  variables  d’un  jour  à  l’autre,  et  sensibles 

notamment au degré d’anxiété(28). 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

21 

 

Ces limites ont conduit Wolfe à critiquer a posteriori les critères qu’il avait proposés en 1990, 

estimant  comme  une  possible  erreur  d’avoir  choisi  les  points  douloureux  comme  critère 

principal et limité ainsi le spectre de la maladie aux formes les plus sévères quant au critère 

douleur(8). 

En 2010 une étude a été publiée, proposant une méthode alternative de diagnostic, fondée 

sur  les  symptômes  décrits  par  les  patients,  plus  facilement  utilisable  par  les  médecins  non 

spécialistes(29). 

Le diagnostic est posé si les 3 critères suivants son réunis : 

- Index de douleur généralisée (WPI) ≥ 7  et score de sévérité (SS)  ≥ 5 

Ou Index de douleur généralisée entre 3 et 6  et score de  sévérité ≥ 9 

- Symptômes avec la même intensité depuis plus de 3 mois 

- Aucune cause expliquant les symptômes n’a pu être identifiée 

Le WPI correspond à l’examen de 19 régions anatomiques auxquelles un point est attribué si 

elles ont été symptomatiques au cours de la dernière semaine. Le score obtenu va donc de 0 

à 19. Les sites explorés sont les suivants : 

épaule,  avant  bras,  bras,  hanche,  cuisse,  mollet,  mâchoire,  côtés  droit  et  gauche,  poitrine, 

abdomen, haut du dos, bas du dos et cou. 

 

Le score de sévérité permet de coter sur une échelle de 0 à 3 le niveau de sévérité de deux 

groupes de symptômes durant la semaine écoulée.  

Premier groupe : fatigue, sommeil non réparateur, symptômes cognitifs. 

0= Aucun problème 

1= très léger ou léger, la plupart du temps léger ou intermittent 

2= modéré, important, souvent présent et/ ou à un niveau modéré 

3= sévère : envahissant, continu, entrainant des problèmes pour la vie quotidienne 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

22 

 

 

Second groupe : symptômes somatiques en général : 

Douleur  musculaire,  syndrome  du  colon  irritable,  fatigue,  difficulté  de  concentration  ou 

problème  de  mémoire,    faiblesse  musculaire,  céphalées,  crampes,  picotement, 

engourdissement,  vertiges,  insomnie,  dépression,    constipation,  douleur  épigastrique, 

nausées,  nervosité,  douleur  dans  la  poitrine,  troubles  visuels,  fièvre,  diarrhée,    bouche 

sèche,  démangeaison,  dyspnée,  syndrome  de  Raynaud,  acouphènes,  vomissement,  brulure 

d’estomac,  aphtes,  troubles  du  gout,  yeux    secs,  essoufflement,  perte  d’appétit,  rougeurs , 

éruptions  ,  sensibilité  au  soleil,  troubles  auditifs,  tendance  aux    ecchymoses,  perte  de 

cheveux, pollakiurie, dysurie et spasmes vésicaux. 

0 = aucun symptôme 

1= Quelques symptômes 

2 = Un nombre modéré de symptômes 

3 = un grand nombre de symptômes 

 

Le score de sévérité correspond à la somme des scores de ces deux groupes (entre 0 et 12). 

 

3-La fibromyalgie, une entité controversée 

 

La  polémique  suscitée  par  la  fibromyalgie  est  ancienne.  En  effet,  en  1926,  Hunter  écrivait 

déjà «cela requiert un peu de courage de présenter un article sur ce sujet, tant la fibrosite, 

ou  myalgie,  n’est  généralement  pas  une  pathologie  reconnue »(30).  L'absence  de 

marqueurs(3), et le caractère subjectif des troubles invoqués contribuent à diviser un corps 

médical hésitant, dont une part continue à penser qu'il s'agit d'une non-maladie(31). 

Certains,  comme  Hadler  et  Greenhalgh,  estiment  qu’il  s’agit  d’une  construction 

sociale(32,33),  et  suggèrent  que  l’étiquette  de  fibromyalgie  peut  créer  une  population 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

23 

 

« d’inquiets en bonne santé », avec des conséquences sociologiques et psychologiques(34). 

Pour  eux,  les  patients  recherchent  désespérément  une  étiquette  socialement  acceptable 

pour leur douleur,  rejoints par des entités puissantes, comme les firmes pharmaceutiques et 

les médias(33). 

L’Académie  de  médecine  estimait  dans  son  rapport  de  2007  que  « si  l’accord  parait 

aujourd’hui  général  sur  la  réalité  de  ce  syndrome  douloureux  chronique  et  même  sur  sa 

fréquence, des doutes persistent à s’exprimer sur la légitimité d’en faire une maladie, avec les 

conséquences médico-sociales qui peuvent en résulter »(24). 

Ainsi,  pour  certains,  porter  le  diagnostic  de  fibromyalgie  serait  plus  délétère  que 

bénéfique(35,36). Selon Solomon et Liang, tant que la physiopathologie de la fibromyalgie ne 

sera pas connue, et que l’on ne disposera pas de thérapie plus efficace, le suivi médical sera 

futile et couteux(36). En effet, la fibromyalgie représente un cout majeur pour la société(37).  

La consommation médicale est le triple de celle des autres patients douloureux, les arrêts de 

travail  sont  d’en  moyenne  dix  jours  par  an  et  par  patient,  le  cout  total  annuel  moyen  par 

patient a été évalué aux Etats-Unis à 2300 $ et dix consultations(38), et plus récemment aux 

Pays-Bas à 7813€(39). 

Pour  d’autres,  le  seul  diagnostic  constitue  parfois  un  traitement,  par  le  simple  pouvoir 

symbolique acquis sur la maladie en la nommant(40). 

Goldenberg apporte une réponse plus nuancée(41) : « Le diagnostic de fibromyalgie s’avère 

rassurant pour les patients, nombreux, qui craignent une maladie grave, et il rassure aussi le 

médecin  car  la  découverte  d’une  pathologie  organique  au  cours  du  suivi  est  rare.  La 

consommation médicale est parfois réduite après que le diagnostic a été porté, et en dehors 

des centres très spécialisés, le pronostic est bon si la qualité de la relation médecin-malade 

est  maintenue  ».  Cabane,  lui,  estime  que  le  concept  de  fibromyalgie  a  eu  le  mérite  de 

nommer  un  ensemble  de  symptômes  déroutants,  et  donc  de  limiter  les  errances 

diagnostiques et les angoisses d’incertitude(1). 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

24 

 

4-Principales hypothèses physiopathologiques 

 

4.1-Anomalie de la modulation douloureuse 

 

Les patients atteints de fibromyalgie ont une sensibilité accrue à de nombreux stimuli. Ceux-

ci entrainent une sensation douloureuse pour des niveaux d’intensité qui ne provoquent pas 

de réponse douloureuse chez des personnes en bonne santé(42).  

L’abaissement  du  seuil  de  perception  douloureuse  est  imputé  à  une  exacerbation  du 

phénomène  de  sensibilisation  du  deuxième  neurone.  Les  principaux  arguments  invoqués 

sont  l’effet  sur  la  douleur  des  fibromyalgiques  de  la  kétamine,  et  surtout  la  diminution  du 

taux sérique de la sérotonine et du taux dans le liquide  céphalorachidien de son métabolite 

l’acide HIA. 

La  sérotonine,  en  effet,  intervient  dans  la  modulation  douloureuse  en  diminuant  la 

nociception  par  action  dans  la  corne  postérieure  de  la  moelle  et  à  l’étage  supraspinal.  Elle 

intervient aussi dans la régulation du sommeil(43). 

 

4.2-Anomalie du système neuro endocrinien 

 

Certaines anomalies fonctionnelles de l’axe hypophysosurrénalien ont été mises en évidence 

chez  les  patients  atteints  de  fibromyalgie :  perte  du  cycle  nycthéméral  du  cortisol, 

diminution  de  la  sécrétion  globale  des  24  heures,  nombre  quotidien  de  pics  de  cortisol 

moindre que chez les sujets sains. Cependant leur signification physiopathologique demeure 

obscure(43). 

Un  autre  élément  est  la  diminution  de  l’insulin-like  growth  factor  (IGF-1)  qui  traduit  un 

déficit  d’hormone  de  croissance  (GH).  La  GH  est  normalement  synthétisée  au  cours  des 

phases  3  et  4  du  sommeil,  lesquelles  sont  perturbées  dans  la  fibromyalgie,  si  bien  que  la 

diminution constatée apparaît plus comme une conséquence de la maladie que comme un 

évènement causal(43). 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

25 

 

La  GH  joue  en  revanche,  un  rôle  dans  l’homéostasie  musculaire,  et  une  diminution  de  la 

synthèse de GH pourrait rendre compte de la réparation incomplète des microtraumatismes 

musculaires  et  contribuer  à  la  transmission  nociceptive  à  partir  des  fibres  nerveuses 

périphériques vers la corne dorsale médullaire(44). 

 

4.3-Hypothèse génétique 

 

Il  est  établi  qu’il  existe  une  agrégation  familiale  caractéristique  dans  la  fibromyalgie(45), 

mais aucun gène responsable n’a été individualisé. Plusieurs gènes semblent impliqués dans 

le  déclenchement  et  l’entretien  de  la  fibromyalgie.  Les  hypothèses  actuelles  reposent 

surtout  sur  le  polymorphisme  des  gènes  du  système  sérotoninergique(46)  et  des 

catécholamines(47).  Des  gènes  codants  pour  les  récepteurs  des  opioïdes  pourraient 

également être impliqués(48). 

 

4.4-Hypothèse vasculaire 

 

Des chercheurs ont mis en évidence chez les patients fibromyalgiques une augmentation de 

l’innervation des shunts artério-veineux  cutanés. Ces shunts jouent un rôle majeur dans la 

thermorégulation et dans l’apport sanguin aux muscles squelettiques lors de l’augmentation 

du  métabolisme.  Le  dérèglement  de  la  circulation  sanguine  liée  à  cette  augmentation  de 

l’innervation  contribuerait  à  la  généralisation  des  douleurs  et  de  la  fatigue  dans  la 

fibromyalgie(49). 

 

4.4-Hypothèse psychogène 

 

Certains  travaux ont montré que la prévalence des syndromes anxieux étaient plus élevée 

chez les fibromyalgiques  que chez les sujets sains(50–52), et que chez les patients reconnus 

pour d’autres invalidités(53).  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

26 

 

Toutefois  ces  troubles  psychiatriques  rapportés  dans  les  différentes  études  ne  sont  ni 

stéréotypés, ni constants.  

L’efficacité partielle des antidépresseurs sur le syndrome fibromyalgique ne peut pas être un 

argument  pour  l’assimilation  puisque  certains  antidépresseurs,  comme  l’amitriptyline, 

agissent à des doses inférieures aux doses antidépressives. 

Par ailleurs, si l’utilisation d’antidépresseurs constitue un traitement efficace pour soulager 

la  douleur,  c’est  vraisemblablement  par  son  action  sur  les  principaux  neurotransmetteurs 

impliqués dans l’inhibition de la douleur qu’il agit(54). 

 

5-Prise en charge de la fibromyalgie 

 

5.1-Médicamenteuse 

 

Parmi les antalgiques classiques, seul le tramadol a montré une efficacité. Le paracétamol et 

les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) n’ont pas démontré de bénéfice. 

L’utilisation  des  corticostéroïdes,  des  opioïdes  forts  et  des  morphiniques  n’est  pas 

recommandée par l’EULAR (EUropean League Against Rheumatism). 

Les antidépresseurs sont fréquemment utilisés dans le traitement de la fibromyalgie. 

-  L’amitriptyline  (antidépresseur  tricyclique)  a  montré  à  faible  dose  son  efficacité  dans  la 

douleur,  les  troubles  du  sommeil  et  le  bien-être  des  patients.  Celle-ci  est  obtenue 

rapidement  mais  un  épuisement  à  trois  mois  a  été  observé.  Cette  molécule  serait  efficace 

chez environ 40% des individus(4,55,56); 

-  les  inhibiteurs  sélectifs  de  la  recapture  de  la  sérotonine  (IRS)  (fluoxétine,  citalopram, 

paroxétine) ont une action modeste, non prolongée, nécessitant d’augmenter les posologies 

(souvent très supérieures – quatre fois – à celles utilisées dans la dépression). Ils sont mieux 

tolérés que les antidépresseurs tricycliques(4,57)

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

27 

 

-  les  inhibiteurs  mixtes  de  la  recapture  de  la  sérotonine  et  de  la  noradrénaline  (IRSNa)  – 

milnacipran(58,59),  duloxetine(60)

 

et  venlafaxine(61)

 

ont  montré  leur  efficacité,  au  cours 

d’études  de  bonne  qualité  méthodologique,  sur  un  nombre  important  de  patients.  Le 

milnacipran  à  100  et  200  mg  par  jour  a  été  évalué  chez  1196  patients  souffrant  de 

fibromyalgie  pendant  trois  mois  avec  des  études  d’extension  à  un  an.  La  duloxétine  à  la 

posologie  de  60  et  120  mg  par  jour  a  été  testée  parmi  520  patients  pendant  six  mois.  La 

venlafaxine a montré le même type de résultats dans une étude courte, plus ancienne(61). 

Les doses sont plus proches de celles utilisées dans la dépression. La réponse est observée 

chez  environ  60%  des  patients.  Ces  antidépresseurs  à  action  mixte  ont  un  effet  antalgique 

indépendant de l’effet thymique et leur effet est plus prolongé que les autres molécules. 

Les  traitements  antiépileptiques  sont  souvent  proposés  aux  patients  souffrant  de  douleur 

chronique.  La  prégabaline(62)

 

et  la  gabapentine(63)  ont  été  évaluées  dans  la  fibromyalgie, 

aux posologies respectives de 150 à 450 mg et 1200 à 2400 mg par jour. Ils sont efficaces sur 

la  plupart  des  critères  cliniques  (douleur,  sommeil,  fatigue).  En  revanche  les  autres 

antiépileptiques n’ont pas montré d’efficacité(64). 

Il est à noter qu’aucun médicament n’a d’autorisation de mise sur le marché  pour 

l’indication fibromyalgie en Europe. 

 

5.2-Non médicamenteuse 

 

L’évaluation  des  traitements  non  médicamenteux  reste  difficile  en  raison  d’une  part,  de 

difficultés  méthodologiques,  et  d’autre  part  de  l’impossibilité  de  réaliser  des  études  en 

double aveugle pour la plupart de ces traitements. 

On considère que les approches multidisciplinaires ont montré leur efficacité dans la prise en 

charge  de  la  fibromyalgie.  Elles  sont  d’ailleurs  largement  recommandées(4,57).  Les 

programmes  associent  aux  traitements  médicamenteux,  des  exercices  physiques,  de 

l’éducation  et  des  thérapies  cognitives  et  comportementales  (TCC).  Burckhardt  et  al.  ont 

publié  une  analyse  de  17  études  qui  montre  une  efficacité  sur  la  douleur,  le  sommeil,  la 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

28 

 

fatigue,  la  qualité  de  vie  et  l’efficacité  personnelle(65).  Une  autre  méta-analyse  de  ces 

mêmes études, publiée en 2004(4), rapporte des conclusions comparables. 

Les  TCC  ont  montré  leur  efficacité  en  termes  de  douleur,  de  fonction,  de  fatigue,  et 

d’humeur  (4,65,66).  Van  Koulil  et  al.  ont  publié  en  2007  une  méta-analyse  de  30  études 

randomisées contrôlées associant TCC et exercices(67). Les résultats montrent une efficacité 

de  cette  association  ;  celle-ci  étant  cependant  modeste  chez  les  patients  souffrant  de 

douleurs anciennes et de dépression sévère. Les meilleures réponses ont été observées chez 

les patients à haut niveau de stress et de handicap et aussi chez ceux souffrant depuis moins 

longtemps. 

Les  techniques  de  relaxation  avec  imagerie  mentale,  biofeedback  et  hypnose  ont  aussi  été 

évaluées  au  cours  d’essais,  moins  nombreux  avec  des  résultats  intéressants(4)  .  Le  « 

mindfulness-based stress reduction » est égalemment utilisé, avec des bons résultats. Cette 

technique  de  méditation  est  définie  comme  «  un  moment  d’attention  et  de  pleine 

conscience sans jugement »(68) . 

Les  exercices  seuls  ont  fait  la  preuve  de  leur  efficacité,  particulièrement,  ceux  de  type 

aérobie  et  en  milieu  aquatique(69).  Dix-sept  études  sont  répertoriées  dans  l’analyse  de  la 

dernière revue Cochrane(70). L’amélioration est surtout observée sur la douleur, la pression 

des  points  douloureux  et  les  performances  aérobies.  Lorsque  les  exercices  sont  associés  à 

d’autres thérapeutiques (éducation, biofeedback), l’amélioration porte aussi sur le sommeil, 

la  fatigue  et  le  bienêtre  général  des  patients.  Les  exercices  sont  recommandés  par  les 

experts de l’EULAR qui concluent à un bon niveau de preuves pour les exercices physiques 

aérobies individualisés et les exercices en eau chaude(57). 

L’efficacité de l’acupuncture a été évaluée en 2013 par une revue Cochrane portant sur neuf 

essais(71).  L'électro-acupuncture  est  probablement  meilleure  que  l'acupuncture  manuelle 

pour  la  réduction  de  la  douleur  et  de  la  rigidité,  ainsi  que  pour  l'amélioration du  bien-être 

global,  du  sommeil  et  de  la  fatigue.  L'effet  dure  jusqu'à  un  mois,  mais  ne  subsiste  pas  au 

bout de six mois de suivi. L'acupuncture manuelle n'améliore probablement pas la douleur 

ou le fonctionnement physique. Cependant la petite taille des effectifs, la rareté des études 

pour  chaque  comparaison  et  l'absence  d'une  acupuncture  factice  idéale  affaiblissent  le 

niveau des preuves et leurs implications cliniques. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

29 

 

L’efficacité  de  la  stimulation  magnétique  transcrânienne  répétée  du  cortex  moteur  a  été 

évaluée  par  une  étude  randomisée,  contrôlée,  en  double  insu,  parmi  30  patientes 

fibromyalgiques versus 30 témoins (une séance par jour pendant 10 jours). Les résultats à 15 

jours  après  la  stimulation  ont  montré  une  diminution  significative  de  la  douleur  et  une 

amélioration de la qualité de vie(72). 

 

5.3- Recommandations de prise en charge 

 

L’EULAR a actualisé ses recommandations sur la prise en charge de la fibromyalgie en 2007 

(57). D’autres recommandations ont également été publiées, en particulier un consensus 

canadien en 2003, actualisé en 2012(73), et des recommandations allemandes en 2009(74). 

Ces documents insistent sur une prise en charge graduée en fonction de la sévérité des 

symptômes et des traitements déjà entrepris. Ils proposent également une prise en charge 

multidisciplinaire, alliant exercices, prise en charge médicamenteuse et psychologique, 

associé à une éducation du patient à sa maladie. 

En 2010 la Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un rapport sur le syndrome 

fibromyalgique, reprenant ces différentes recommandations(23). Cependant elle insiste sur 

le fait que l’efficacité des médicaments n’est pas satisfaisante, et que les effets des 

stratégies de prise en charge non médicamenteuse sur les symptômes ne sont pas 

démontrés.  

 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

30 

 

MATERIELS ET METHODES  

 

1-Type d’étude  

 

Le  but  de  ce  travail  étant  d’étudier  les  représentations  et  les  attitudes    des  médecins 

généralistes vis-à-vis de la fibromyalgie, ainsi que leurs conséquences sur la prise en charge, 

il a été choisi d’utiliser une méthode qualitative par entretiens semi-dirigés. Cette technique 

permet d’obtenir des résultats plus riches et plus personnels qu’un questionnaire quantitatif. 

En  effet,  l'entretien  semi-dirigé  permet  de  poser  des  questions  ouvertes  sur  les  sujets  à 

explorer,  de  façon  souple,  en  s'adaptant  au  discours  de  la  personne  interviewée.  Il  est  

important  de  s'astreindre  à  une  écoute  attentive,    de  rebondir  sur  les  éléments  neufs  ou 

semblant poser problèmes, plutôt que de chercher à aborder absolument et de façon rigide 

tout les thèmes prédéfinis  dans une optique déjà déterminée. Il s'agit ici pour le chercheur, 

d'être  en  mesure  de  découvrir  ce  à  quoi  il  n'était  pas  préparé,  et  de  modifier  ses  propres 

interprétations. 

