background image

 

 

http://portaildoc.univ-lyon1.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Creative commons : Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - 

Pas de Modification 2.0 France (CC BY-NC-ND 2.0) 

 

 

 

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

 

FACULTE DE MEDECINE ET DE MAIEUTIQUE LYON SUD – CHARLES MERIEUX 

FORMATION SAGE-FEMME - Site de LYON 

 

 

 

 

 

  

Influence du placenta prævia sur le poids de  

naissance 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mémoire  présenté  par  Carole  GELIBERT  

Née  le  3  Juillet  1991  

En  vue  de  l’obtention  du  diplôme  d’état  de  sage-­‐femme  

Promotion  2016  

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Influence du placenta prævia sur le poids de  

naissance 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

REMERCIEMENTS  

Je  tiens  au  préalable  à  remercier  :  

 

Mme  Giraud,  sage-­‐femme  formatrice,  pour  sa  disponibilité  et  ses  conseils  avisés  ;    

 

Caroline  Azzi-­‐Peltier,  mon  expert  de  mémoire,  pour  m’avoir  soutenue  tout  au  long  de  mon  travail  ;  

 

Professeur  Claris  pour  m’avoir  guidé  au  début  du  projet  ;  

 

Pr  Kassaï  pour  m’avoir  assisté  dans  ma  méthodologie  et  permis  d’être  toujours  plus  rigoureuse  ;  

 

Ma  famille  et  particulièrement  mes  parents,  mes  sœurs,  et  ma  tante  Odile  pour  le  soutien  dans  les  
moments  de  doutes  et  leurs  encouragements  ;  

 

Caroline,  Nadège  et  Cécile  pour  leur  bonne  humeur  et  leur  amitié.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

GLOSSAIRE  

ATCD  :    

Antécédent  

AUDIPOG  :     Association  des  Utilisateurs  de  Dossiers  Informatisés  en  Pédiatrie,  Obstétrique  

et  Gynécologie  

CNGOF  :    

Collège  National  des  Gynécologues  Obstétriciens  Français  

CR  :       

Hôpital  de  la  Croix  Rousse  

CTC  :       

Corticoïdes  

DPPNI  :    

Décollement  Prématuré  du  Placenta  Normalement  Inséré  

DS  :       

Déviation  Standard  

EPICIME  :    

Epidémiologie,  Pharmacologie,  Investigation  Clinique  et  Information  
Médicale,  Mère-­‐Enfant  

FIV  :       

Fécondation  In  Vitro  

HAS  :       

Haute  Autorité  de  Santé  

HCL  :       

Hospices  Civils  de  Lyon  

HFME  :    

Hôpital  Femme  Mère  Enfant  

HTA  :       

HyperTension  Artérielle  

IMC  :       

Indice  de  Masse  Corporelle  

MTR  :      

Métrorragie  

OR  :       

Odds  Ratio  

PA  :       

Placenta  Accreta  

PAG  :       

Petit  pour  l’Age  Gestationnel  =  SGA  en  anglais  :  Small  for  Gestationnel  Age  

PC  :       

Présentation  Céphalique  

PE  :       

Pré-­‐Eclampsie  

PMA  :      

Procréation  Médicalement  Assistée  

PMSI  :

   

Programme  de  Médicalisation  des  Systèmes  d'Information  

PNBI  :      

Placenta  Non  Bas  Inséré  

PP  :       

Placenta  Prævia  

RCIU  :      

Retard  de  Croissance  Intra  Utérin  

SA  :       

Semaine  d’Aménorrhée  

VB  :       

Voie  Basse  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

1  

 

SOMMAIRE  

Introduction....................................................................................................................... 2

 

 

1.  Problématique ............................................................................................................... 3  

1.1  Définition  et  classification................................................................................................3  

1.2  Etiologie  et  facteurs  de  risques........................................................................................4  

1.3  Prévalence........................................................................................................................5  

1.4  Diagnostic  de  placenta  prævia .........................................................................................5  

1.5  Complications...................................................................................................................6  

1.6  Placenta  prævia  et  croissance  fœtale ..............................................................................6  

1.6.1  RCIU  et  PAG  :  définitions ...........................................................................................7  

1.6.2  PP  et  poids  de  naissance............................................................................................7  

1.6.3  PP  et  risque  de  PAG ...................................................................................................8  