 

2-Méthode de sélection de l’échantillon 

 

Des médecins généralistes de Haute Savoie ont été choisis avec pour objectif la constitution 

d’un échantillon raisonné, avec une diversité de lieu d’exercice, de durée d’exercice, d’âge, 

de  sexe.  Les  médecins  sélectionnés  étaient  soit  des  médecins  ayant  été  remplacés  par  le 

chercheur, soit des médecins sélectionnés de manière indirecte par le biais de connaissances 

professionnelles.  Ils  ont  été  contactés  par  téléphone  et  se  sont  vu  présenter  le  sujet  de 

l’étude,  puis  poser  la  question  de  la  présence  d’au  moins  un  patient  fibromyalgique  dans 

leur  patientèle  au  cours  de  leur  carrière.  Si  la  réponse  était  positive,  un  entretien  était 

proposé. 

Le recueil de données a été effectué entre le 16 février 2014 et le 4 décembre 2014. Nous 

nous sommes basés sur un recrutement d’au moins 10 médecins  pour essayer d’obtenir une 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

31 

 

saturation  des  données.  Le  recrutement  a  été  progressif  afin  de  diversifier  les  populations 

cibles.  

 

3-Méthode de recherche bibliographique 

 

Les bases de données interrogées ont été :  

PubMed,  Cismef,  Sudoc,  Cochrane  Library,  les  rapports  de  la  Haute  Autorité  de  Santé,  la 

revue Exercer. 

Les  mots  clés  (en  anglais  et  en  français)  utilisés  ont  été :  fibromyalgie,  syndrome 

fibromyalgique,  douleur  chronique,  relation  médecin  –  malade,  médecine  générale, 

recherche qualitative.

 

Des thèses ont été consultées : Bibliothèque Université Lyon 1. 

La recherche bibliographique a débuté en septembre 2013 pour se terminer en mars 2015. 

 

4-Grille d’entretien 

  

Une première version de la grille a été réalisée à partir d’une analyse de la littérature ainsi 

que l'utilisation de thèses de doctorat en médecine sur des sujets attenants. Les thèmes ont 

ensuite  été  affinés  avec    le  Dr  MARISSAL,    directeur  de  thèse,  puis  à  la  suite  du  premier 

entretien (Annexe 1). 

Cette  grille  comprend  plusieurs  parties  qui  servent  de  trame  pour  l'entretien.  Lors  des 

entretiens, les thèmes sont abordés de manière spontanée par le médecin ou guidée par nos 

questions, selon le cours de la discussion entre le médecin et le chercheur. Le guide nous a 

permis de vérifier, au cours de l'entretien, si toutes les questions que nous souhaitions poser 

avaient été abordées. 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

32 

 

- Questions générales sur la fibromyalgie 

- Présentation du cas d’un patient 

-  Phase  de  diagnostic  :  critères  diagnostiques,  place  des  examens  complémentaires  et  des 

avis spécialisés, annonce du diagnostic 

- Face au patient : ressenti, relation 

- Prise en charge  

- Formation 

- Rôle du médecin généraliste 

- Vulgarisation de la fibromyalgie 

- Pistes pour améliorer la prise en charge 

-  Recueil  systématique :  Année d’installation,  lieu  d’exercice,  s’il  y  a des  modes  d’exercices 

particuliers, nombre d’actes/jour, moyens de formation habituels. 

 

5-Modalités de recueil et de traitement des données 

 

5.1-Recueil 

 

Les  données  ont  été  recueillies  par  entretiens  semi-dirigés,  au  cabinet  ou  au  domicile  des 

médecins  interviewés.  Un  consentement  verbal  leur  était  préalablement  demandé.  Les 

entretiens étaient enregistrés par dictaphone numérique. 

L’ordre des questions ou des thèmes abordés au cours des entretiens a pu être modifié pour 

faciliter l’expression des opinions et idées des interviewés.  

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

33 

 

5.2-Transcription 

 

La retranscription des données a été faite sur traitement de texte Word. Nous n’avons pas 

reformulé les propos des médecins ni cherché à corriger les fautes de langage. Nous avons 

transcrit les propos « mot à mot », ajoutant de brèves notes pour signifier les moments de 

silence, de pause, de rire, d’interruption de l’entretien par un évènement. Les données ont 

été anonymisées. 

 

5.3-Données chiffrées. 

 

Nous  avons  extrait  et  calculé  des  données  concernant  les  caractéristiques  sociales  et 

démographiques des médecins (sexe, durée d’installation…). 

Nous  avons  mesuré  des  données  quantifiables  sur  les  entretiens  menés,  comme  par 

exemple, la durée de chaque entretien. 

 

5.4-Analyse des entretiens 

 

Les analyses ont été faites grâce au logiciel Nvivo  10.  Nous avons procédé à de nombreuses 

relectures, entretien par entretien, pour les encoder sous forme de nœuds. Les nœuds ont 

ensuite  été  regroupés  par  thèmes,  qui  rejoignaient  les  thèmes  explorés  par  la  grille 

d’entretien.  

Dans un deuxième temps, une analyse du contenu des entretiens sur un mode transversal a 

été réalisée, c'est-à-dire thème par thème. 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

34 

 

RESULTATS 

 

1-Données générales sur les entretiens 

 

1.1-Durée des entretiens 

 

La durée des entretiens a varié entre 16 et 38 mn avec une durée moyenne de 25 mn. 

 

1.2-Caractéristiques des médecins interrogés 

 

Dix médecins généralistes exerçant en Haute-Savoie ont été interrogés. Nous avons essayé 

de diversifier la population de médecin afin d'obtenir des données plus représentatives.  

Les caractéristiques des médecins sont résumées dans le tableau 1.  

Les  abréviations  suivantes  seront  utilisées  :  M1  pour  le  médecin  n°1,  M2  pour  le  médecin 

n°2, etc. Le classement des médecins s'est fait par ordre d'analyse des entretiens. 

 

Tableau 1 : Caractéristiques des médecins interviewés

 

nom  sexe 

âge 

  mode d'exercice       nombre 

                                        d’actes 

durée     

d'installation 

FMC 

pratique 

particulière 

M1 

67 

   seul / urbain                 20-25/j 

      38 

non 

 

M2 

62 

   groupe / urbain              25/j 

      34 

oui 

mésothérapie 

M3 

44 

   seul / urbain                   20/j 

      12 

oui 

 

M4 

50 

   groupe / urbain           35-40/j 

      19 

oui 

 

M5 

63 

   groupe / urbain              30/j 

      35 

oui 

TCC 

M6 

49 

   groupe / rural                 30/j 

      19 

oui 

 

M7 

35 

   groupe / rural                 20/j 

      3 

oui 

 

M8 

45 

   seule / semi-rural        25-30/j 

      16 

oui 

 

M9 

44 

   seule / urbain               22-27/j 

      7 

oui 

homéopathie 

M10  

55 

   seul / semi-rural          25-30/j 

      26 

oui 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

35 

 

2-Représentations des médecins généralistes vis-à-vis de la fibromyalgie 

 

2.1-Les termes associés en première intention à la fibromyalgie 

 

Interrogés sur les termes qu’ils associent à la fibromyalgie, plusieurs médecins évoquaient la 

notion d’un terrain psychologique :  

M1 :  Contexte  psychologique  particulier  […]  Particulier  c'est-à-dire,  euh…,  souvent  des  gens 

qui ont un petit peu un état dépressif, euh … stressés, j’allais dire que j’ai pas, il ne me semble 

pas que j’ai rencontré des  fibromyalgiques chez des gens sains entre guillemets, euh… voila. 

C’est souvent des gens qui ont eu des problèmes au travail, euh…, qui sont très émotifs, très 

sensibles, ou des stress par exemple avec des enfants, avec un mari, il y a toujours un petit 

peu ce contexte il me semble. 

M3 : profil psychologique. 

M6 : parfois un terrain un petit peu anxio dépressif. 

M7 : dépression associée. 

Certains médecins parlaient des symptômes, en particulier de la douleur :  

M2 :  Ah  le  mot,  le  mot  fibromyalgie,  ça  évoque  pour  moi  des  douleurs  ostéo-musculaires 

chronique. 

M3, 5 et 8 : Douleur. 

M6 : Douleur, euh diffuse, chronique, migrante. 

M7 : douleur chronique […] points douloureux. 

M10 :  Douleurs  multiples,  qui  font  jamais  leurs  preuves,  c’est  ça  qui  me  vient  à  l’esprit  en 

premier. 

D’autres  évoquaient  également  les difficultés, que  ce  soit  au niveau  du diagnostic  ou  de  la 

prise en charge 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

36 

 

M3 : difficulté de prise en charge, … suivi, … traitement, c’est pas le plus gros problème, mais 

c’est un problème. 

M5 : pour le médecin découragement (rires). 

M6 : mal soulagé par les traitements classiques, … voilà qui ont souvent consultés plusieurs 

médecins, et qui n’ont pas de soulagement de leurs symptômes, voilà. 

M7 :    prise  en  charge  compliquée,  …  difficultés  dans  le  quotidien,  […]  diagnostic  difficile  ou 

qui traine, … et puis voilà. 

M8 : difficulté de prise en charge, compliqué. 

M9 : Compliqué… compliqué, flou, pas de traitement, ou pas de traitement évident. 

Deux médecins utilisaient le mot plainte (M5 et 10). 

Un médecin évoquait sa difficulté à reconnaitre la fibromyalgie comme une maladie : 

M4 : C’est pas une maladie… voilà. C’est pas une maladie définie, voilà, c’est pas une entité 

clinique  avec  un  cadre  nosologique  défini,  c’est  ce  que  moi  j’ai  appris,  et  c’est  ce  que  je 

retiens encore vraiment toujours. J’ai toujours  du mal  à considérer que quelqu’un  qui  a des 

symptômes, et je peux jamais m’appuyer sur quoi que ce soit pour montrer ces symptômes, 

au  bout  d’un  moment,  ben  j’élimine  plein  de  maladies  et  j’arrive  à  me  mettre  un  cadre 

fibromyalgique,  mais  c’est  un  cadre  fibromyalgique,  pour  dire  que  c’est  une  fibromyalgie 

pour moi c’est difficile. 

Enfin deux médecins évoquaient des notions démographiques : 

M6 : plus souvent euh des femmes. 

M7 : Qu’est-ce-que j’associe ? J’associe femme, j’associe euh… genre 40-50 ans. 

 

2.2-Un diagnostic que certains médecins n’aiment pas poser 

 

Certains médecins parlaient de leurs réticences vis-à-vis de ce diagnostic : 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

37 

 

M1 : j’ai l’impression que cela m’arrive de fuir le diagnostic. 

M5 :  C’est  un  diagnostic  que  tu  as  pas  envie  de  poser,  parce  que  tu  sais…  que  ça  va  être 

compliqué  […]    parce  que  tu  sais  que  tu  patauges,  enfin  pour  moi  je  patauge  vraiment, 

pourtant j’en pose […] la fibromyalgie c’est quand même un avenir qui est un peu… d’arrêts 

de  travail,…  de  difficultés  professionnelles,  de  handicap  carrément,  puisque  chez  certaines 

personnes je crois que c’est compliqué, et t’as pas envie de rentrer là-dedans. 

 

2.3-Un sentiment de malaise devant l’absence de preuves 

 

M4 : J’ai toujours du mal à considérer que quelqu’un qui a des symptômes, et je peux jamais 

m’appuyer  sur  quoi  que  ce  soit  pour  montrer  ces  symptômes,  au  bout  d’un  moment,  ben 

j’élimine  plein  de  maladies  et  j’arrive  à  me  mettre  un  cadre  fibromyalgique,  mais  c’est  un 

cadre fibromyalgique, pour dire que c’est une fibromyalgie pour moi c’est difficile. 

M5 :  je  pense  que  la  fibromyalgie  c’est  une  maladie  qui  n’est  absolument  pas  prise  au 

sérieux, parce que justement elle n’a pas de critères scientifiques fiables, hein, et que tout les 

médecins sont très malheureux. 

M10 : c’est difficile […] avec pas de choses précises à se mettre sous la dent, comme on aime 

bien nous en médecine d’avoir des preuves euh… voilà, physiologiques et biologiques, et là on 

a pas grand-chose à se mettre sous la dent. 

 

2.4-Origine de la fibromyalgie 

 

2.4.1-Une question sans réponse 

 

De nombreux médecins déclaraient ignorer l’origine de la fibromyalgie : 

M1 : je sais pas trop. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

38 

 

M2 :  j’ai  jamais  lu  d’article  qui  mette  en  évidence  une  physiopathologie  particulière,  j’ai 

jamais  lu  un  truc  qui  dit  c’est  une  atteint  neuromusculaire,  ou…  rien  […]  Ça  reste  un  point 

d’interrogation, moi j’attends de voir ce qui va sortir. 

M4 : on sait pas d’où ça vient. 

M6 :  je  sais  pas  si  c’est  une  origine  rhumatologique  ou  une  origine  psychiatrique,  j’ai 

absolument aucune idée. 

M7 : J’en sais rien, je sais que justement on sait pas trop. 

M8 : je sais pas ce qui est à l’origine. 

Cela ne les empêchait pas d’émettre des hypothèses. 

 

2.4.2-Une origine plurifactorielle 

 

Pour certains médecins les causes de la fibromyalgie étaient multiples : 

M5 : Je pense que c’est probablement multifactoriel. 

M9 : pour moi c’est très compliqué, l’origine pour moi il y a pas une origine, il y a plusieurs 

origines. 

 

2.4.3-Des hypothèses organiques 

 

Un médecin évoquait un possible facteur génétique : 

M5 : j’ai quand même une famille où il y a deux sœurs qui sont fibromyalgiques, alors est-ce 

qu’il peut y avoir quelque chose dans la… de génétique dans l’histoire, je me mouillerais pas. 

Un autre un dysfonctionnement dans le système de contrôle de la douleur : 

M10 :  j’ai  lu  des  choses,  mais  ça  remonte  déjà  à  quelques  temps,  disant  que  c’était  un 

problème de gate-control de la douleur, des gens qui ont… des nociperceptions un peu plus 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

39 

 

élevées  que  la  moyenne,  et  de  fait  qu’ils  sentaient  des  choses  que  la  plupart  des  gens  ne 

sentent pas. 

 

2.4.4-Des hypothèses psychologiques 

 

Plusieurs médecins émettaient l’hypothèse d’une origine psychogène :  

M1 : ce n’est pas effectivement dépression égal obligatoirement fibromyalgie, mais qu’il peut 

y  avoir  un  lien  entre  les  deux,  mais  qu’au  jour  d’aujourd’hui  on  ne  le  sait  pas  vraiment,  on 

peut  pas  dire,  l’affirmer  à  100%,  mais  il  peut  y  avoir  un  lien  entre  les  deux  […]  moi  à  titre 

personnel moi je pense que c’est une des manifestations de la dépression. 

M4 :  ça  fait  parti  de  ces  maladies  neuropsychologiques  qu’on  connait  pas  encore,  qui  sous 

l’influence de certains produits qu’on largue pas ou qu’on a en trop quand on est malade sur 

le plan psychiatrique, ça va donner des douleurs musculaires […] Toujours dans l’idée de me 

dire que c’est plutôt une maladie psychologique, euh… qui influe sur le ressenti de la douleur, 

avec peut être une vrai voie d’organe qu’on connait pas. 

M10 :  je  suis  pas  persuadé  que  ce  soit  pas  simplement  un  état  un  peu  dépressif  qui  se 

manifeste comme ça, et finalement quand les gens ont autre choses à penser finalement ils 

oublient  un  peu  leur  douleur,  donc  euh…  si  un  jour  il  y  avait  des  choses  organiques  qui  se 

prouvaient  etcetera,  ce  serait  intéressant,  mais  pour  l’instant  ça  me  parait  être  plus  une 

maladie psychologique globalement. 

L’un  d’entre  eux  se  demandait  si  la  dépression  était  la  cause  ou  la  conséquence  des 

douleurs : 

M10 :  c’est  difficile  de  savoir  si  c’est  la  cause  du…  de  la  fibromyalgie  que  on  fait  une 

dépression,  ou  si  c’est  la  dépression  qui  donne  ça,  pour  moi  j’ai  encore  jamais  réussi  à 

répondre à cette question. 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

40 

 

2.4.5-Ce qui n’est pas la cause 

 

Certains médecins en revanche rejetaient l’hypothèse d’une maladie psychiatrique : 

M3 : c’est pas une maladie psychiatrique comme on a pu le dire. 

M5 :  à  une  époque  très  psychiatrisée,  très  lacanienne,  très…  qu’on  ait  classé  ça  dans  une 

forme d’hystérie je peux comprendre, mais ça tient pas la route à l’heure actuelle. 

M7 : c’est une maladie c’est pas un truc dans la tête. 

 

2.4.6-Contexte sous-jacent 

 

Certains  médecins  évoquaient  des  facteurs  familiaux  ou  professionnels  pouvant  influer  sur 

les symptômes : 

M1 : on s’aperçoit que dans l’enfance il y a eu quelque chose, que la mère se plaignait, qu’elle 

avait toujours  mal,  qu’elle avait des problèmes rhumatismaux, et donc ils ont vécu un  petit 

peu ça. 

M2 :  au  départ  elle  a  fait  de  la  dépression,  hein,  parce  qu’il  y  avait  une  pression  trop 

importante dans cette boite, par rapport aux résultats, par rapport aux chiffres, il y avait une 

mauvaise ambiance dans le boulot, hein, donc elle a fait une dépression, et elle a euh… été 

mise en invalidité pour dépression. […] Et la fibromyalgie est apparue après, une fois que la 

dépression était stabilisée. 

M4 : au mois de juin 2013 elle est enfin venue m’avouer qu’elle se faisait péter la gueule par 

son mari, deux à trois fois par an, que c’était un tortionnaire, un bourreau, et depuis qu’elle 

l’a quitté, elle prend du Corgard et de l’Epitomax pour ses migraines, point final à la ligne. 

M10 : après j’ai appris que son fils, il y avait un problème d’inceste, qu’il avait reproduit à son 

tour, qu’il était en prison, enfin des choses qui à l’époque n’étaient pas encore vrai, ça s’est 

passé  après,  mais  elle  se  doutait  un  peu  des  choses,  donc  à  l’époque  elle  devait  être  très 

angoissée  avec  ça,  mais  elle  en  parlait  pas  parce  que  c’était  pas  officiel,  mais  une  fois  que 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

41 

 

son  fils  s’est  retrouvé  en  prison  elle  en  a  parlé,  et  je  pense  qu’il  y  avait  quand  même 

finalement un problème un peu dépressif derrière, mais qui n’était pas verbalisé à l’époque. 

 

2.4.7-Est-ce vraiment une maladie ? 

 

Certains médecins se demandaient si la fibromyalgie était vraiment une maladie : 

M2 : c’est une pathologie qu’on connait pas bien, une pathologie qui fait encore… qui donne 

lieu à contestation, qui donne lieu à débat, est ce que la fibromyalgie existe vraiment en tant 

que pathologie bien précise ça j’en suis pas sûr. 

M4 :  C’est  pas  une  maladie  définie,  voilà,  c’est  pas  une  entité  clinique  avec  un  cadre 

nosologique défini […] c’est un cadre fibromyalgique. 

M10 :  ça  serait  intéressant  si  un  jour  on  mettait  vraiment…  un  substratum  organique  sur 

cette description, pour l’instant… pour moi ça fait un peu fumeux. 

 

3-Pratiques  déclarées  des  médecins  généralistes  vis-à-vis  de  la  prise  en  charge  de  la 

fibromyalgie 

 

3.1-Démarche diagnostique 

 

3.1.1-Symptômes 

 

De nombreux médecins évoquaient des douleurs chroniques :  

M1 : tout ces gens qui se plaignent de douleurs musculaires […] ces douleurs et bien ça traine 

ça traine. 

M2 : l’énoncé des plaintes, des douleurs qu’ont les gens, voilà, quand les gens commencent à 

te  dire  j’ai  mal  à  tel  endroit,  tel  endroit,  tel  endroit  […]  ces  douleurs  qu’elles  ne  sont  pas 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

42 

 

forcément d’origine mécanique, qu’elles euh… qu’elles se répètent de manière chronique, et 

que effectivement elles s’accompagnent d’une moindre efficacité des antalgiques chroniques. 