1.7  Problématique..................................................................................................................9

 

 

2.  Etude ........................................................................................................................... 10  

2.1  Matériel  et  méthode ..................................................................................................... 10  

2.1.1  Type  de  recherche .................................................................................................. 10  

2.1.2  But  de  la  recherche................................................................................................. 10  

2.1.3  Hypothèses  de  recherche....................................................................................... 10  

2.1.4  Facteurs  d'inclusion ................................................................................................ 10  

2.1.5  Facteurs  d'exclusion ............................................................................................... 11  

2.1.6  L’échantillonnage ................................................................................................... 11  

2.1.7  Recueil  de  données................................................................................................. 12  

2.1.8  Outils ...................................................................................................................... 14  

2.1.9  Facteurs  étudiés ..................................................................................................... 14  

2.2  Présentation  des  résultats............................................................................................. 15

 

 

3.  Analyse  et  discussion ................................................................................................... 20  

3.1  Synthèse  des  résultats  principaux................................................................................. 20  

3.1.1  Réponse  à  l’hypothèse  principale........................................................................... 20  

3.1.2  Réponse  à  l’hypothèse  secondaire......................................................................... 20  

3.2  Comparaison  des  résultats  à  la  littérature .................................................................... 20  

3.2.1  La  prévalence.......................................................................................................... 20  

3.2.2  Les  facteurs  de  risque  de  placenta  prævia ............................................................. 21  

3.2.3  Les  épisodes  de  métrorragies................................................................................. 21  

3.2.4  Menace  d’accouchement  prématuré ..................................................................... 21  

3.2.5  Le  poids  de  naissance ............................................................................................. 22  

3.3  Discussion...................................................................................................................... 22  

3.3.1  La  problématique  du  PAG....................................................................................... 22  

3.3.2  Facteurs  de  confusion............................................................................................. 24  

3.3.3  Histogrammes......................................................................................................... 25  

3.4  Faiblesses  et  forces  de  l’étude ...................................................................................... 26  

3.5  Propositions .................................................................................................................. 28

 

 

Conclusion ....................................................................................................................... 30

 

 

Références  bibliographiques............................................................................................ 31

 

 

Annexes  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

2  

 

Introduction  

Le  placenta  prævia,  connu  pour  être  un  phénomène  assez  rare  durant  la  grossesse,  se  

définit  comme  l’insertion  du  placenta  sur  tout  ou  partie  du  segment  inférieur  de  l’utérus.  Sa  

prévalence   est   d’environ   5   pour   1000   grossesses   dans   la   population   générale   mais   son  

incidence  est  en  constante  augmentation  ces  dernières  années  avec  l’élévation  du  taux  de  
césarienne,  de  l’âge  maternel  avancé  et  du  recours  à  la  PMA.  Cette  complication  obstétricale  

est  étudiée  depuis  de  nombreuses  années  et  la  littérature  concernant  le  placenta  prævia  est  
très  riche.  Il  a  largement  été  démontré  que  les  grossesses  compliquées  d’un  placenta  prævia  

sont   plus   à   risques   de   morbidité   materno-­‐fœtale.   La   survenue   d’hémorragie   anténatale  
étant  fréquente,  le  risque  de  prématurité  induite  reste  un  des  problèmes  majeurs  associé  à  

ce   phénomène.   Cependant,   l’insertion   du   placenta   ayant   lieu   sur   le   segment   inférieur   de  
l’utérus,   partie   la   moins   vascularisée,   il   est   intéressant   de   se   demander   si   cette   insertion  

pathologique  n’est  pas  un  facteur  de  risque  d’altération  des  échanges  materno-­‐fœtaux,  et  

donc  de  mauvaise  prise  pondérale  chez  le  fœtus.  Les  recommandations  actuelles  quant  au  
terme   optimal   pour   l’accouchement   sont   assez   larges,   et   dépendent   principalement   des  

conditions  hémodynamiques  maternelles  et  de  l’âge  gestationnel.  Cependant,  s’il  s’avérait  
que   la   présence   d’un   placenta   prævia   durant   la   grossesse   était   un   facteur   de   risque   de  

défaut   de   croissance   fœtale,   il   faudrait   peut-­‐être   réévaluer   les   conditions   de   surveillance  
anténatale  ainsi  que  le  terme  optimal  pour  l’accouchement.    