M3 : douleurs typiques. 

M4 : des douleurs musculaires, des fatigabilités. 

M5 : les douleurs, la fatigue, et puis cette espèce de … de non-évolution. 

M6 : Douleur, euh diffuse, chronique, migrante. 

Ils parlaient également des points douloureux :  

M1 : je regarde tous les points musculaires. 

M2 : pour faire le diagnostic, euh… ben il y a déjà la liste des points de fibromyalgie qui a été 

mise  au  point  […]  Quand  les  gens  ont  14  points  sur  la  liste  je  considère,  puisque  c’est  la 

définition de l’OMS, alors après est-ce que c’est la bonne définition de la fibromyalgie, s’il y 

en a une qui est meilleure que celle là je sais pas […]  les points qu’on retrouve le plus c’est 

ces points cervicaux,  les épicondyles, les points trochantériens, les points des genoux. 

M5 : douleurs assez mal systématisées malgré les, les 14 points de Lara qui n’ont plus court 

parait-il. 

M7 :  je  montre  aux  gens,  plutôt  que  les  palper  moi-même  si  tu  veux,  je  montre  aux  gens 

l’image avec les points douloureux et je leur dit ça vous dit quelque chose des douleurs à cet 

endroit là ? 

M9 : il y a les points qui correspondent à de la fibromyalgie. 

M10 : il y a des points, je sais plus exactement lesquels où il faut appuyer, ils ont mal un peu 

à tout ces points là. 

Certains évoquaient aussi un terrain psychologique :  

M3 : profil psychologique typique. 

M5 : et puis donc ce coté, j’allais dire qui arrive après, je pense pas, alors surement qu’il peut 

être initial, mais de dépressif, un contexte un petit peu déprimé que présentent les gens. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

43 

 

M6 : parfois un terrain un petit peu anxio dépressif. 

 

3.1.2-Examens complémentaires 

 

La  plupart  des  médecins  interrogés  demandaient  des  examens  complémentaires,  en 

fonction  des  symptômes  présentés,  en  général  à  la  fois  des  bilans  biologiques  et 

radiologiques : 

M1 : des bilans sanguins, des bilans radiographiques, même aller parfois jusqu’à un scanner. 

M4 : je fais un bilan inflammatoire, une NF, un bilan hépatique, je regarde quand même qu’il 

y ait pas de pathologie de la thyroïde […]  je fais une électrophorèse des protéines pour voir 

qu’il y ai pas de maladie autre plus profonde, et puis en fonction des sites je vais dire un petit 

peu douloureux, souvent ça commence au niveau du dos,  des dorsalgies, lombalgies, je fais 

des radios. 

M5 : je fais un bilan simple, tu vois que la CRP est normale […] éventuellement quand ils ont 

une douleur je fais une radio. 

M6 : bilans radiologiques, les bilans biologiques. 

M7 : un bilan sang, chercher un syndrome inflammatoire tout ça, ou même radiologique des 

articulations qui font mal. 

M8 :  radios,  IRM,  scanner  […]  biologie  standard,  numération,  VS,  CRP,  après  euh…  bilan 

hépatique en fonction. 

M10 :  c’est  au  minimum  un  bilan  inflammatoire,  on  cherche  surtout  s’il  y  a  pas  euh…  une 

maladie inflammatoire rhumatismale […] puis après ben c’est un peu du cas par cas. 

Un médecin expliquait faire ces examens pour rendre plus crédible le diagnostic auprès du 

patient :  

M5 : dire à un patient c’est une fibromyalgie sans faire une prise de sang ou une radio alors 

qu’il a mal au dos, euh… il te croira jamais, faut quand même que t’argumentes un petit peu, 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

44 

 

même si tu sais qu’il n’y aura rien, mais c’est vrai que pour moi ça change pas grand-chose, 

c’est plutôt pour le patient. 

Un médecin ne demandait pas d’examens complémentaires : 

M9 : Comme examens ? Moi j’envoie au spécialiste hein. 

 

3.1.3-Confirmation diagnostic 

 

Plusieurs médecins affirmaient que la fibromyalgie était un diagnostic d’élimination :  

M1 : on part du principe que on trouve pas donc c’est une fibromyalgie. 

M2 :  c’est  un  diagnostic  effectivement  d’exclusion  […]  que  tu  as  effectivement  éliminé  les 

pathologies, périarthrite, épicondylite, les problèmes méniscaux. 

M4 : La fibromyalgie c’est justement quand on ne trouve rien. 

M7 : c’est quand même un peu un diagnostic d’élimination. 

M10 : c’est un diagnostic d’élimination, avant tout essayer d’éliminer un problème autre que 

la  fibromyalgie,  c’est  souvent  quand  on  trouve  rien  d’autre,  que  tout  est  négatif  qu’on  finit 

par revenir à ce diagnostic là. 

De nombreux médecins demandaient systématiquement un avis spécialisé pour confirmer la 

fibromyalgie, certains pour ne pas être seul à porter le poids de ce diagnostic, d’autres pour 

le rendre plus crédible auprès des patients : 

M1 : je demande toujours l’avis d’un spécialiste […] parce que je veux en être sûr. 

M2 :  la  fibromyalgie  est un  diagnostic  de  forte  probabilité,  je  prends  l’avis  d’un  neurologue 

pour confirmer mon diagnostic. 

M3 : pour moi le diagnostic de fibromyalgie doit être porté par un rhumatologue. 

M4 : c’est souvent lui [le spécialiste] qui me dit c’est surement une fibromyalgie. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

45 

 

M6 : j’aime bien avoir confirmation de cette maladie, j’aime pas que ça repose que sur moi 

parce qu’après t’imagines si c’est pas ça que tu es passé à côté d’autre chose. Au moins là on 

est deux docteurs à poser le même diagnostic. 

M7 : je vais l’évoquer mais je vais les adresser à un rhumato […] moi je me sens pas encore de 

fixer  un  diagnostic    comme  ça,  parce  que  je  me  dis  c’est  quand  même  des  grosses 

répercussions. 

Med  8 :  Pour  le  diagnostic  vous  envoyez  systématiquement  vers  un  spécialiste ?  -  Ben  au 

moins ça permet d’appuyer en fait euh… et de rendre plus euh… crédible cette proposition. 

D’autres seulement dans certains cas : 

M5 :  quelques  fois  je  demande  l’avis  du  rhumato  parce  que  je  voudrais  pas  passer  à  côté 

d’une maladie type PR, … d’un truc qui pourrait m’échapper. 

M10 : je demande parfois un avis rhumato, un avis… externe. 

Un médecin n’avait jamais diagnostiqué lui-même de fibromyalgie : 

M9 :  j’établis  jamais  un  diagnostic  de  fibromyalgie,  j’avoue  que  je  n’ai  jamais  moi-même 

établis un diagnostic de fibromyalgie, c’est souvent des gens qui arrivent en me disant voilà, 

j’ai une fibromyalgie. 

 

3.1.4-Les difficultés pour établir un diagnostic 

 

Pour beaucoup de médecins la principale difficulté était d’avoir la certitude du diagnostic : 

M1 : C’est jamais un diagnostic qui est posé clairement. 

M2 :  le  problème  c’est  d’avoir  la  certitude  que  c’est  une  fibromyalgie,  la  certitude 

qu’effectivement  ils  rentrent  dans  le  cadre  de  la  fibromyalgie,  de  pas  traiter  de 

fibromyalgiques des gens qui pourraient avoir autre chose. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

46 

 

M4 :  il  y  a  des  gens  malades  avec  des  symptômes  de  fibromyalgie,  et  de  pouvoir  dire  que 

c’est une fibromyalgie, de m’appuyer sur  quelque chose, j’ai pas  de moyen, ça ça me gêne, 

beaucoup. 

Un diagnostic long à établir :  

M3 : mais qui a duré plusieurs années avant qu’on finisse par dire non c’est bon, ce n’est pas 

un Lyme. 

M5 : j’avais tout un tas de… pff… de chemins pour me perdre et je me suis perdu. Un nombre 

de fois incroyable jusqu’au moment où je dis, tiens, pourquoi se serait pas une fibromyalgie. 

M8 : ça faisait déjà plus de six mois qu’elle enchainait les examens, les avis spécialisés, je me 

suis dit que … ça commence à bien faire ! 

Un médecin se demandait s’il avait des patients fibromyalgiques sans le savoir : 

M7 : je pense qu’il y a encore pas mal de patients qui arrivent dans ma consult, qui doivent 

être fibromyalgiques, mais que j’ai jamais encore… je me demande combien de patients dans 

ma patientèle si tu veux sont fibromyalgiques, mais que j’ai pas mis le doigt dessus. 

Un autre craignait un surdiagnostic de la fibromyalgie :  

M9 : souvent on a tendance à mettre l’étiquette fibromyalgie sur euh… les choses qu’on sait 

pas traiter ou qu’on considère un peu comme psy. 

 

3.2- Annonce diagnostic 

 

Certains  médecins  évoquaient  le  diagnostic    progressivement,  avec  plus  ou  moins 

d’explications :  

M2 : tu essayes d’engager la conversation sur ce diagnostic là […] tu leur montres les points, 

tu montres que cette maladie existe, tu montres un document officiel, donc ça veut dire que 

c’est  pas  une  idée  de  moi,  c’est  une  maladie  qui  a  été  effectivement    euh…  reconnue  par 

l’OMS, avec des points donc c’est bien… donc on donne un coté objectif, disons rationnel à la 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

47 

 

chose, et ensuite effectivement une fois qu’on a bien montré que la maladie existe et qu’elle 

est rationnelle, montrer effectivement tout de suite après la relation qu’il peut y avoir entre 

cette maladie et un état psychologique. 

M6 :  je  dis  cela  pourrait  être  une  fibromyalgie,  euh…  vous  avez  besoin  de  consulter  un 

médecin spécialiste et expert de cette maladie pour porter le diagnostic. Je dis il y a souvent 

un  examen  clinique  approfondi  avec  une  cotation,  euh  qui  nous  informe  vraiment,  qui 

permet…  parce  que  comme  il  n’y  a  pas  vraiment  de  diagnostic  biologique  ou  radiologique, 

c’est vraiment un examen clinique par quelqu’un d’avisé qui pourra nous porter le diagnostic. 

Voilà, je dis comme ça. 

M7 : je leur demande s’ils ont déjà entendu parler de ça. 

M10 :  je  l’ai  évoqué  en  disant  qu’on  peut  pas  être  à  l’abri  d’une  autre  maladie  qui  se 

manifeste après. 

D’autres préféraient ne pas l’évoquer : 

M4 : souvent moi j’essaie de pas en parler, j’envoie au spécialiste. 

M8 : Non, non non, j’ai pas parlé, c’est le neurologue qui l’a fait. 

Certains  médecins  souhaitaient  rassurer  le  patient,  sans  cacher  la  chronicité  de  la 

fibromyalgie : 

M5 : faut pas trop les décourager et c’est là où c’est chez nous que ça se passe un petit peu 

plus,  hein  faut  être  ben  voilà  c’est  une  maladie  chronique,  très  difficile  à  améliorer,  et  … 

qu’on  va  essayer  de  donner  le  moins  de  médicaments  possible  pour  obtenir  le  meilleur 

résultat possible, mais qu’on sera jamais à 100% sans douleur, sans fatigue, … mais voilà ça 

va être un délicat équilibre à trouver entre la nécessité des médicaments, et le confort de vie, 

le besoin de travailler, j’essaie d’être assez… enfin un tableau en disant ben voilà, vous êtes 

dans une situation qui va être compliquée, mais on va, on va forcément trouver un équilibre 

qui permettra de vivre le moins mal possible. Je fais pas trop l’optimiste parce que sinon, tu 

leur dis attendez moi je vais guérir, au bout d’un an et demi ils commencent à dire mais c’est 

quand ?  Après  ils  nous  croient  plus,  parce  qu’ils  voient  que…  ben  voilà  c’est  une  saloperie, 

c’est  pas  grave  on  n’en  meurt  pas  mais  c’est  casse  pieds,  et  ça  vous  gâche  vraiment  une 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

48 

 

bonne  tranche  de  vie,  il  faut  se  battre,  en  disant  de  toute  façon  moi  je  pense  c’est  une 

maladie  à  expression  tellement  personnelle,  que  c’est  personnellement  qu’il  faut  se  battre 

aussi. 

M10 : je lui explique d’abord qu’il y a rien de…, pas de pathologie importante, euh… des fois il 

y  a  une  cancérophobie  souvent  associée  des choses  comme ça,  donc  je  la  rassure  là-dessus 

[…]  Et  puis  après  je  lui  explique  euh…  cette  théorie  physiopathologique  de  gate-control  un 

peu  anormal  chez  ces  personnes  là,  je,  je  lui  explique  comme  ça,  j’essaie  avant  tout  de  la 

rassurer. 

 

3.3-Prise en charge thérapeutique 

 

3.3.1-Traitement 

 

3.3.1.1-Des traitements antalgiques, myorelaxants 

 

Les antalgiques classiques et myorelaxants étaient très utilisés :  

M1 : Qu’est ce que je propose, je propose un traitement antalgique, un myorelaxant. 

M4 : des décontracturants musculaires, des antalgiques de palier 1, palier 2 voire des paliers 

3,  enfin  généralement  c’est  pas  moi  qui  les  prescrit,  j’ai  jamais  fait,  j’arrive  pas  à  arriver 

jusque là, mais j’en ai vu prescrire. 

M5 :  tramadol  marche  pas  mal  je  trouve,  Contramal…  j’essaie  de  rester  à  l’Ixprim,  au 

paracétamol. 

M7 : antalgiques de classe 2, tramadol essentiellement. 

Bien qu’ils n’étaient pas toujours considérés comme efficaces :  

M10 : on essaie les antalgiques classiques, mais souvent ça marche pas. 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

49 

 

3.3.1.2-Des antidépresseurs, des psychotropes 

 

De  nombreux  médecins  déclaraient  utiliser  des  traitements  antidépresseurs    et  des 

psychotropes : 

M2 :  quand  on  va  attaquer  le  traitement  d’une  fibromyalgie,  on  va  obligatoirement  de  nos 

jours essayer de donner un médicament antidépresseur. 

M4 : des sérotoninergiques, et puis euh… des fois des, on va dire des benzodiazépines, ça ça 

me gêne aussi de prescrire des benzo dans ce cadre là, mais des fois il y en a besoin. 

M5 :  Cymbalta,  euh…  ça  dépend  des  cas,  en  ce  moment  si  c’est  d’emblée  je  mets  du 

Cymbalta. 

M6 : longtemps on a mis des antidépresseurs, ou du Laroxyl, ou du Rivotril, pour diminuer le 

seuil de la douleur. 

M7 :  du  Neurontin,  ou  un  antidépresseur,  tu  vois  un  inhibiteur  de  la  recapture  de  la 

sérotonine  par  exemple  je  pense,  c’est  ce  que  je  mettrais  si  il  y  a  vraiment  un  syndrome 

dépressif associé comme ça je ferais d’une pierre deux coups, et puis après ben voilà Laroxyl. 

 

3.1.3.3-Exercice physique 

 

Quelques médecins conseillaient à leurs patients de faire du sport : 

M7 : je leur conseillerais, ou de faire un exercice physique régulier. 

M10 : pour moi il y a deux traitements, soit faire du sport à outrance, de l’exercice physique à 

outrance,  pour  saturer  ces  récepteurs  nociceptifs,  soit  faire  euh…  un  traitement 

antidépresseur. 

 

3.1.3.4-Kinésithérapie : des avis divergents 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

50 

 

Certains médecins étaient favorables :  

M1 : de la kiné oui. 

M4 : d’abord souvent de la kiné. 

M5 : s’ils veulent faire de la kiné je les envoie en kiné. 

M7 : Ben… kiné tu vois, ou balnéo, ou… ça dépend où ils ont mal, tu vois l’eau peut leur faire 

du bien… 

D’autres se montraient plus sceptiques : 

M3 : Kiné assez peu. 

M9 : pour la fibromyalgie la kiné, j’y crois pas trop. 

 

3.1.3.5-Une prise en charge psychothérapeutique 

 

Plusieurs médecins évoquaient la nécessité d’une prise en charge psychologique : 

M4 : et puis la prise en charge psychologique, tout ce qui va avec, parce qu’il y a souvent un 

cadre particulier environnemental qui fait que, soit par la maladie en elle-même si on peut le 

montrer  il  y  a  un  cadre  à  coté  souvent  avec  une  atteinte  dépressive,  ou  anxiolytique  on  va 

dire. 

M7 : et puis après euh… ben tout ce qui est après éventuellement psychothérapie, ou TCC […] 

pour savoir que faire de cette douleur, comment réagir. 

M8 : une prise en charge avec un psychologue. 

M9 : il faut une approche psychologique, un soutien psychologique ça c’est évident. 

Un  médecin  estimait  qu’il  fallait  un  soutien  psychologique,  mais  que  cela  ne  relevait  pas 

d’une prise en charge avec un psychiatre : 

M3 : je pense qu’elle a besoin d’un soutien psychologique, que je pense  pouvoir, enfin c’est 

un  peu  con  ce  que  je  dis,  je  pense  que  j’ai  les  compétences  pour  pouvoir  leur  apporter  ce 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

51 

 

soutien psychologique, mais j’y arrive pas en fait (rires), parce que… alors que tu vois si par 

exemple  elle  arrivait  à  tisser  un  lien  avec  un  psychothérapeute,  ben  peut  être  qu’elle  irait 

chez  son  psychothérapeute,  une  fois  tous  les  3  mois,  et  que  ça  lui  ferait  du  bien  […]  je 

rechigne toujours à envoyer chez des psychiatres des gens qui à mon avis ne relèvent pas de 

la psychiatrie, puisque c’est pas une pathologie psychiatrique. 

 

3.1.3.6-Autres thérapeutiques 

 

Pour certains médecins il n’y avait pas qu’une seule approche thérapeutique :  

M9 :  je  pense  pas  qu’il  y  ait  qu’une  approche  heu…,  surtout  en  plus  dans  la  fibromyalgie, 

qu’une approche allopathique unique, qu’il y a vraiment un ensemble de choses à faire. 

Des  médecins  évoquaient  l’utilisation  de  thérapeutiques  moins  conventionnelles par  leurs 

patients :  

M1 : peut être qu’ils sont allés voir des ostéopathes, ce que je comprends parce qu’à partir du 

moment ou on dit bon ben voila c’est ça comme maladie, qu’on arrive pas trop à soulager, 

euh… j’estime que c’est normal, même qu’on aille voir j’allais dire un guérisseur, à partir du 

moment où on a fait le diagnostic, c’est moins gênant que le contraire, c'est-à-dire qu’on va 

voir  un  guérisseur  pendant  des  années,  qu’on  guérit  pas  et  après  on  trouve  une  autre 

maladie beaucoup plus grave. Tandis ce que là on a normalement tout fait, donc euh… 

M2 :  elle  a  son  kiné,  elle  a  ses  petits  médicaments,  sa  mésothérapie,  euh…  elle  fait  de  la 

relaxation, de la sophro. 

M5 : souvent ils vont voir les rebouteux, les ostéopathes, les machins de tout poil. 

M8 : Alors elle a vu des euh… chiropracteurs, des homéopathes, des acupuncteurs, des euh… 

magnétiseurs. 

Certains les conseillaient à leurs patients :  

M3 : moi je leur conseille d’aller voir des homéopathes, d’aller voir des acupuncteurs, d’aller 

voir euh… des ostéopathes. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

52 

 

M6 : je suis pour essayer tout, si elle me dit je vais faire de l’acupuncture, de l’hypnose, de la 

mésothérapie, de la méditation je ne sais quoi, pas de problème, moi je… ou de l’ostéopathie, 

à partir du moment où ça leur fait du bien, je suis pour. 

Un autre se montrait plus sceptique : 

M7 : dans le coin il y a vraiment des gens qui font des trucs euh… waouh ! (rires) Après si ils 

m’en  parlent  moi  je  leur  dis  ben  voilà  les  études  montrent  que  par  exemple  l’hypnose,  ou 

certains  trucs…  après  moi  personnellement  je  leur  explique  que  je  laisserais  pas  quelqu’un 

s’occuper de mon subconscient sans… voilà, mais après ils font ce qu’ils veulent. 

Un médecin pratiquait la mésothérapie :  

M2 :  moi  si  les  antalgiques  courants,  si  la  kinésithérapie  des  choses  comme  ça…,  ou  de  la 

relaxation  des  choses  comme  ça  ne  marchent  pas,  moi  je  leur  propose  de  la  mésothérapie, 

parce que je fais de la mésothérapie. 

Un autre l’homéopathie :  

M9 :  l’homéopathie  c’est  une  autre  voie  j’ai  envie  de  dire  qui  peut  aider,  la  mésothérapie, 

l’acupuncture,  enfin  toutes  les  autres  médecines  parallèles  peuvent  à  mon  avis  euh…  être 

tout à fait positives dans ce genre là. 

 

3.4-Arrêts de travail 

 

Les médecins étaient régulièrement amenés à prescrire des arrêts de travail, voire à faire des 

demandes d’invalidité : 

M1 : je lui ai obtenu, à sa demande, une invalidité. 

M5 : t’es obligé de les mettre en arrêt de travail ponctuellement, ou à mi-temps. 

M7 : elle retravaille mais elle été quand même assez longtemps en arrêt, plusieurs semaines 

ou  mois  même  […]  elle  a  quand  même  des  épisodes  d’arrêt,  quand  elle  fait  des  crises 

douloureuses. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

53 

 

M8 : elle a été en arrêt très longtemps, et puis euh… le médecin conseil a fini par euh… par 

proposer une invalidité. 

M9 : elle va de petits boulots en petits boulots, elle est souvent en arrêt de travail. 

M10 : des fois ils se plaignent qu’ils n’arrivent plus à faire leur travail, ça arrive […] des fois je 

fais des arrêts de travail quand les gens en peuvent plus. 

Des médecins reconnaissaient d’ailleurs la difficulté pour travailler en étant fibromyalgique :  

M3 : quand tu as des douleurs partout, c’est pas évident, donc ouais ouais ça remet, je pense 

que dans beaucoup de cas ça remet en cause l’activité professionnelle. 

M4 : c’est difficile pour eux de pouvoir travailler avec leurs douleurs, leurs traitements, et leur 

non reconnaissance, par moi en tout cas, de leur maladie. 

Un médecin soulignait la complexité pour évaluer une durée adaptée d’arrêt de travail :  

M1

 : 

Quand  vous  commencez  à  donner  15  jours  d’arrêt,  euh…  la  personne  va  un  petit  peu 

mieux, mais bon, vous vous dites aller je lui remets encore 15 jours, et puis on arrive comme 

ça à entretenir une envie de ne plus travailler. 

 

3.5-Les difficultés de la prise en charge 

 

Pour certains médecins le suivi était difficile : 

M3 :  c’est  rare  que  j’arrive  à  faire  venir  un  fibromyalgique  qui  va  bien,  moi  tu  vois  ce  que 

j’aimerais  c’est  que  comme  un  diabétique  ou  un  hypertendu,  que  mon  fibromyalgique  il 

vienne me voir régulièrement, qu’on fasse le point, qu’on évalue, qu’on adapte le traitement 

[…] c’est des gens qui viennent nous voir, qui viennent me voir quand il y a un problème, ils 

viennent  pas  me  voir  pour  le  suivi,  pour  la  surveillance  de  leur  pathologie  […]  j’ai  du  mal  à 

prescrire des traitements de fond à mes patients fibromyalgiques. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

54 

 

M9 :  le  suivi  de  la  fibromyalgie,…  compliqué,  pourquoi,  parce  que  c’est  des  patients,  enfin 

souvent des patientes, parce que finalement la fibromyalgie c’est que la femme, quasiment, 

euh… alors elles ont essayé beaucoup de choses. 

D’autres avaient des difficultés à traiter sans diagnostic précis : 

M4 : c’est pas pour moi une maladie, c’est des symptômes, donc je vais traiter des gens avec 

des  symptômes…  donc  ça  me  gêne  un  peu  puisque  je  peux  pas  voir  dans  ce  que  je  fais  le 

bénéfice […] Quand on vient me dire j’ai mal, et que je me dis, mais ta maladie je sais pas où 

elle  est,  j’ai  du  mal  à  soigner  des  gens  qui  ont  des  douleurs,  surtout  quand  ils  échappent  à 

leur traitement.  

M5 : on nous a toujours dis on ne traite que les gens qui ont un diagnostic, donc c’est pour ça 

que là, et je pense qu’il y a beaucoup de médecins qui sont très embêtés, parce que même si 

ils évoquent cette hypothèse, la difficulté de la valider fait que ben… on est souvent mal. 

Plusieurs médecins évoquaient la problématique de l’observance : 

M3 :  ils  prennent  un  traitement  pendant  un  certain  temps,  et  après  ils  le  prennent  plus,  et 

quand ça va plus, quand vraiment ils en peuvent plus ils viennent. 

M5 : il y a des médicaments qu’ils veulent pas prendre. 

M10 : il y avait des périodes où elle en prenait, ensuite elle arrêtait [les antidépresseurs]. 

Deux  médecins  évoquaient  les  difficultés  pour  faire  accepter  la  prise  en  charge 

psychologique : 

M6 : est ce que tu les orientes chez un psychologue éventuellement, ou un psychiatre ? - Je 

leur pose la question, si elles veulent aller, mais la plupart vont pas. 

M8 : J’ai essayé la psychologue mais en fait elle a pas tellement adhéré, je pense que c’était 

ce qui aurait pu faire le plus de bien, mais bon. 

Un autre le problème de l’efficacité des thérapeutiques : 

M8 :  compliqué  par  rapport  à  la  prise  en  charge  de  la  douleur,  qui  est  incomplète  et  assez 

peu satisfaisante. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

55 

 

Pour un médecin la difficulté était de ne pas multiplier les traitements : 

M5 : le problème c’est de les faire marcher au minimum de traitements. 

Un  autre  évoquait  d’ailleurs  ses  craintes  devant  le  nombre  de  traitements  pris  par  sa 

patiente : 

M4 : Mais elle a trois ordonnances pour dire  je prends mon tramadol, si c’est pas suffisant 

j’ai  mon  Acupan,  en  plus  si  c’est  pas  suffisant  je  me  met  au  Skénan…  Moi  quand  je  vois 

Seresta,  Seroplex,  Dépakote,  …  et  euh…  des  antalgiques,  et  puis  elle  a  un  autre  traitement 

parce qu’elle a du Corgard, je me dis elle a 43 ans ça fait dix ans qu’elle bouffe tout ça tout 

les jours, ça me fait peur… et c’est fondé sur quoi ? Rien… ça me fait encore plus peur. 

Un médecin parlait du problème de la tolérance des traitements : 

M9 : elles supportent rien, c’est vite vu elles supportent rien. 

Un autre évoquait les effets néfastes de la morphine : 

M5 : tu sais très bien qu’une fois que tu as commencé la morphine tu es mort […] En plus sur 

les  fibromyalgiques  ça  marche  assez  mal  hein,  ça  marche  pas,  et  puis  t’as  trop  d’effets 

secondaires,  mal  vécus,  qui  en  fin  de  compte  aggravent  quand  même  un  peu  je  trouve  le 

tableau  clinique…  les  gens  se  sentent  pas  bien,  nauséeux,  tu  vois  avec  tout  ce  cortège 

vertigineux… fatigue, euh… l’impression de manquer de force musculaire, moi je pense, enfin 

dans ma tête j’en fais une contre-indication à la morphine. 

Deux  médecins  abordaient  également  la  problématique  du  manque  de  temps  à  consacrer 

aux patients : 

M1 :  Alors  dans  la  médecine  que  j’ai  pratiqué  il  y  a,  jusqu’à  il  y  a  10  ans  euh…,  c’était  très 

bien, c’était très bien car je cherchais pas à faire du chiffre, je faisais une médecine qui était 

beaucoup  plus  humaine,  j’avais  plus  le  temps,  c’est  vrai  que  maintenant  ça  devient  un  peu 

difficile. 

M9 :  j’ai  pas  le  temps,  je  n’ai  pas  le  temps,  en  gros  c’est  le  leitmotiv  des  médecins 

généralistes, enfin du moins ici hein. 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

56 

 

3.6-Place du spécialiste 

 

La plupart des médecins n’hésitaient pas à recourir au spécialiste pour les aider dans la prise 

en charge. Ils faisaient appel au  neurologue,  au rhumatologue, au spécialiste de la douleur 

et au psychiatre. 

M1 :  le  traitement  en  règle  générale  moi  je  le  vois  donc  avec  un  rhumatologue  […]  je  lui  ai 

proposé d’aller voir […] un psychiatre s’il y a un contexte psychologique particulier. 

M3 : j’aimerais renvoyer de temps en temps, comme un patient ostéoporotique par exemple 

tous  les  2  –  3  ans  je  les  envoie  chez  le  rhumato  pour  refaire  un  peu  le  point,  voir  quel 

traitement, ou est ce qu’il y a un nouveau traitement qu’on pourrait leur proposer. 

M4 :  j’ai  quand  même  beaucoup  tendance,  après  avoir  fait  les  examens  pour  éliminer  les 

autres  maladies,  donc  ce  que  je  sais  faire,  à  donner  à  celui  qui  est  spécialiste  de  la 

fibromyalgie, soit des rhumato, soit des neuro […] quand je vois que ça échappe à tout ça, j’ai 

vite tendance à envoyer au spé, quand je l’ai pas déjà fait avant. 

M6 : j’en ai eu quelques unes des femmes, je les ais montrées au spécialiste de la douleur. 

M8 : c’est un suivi associé avec un autre spécialiste. 

M10 : centre antidouleur éventuellement ils peuvent nous aider. 

Mais  certains  médecins  se  montraient  sceptiques  vis-à-vis  de  l’aide  que  pouvait  vraiment 

apporter les spécialistes pour la prise en charge de la fibromyalgie : 

M5 : d’ailleurs quand les rhumato ils tombent sur une fibromyalgie, ils s’empressent de dire 

écoutez, c’est pas rhumatologique, il faut que vous voyiez votre médecin pour voir avec lui ce 

qu’il faut faire, c’est pas rhumatologique […]  les psychiatres qu’est ce qu’ils font,  ils mettent 

des  neuroleptiques,  et  ils  étiquètent  ça  de,  d’hystérie,  les  autres  ben  ils  essaient  de  mettre 

leur étiquette de rhumato, et puis ben, ou de dépression, et puis en fin de compte c’est peut 

être les trois à la fois, et là comme ils veulent pas se mêler les uns des autres, c’est pour ça 

que ça nous retombe dessus. Et même les internistes, j’ai pas l’impression que les internistes 

y touchent, surtout pas,  parce que les internistes c’est pareil, ils ont besoin de preuves, eux 

c’est de la science. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

57 

 

M10 : parfois on prend l’avis d’un rhumato qui dit ben non c’est pas rhumato point barre, ça 

s’arrête là, interniste euh… je pense pas qu’ils soient très intéressés par ça et puis après euh… 

psychiatre ça me parait pas utile. 

 

4-Perception et attitudes des médecins généralistes vis-à-vis des patients 

 

4.1-Perception des demandes des patients 

 

Les  médecins  interrogés  identifiaient  différents  types  de  demandes  de  la  part  de  leurs 

patients. 

Un médecin estimait que ces patients recherchaient des bénéfices :  

M2 : je pense qu’elle s’est un petit peu relativement bien installée dans ce statut de euh… de 

mise en invalidité. Je dis pas qu’elle s’y trouve bien mais… […] je veux pas être méchant mais 

je pense qu’elle a pris les bénéfices secondaires de la maladie. 

D’autres pensaient qu’ils souhaitaient une reconnaissance : 

M3 :  ils  ont  l’impression  de  pas  être  entendu,  de  pas  être  pris  au  sérieux,  voilà  de  pas  être 

reconnu, de pas avoir la reconnaissance qu’ils méritent. 

M4 :  Des  fois  j’ai  l’impression  aussi  qu’ils  sont  demandeurs  de  reconnaissance,  ça  les 

arrangerait. 

Pour un médecin cela dépendait du niveau intellectuel du patient : 

M2 : Des gens qui sont un peu frustres, euh… bon ben voila ils sont malades ils sont malades, 

la reconnaissance ils en ont rien à cirer, ce qu’ils veulent c’est pas souffrir c’est tout. Ceux qui 

réfléchissent  un  peu  plus,  ils  ont  un  besoin  de  …    d’être  reconnu  et  donc  d’être…  identifiés 

avec cette pathologie. 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

58 

 

4.2-Perception des attitudes des patients 

 

Pour certains médecins la maladie finissait par être acceptée par les patients : 

M1 : il y a une souffrance, sorti de certains médicaments, ben j’ai l’impression qu’ils se font à 

cette  souffrance  […]  j’ai  remarqué  que  tout  ces  gens  là,  au  bout  de  quelques  temps,  ils  se 

plaignent moins, ils ont j’ai l’impression appris à vivre avec cette maladie […] j’ai l’impression 

qu’ils acceptent un peu leur sort. 

M7 :  elle  vit,  elle  se  porte  bien  avec  j’ai  l’impression,  enfin  ça  se  voit  qu’elle  a  vraiment 

accepté le truc. 

M8 : elle a bien accepté dans la mesure où on a pu mettre un nom sur ce dont elle souffrait.  

Pour un autre cette acceptation était plus compliquée : 

M3 : il y en a qui ont du mal à accepter le diagnostic, et ensuite une fois qu’ils ont accepté le 

diagnostic ils ont du mal à accepter que c’est une maladie chroniquequi va dure des années 

et  des  années,  voire  toute  leur  vie,  donc  euh…  donc  oui  je  pense  qu’il  faut…  enfin  des  fois 

d’ailleurs on les voit arriver on dirait qu’ils ont oublié qu’ils étaient fibromyalgiques. 

Certains médecins pensaient que poser le diagnostic était bénéfique pour le patient : 

M5 : Alors je pense que ça les aide, parce que euh… ben c’est comme toujours, je pense qu’ils 

ont besoin de savoir ce qu’ils ont. 

M8 :  et…  ça  je  pense  ça  l’a  beaucoup  rassurée,  même  si  le  traitement  est  pas  satisfaisant 

parce  que  elle  a  encore  mal,  malgré  tout  je  pense  que  ça  a  levé  beaucoup  d’angoisses  et 

apaisé pas mal les choses. 

M9 : on dit c’est une fibromyalgie pour rassurer un peu la patiente peut-être et dire ben voilà, 

vous avez certainement une fibromyalgie, voilà point. 

D’autres n’étaient pas de cet avis : 

M2 :

 

- Et vous pensez que cette reconnaissance leur permet d’aller mieux ? 

- Non, je pense pas, non, non. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

59 

 

M3 : j’avais entendu moi à l’occasion d’une formation que euh… justement les gens, une fois 

qu’on avait porté le diagnostic ça les aidait, moi mes patients… […] j’ai jamais été dans une 

situation où les gens, ah je suis soulagé j’ai une fibromyalgie, non … c’est pas quelque chose 

que j’ai vu. 

M4 :  donner  un  nom  de  maladie  va  leur  permettre  d’être  reconnu  et  si  ils  sont  reconnus  ils 

iront mieux, ce qui est possible, hein mais… j’ai pas cette impression. 

Un  médecin  estimait  que  les  patients  fibromyalgiques  mettent  en  avant  les  symptômes 

douloureux afin de faire passer au second plan les symptômes psychologiques :  

M2 :  je  pense  que  les  patients  fibromyalgiques  mettent  au  premier  plan  la  douleur  pour 

effectivement euh… oublier, ou … diminuer l’importance des symptômes psychologiques […] 

comme si j’ai l’impression comme si les gens finalement parler d’inhibition, parler de douleur 

morale,  c’était  péjoratif  hein,  qu’il  était  plus  peut  être  euh…  plus  gratifiant  ou  plus 

compréhensible  de  présenter…  […]  de  parler  de  symptômes  douloureux  somatiques,  plutôt 

que de la dépression. 

Un autre médecin pensait que les patients avaient une mauvaise image de leur maladie : 

M3 : déjà c’est pas très glorieux dans l’esprit des gens souvent la fibromyalgie, donc ils sont 

pas très fier d’eux. 

 

4.3-Ressenti des médecins généralistes vis-à-vis des patients 

 

Les  sentiments  exprimés  par  les  médecins  généralistes  à  l’égard  de  ces  patients  étaient 

variés. Certains médecins percevaient ces patients comme pénibles, usants :  

M5 : c’est des gens qui sont usant, si tu les reçois toutes les semaines t’es mort, parce qu’ils 

t’envoient dans le mur. 

M8 : Elle est très logorrhéique, elle est un peu envahissante […] c’est un peu pénible. 

Les patients étaient parfois décrits comme plaintifs : 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

60 

 

M1 : une plainte, sans arrêt une plainte. 

M3 :  c’est  des  gens  qui  sont  dans  un  registre  particulier,  qui  expriment  leur  plainte  d’une 

façon particulière […] c’est des gens qui sont… dans le registre… de la geignardise. 

M5 : ils sont plaintifs, très plaintifs… ce qui effectivement joue en leur défaveur. 

Mais aussi parfois comme des battants : 

M5 : c’est quand même des gens qui se battent, ils luttent contre leur douleur. 

M7 : c’était une battante tu vois, elle voulait s’en sortir, elle voulait rebosser. 

Certains médecins avaient l’impression que les fibromyalgiques étaient mal compris : 

M1 : pour la fibromyalgie, j’ai l’impression que, on sait qu’ils ont mal mais on ne comprend 

pas cette souffrance. 

M5 :  c’est  quand  même  une  maladie  bizarre,  parce  que  c’est  des  gens  qui  sont  absolument 

pas compris. 

M9 : souvent les patients ont du mal à faire reconnaitre leur douleur, leur maladie, parce que 

souvent on les prend pour des tarés. 

Des  médecins  malgré  tout  reconnaissaient  la  souffrance  de  leurs  patients.  Le  mot 

souffrance, ou souffrir était utilisé 23 fois par les médecins interrogés : 

M1 : c’est pas une femme qui me raconte des bobards, c’est une femme qui souffre. 

M2 : il faut disons reconnaitre la souffrance des gens, faut pas leur dire que c’est des malades 

imaginaires,  parce  qu’ils  souffrent  vraiment,  leur  dire  ah  c’est  dans  votre  tête,  non  je  crois 

que  c’est  des  gens  qui  souffrent  vraiment,  hein,  et  qui  ont  vraiment  besoin  d’être  pris  en 

charge, qui ont vraiment besoin qu’on fasse quelque chose pour eux, et comme on sait pas 

vraiment  ce  qu’on  peut  faire  pour  eux,  ils  se  trouvent  un  petit  peu  désarmés,  hein,  et  si  en 

plus on nie leur souffrance, c’est encore pire. 

M4 :  La  souffrance  est  réelle,  je  l’ai  toujours  considérée  comme  réelle,  après  je  n’ai  pas  de 

moyen de l’estimer. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

61 

 

M9 : elle est en souffrance cette personne, il y a une souffrance quelque part. 

Certains médecins décrivaient une appréhension à retrouver ces patients :  

M1 : je sais pourquoi la personne viens, parfois je suis stressé, en disant qu’est ce que je vais 

lui proposer, qu’est ce que je vais lui dire ? 

M8 : je me prépare avant de la recevoir. 

M9 :  qu’est  ce  qu’elle  va  encore  me  raconter,  qu’est  ce  que  je  vais  bien  pouvoir  faire  pour 

elle ? 

Un médecin préférait carrément éviter ces patients : 

M4 : moi je veux pas les voir […] si parfois ils pouvaient pas venir trop me déranger en disant 

ça va pas, ça m’arrangerait qu’ils aillent voir les autres. 

D’autres appréciaient cette relation : 

M1 : on a une relation qui est souvent euh…, j’allais dire sympathique. 

M3 : je sais que ça va être plus couteux, mais pour autant ça me fait plaisir moi, parce que 

j’aime  bien  […]  j’ai  appris  à  pas  me  sentir  impuissant  devant  ce  genre  de  personne,  donc 

j’apprécie de les aider. 

M7 : c’est plutôt un accompagnement, là je me sens pas, enfin je me sens pas dans le… j’ai 

pas d’appréhension, c’est une relation qui est bien établie. 

M10 :  c’est  toujours  quand  même  une  relation  qui  n’est  pas  évidente,  mais  bon  moi  ça  se 

passe plutôt bien. 

Quelques médecins exprimaient une certaine compassion envers ces patients :  

M3 :  Moi  j’ai  pas  des  fibromyalgiques  vraiment  extrêmes,  je  sais  que  ça  existe  des 

fibromyalgiques  en  fauteuil  roulant,  et  tout…  mes  fibromyalgiques  c’est  vraiment  des 

fibromyalgiques  de  médecine  générale,  qui  ont  des  douleurs,  enfin  voilà…  qui  sont  un  peu 

handicapés, qui ont un certain nombre de fois dû arrêter de travailler et tout, donc ça montre 

que  quand  même  c’est  pas  rien,  que  ça  influence  leur  vie,  mais  voilà,  pas  au  point  d’être 

invalide, euh… il y en a qui sont cloués au lit c’est terrible quand même. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

62 

 

M6 :  Alors  après  je  me  dis  ben  ces  pauvres  femmes  ouais,  si  elles  étaient  comme  moi  ces 

quelques  jours  que  j’ai  été  euh…  ça  doit  pas  être  marrant  hein,  parce  que  tu  vois  si  c’est 

comme  quand  tu  as  la  grippe  que  tu  as  mal  de  partout  enfin  c’est  un  enfer  à  vivre  pour  te 

mouvoir et tout. 

 

4.4-Attitudes des médecins généralistes vis-à-vis des patients 

 

Certains  médecins n’hésitaient  pas  à faire part à  leurs  patients  de  leurs difficultés pour  les 

prendre en charge : 

M4 :  comme  je  ne  connais  pas  grand-chose  à  cette  maladie,  je  vous  enverrai  voir  un 

spécialiste. 

M5 : je leur montre que je suis dans la même galère qu’eux, que j’ai pas de réponse magique, 

et que l’autorité du médecin qui pourrait, qui dirait écoutez vous allez faire ça vous allez voir, 

ça marche pas du tout, t’es obligé de leur montrer, enfin personnellement je leur montre que 

voilà, je sais que c’est une maladie compliquée, que c’est une maladie comme ça, je montre 

que  voilà  je  suis  comme  eux,  je  m’adapte.  […]  c’est  montrer  qu’on  sait  pas  tout  et  qu’on… 

qu’il y a des maladies qu’on prend en charge sans comprendre. 

Deux médecins faisaient également part de leur difficulté à aborder la fibromyalgie avec les 

patients : 

M1 : je revois la personne, j’essaye de pas m’étendre sur sa fibromyalgie […] parce que je sais 

pas quoi lui dire. 

M4 : j’en ai que je vois encore hein, qui… mais ils me parlent plus de fibromyalgie, ils parlent 

de douleurs, et… ça me va mieux. 

 

5-Ressenti des médecins généralistes vis-à-vis de la prise en charge 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

63 

 

5.1-Un sentiment d’échec, d’impuissance, de culpabilité 

 

La  prise  en  charge  des  patients  fibromyalgiques  suscitait  des  sentiments  négatifs  pour  les 

médecins. Certains avaient dans cette prise en charge un sentiment d’échec, d’impuissance 

qui pouvait parfois même les conduire à culpabiliser de ne pas trouver de solutions pour leur 

patient : 

 

M1 :  je  suis  gêné  parce  que  j’ai  l’impression  de  pas,  de  pas  la  soulager  de  pas  arriver  à  la 

soulager  ou  à  la  guérir  […]  quand  on  propose  une  thérapeutique  qui  marche  plus  ou  moins 

bien, mais qu’on arrive pas à guérir, on se sent un peu coupable […] C’est une sale maladie, et 

je vous dis c’est souvent un échec, euh… dans ma carrière le peu de fibromyalgie que j’ai vu, 

j’en  ai  pas  vu  un  qui  est  venu  me  dire  je  souffre  plus,  c’est  triste  mais  oui  pour  moi  c’est 

souvent un constat d’échec. 

M2 : on sait pas vraiment ce qu’on peut faire pour eux. 

M5 : moi ça me décourage pas vraiment, mais on a quand même ce sentiment d’impuissance 

quelque  part  […]  je  leur  montre  que  je  suis  dans  la  même  galère  qu’eux,  que  j’ai  pas  de 

réponse magique. 

M9 : j’ai pas trop d’espoir dans le sens que moi je pense que la fibromyalgie on la guérit pas, 

de toute façon ça c’est sûr, on peut l’améliorer, la traiter c’est compliqué, mais voilà je sais 

pas… c’est pas le désespoir total mais presque on a envie de dire. 

M10 :  C’est  difficile  quand  même,  c’est  difficile,  c’est  des  gens  chroniques,  on  n’a  pas  de 

solution miraculeuse à proposer. 

 

5.2-Mais aussi un sentiment d’utilité 

 

Un médecin pensait malgré tout être utile à ces patients :  

M7 : ils reviennent, donc c’est la preuve que ça les aide. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

64 

 

 

5.3-Des objectifs de prise en charge modestes 

 

Certains médecins évoquaient leurs objectifs concernant la prise en charge des patients, le 

fait qu’ils ne pouvaient pas les guérir :  

M3 : ben oui c’est une maladie chronique, je vous donne des traitements pour vous soulager 

mais ça va pas vous guérir. 

M5 :  tu  sais  qu’ils  iront  jamais  vraiment  très  bien.  Quand  ils  vont  pas  plus  mal  c’est  déjà 

beaucoup avec un fibromyalgique. 

M9 : on se dit ben de toute façon, en gros je vais pas lui apporter une solution finale. 

 

5.4-Peur de passer à coté d’un autre diagnostic 

 

Plusieurs médecins évoquaient la crainte de passer à côté de quelque chose de plus grave : 

M2 :  attention  les  gens  qui  ont  mal  là,  là  et  là  tu  peux  vite  étiqueter  de  fibromyalgie 

n’importe quelle personne qui fait la gueule, ou qui est triste et puis qui a mal de partout, et 

puis après tu te retrouves un jour avec quelqu’un qui a des métastases osseuses, t’as pas l’air 

con hein. 

M4 : faut pas que je passe à coté d’autre chose. 

M5 :  je  voudrais  pas  passer  à  côté  d’une  maladie  type  PR,  …  d’un  truc  qui  pourrait 

m’échapper. 

M6 : t’imagines si c’est pas ça que tu es passé à côté d’autre chose. 

 

5.5-Des consultations longues, exigeantes 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

65 

 

Quelques  médecins  abordaient  aussi  la  question  de  la  durée  des  consultations,  le  fait  que 

cette prise en charge était chronophage et exigeante sur le plan psychique : 

M1 : c’est  une  relation  très  prenante  […]  Je consacre  au  moins  une  demi-heure  trois-quarts 

d’heure […] il ne faut pas que j’en mette deux dans la même journée. 

M3 : cette consultation ça va pas être une consultation neutre, ça va être une consultation où 

je vais devoir m’impliquer émotionnellement, euh… différemment, ça va être beaucoup plus 

fatiguant,  je  vais  devoir  donner  plus  que  ce  que  je  donne  dans  une  consultation  habituelle, 

parce que voilà je suis en face d’une personne qui a pas la même psychologie que moi, et ce 

que je fais habituellement ne va pas fonctionner avec cette personne là, donc je sais que ça 

va être plus couteux. 

M5 : je comprends très bien qu’on puisse se mettre vraiment en danger avec ces gens là, faut 

pas en avoir trop hein. 

M6 : j’aimerais pas en avoir trop, hein, tu vois ce que je veux dire […] ils prendraient trop de 

temps, je pourrais pas travailler dans un centre pour fibromyalgiques par exemple, tu vois ce 

que je veux dire. 

M8 : c’est, c’est pas facile parce que c’est des consultations qui sont longues, euh… qui sont…, 

qui partent un peu dans tous les sens. 

 

6-Représentations des médecins généralistes par rapport à leur rôle 

 

6.1-Une pathologie de médecine générale 

 

Certains  médecins  estimaient  que  c’est  pleinement  leur  rôle  de  prendre  en  charge  les 

patients fibromyalgiques : 

M3 : je pense que c’est vraiment une pathologie de médecine générale, et c’est au médecin 

généraliste de les prendre en charge, vraiment. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

66 

 

M5 : quand tu dis que c’est un problème de médecine générale, je crois que c’est totalement 

vrai […]  j’ai l’impression que c’est le symbole même de la médecine générale pour moi, ces 

maladies où il y a pas vraiment de… à la limite il y a pas de diagnostic mais il faut aider ces 

gens là. 

M8 : c’est vrai que c’est clairement notre domaine à nous. 

M10 : je pense que c’est central, moi finalement j’ai l’impression de tout faire pour eux, j’ai 

pas l’impression qu’il y ait tellement d’autres spécialistes. 

 

6.2-Médecin de premier recours… 

 

M7 :  c’est  vraiment  franchement  hyper  important  tu  vois,  parce  que  c’est  le…  c’est  le  plus 

proche tu vois il me semble du patient, celui chez qui il peut venir si il faut, même vraiment de 

façon rapprochée dans les moments difficiles. 

 

6.3- … et de dernier recours 

 

M5 : parce que les spécialistes s’en déchargent complètement. 

M9 : les gens qui ont une fibromyalgie, finalement ils ont écrémé tout le monde, enfin ils ont 

fait tous les spécialistes, tout le monde, et finalement ils se rendent compte qu’il y a pas de 

solution,  et  le  seul  qui  peut  encore  éventuellement  peut  être  encore  aller  leur  proposer  un 

petit quelque chose, ben c’est le médecin généraliste. 

 

6.4-Dimension relationnelle 

 

Certains des médecins interrogés considéraient aussi leur rôle, dans la prise en charge de ces 

patients, dans sa dimension relationnelle. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

67 

 

M1 : à l’écouter, à écouter ce qui se passe chez elle, à son travail ou par rapport à son mari, 

ses enfants. 

M5 : t’es là pour soutenir les gens … c’est vachement dans le relationnel que tu peux aider ces 

gens là 

M6 :  des  fois  les  gens  ils  me  disent  ben  vous  m’avez  accompagné,  vous  étiez  là,  c’était 

l’essentiel,  même  si  vous  m’avez  rien  proposé,  vous  m’avez  entendu,  vous  m’avez  écouté, 

vous m’avez examiné, et des fois ils attendent que ça. 

M7 : je pense que c’est important qu’ils aient quelqu’un chez qui ils puissent un peu parler de 

comment ça va, parce que des fois ça peut aussi suffire à ce que ça aille mieux tu vois, qu’ils 

sachent qu’ils sont pas tout seul là-dedans, et que quelqu’un les accompagne. 

 

6.5-Un rôle d’orientation 

 

M4 : pour moi je dois orienter les gens au mieux pour avoir un diagnostic d’élimination. 

 

6.6-Un rôle de coordination 

 

M1 : Euh…ben… de coordonner tout ça,… 

M7 :  rassembler  les  éléments  et  puis  de,  de  faire  un  retour  au  patient,  de  répondre  à  ses 

questions aussi, et d’avancer un peu avec lui. 

 

6.7-Une prise en charge globale 

 

Un  médecin  généraliste  considérait  aussi  que  la  prise  en  charge  globale  était  une 

particularité de son rôle pour les patients fibromyalgiques : 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

68 

 

M8 : c’est typiquement la prise en charge globale de la patiente … et puis comme on a aussi 

la connaissance de la famille, de l’environnement, des conditions de vie, euh… on est plus à 

même de … d’être l’interlocuteur. 

 

6.8-Ce qui n’est pas du rôle du médecin généraliste 

 

M2 :  c’est  pas  au  médecin  généraliste  de  déterminer,  de  dire  si  la  fibromyalgie  est  une 

maladie  ou  non,  déterminer  si  la  fibromyalgie  est  une  maladie  invalidante  ou  non, 

déterminer si des gens qui ont… une fibromyalgie ils ont à juste titre certains droits, ou pas de 

droits,  hein,  moi  je  crois  que  c’est…  c’est  quand  même  aux  autorités  de  santé  de    se 

prononcer la dessus, parce que… si on nous refile le bébé, hein, si on nous refile le bébé, en 

fonction  de  ce  qu’on  dira,  on  sera  l’objet  de  critiques  en  disant  ah  ben  oui  là  vous  avez 

exagéré, des gens avec cette maladie c’est pas si grave que ça, pourquoi vous avez fait cette 

demande d’invalidité, ou si au contraire tu le fais pas ah mais vous vous rendez compte c’est 

une maladie grave, vous l’avez pas prise en charge cette maladie, vous l’avez négligée, et moi 

j’ai pas eu ce que je pouvais espérer comme reconnaissance, donc le problème, le vide met le 

médecin  généraliste  en  port  à  faux.  C’est  d’abord  aux  autorités  de  santé  de  se  positionner 

par  rapport  à  la  maladie,  et  ensuite  au  médecin  généraliste  d’agir  une  fois  que  les 

responsables se seront positionnés. 

M4 : je crois que j’essaye de faire ce qu’on doit faire dans le dépistage, mais moi-même si je 

la dépiste après je m’arrête à me dire c’est plus mon rôle, c’est plus à moi de faire. 

 

7-Formation des médecins généralistes 

 

7.1-Formation initiale 

 

La  plupart  des  médecins  n’avaient  eu  aucune  formation  initiale  sur  la  fibromyalgie,  en 

particulier pour les médecins les plus âgés :  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

69 

 

M1 :  je  vais  vous  dire  fibromyalgie,  j’ai  pas  tellement  entendu  parler.  Moi  j’ai  fait  une 

médecine qui était une médecine d’hôpital, vous voyez de choses compliquées. 

M2 : tu sais on apprenait la médecine de CHU, donc tout ça, on n’en entendait pas parler. 

M4 : j’ai été formé dans les années… 80 à 89, la fibromyalgie n’existait pas, c’est vite vu, on 

n’en parlait jamais. 

M5 : les formations fibromyalgie c’est nul et nul, ce qu’on a eu à la fac. 

M8 : quand j’ai fait mes études c’est une maladie qui n’existait pas. 

M10 : pendant mes études je crois pas, enfin c’est vieux mes études. 

Mais le constat était similaire pour les médecins les plus jeunes : 

M3 :  je  crois  pas  que  dans  mon  cursus  universitaire  avoir  euh…  étudié  beaucoup  la 

fibromyalgie et sa prise en charge. 

M7 : Alors pendant les cours, c’est pas énorme. 

M9 : sinon au niveau enseignement, c’est zéro. 

Certains médecins regrettaient ce manque de formation : 

M3 : si j’en étais resté à ce que j’ai appris en rhumato à la fac euh… par un rhumatologue qui 

avait surement pas trop soigné des  patients fibromyalgiques, euh voilà je serais dans l’idée 

que ben c’est des patients qu’il faut surtout éviter, et puis si t’en as un ben tant pis pour toi il 

faut assumer. 

M4 : je pense que si on m’en avait parlé un peu mieux, un peu plus,  peut être que j’aurais été 

moins réticent à l’idée de la mettre dans un cadre comme ça. 

 

7.2-Formation personnelle 

 

Certains médecins avaient bénéficié d’une formation continue :  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

70 

 

M2 : j’ai été formé un peu sur la fibromyalgie par le biais de la mésothérapie, hein… et dans 

le cadre des congrès de mésothérapie. 

M4 :  je  crois  qu’on  avait  une  fois  un  truc  que  j’ai  trouvé  intéressant,  j’ai  fait  venir  un 

bonhomme dans le cadre de l’AMFL (organisme de FMC), pour parler de la fibromyalgie. 

M5 : et après ben, tu vois ça reviens cycliquement aux Actualités Claude Bernard, et comme 

j’y vais assez régulièrement. 

M6 : Une fois, une réunion de rhumato, une seule fois, j’ai pas eu d’autres formations 

Des médecins compensaient leur manque de formation grâce à la littérature :  

M5 :  et  puis  ben  on  a  été  confronté  par  des  patients  de  temps  en  temps  qui  arrivent,  ben 

voilà  je  suis  fibromyalgique  et  puis  c’est  pas  toi  qui  a  fait  le  diagnostic,  tu  les  connais  pas 

donc tu es bien obligé de te mouiller dedans […] Après ben tu bouquines. 

M7 : quand tu as quelqu’un tu vois tu te renseignes, tu relis. 

M10 : j’ai lu des articles là-dessus. 

Certains médecins estimaient que ce serait un bon sujet de formation continue et seraient 

prêt à y participer. 

M3 :  je  pense  que  c’est  un  très  très  bon  sujet  de  formation  post  universitaire  […]  pour 

vraiment pouvoir bien l’aborder ce genre de sujet, faut déjà avoir été confronté à ce genre de 

patient, et puis faut connaître la médecine générale. 

M6 : s’il y avait une formation j’irais, pour savoir un peu ce qu’il y a de nouveau pour cette 

maladie. 

M7 : formation continue, ça pourrait être une bonne idée, parce que sur le terrain après une 

fois que tu as un petit peu d’expérience, t’attends autre chose en fait de la formation. 

M9 : il faudrait prendre le temps un peu plus pour la formation. 

Un autre se montrait moins intéressé :  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

71 

 

M8 : j’ai jamais tellement vu passer de thèmes au niveau de l’OGDPC sur la fibromyalgie, et 

j’avoue que je me vois par faire deux jours entiers là-dessus. 

Deux médecins ayant eu une formation de psychologie estimaient qu’elle leur avait été utile 

dans la prise en charge des fibromyalgiques : 

M3 :  Moi  comme  j’ai  fait  de  la  psychologie  médicale  et  que  j’ai  fait  un  truc  sur  la 

fibromyalgie, je pense que oui j’ai vraiment les outils qu’il faut. 

M5 : Je pense que depuis que j’ai fait des psychothérapies j’ai appris à plus m’angoisser des 

patients que je vais voir, … parce que c’est toujours ce côté déprimé qu’on est habitué à gérer 

avec la dépression, donc ce que j’ai appris là-dessus, ça me sert beaucoup là-dedans, et puis 

c’est vrai que le côté comportementaliste si tu veux m’aide à pas me sentir perturbé par mon 

impuissance. 

 

8-Evolution de la prise en charge par les médecins généralistes 

 

8.1-Place de l’expérience 

 

La  plupart  des  médecins  estimaient  que  leur  prise  en  charge  avait  évoluée  avec 

l’expérience : 

M4 : Je pense que le peu que j’ai appris dans le temps, quand j’ai pu écouter, lire, c’est quand 

même  quelque  chose  qui  a  fait  que  malgré  tout  j’ai  pu  proposer  plus  de  choses  qu’au  tout 

début où je disais ça n’existe pas donc il n’y a rien à faire. 

M7 :  Tu  penses  que  le  fait  d’avoir  un  peu  d’expérience  de  permet  de  mieux  les  prendre  en 

charge ? - Oui, moi je trouve, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres d’ailleurs. 

Pour un médecin cela compensait le manque de formation : 

M1 : Alors fibromyalgie non, on est pas assez formé, tout au moins les anciens, alors on agit 

par expérience. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

72 

 

Un médecin évoquait plus facilement le diagnostic de fibromyalgie : 

M3 :  j’avais  des  patients  fibromyalgiques  parce  que  je  savais  qu’ils  étaient  fibromyalgiques 

parce qu’on me l’avait dit, mais je pense pas avoir, m’être dit ce patient là, personne ne l’a 

jamais dit mais moi je pense qu’il est fibromyalgique, alors que maintenant oui, ça m’arrive 

régulièrement. Donc tu vois déjà j’y suis beaucoup plus sensible. 

D’autres  avaient  compris  qu’ils  ne  pouvaient  pas  toujours  avoir  des  résultats  rapides  et 

vérifiables, quantifiables : 

M6 :  Je  me  rends  compte  qu’en  médecine  on  a  besoin  d’être  là,  de  les  écouter,  de  les 

examiner, et puis bon on fait pas de miracle […] au début tu sais on sort des études, il faut 

que je fasse, il faut que je trouve, il faut que je sache, il faut que je maitrise. […] Je suis peut 

être plus humble, hein, plus humble. 

M9 : on relativise beaucoup de choses, on a beaucoup d’espoirs au départ, et après, on voit 

les choses autrement. 

Pour un médecin c’est sur le plan relationnel que son comportement avait changé : 

M10 : oui sur euh… sur ma façon d’expliquer aux gens, de … de pas les braquer, peut être que 

quand  j’étais  plus  jeune,  peut  être  que  je  les  braquais  vite  quoi,  une  fois  que  je  mettais  le 

diagnostic, les gens ça les choquait, maintenant j’arrive peut être mieux à leur présenter les 

choses… pour moins les choquer, aller plus dans leur sens, oui peut être que c’est plus facile 

maintenant au niveau relationnel je pense. 

Pour un autre c’est dans son approche du patient : 

M5 : j’ai appris à plus m’angoisser des patients que je vais voir. 

En revanche un médecin estimait que l’expérience n’avait rien changé : 

M8 : votre expérience a modifié votre façon de prendre en charge ces patients ? - Non, non. 

 

8.2-Pistes pour améliorer la prise en charge 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

73 

 

Les  avis  des  médecins  concernant  les  pistes  pour  améliorer  la  prise  en  charge  de  la 

fibromyalgie étaient assez variés. 

Un médecin évoquait la problématique du travail : 

M1 : je pense que ce qu’il faudrait, c’est si la personne travaille, une collaboration beaucoup 

plus  étroite  avec  tous  les  secteurs  du  travail,  c'est-à-dire  s’il  y  a  des  infirmières,  dans  une 

usine,  euh…  le  médecin  du  travail,  si  vous  voulez  essayer  d’améliorer  la  qualité,  enfin 

d’améliorer  le  travail  de  telle  manière  à  ce  qu’on  puisse  les  soulager,  par  un  travail  un  peu 

moins manuel peut être, oui, ça serait pas une mauvaise chose. 

Il évoquait également les techniques non médicamenteuses :  

M1 : plus un truc physiothérapie, ergothérapie, mais bon après c’est un problème de moyens

Des médecins aimeraient avoir accès plus facilement aux spécialistes : 

M6 :  Euh…  je  sais  pas,  peut  être  que  si  on  pouvait  avoir  plus  facilement  accès  aux  centres 

antidouleur ce serait bien. 

M7 : si ils pouvaient accéder un peu plus facilement à des structures un peu spécialisées […] 

des délais pour voir des rhumato qui soient moins long. 

Un médecin aimerait également avoir accès à des réseaux de soins : 

M7 : d’être dans des réseaux où il y a plus de suivi, ou plus de possibilité de prise en charge. 

Plusieurs évoquaient une meilleure formation, une plus grande implication des médecins de 

CHU : 

M3 : augmenter le nombre de  formations. 

M4 : pourquoi pas des formations. 

M9 : il faudrait qu’il y ait d’autres personnes peut être des pontes, ou des gens un peu plus 

spécialisés  au  niveau  des  centres  hospitalo-universitaires  qui  s’intéressent  vraiment  à  cette 

pathologie  […]  que  quelqu’un  s’y  intéresse  un  peu  plus,  diffuse  un  peu  plus  d’informations, 

fasse éventuellement des des… soirées thématiques. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

74 

 

Un médecin estimait qu’une meilleure définition de la fibromyalgie pourrait lui permettre de 

mieux aborder ces patients : 

M4 :  Peut  être  que…  s’il  y  avait  un  peu  plus  de  choses,  et  qu’on  me  disait  aujourd’hui  non 

attends, arrête de penser que ça n’existe pas, de voir que le cadre, l’entité nosologique qu’on 

a  créée  mais  avec  un  suivi  et  puis  une  compétence  que  tu  peux  avoir  pour  les  suivre  et  les 

traiter, ben je crois que je serais déjà complètement différent, si j’ai une compétence qui est 

bien, ben peut être que je pourrais les aider, si j’ai pas de compétence, déjà que je sais pas où 

les aider, et ben je peux pas. Si je savais faire peut être que je pourrais faire… au moins mieux 

les  écouter,  mieux  les  orienter,  ou  mieux  les  suivre.  Pas  les  rebuter  au  pied  de  ma  porte  en 

disant  ben  non  t’as  pas  de  fibromyalgie  de  toute  manière,  parle  moi  pas  de  ça.  Parce  que 

comme tu le disais je pense qu’ils le sentent de toute manière je suis pas,… je suis pas dans 

cette  idée  de  les  caser  quelque  part,  moi  je  veux  du  concret.  Et  c’est  un  peu  toute  ma 

pratique, c’est pas que là-dedans.  

Certains médecins déploraient l’absence de nouveautés thérapeutiques, ou aimeraient avoir 

la certitude de l’utilité des traitements proposés : 

M2 : tu vois… j’en ai discuté beaucoup avec elle (une psychiatre), il y a rien de plus hein, rien 

de plus. 

M4 : aussi en thérapeutique avoir les moyens de savoir que ce que l’on fait a un bénéfice, et 

pourquoi je le fais. 

M10 :  Euh…  je  ne  sais  pas,  si  il  y  a  des  nouveautés  par  rapport  à  ces  traitements  dont  je 

parlais qui soient sorti, oui, mais il y en a pas. 

Un  médecin  estimait  que  les  patients fibromyalgiques  n’étaient pas  assez  reconnus  par  les 

praticiens de la sécurité sociale :  

M8 : je pense que comme pour toutes les pathologies qui font intervenir euh le psychisme, et 

ben  qu’il  y  ai  pas  ce  côté  péjoratif  euh…  de  la  part  euh…  ne  serait-ce  que  des  médecins 

conseils  de  la  sécu  quoi,  enfin  c’est…  insupportable  de  voir  avec  quel  mépris  ils  peuvent 

prendre  en  charge  ces  patients,  les  commentaires  qu’ils  peuvent  faire  euh…,  effectivement 

c’est  pas  évident,  c’est  pas  évident  de  les  remettre  au  travail,  c’est  pas  évident  euh…  enfin 

des fois ils ont des propos que je trouve inadmissibles, et ça aide vraiment pas du tout. 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

75 

 

9-Opinion des médecins généralistes sur la vulgarisation de la fibromyalgie 

 

D’une  manière  générale,  les  médecins  se  montraient  plutôt  favorables  à  la  diffusion 

d’informations sur la fibromyalgie au grand public :  

M1 :  c’est  bien  de  savoir  que  les  gens  s’intéressent,  euh…,  et  que  ils  viennent  pas  ici  pour 

écouter  une  parole  d’évangile.  C’est  un  échange,  et  voilà,  il  faut  écouter  le  patient,  mais  il 

faut que le patient aussi se prenne en main, cherche à savoir, pose des questions qu’il pense 

qu’il  doit  poser  […]  je  pense  que  pour  ceux  qui  découvrent  leur  maladie,  euh…  là  c’est  une 

bonne chose qu’on en parle plus, ça oui. 

M7 : je pense que c’est bien qu’ils aient d’autres sources d’information que nous. 

M9 : je pense que ce serait bien que au niveau médiatique on en parle un peu plus, pour que 

finalement  les  gens  qui  ont  une  fibromyalgie,  euh…  on  les  prenne  pas  pour  des  tarés  quoi, 

tout le temps, on dit ah ben la fibromyalgie dans le fond elle est hystérique quoi euh… 

M10 : le fait que les gens soient plus informés dans l’absolu oui, pourquoi pas, … oui je suis 

plutôt favorable. 

Pour certains cela permettait une meilleure reconnaissance 

M2 : Il y a une reconnaissance de la maladie, donc… elle est perçue comme une entité par le 

patient. 

M6 : en tout cas c’est reconnu. 

D’autres se montraient plus sceptiques : 

M4 : grâce à internet maintenant la fibromyalgie n’a de secret que pour le docteur, pas pour 

les  gens  […]  il  y  a  beaucoup  de  gens  qui  arrivent  en  me  disant  j’ai  des  symptômes  de 

fibromyalgie. 

M8 : internet ça aide pas, euh… c’est euh… les forums, … je trouve que c’est pas une aide […] 

surtout c’est qu’on en parle, euh chacun y va de ses commentaires, des ses idées reçues, donc 

voilà.  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

76 

 

DISCUSSION 

 

1-A propos de l’étude 

 

1.1-Forces de l’étude 

 

Choix de la méthode : 

La  méthode  qualitative  par  entretien  semi-dirigé  permettait  une  expression  la  plus  libre 

possible  de  la  personne  interrogée.  Les  médecins  n’ont  pas  beaucoup  d’occasion  de 

s’exprimer  sur  leur  ressenti  lors  des  consultations,  surtout  s’ils  exercent  seuls.  Le  choix  du 

recueil de données par entretien semi-dirigé permettait de recueillir leurs impressions face à 

la  fibromyalgie  sans  le  cadre  restrictif  que  propose  un  questionnaire  fermé.  Le  fait  d’avoir 

demandé  aux  médecins  de  partir  d’un  cas  concret  de  leur  pratique  nous  a  permis  d’avoir 

accès à une diversité de situations et de vécus. 

 

Population étudiée :  

Nous avons choisi d’étudier les médecins généralistes, premiers acteurs de la prise en charge 

des patients fibromyalgiques. Nous avons recherché un échantillon diversifié et raisonné de 

médecins généralistes à interroger, ayant des types et des lieux d’exercices variés. 

 

Thème abordé : 

Aborder  la  question  de  la  fibromyalgie  du    côté  des  représentations  des  médecins 

généralistes  est original.  En  effet,  si  plusieurs études  se  sont  intéressées  aux  pratiques  des 

médecins, très peu ont étudié spécifiquement leur ressenti. 

 

1.2-Limites de l’étude 

 

Plusieurs biais n’ont pu être évités mais ils ont essayé d’être limités :  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

77 

 

- biais de sélection : la méthode de recrutement n’était pas aléatoire. Certains des médecins 

interviewés  étaient  connus  de  l’enquêteur,  ou  de  son  directeur  de  thèse.  Cependant  nous 

pensons  que  cela  n’est  pas  incompatible  avec  le  respect  des  règles  de  la  recherche 

qualitative, car nous sommes parvenus à obtenir un échantillon diversifié. 

-  biais  d’investigation :  lors  des  entretiens,  le  chercheur  a  pu  parfois  interroger  l’enquêté 

d’une manière pouvant influencer ses réponses.  

- biais d’interprétation : l’analyse des entretiens a été effectuée par une seule personne, ne 

permettant pas une triangulation des données, qui aurait permit d’augmenter la validité des 

résultats. La sensibilité du chercheur influence sa façon d’interpréter les données recueillies. 

Cependant  ces  perceptions  subjectives  ont  laissé  place  au  cours  de  notre  travail  à  une 

interprétation  plus  objective,  du  fait  de  l’anonymisation  des  données  et  de  l’analyse  par 

thématiques qui fractionne et mêle le contenu des différents entretiens. 

 

2-Analyse des résultats 

 

2.1-Diagnostic 

 

Le  diagnostic  de  fibromyalgie  est  évoqué  par  les  médecins  avec  prudence,  principalement 

devant  des  douleurs  chroniques  diffuses,  parfois  associées  à  des  troubles  de  type 

anxiodépressif,  ce  qui  correspond  aux  principaux  critères  diagnostiques  de  la  fibromyalgie 

(24).  Si  la  notion  des  points  douloureux  est  connue  des  médecins,  tous  ne  l’utilisent  pas, 

mais  en  pratique,  dans  une  étude  réalisée  aux  Etats-Unis,  il  apparaît  que  le  diagnostic  de 

fibromyalgie  est  établi  souvent  sur  les  symptômes  exprimés  par  le  patient  et  non  sur  la 

présence des critères de 1990 de l’ACR(29). Une autre méthode a été mise au point par des 

rhumatologues français, le questionnaire FiRST (Annexe). Il comporte six questions destinées 

au  patient  et  si  ce  dernier  a  répondu  positivement  à  cinq  questions,  le  diagnostic  de 

fibromyalgie peut être établi(75). Il est plus simple d’utilisation que les nouveaux critères du 

collège américain de rhumatologie(29) mais il n’a pas été testé dans la population générale.  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

78 

 

De nombreux médecins considéraient la fibromyalgie comme un diagnostic d’élimination, les 

amenant  à  demander  des  examens  paracliniques :  radiographies  des  articulations 

douloureuses  et  bilan  sanguin,  notamment  à  la  recherche  d’un  syndrome  inflammatoire. 

Selon  les  dernières  recommandations  canadiennes,    il  est  important  de  demander  au 

minimum  l’hémogramme,  la  VS,  la  CRP,  les  CPK,  la  TSH  et  l’électrophorèse  des  protéines, 

ainsi  qu’une  radiographie  de  la  colonne  cervicale  et  lombaire,  avec  éventuellement  une 

scintigraphie  osseuse,  le  but  de  ces  examens  étant  d’exclure  d’autres  maladies  (73).  La 

réalisation de ces examens complémentaires, tout comme la demande d’avis spécialisés par 

les  généralistes  était  en  partie  déterminée  par  la  peur  de  passer  à  côté  d’un  diagnostic 

grave,  et  donc  par  la  recherche  de  réassurance  de  la  part  du  médecin.  L’inconfort  lié  à 

l’incertitude du diagnostic et à ses conséquences conduisait également les médecins à faire 

appel  aux  spécialistes  pour  partager  le  poids  de  ce  diagnostic.  Mais  cela  aboutit  à  une 

dilution des  responsabilités,  ce  que  Balint appelait  « la  collusion de  l’anonymat »,  avec  des 

prises de  décisions « sans que personne ne s’en sente pleinement responsable »(76). 

Un  médecin    déclarait  également  demander  des  examens  complémentaires  dans  le  but de 

crédibiliser le diagnostic auprès du patient. Or les études empiriques sur le pouvoir éventuel 

de  réassurance  des  examens  complémentaires  prescrits  pour  des  symptômes  présumés 

fonctionnels montrent que ce pouvoir est très limité, et que, chez des sujets anxieux, l’effet 

inverse est parfois atteint, avec pérennisation et renforcement des symptômes(77). 

Les médecins pointaient la problématique d’obtenir la certitude du diagnostic, qui aboutit à 

une errance, avec un délai entre le début des symptômes et le diagnostic estimé à 6 ans et 9 

mois dans une thèse de 2007 (10). La diminution de ce délai est une nécessité autant pour 

les  patients  que  pour  le  système  de  soins.  En  effet  mettre  un  diagnostic  en  face  de  ces 

symptômes  permettrait  de  soulager  le  patient(15),  et  pourrait  diminuer  le  recours  au 

système de santé(78). Les économies générées par un diagnostic précoce se chiffreraient à 

126 € par patient et par année pour l'assurance-maladie et 184 € pour la société.(79) 

 

2.2-Prise en charge 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

79 

 

L’approche  thérapeutique  des  médecins  généralistes  était  d’abord  médicamenteuse, 

utilisant les traitements évoqués par l’EULAR dans ses recommandations(57) : antalgiques de 

palier 1 et 2, antidépresseurs, antalgiques neuropathiques, tout en soulignant leur manque 

d’efficacité.  Certains  ont  évoqué  aussi  leurs  craintes  vis-à-vis  de  la  morphine  qui  avait  été 

prescrite  par  des  spécialistes,  alors  même  que  son  utilisation  n’est  pas  recommandée.  Un 

médecin  avait  également  montré  son  inquiétude  devant  la  polymédication  conséquente 

d’une  patiente.  Une  étude  réalisée  en  2014  aux  Etats-Unis  a  montré  que  40%    des 

fibromyalgiques  prenaient  au  minimum  trois  médicaments  dans  le  cadre  de  cette 

pathologie(80). 

Les  médecins  proposaient  également  des  thérapeutiques  non  médicamenteuses :  exercice 

physique,  kinésithérapie  pour  certains,  homéopathie,  mésothérapie…  Certains  médecins 

étaient également ouverts à des techniques moins conventionnelles, comme l’acupuncture 

ou  l’hypnose,  devant  l’inefficacité  des  thérapeutiques  classiques.  Une  étude  canadienne  a 

d’ailleurs montré que la moitié des médecins qui conseillaient des médecines alternatives à 

leurs patients le faisaient en raison de l’inefficacité des traitements conventionnels(81). 

Enfin  de  nombreux  médecins  étaient  convaincus  de  la  nécessité  d’une  prise  en  charge 

psychothérapeutique,  que  se  soit  par  eux-mêmes  ou  par  un  psychologue.  Ils  évoquaient 

cependant leur difficulté pour la faire accepter de leurs patients. Un médecin se demandait 

si  dans  la  fibromyalgie  la  douleur  n’était  pas  mise  au  premier  plan  afin  de  diminuer 

l’importance des symptômes psychologiques, rejoignant l’idée de Cohen et al. selon laquelle 

dans  la  fibromyalgie,  il  serait  possible  que  la  douleur  psychique,  moins  bien  admise  sur  le 

plan socioculturel, soit transformée en douleur physique, tel un mécanisme adaptatif(82). Il 

semble  donc  important d’informer  le  patient    qu’une  des  hypothèses  est  la  possibilité  que 

des facteurs psychologiques jouent un rôle dans les symptômes de la fibromyalgie.  

La  difficulté  de  la  prise  en  charge  de  ces  patients  amenait  de  nombreux  médecins  à  faire 

appel  aux  spécialistes,  même  si  certains  se  montraient  sceptiques  vis-à-vis  de  l’aide  réelle 

qu’ils pouvaient apporter. Pour aider les médecins généralistes, la HAS a défini deux niveaux 

de  prise  en  charge  du  patient.  Le  premier niveau  est  conduit  par  le  médecin  traitant  où  le 

traitement associe activité physique, éducation thérapeutique, psychothérapies si besoin et 

traitements  médicamenteux.  S’il  n’y  aucune  amélioration,  le  médecin  traitant  devra  faire 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

80 

 

appel  aux  spécialistes  ou  aux  centres  anti-douleur,  afin  de  proposer  une  prise  en  charge 

mieux adaptée pour le patient (23). 

L’absence  de  traitement  spécifique  avait  une  conséquence  en  matière  d’objectifs  pour  les 

médecins interrogés. Ainsi, le but du traitement était essentiellement de soulager la douleur, 

et  certains  médecins  n’hésitaient  pas  à  affirmer  au  patient  qu’il  n’y  avait  pas  de  guérison 

possible.  La  communication  sur  ce  point  est  importante,  car  dans  le  cadre  de  syndromes 

douloureux  chroniques,  le  patient  doit  intégrer  progressivement  l’absence  de  « traitement 

miracle ».  Il  faut  se  mettre  d’accord  sur  d’autres  objectifs,  comme  l’amélioration  de  la 

qualité de vie et de l’estime de soi(83). Le maintien dans le monde du travail y participe. Les 

médecins  étaient  amenés  à  prescrire  régulièrement  des  arrêts  de  travail,  pouvant  parfois 

aboutir  à  une  mise  en  invalidité.  Or  le  travail  aide  le  patient  à  structurer  ses  journées, 

améliorant ainsi la qualité de vie, et lui apporte une identité et un rôle social qui contribuent 

à l’estime de soi(84). L’incapacité au maintien d’une activité professionnelle ne semble pas 

corrélée simplement avec la sévérité des symptômes, mais surtout avec l’exigence physique 

du  poste  de  travail(85).  Plusieurs  études  montrent  que  si  le  temps  de  travail  et  les  tâches 

sont  aménagés,  la  possibilité  de  maintien  d’une  activité  professionnelle dans  la  population 

fibromyalgique  augmente  (84,86).  Des  interventions  précoces  sur  le  poste  de  travail 

pourraient limiter le taux d’arrêt de travail en rapport avec ce syndrome et être bénéfiques 

tant pour l’individu que pour la société. 

 

2.3-Représentations et attitudes vis-à-vis de la fibromyalgie 

 

 

L’origine  de  la  fibromyalgie  était  incertaine  pour  les  médecins,  la  plupart  déclarant  ne  pas 

savoir.  Ils  avaient  cependant  émis  des  hypothèses,  évoquant  une  origine  génétique, 

psychologique,  ou  un  dysfonctionnement  dans  le  contrôle  de  la  douleur,  ce  qui  est  assez 

proche des hypothèses actuelles. Certains médecins se posaient la question de l’association 

avec  la  dépression,  sans  pouvoir  déterminer  si  elle  était  la  cause  ou  la  conséquence  de  la 

fibromyalgie.  Dans  son  rapport,  l’académie  de  médecine  posait  d’ailleurs  la  question  « la 

douleur  est-elle  dépression ?  La  dépression  est-elle  douleur ? ».  Mais  elle  affirmait  que  les 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

81 

 

troubles de l’humeur rapportés dans la fibromyalgie étaient différents: « on ne trouve pas la 

dévalorisation, l’auto-accusation, l’absence de tout désir et de toute motivation propres au 

syndrome  dépressif,  ni  les  propensions  suicidaires  »(24).  En  outre  des  médecins  avaient 

remarqué  des  facteurs  déclenchant,  comme  des  traumatismes  psychiques,  des  problèmes 

familiaux  ou professionnels.  Plusieurs  études  ont  montré  qu’il  y  avait  une  relation  entre  la 

fibromyalgie  et  des  évènements  traumatiques.  Ces  évènements  seraient  impliqués  dans  le 

déclenchement  et  l’exacerbation  de  la  fibromyalgie(87).  Plusieurs  médecins  rejetaient 

l’hypothèse  d’une  maladie  purement  psychiatrique,  ce  qui  semble  admis  à  l’heure 

actuelle(88). Cependant certains d’entre eux se posaient la question d’en faire une véritable 

maladie, faisant écho au débat qui agite toujours la communauté scientifique(89). 

Des  médecins  décrivaient  un  malaise  devant  l’absence  de  preuves  scientifiques,  ce  qui 

empêchait d’ailleurs l’un d’entre eux de considérer la fibromyalgie comme une maladie, et le 

mettait  en  difficulté  pour  la  prise  en  charge.  La  formation  semble  jouer  un  rôle  dans  ce 

constat.  En  effet  la  plupart  des  médecins  avaient  eu  principalement  une  formation 

hospitalière,  biomédicale,  et  n’avaient  pas  été  préparés  à  prendre  en  charge  ce  type  de 

patients.  Les  médecins  qui  avaient  eu  une  formation  psychothérapeutique  estimaient  que 

celle-ci leur permettait probablement de mieux gérer ces patients. Il semble donc nécessaire 

de former les médecins à la démarche biopsychosociale, d’autant plus qu’ils considèrent que 

la prise en charge globale et l’aspect relationnel sont une partie importante de leur rôle. 

Concernant la perception des médecins sur la fibromyalgie, les mots complexité et difficulté 

revenaient  souvent,  que  ce  soit  au  niveau  du  diagnostic  ou  du  traitement,  ce  qui  pouvait 

conduire  à  une  certaine  réticence  à  poser  le  diagnostic  de  fibromyalgie.  Un  autre  médecin 

craignait  lui  qu’il  y  ait  parfois  un  surdiagnostic  de  la  fibromyalgie  et  que  le  patient  fût 

étiqueté dans une catégorie qui n’était peut-être pas la bonne. 

 

 

2.4-Représentations et attitudes vis-à-vis du patient 

 

 

Les  médecins  reconnaissaient  la  réalité  de  la  souffrance  des  patients,  ce  qui  est  essentiel 

dans la prise en charge.  Ainsi pour Ferragut , « que la douleur soit somatique réelle, simple 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

82 

 

épine irritative sur laquelle se décharge l’angoisse ou hallucination sensorielle, le malade qui 

souffre  est  un  vrai  malade  dont  l’authenticité  de  la  souffrance  n’est  pas  à  mettre  en 

doute »(90). 

En  revanche,  cela  ne  les  empêchait  pas  d’avoir  un  ressenti  négatif  sur  leurs  patients,  les 

qualifiant de pénibles, usants, plaintifs, ce qui correspond à ce qu’avait constaté la HAS, avec 

des  patients  réputés  exigeants  et  difficiles(23),  même  si  quelques  médecins  avaient  une 

meilleure  image  d’eux,  les  considérants  comme  des  battants.  Les  consultations  étaient  

perçues  comme  chronophages  et  exigeantes  psychiquement,  nécessitant  une  implication 

particulière. 

Certains  médecins  décrivaient  d’ailleurs  un  manque  de  disponibilité  les  empêchant  de 

prendre  en  charge  au  mieux  leurs  patients.  Dans  une  étude  suédoise  réalisée  en  1997,  le 

manque de temps était également invoqué par les médecins pour justifier leur incapacité à 

apporter  une  aide  psychologique  aux  patients.  Mais  pour  les  auteurs,  ce  serait  en  fait  une 

façon  de  légitimer  une  volonté  de  s’éloigner  de  ces  patients.  Les  médecins  préféreraient 

éviter leur contact et ainsi rester à distance des fibromyalgiques et de leurs problèmes(91). 

Or  la  réussite  ou  l’échec  du  suivi  des  patients  présentant  des  douleurs  rebelles  dépend 

beaucoup d’une disponibilité d’écoute de la part du thérapeute, d’une précision des paroles 

et  d’une  sincérité  des  gestes  qui,  elles  seules,  peuvent  permettre  les  nécessaires 

ajustements réciproques avec le malade(92). 

Certains médecins  se  sentaient  également  impuissants face  à  la fibromyalgie,  en  échec,  ou 

même découragés, ce qui pouvait conduire à une appréhension à recevoir ces patients, voire 

les conduire à éviter de parler de leur fibromyalgie. La réévaluation systématique et globale 

des  patients  n’était  donc  pas  toujours  réalisée.  Le  sentiment  d’impuissance  des  médecins 

provenait  du  fait  qu’ils  ne  pouvaient  guérir  leur  patient  ou  avaient  des  difficultés  à  le 

soulager.  La  fibromyalgie  remet  donc  en  cause  ce  que  Balint  appelait  la  «  fonction 

apostolique  »  du  médecin  c'est-à-dire  «  le  besoin  irrésistible  du  médecin  de  prouver  au 

patient,  au  monde  entier  et  par-dessus  tout  à  lui-même  qu’il  est  bon,  bienveillant,  avisé  et 

efficace»(76).

 

Cependant, certains médecins estimaient que leur expérience leur permettait 

désormais  d’éviter  cet  écueil,  comme  le  notaient  également  les  auteurs  d’une  étude 

suédoise.  Les  médecins    ayant  une  plus  grande  expérience  ont  le  sentiment  de  pouvoir 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

83 

 

mieux  gérer  ces  patients.  Le  rôle  du  médecin  évolue  d’un  rôle  idéal  vers  un  rôle  basé  sur 

l’expérience et la réalité(91). 

Par ailleurs, les médecins affichaient un certain défaitisme quant au manque d’efficacité des 

traitements, en particulier médicamenteux

Or, si le médecin prescrit un médicament auquel 

il ne croit pas, le patient ne sera pas convaincu de son efficacité. C’est ce que Balint a appelé 

le  « remède  médecin » :  « ce  n’est  pas  uniquement  la  fiole  de  médicament  ou  la  boîte  de 

cachets  qui  importent,  mais  la  manière  dont  le  médecin  les  prescrit  à  son  malade »(76).  

L’attitude  du  médecin  retentit  sur  celle  du  patient  et  l’échec  du  traitement  est  alors 

indéniable. 

 

Certains médecins considéraient qu’établir le diagnostic de fibromyalgie était positif pour le 

patient,  en  accord  avec  ce  que  disait  Barthes,  «  nommer,  c’est  apaiser  »(93).  D’autres  se 

montraient  plus  perplexes.  Ainsi  pour  quelques  auteurs,  le  diagnostic  de  fibromyalgie 

mènerait  le  patient  à  se  complaire  dans  une  identité  de  malade  qui  en  renforcerait  les 

symptômes:  «  La  souffrance  est  exacerbée  dans  un  cycle  autoperpétué,  autovalidé,  dans 

lequel  des  symptômes  banals,  somatiques,  sont  incorrectement  attribués  à  une  anomalie 

grave » (94), c’est-à-dire que les patients ne se focaliseraient que sur leurs symptômes plutôt 

que  de  s’adapter  à  leur  nouvelle  situation  de  vie.  Parmi  ces  médecins  sceptiques,  l’un 

d’entre  eux  remarquait  que  ces  patients  pouvaient  rechercher  des  bénéfices  secondaires 

personnels et professionnels. Selon Balint, la demande de reconnaissance et d’attention des 

patients  viendrait  « rompre  un  sentiment  personnel  d’insignifiance  ou  de  solitude »(76). 

Pour  certains  auteurs  ces  bénéfices  secondaires  seraient    souvent  mis  en  exergue  par  les 

médecins  pour  mettre  en  doute  l’authenticité  de  la  plainte  douloureuse,  (83)  ce  que  nous 

n’avons pas mis en évidence dans cette étude. 

Malgré tout, certains médecins, même s’ils affichaient un certain pessimisme face à la prise 

en charge, appréciaient la relation qu’ils pouvaient avoir avec leurs patients, les écoutaient, 

essayaient  de  les  rassurer,  et  de  les  accompagner.  Le  patient  doit  ressentir  qu’il  existe  un 

cadre  d’ouverture  à  sa  parole,  un  accueil  sans  jugement.  Le  temps  d’écoute  qui  lui  est 

consacré  renvoie  au  patient  le  message  que  sa  souffrance  est  prise  au  sérieux  et  qu’il 

dispose d’un espace contenant où il peut venir déposer sa plainte(95).  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

84 

 

La  majorité  des  médecins  se  montraient  favorables  à  la  diffusion  d’informations  sur  la 

fibromyalgie  au  grand  public,  permettant  ainsi  au  patient  d’avoir  d’autres  sources  de 

renseignement.  Cela  permet  de  remplacer  le  modèle  paternaliste  de  la  relation  médecin-

malade,  qui  favorise  la  passivité  du  patient,  par  une  relation  de  partenariat,  au  sein  de 

laquelle  le  médecin  devient  un  éducateur,  un  conseiller,  certes  compréhensif  devant  les 

difficultés,  mais  aussi  confiant  dans  un  possible  changement(83).  Cependant  quelques 

médecins n’étaient pas de cet avis, et pour Akrich et Méadel, lorsque la pathologie est une 

maladie rare, ou qu’elle correspond à des syndromes mal identifiés, voire controversés, ou 

devant  lesquels  les  médecins  sont  relativement  impuissants,  comme  la  fibromyalgie, 

internet  peut  devenir  le  support  d’une  activité  qui  concurrence  frontalement  l’autorité  du 

monde médical(96).

 

 

 

3-Propositions 

 

Nous venons de voir que le ressenti des médecins généralistes influe sur la prise en charge 

des patients fibromyalgiques, il peut être utile de proposer certaines mesures. 

-  Diffuser  des  outils  diagnostics  simples  à  destination  des  médecins  généralistes  afin  de 

faciliter le diagnostic et permettre une plus grande reconnaissance de la fibromyalgie. Cela 

pourrait également diminuer l’errance des patients. Les critères ACR 2010 paraissent encore 

trop  compliqués  pour  une  utilisation  courante.  Le  questionnaire  FiRST  semble  une  bonne 

alternative, mais il faudrait d’abord qu’il soit testé dans la population générale. 

-  Former  les  médecins  sur  l’abord  bio-psycho-social  du  patient,  en  particulier  lors  du 

troisième  cycle  des  études  médicales,  et  développer  une  formation  psychothérapeutique 

adaptée  à  l’exercice  du médecin  généraliste.  Les  médecins  doivent  apprendre  à  considérer 

comme  aussi  valorisant  de  gérer  une  pathologie  dite  psychologique  que  somatique.  Balint 

constatait déjà à la fin des années 50 que « les médecins, conditionnés par leur formation, 

pensent  généralement    d’abord  à  un  diagnostic  physique.  Les  raisons  qu’on  avance 

d’habitude sont qu’une maladie physique est plus sérieuse, plus dangereuse qu’une maladie 

fonctionnelle. C’est une demi-vérité dangereuse »(76).

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

85 

 

-  Proposer  des  formations  sur  la  fibromyalgie  dans  le  cadre  de  la  formation  médicale 

continue. Il semble en effet que les médecins soient plus réceptifs après avoir été confrontés 

à ces patients. 

- Prendre en compte le fait que le ressenti des médecins généralistes a des conséquences sur 

la prise en charge des fibromyalgiques. Il semble nécessaire pour les médecins de dépasser 

leur  impuissance face  à ces  patients,  et  la  remise  en  cause de  l’image  qu’ils  se  font de  ces 

patients.  Le  développement  de  groupes  « Balint »  tout  au  long  du  troisième  cycle  pourrait 

être profitable. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

86 

 

CONCLUSIONS 

 

Les  médecins  généralistes  sont  en  première  ligne  dans  la  prise  en  charge  des  patients 

fibromyalgiques et paraissent en difficulté, que ce soit au niveau du diagnostic ou de la prise 

en charge. Il était donc nécessaire de se pencher sur ce problème et de trouver des solutions 

pour aider les généralistes confrontés à ces patients.  

Cette  étude  a  permis  de  décrire  les  attitudes  des  médecins  généralistes,  et  les 

représentations qu’ils se font des patients fibromyalgiques. Nous avons tenté de déterminer 

ce  qui  influence  la  prise  en  charge  de  ces  patients  et  d’émettre  des  propositions  afin  de 

l’améliorer. 

La  fibromyalgie  était  considérée  comme  une  entité  clinique  complexe,  dont  la 

physiopathologie  était  incertaine,  amenant  certains  praticiens  à  se  demander  si  elle  devait 

être reconnue comme une véritable maladie. L’absence de preuves scientifiques engendrait 

un certain malaise et pouvait mettre en difficulté les médecins généralistes face à la prise en 

charge.  L’incertitude  du  diagnostic  de  fibromyalgie  les  conduisait  à  une  démarche 

diagnostique  basée  sur  la  crainte  de  passer  à  côté  d’une  pathologie  plus  grave,  et  à  faire 

appel  au  spécialiste  afin  de  partager  le  poids  de  la  responsabilité  du  diagnostic.  La 

fibromyalgie  remettait  en  cause  l’image  que  les  médecins  se  font  de  leur  rôle.  Les 

consultations  étaient  chronophages,  exigeantes,  et  pouvaient  être  frustrantes  devant  

l’impuissance des médecins à guérir ou seulement soulager leurs patients. Cette impuissance 

pouvait conduire les praticiens à éviter d’aborder le sujet avec les patients fibromyalgiques, 

voire  même  à  éviter  de  les  voir,  les  laissant  sans  réponse.  Cette  attitude  pouvait  être 

renforcée par l’image négative que certains médecins ont de ces patients.  

Il apparait malgré tout dans cette étude que les médecins reconnaissaient la souffrance de 

leurs  patients,  et  cherchaient  à  améliorer  leur  qualité  de  vie,  appliquant  cette  phrase 

attribuée  à  Ambroise  Paré,  ou  Hippocrate :  «  La  médecine  c'est  guérir  parfois,  soulager 

souvent, consoler toujours ».  

Faciliter,  grâce  à  des  critères  simples,  une  meilleure  reconnaissance  de  la  fibromyalgie  en 

tant  que  maladie  pourrait  diminuer  l’errance  diagnostique  et  thérapeutique  et  être 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

87 

 

bénéfique pour le  patient, avec le risque de le figer uniquement dans un versant biomédical 

au dépend d’une approche biopsychosociale. 

De  nombreux  médecins  étaient  convaincus  qu’il  existait  un  terrain  psychologique  sous-

jacent dans la fibromyalgie, mais ils n’arrivaient pas à prendre en charge leurs patients sur ce 

plan.  Une  meilleure  formation  psychothérapeutique  pourrait  permettre  aux  médecins  de 

suivre  leurs  patients  sur  ce  plan-là.  Il  paraissait  aussi  nécessaire  de  former  davantage  les 

médecins à cette approche biopsychosociale. Initier les médecins aux groupes Balint lors du 

troisième  cycle  des  études  médicales  permettrait  de  mieux  appréhender  la  gestion  de  ces 

situations. 

Il  serait  intéressant  de  réaliser  une  étude  similaire  chez  des  généralistes  participant  aux 

groupes  Balint  afin  de  savoir  si  les  représentations  et  la  prise  en  charge  de  la  fibromyalgie 

sont différentes. 

 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

88 

 

BIBLIOGRAPHIE 

 

1.  

Cabane J. Qu’est-ce qui se cache derrière la fibromyalgie ? Rev Médecine Interne. 
32(8):455‑60.  

2.  

Bradley LA. Pathophysiology of fibromyalgia. Am J Med. déc 2009;122(12 Suppl):S22‑30.  

3.  

Goldenberg DL. Diagnosis and differential diagnosis of fibromyalgia. Am J Med. déc 
2009;122(12 Suppl):S14‑21.  

4.  

Goldenberg DL, Burckhardt C, Crofford L. MAnagement of fibromyalgia syndrome. JAMA. 17 
nov 2004;292(19):2388‑95.  

5.  

Bannwarth B, Blotman F, Roué-Le Lay K, Caubère J-P, André E, Taïeb C. Fibromyalgia syndrome 
in the general population of France: a prevalence study. Jt Bone Spine Rev Rhum. mars 
2009;76(2):184‑7.  

6.  

Perrot S, Vicaut E, Servant D, Ravaud P. Prevalence of fibromyalgia in France: a multi-step study 
research combining national screening and clinical confirmation: The DEFI study (Determination 
of Epidemiology of FIbromyalgia). BMC Musculoskelet Disord. 7 oct 2011;12(1):224.  

7.  

Cathébras P. La fibromyalgie doit-elle passer le siècle? Rev Médecine Interne. juill 
2000;21(7):577‑9.  

8.  

Wolfe F. Stop using the American College of Rheumatology criteria in the clinic. J Rheumatol. 
août 2003;30(8):1671‑2.  

9.  

Kahn MF. Fibromyalgie : pour un cessez-le-feu entre les tenants du psycho-somatico-social et 
ceux du tout biochimique. Rev Médecine Interne. sept 2001;22(9):807‑8.  

10.   Verfaillie F. Le Médecin Généraliste, le Patient, la Fibromyalgie. Caractéristiques de la           

relation médecin-patient. Thèse de médecine générale. Université de Picardie, faculté de           
médecine d’Amiens. Le 24 octobre 2007.  

11.   Hayes SM, Myhal GC, Thornton JF, Camerlain M, Jamison C, Cytryn KN, et al. Fibromyalgia and 

the therapeutic relationship: where uncertainty meets attitude. Pain Res Manag J Can Pain Soc 
J Société Can Pour Trait Douleur. déc 2010;15(6):385‑91.  

12.   Blotman F, Thomas E, Myon E, Andre E, Caubere JP, Taïeb C. Awareness and knowledge of 

fibromyalgia among French rheumatologists and general practitioners. Clin Exp Rheumatol. oct 
2005;23(5):697‑700.  

13.   ODM23-La Fibromyalgie Vue Par…qxd - odm23-fibroiv.pdf [Internet]. [cité 3 mar 2013]. 

Disponible sur: http://www.observatoire-du-mouvement.com/upload/contenu/odm23-
fibroiv.pdf.  

14.   Raymond MC, Brown JB. Experience of fibromyalgia. Qualitative study. Can Fam Physician 

Médecin Fam Can. mai 2000;46:1100‑6.  

15.   Aïni K, Curelli-Chéreau A, Antoine P. L’expérience subjective de patients avec une fibromyalgie : 

analyse qualitative. Ann Méd-Psychol Rev Psychiatr. mai 2010;168(4):255‑62.  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

89 

 

16.   Wuytack F, Miller P. The lived experience of fibromyalgia in female patients, a 

phenomenological study. Chiropr Man Ther. 2011;19(1):22.  

17.   Beard G. Neurasthenia, or Nervous Exhaustion. Boston Med Surg J. 1869;80(13):217‑21.  

18.   Borel V. Nervosisme ou Neurasthénie : la maladie du siècle et les divers moyens de la 

combattre / par le dr. V. Borel [Internet]. F. Payot (Lausanne); 1894 [cité 3 déc 2013]. 
Disponible sur: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k76953x 

19.   Gowers WR. A Lecture on Lumbago: Its Lessons and Analogues: Delivered at the National 

Hospital for the Paralysed and Epileptic. Br Med J. 16 janv 1904;1(2246):117‑21.  

20.   Hench PK, Nonarticular Rheumatism, Twenty-Second Rheuma tism Review: Review of the 

American and English Literature for the Years 1973 and 1974, Arthritis Rheum, 1976; 
Supplement 19:1081-1089.  

21.   Smythe HA, Moldofsky H. Two contributions to understanding of the « fibrositis » syndrome. 

Bull Rheum Dis. 1978 1977;28(1):928‑31.  

22.   Benoist M, Boulu P, Fuster JM, Kahn MF, Cambier J. [Idiopathic diffuse polyalgia syndrome]. 

Presse Médicale Paris Fr 1983. 4 oct 1986;15(33):1680‑2.  

23.   Syndrome fibromyalgique de l’adulte - Rapport d’orientation -            

syndrome_fibromyalgique_de_ladulte_-_rapport_dorientation.pdf [Internet]. [cité 3 mar             
2013]. Disponible sur:             http://www.has-
sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2010-            10/syndrome_fibromyalgique 
de_ladulte_-_rapport_dorientation.pdf.  

24.   Menkès J, Godeau P. La fibromyalgie. Bulletin de l’Académie Nationale de Médecine          

(Rapport). 2007;19(1):143-8.  

25.   Yunus MB. A comprehensive medical evaluation of patients with fibromyalgia syndrome. 

Rheum Dis Clin North Am. mai 2002;28(2):201‑17, v ‑ vi.  

26.   Friedberg F, Jason LA. Chronic fatigue syndrome and fibromyalgia: clinical assessment and 

treatment. J Clin Psychol. avr 2001;57(4):433‑55.  

27.   Wolfe F, Smythe HA, Yunus MB, Bennett RM, Bombardier C, Goldenberg DL, et al. The American 

College of Rheumatology 1990 Criteria for the Classification of Fibromyalgia. Report of the 
Multicenter Criteria Committee. Arthritis Rheum. févr 1990;33(2):160‑72.  

28.   Wolfe F. The relation between tender points and fibromyalgia symptom variables: evidence 

that fibromyalgia is not a discrete disorder in the clinic. Ann Rheum Dis. avr 1997;56(4):268‑71.  

29.   Wolfe F, Clauw DJ, Fitzcharles M-A, Goldenberg DL, Katz RS, Mease P, et al. The American 

College of Rheumatology preliminary diagnostic criteria for fibromyalgia and measurement of 
symptom severity. Arthritis Care Res. mai 2010;62(5):600‑10.  

30.   Hunter C. An Address on Fibrositis (Myalgia, Chronic Muscular Rheumatism). Can Med Assoc J. 

nov 1926;16(11):1319‑24.  

31.   Smith R. In search of « non-disease ». BMJ. 13 avr 2002;324(7342):883‑5.  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

90 

 

32.   Hadler NM. « Fibromyalgia » and the medicalization of misery. J Rheumatol. août 

2003;30(8):1668‑70.  

33.   Hadler NM, Greenhalgh S. Labeling woefulness: the social construction of fibromyalgia. Spine. 1 

janv 2005;30(1):1‑4.  

34.   Hadler NM. A critical reappraisal of the fibrositis concept. Am J Med. 29 sept 

1986;81(3A):26‑30.  

35.   Hadler NM. Fibromyalgia, chronic fatigue, and other iatrogenic diagnostic algorithms. Do some 

labels escalate illness in vulnerable patients? Postgrad Med. août 1997;102(2):161‑2, 165‑6, 
171‑2 passim.  

36.   Solomon DH, Liang MH. Fibromyalgia: Scourge of humankind or bane of a rheumatologist’s 

existence? Arthritis Rheum. 1997;40(9):1553‑5.  

37.   White LA, Birnbaum HG, Kaltenboeck A, Tang J, Mallett D, Robinson RL. Employees with 

fibromyalgia: medical comorbidity, healthcare costs, and work loss. J Occup Environ Med Am 
Coll Occup Environ Med. janv 2008;50(1):13‑24.  

38.   Wolfe F, Anderson J, Harkness D, Bennett RM, Caro XJ, Goldenberg DL, et al. A prospective, 

longitudinal, multicenter study of service utilization and costs in fibromyalgia. Arthritis Rheum. 
sept 1997;40(9):1560‑70.  

39.   Boonen A, van den Heuvel R, van Tubergen A, Goossens M, Severens JL, van der Heijde D, et al. 

Large differences in cost of illness and wellbeing between patients with fibromyalgia, chronic 
low back pain, or ankylosing spondylitis. Ann Rheum Dis. mars 2005;64(3):396‑402.  

40.   Brody H, Waters DB. Diagnosis is treatment. J Fam Pract. mars 1980;10(3):445‑9.  

41.   Goldenberg DL. Fibromyalgia syndrome a decade later: what have we learned? Arch Intern 

Med. 26 avr 1999;159(8):777‑85.  

42.   Carli G, Suman AL, Biasi G, Marcolongo R. Reactivity to superficial and deep stimuli in patients 

with chronic musculoskeletal pain. Pain. déc 2002;100(3):259‑69.  

43.   Auquier L, Bontoux D, Löo H, Godeau P, Menkès C-J, Paolaggi J-B, et al. La fibromyalgie. Rev 

Médecine Interne. févr 2008;29(2):161‑8.  

44.   Houvenagel É. Physiopathologie de la douleur de la fibromyalgie. Rev Rhum. avr 

2003;70(4):314‑20.  

45.   Arnold LM, Hudson JI, Hess EV, Ware AE, Fritz DA, Auchenbach MB, et al. Family study of 

fibromyalgia. Arthritis Rheum. mars 2004;50(3):944‑52.  

46.   Offenbaecher M, Bondy B, de Jonge S, Glatzeder K, Krüger M, Schoeps P, et al. Possible 

association of fibromyalgia with a polymorphism in the serotonin transporter gene regulatory 
region. Arthritis Rheum. nov 1999;42(11):2482‑8.  

47.   Martínez-Jauand M, Sitges C, Rodríguez V, Picornell A, Ramon M, Buskila D, et al. Pain 

sensitivity in fibromyalgia is associated with catechol-O-methyltransferase (COMT) gene. Eur J 
Pain Lond Engl. janv 2013;17(1):16‑27.  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

91 

 

48.   Solak Ö, Erdoğan MÖ, Yıldız H, Ulaşlı AM, Yaman F, Terzi ESA, et al. Assessment of opioid 

receptor μ1 gene A118G polymorphism and its association with pain intensity in patients with 
fibromyalgia. Rheumatol Int. sept 2014;34(9):1257‑61.  

49.   Albrecht PJ, Hou Q, Argoff CE, Storey JR, Wymer JP, Rice FL. Excessive peptidergic sensory 

innervation of cutaneous arteriole-venule shunts (AVS) in the palmar glabrous skin of 
fibromyalgia patients: implications for widespread deep tissue pain and fatigue. Pain Med 
Malden Mass. juin 2013;14(6):895‑915.  

50.   Raphael KG, Janal MN, Nayak S, Schwartz JE, Gallagher RM. Psychiatric comorbidities in a 

community sample of women with fibromyalgia. Pain. sept 2006;124(1-2):117‑25.  

51.   Pagano T, Matsutani LA, Ferreira EAG, Marques AP, Pereira CA de B. Assessment of anxiety and 

quality of life in fibromyalgia patients. São Paulo Med J Rev Paul Med. 4 nov 
2004;122(6):252‑8.  

52.   Hallberg  null, Carlsson  null. Anxiety and coping in patients with chronic work-related muscular 

pain and patients with fibromyalgia. Eur J Pain Lond Engl. 1998;2(4):309‑19.  

53.   Thorlacius S, Stefánsson SB, Ranavaya MI, Walker R. [Fibromyalgia and anxiety disorder.]. 

Laeknabladid. nov 2002;88(11):815‑8.  

54.   Goldenberg DL. Pharmacological treatment of fibromyalgia and other chronic musculoskeletal 

pain. Best Pract Res Clin Rheumatol. juin 2007;21(3):499‑511.  

55.   Littlejohn GO, Guymer EK. Fibromyalgia syndrome: which antidepressant drug should we 

choose. Curr Pharm Des. 2006;12(1):3‑9.  

56.   Ozerbil O, Okudan N, Gökbel H, Levendoğlu F. Comparison of the effects of two antidepressants 

on exercise performance of the female patients with fibromyalgia. Clin Rheumatol. juill 
2006;25(4):495‑7.  

57.   Carville SF, Arendt-Nielsen S, Bliddal H, Blotman F, Branco JC, Buskila D, et al. EULAR evidence-

based recommendations for the management of fibromyalgia syndrome. Ann Rheum Dis. avr 
2008;67(4):536‑41.  

58.   Gendreau RM, Thorn MD, Gendreau JF, Kranzler JD, Ribeiro S, Gracely RH, et al. Efficacy of 

milnacipran in patients with fibromyalgia. J Rheumatol. oct 2005;32(10):1975‑85.  

59.   Vitton O, Gendreau M, Gendreau J, Kranzler J, Rao SG. A double-blind placebo-controlled trial 

of milnacipran in the treatment of fibromyalgia. Hum Psychopharmacol Clin Exp. 1 oct 
2004;19(S1):S27‑35.  

60.   Arnold LM, Lu Y, Crofford LJ, Wohlreich M, Detke MJ, Iyengar S, et al. A double-blind, 

multicenter trial comparing duloxetine with placebo in the treatment of fibromyalgia patients 
with or without major depressive disorder. Arthritis Rheum. 1 sept 2004;50(9):2974‑84.  

61.   Dwight MM, Arnold LM, O’Brien H, Metzger R, Morris-Park E, Keck PE Jr. An open clinical trial of 

venlafaxine treatment of fibromyalgia. Psychosomatics. févr 1998;39(1):14‑7.  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

92 

 

62.   Crofford LJ, Mease PJ, Simpson SL, Young JP Jr, Martin SA, Haig GM, et al. Fibromyalgia relapse 

evaluation and efficacy for durability of meaningful relief (FREEDOM): a 6-month, double-blind, 
placebo-controlled trial with pregabalin. Pain. juin 2008;136(3):419‑31.  

63.   Arnold LM, Goldenberg DL, Stanford SB, Lalonde JK, Sandhu HS, Keck PE, et al. Gabapentin in 

the treatment of fibromyalgia: A randomized, double-blind, placebo-controlled, multicenter 
trial. Arthritis Rheum. 1 avr 2007;56(4):1336‑44.  

64.   Wiffen PJ, Derry S, Moore RA, Aldington D, Cole P, Rice ASC, et al. Antiepileptic drugs for 

neuropathic pain and fibromyalgia - an overview of Cochrane reviews. Cochrane Database Syst 
Rev. 2013;11:CD010567.  

65.   Burckhardt CS. Multidisciplinary approaches for management of fibromyalgia. Curr Pharm Des. 

2006;12(1):59‑66.  

66.   Morley S, Williams AC de C. RCTs of psychological treatments for chronic pain: progress and 

challenges. Pain. avr 2006;121(3):171‑2.  

67.   Van Koulil S, Effting M, Kraaimaat FW, van Lankveld W, van Helmond T, Cats H, et al. Cognitive-

behavioural therapies and exercise programmes for patients with fibromyalgia: state of the art 
and future directions. Ann Rheum Dis. mai 2007;66(5):571‑81.  

68.   Sephton SE, Salmon P, Weissbecker I, Ulmer C, Floyd A, Hoover K, et al. Mindfulness meditation 

alleviates depressive symptoms in women with fibromyalgia: results of a randomized clinical 
trial. Arthritis Rheum. 15 févr 2007;57(1):77‑85.  

69.   Cedraschi C, Desmeules J, Rapiti E, Baumgartner E, Cohen P, Finckh A, et al. Fibromyalgia: a 

randomised, controlled trial of a treatment programme based on self management. Ann Rheum 
Dis. mars 2004;63(3):290‑6.  

70.   Busch AJ, Barber KAR, Overend TJ, Peloso PMJ, Schachter CL. Exercise for treating fibromyalgia 

syndrome. Cochrane Database Syst Rev. 2007;(4):CD003786.  

71.   Deare JC, Zheng Z, Xue CCL, Liu JP, Shang J, Scott SW, et al. Acupuncture for treating 

fibromyalgia. Cochrane Database Syst Rev. 2013;5:CD007070.  

72.   Passard A, Attal N, Benadhira R, Brasseur L, Saba G, Sichere P, et al. Effects of unilateral 

repetitive transcranial magnetic stimulation of the motor cortex on chronic widespread pain in 
fibromyalgia. Brain J Neurol. oct 2007;130(Pt 10):2661‑70.  

73.   Fitzcharles M-A, Ste-Marie PA, Goldenberg DL, Pereira JX, Abbey S, Choinière M, et al. 2012 

Canadian Guidelines for the diagnosis and management of fibromyalgia syndrome: executive 
summary. Pain Res Manag J Can Pain Soc J Société Can Pour Trait Douleur. juin 
2013;18(3):119‑26.  

74.   Häuser W, Eich W, Herrmann M, Nutzinger DO, Schiltenwolf M, Henningsen P. Fibromyalgia 

syndrome: classification, diagnosis, and treatment. Dtsch Ärztebl Int. juin 2009;106(23):383‑91.  

75.   Perrot S, Bouhassira D, Fermanian J, Cercle d’Etude de la Douleur en Rhumatologie. 

Development and validation of the Fibromyalgia Rapid Screening Tool (FiRST). Pain. août 
2010;150(2):250‑6.  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

93 

 

76.   Balint M. Le médecin, son malade et la maladie. Payot; 1996. 418 p.  

77.   McDonald IG, Daly J, Jelinek VM, Panetta F, Gutman JM. Opening Pandora’s box: the 

unpredictability of reassurance by a normal test result. BMJ. 10 août 1996;313(7053):329‑32.  

78.   Hughes G, Martinez C, Myon E, Taïeb C, Wessely S. The impact of a diagnosis of fibromyalgia on 

health care resource use by primary care patients in the UK: an observational study based on 
clinical practice. Arthritis Rheum. janv 2006;54(1):177‑83.  

79.   La fibromyalgie : Impact économique du diagnostic précoce en France [Internet]. [cité 16 mars 

2015]. Disponible sur: 
http://www.rhumatologie.asso.fr/data/ModuleProgramme/PageSite/2008-1/Resume/2980.asp 

80.   Vincent A, Whipple MO, McAllister SJ, Aleman KM, St Sauver JL. A cross-sectional assessment of 

the prevalence of multiple chronic conditions and medication use in a sample of community-
dwelling adults with fibromyalgia in Olmsted County, Minnesota. BMJ Open. 
2015;5(3):e006681.  

81.   Verhoef MJ, Sutherland LR. Alternative medicine and general practitioners. Opinions and 

behaviour. Can Fam Physician Médecin Fam Can. juin 1995;41:1005‑11.  

82.   Cohen H, Neumann L, Haiman Y, Matar MA, Press J, Buskila D. Prevalence of post-traumatic 

stress disorder in fibromyalgia patients: overlapping syndromes or post-traumatic fibromyalgia 
syndrome? Semin Arthritis Rheum. août 2002;32(1):38‑50.  

83.   Bouckenaere D. La douleur chronique et la relation médecin-malade. Cah Psychol Clin. 

2007;28(1):167.  

84.   Liedberg GM, Henriksson CM. Factors of importance for work disability in women with 

fibromyalgia: an interview study. Arthritis Rheum. 15 juin 2002;47(3):266‑74.  

85.   Dumolard A, Juvin R. Fibromyalgie : aspects médico-sociaux. Rev Rhum. avr 2003;70(4):310‑3.  

86.   Henriksson C, Liedberg G. Factors of importance for work disability in women with fibromyalgia. 

J Rheumatol. mai 2000;27(5):1271‑6.  

87.   Walker EA, Keegan D, Gardner G, Sullivan M, Bernstein D, Katon WJ. Psychosocial factors in 

fibromyalgia compared with rheumatoid arthritis: II. Sexual, physical, and emotional abuse and 
neglect. Psychosom Med. déc 1997;59(6):572‑7.  

88.   Fond G, Capdevielle D, Attal J, Boulenger J-P. La fibromyalgie est-elle une maladie 

psychiatrique ? PSN. 22 sept 2011;9(4):190‑7.  

89.   Rau CL, Russell IJ. Is fibromyalgia a distinct clinical syndrome? Curr Rev Pain. 2000;4(4):287‑94.  

90.   Ferragut E. Prise en charge psychologique du patient douloureux chronique. In: Serrie A, Thurel 

C, editors. La douleur en pratique quotidienne. Diagnostic et traitements. Rueil-Malmaison: 
ARNETTE; 2002. p. 184—96. 

  
91.   Asbring P, Närvänen A-L. Ideal versus reality: physicians perspectives on patients with chronic 

fatigue syndrome (CFS) and fibromyalgia. Soc Sci Med 1982. août 2003;57(4):711‑20.  

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

94 

 

92.   Cedraschi C, Piguet V, Luthy C, Rentsch D, Desmeules J, Allaz A-F. Aspects psychologiques de la 

douleur chronique. Rev Rhum. juin 2009;76(6):587‑92.  

93.   Barthes R. Roland Barthes, par Roland Barthes. Seuil; 1975. 227 p.  

94.   Barsky AJ, Borus JF. Functional somatic syndromes. Ann Intern Med. 1 juin 

1999;130(11):910‑21.  

95.   Allaz A-F. Le messager boiteux : approche pratique des douleurs chroniques. Genève: Médecine 

& Hygiène 2003;  

96.   Madeleine Akrich, Cécile Méadel. Internet, intrus ou médiateur dans la relation médecin-

patient?. Santé, science et solidarité, 2009, 8 (2), pp.87-92. <hal-00397183>.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

95 

 

ANNEXES : sur CD-ROM 

 

Annexe 1 : Guide d’entretien ................................................................................................................ 96 

Annexe 2 : Questionnaire FiRST ............................................................................................................ 98 

Annexe 3 : Entretien n°1 ....................................................................................................................... 99 

Annexe 4 : Entretien n°2 ..................................................................................................................... 108 

Annexe 5 : Entretien n°3 ..................................................................................................................... 117 

Annexe 6 : Entretien n°4 ..................................................................................................................... 128 

Annexe 7 : Entretien n°5 ..................................................................................................................... 141 

Annexe 8 : Entretien n°6 ..................................................................................................................... 153 

Annexe 9 : Entretien n°7 ..................................................................................................................... 159 

Annexe 10 : Entretien n°8 ................................................................................................................... 166 

Annexe 11 : Entretien n°9 ................................................................................................................... 172 

Annexe 12 : Entretien n°10 ................................................................................................................. 179 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

GALLICE Nathalie 

: La fibromyalgie en médecine générale – étude des attitudes 

et  représentations  des  médecins  généralistes  –  Une  analyse  qualitative  réalisée 
auprès de généralistes de Haute-Savoie 
 
Nbr f. 95  ill. 1  tab. 1 
Th. Méd : Lyon 2015 n° 117/2015 

______________________________________________________________________ 
 
RESUME :  

Introduction  :  La  fibromyalgie  est  une  affection  controversée,  caractérisée  par 
des  douleurs  diffuses,  dont  la  physiopathologie  est  incertaine.  Le  médecin 
généraliste est le premier recours pour les patients présentant ce syndrome qui 
a  des  répercussions  importantes.  L’objectif  était  d’étudier  ce  qui  détermine  la 
prise  en  charge  à  partir  du  recueil  des  représentations  et  du  ressenti  des 
médecins généralistes afin d’identifier des pistes pour l’améliorer. 
Méthode  :  Enquête  qualitative  auprès  de  10  médecins  généralistes  de  Haute-
Savoie par entretiens semi-dirigés. 
Résultats : La fibromyalgie était considérée comme une entité clinique complexe, 
dont le diagnostic et la prise en charge étaient difficiles. La reconnaissance de ce 
syndrome en tant que maladie était discutée, l’absence de preuves scientifiques 
mettait  en  difficulté  les  médecins.  Les  consultations  étaient  décrites  comme 
chronophages,  exigeantes,  et  parfois  frustrantes.  La  fibromyalgie  remettait  en 
cause l’image que les médecins se font de leur rôle. Certains médecins avaient 
une  image  négative  des  patients  fibromyalgiques,  mais  ils  reconnaissaient  la 
réalité de leur souffrance. 
Conclusions : Il serait intéressant de faciliter le diagnostic et la reconnaissance 
de la fibromyalgie grâce à des critères simples, et de mieux former les médecins 
généralistes à l’approche biopsychosociale.  

_________________________________________________________________________________ 

MOTS CLES :

 fibromyalgie, médecine générale, attitudes, représentations, 

relation médecin-malade, étude qualitative 
_____________________________________________________________________________ 
 
JURY 

:  

Président : Monsieur le Professeur Alain MOREAU 
Membres : Monsieur le Professeur Jacques TEBIB  
Monsieur le Professeur Frédéric AUBRUN 
Monsieur le Docteur Philippe MARISSAL 
_____________________________________________________________________________ 
 
DATE DE SOUTENANCE : 

18 juin 2015 

_____________________________________________________________________________ 
 

Adresse de l’auteur :  

 
545 avenue Jean Jaurès 
74800 LA ROCHE SUR FORON 
nathalie.gallice@hotmail.fr

 

GALLICE 

(CC BY-NC-ND 2.0)