Au   vu   de   ce   constat,   nous   avons   donc   tenter   de   déterminer   dans   cette   étude   si   le  

placenta  prævia  était  un  facteur  de  risque  indépendant  de  défaut  de  croissance  fœtale  en  

comparant  les  nouveau-­‐nés  issus  d’une  grossesse  présentant  un  placenta  prævia  par  rapport  

aux   nouveau-­‐nés   issus   de   grossesse   ne   présentant   pas   un   placenta   bas   inséré.   Pour   cela,  
nous  avons  conduit  une  étude  de  cohorte  rétrospective  dans  les  maternités  de  niveaux  III  de  

Lyon  de  Mai  2011  à  Mai  2015  qui  inclut  392  patientes.  

Au  préalable,  nous  avons  exposé  la  problématique  relative  au  placenta  prævia.  Puis  

nous   avons   détaillé   la   méthodologie   employée   pour   l’étude   ainsi   que   les   résultats   en  
réponse  à  nos  hypothèses  de  recherche.  Enfin  nous  avons  discuté  nos  résultats,  en  fonction  

de  la  littérature  et  des  récentes  recommandations.    

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

3  

 

1.  Problématique

 

 

1.1  Définition  et  classification  

 

Définition  

Le  placenta,  lieu  des  échanges  materno-­‐fœtaux,  est  dit  «  prævia  »  dès  lors  qu’il  est  

inséré  sur  tout  ou  partie  du  segment  inférieur  de  l’utérus.  Le  repérage  placentaire    s’effectue  

au   moment   de   l’échographie   du   2

ème

  trimestre   de   la   grossesse.   Le   diagnostic   définitif   de  

placenta  prævia  est  porté  au  3

ème

 trimestre.  [1]    

 

Classification  

!

 

Anatomique  :  on  distingue  3  formes  anatomiques  :  recouvrant  (totalement  ou  

partiellement  l’orifice  interne  du  col  utérin),  marginal  (inséré  à  moins  de  2  cm  
de   l’orifice   interne)   et   enfin   latéral   (inséré   à   moins   de   5   cm   de   l’orifice  

interne).  [1]  

 

 

Types  de  placenta  prævia  [2]  
1)    Recouvrant  :  «  complete  previa  »  et  «  partial  previa  »  

2)    Marginal  :  «  marginal  previa  

3)    Latéral  :  «  low  lying  placenta  »  
 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

4  

 

!

 

Echographique  :  la  plus  couramment  utilisée  est  la  classification  de  Bessis  [3]  

 

 

Placentas  prævia  antérieurs  

 

Placentas  prævia  postérieurs  

Classification  des  placentas  prævia  antérieurs  :    

• 

Type  I  antérieur  :  atteint  le  tiers  supérieur  de  la  vessie  ;  

• 

Type  II  antérieur  :  atteint  les  2/3  supérieurs  de  la  vessie  ;  

• 

Type  III  antérieur  :  atteint  l’OI  ;  

• 

Type  IV  antérieur  :  recouvre  l’OI  (recouvrant).  

Classification  des  placentas  prævia  postérieurs:    

• 

Type  I  postérieur  :  placenta  à  moins  de  4  cm  de  l’OI  ;  

• 

Type  II  postérieur  :  atteint  l’OI  ;  

• 

Type  III  postérieur  :  bourrelet  placentaire  sur  l’OI  ;  

• 

Type  IV  postérieur  :  recouvrant  l’OI  et  remonte  vers  la  vessie.  
 

 1.2  Etiologie  et  facteurs  de  risques  

 

L’étiologie   du   placenta   prævia   (PP)   n’est   pas   encore   connue,   cependant   une   cause  

génétique   n’est   pas   exclue   [4].   Il   a   été   démontré   toutefois   que   de   nombreux   facteurs   de  
risque  étaient  associés  à  ce  phénomène  tels  que  l’âge  maternel  avancé,  la  multiparité,  les  

grossesses  multiples,  le  tabagisme  ou  encore  les  anomalies  utérines.  [1,2,5]  Son  incidence  
est  donc  en  constante  augmentation  ces  dernières  années  parallèlement  à  l’accroissement  

du  taux  de  césarienne  et  au  recours  à  la  procréation  médicalement  assistée.  [1,4,6]    

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

5  

 

D’après   l’étude   de   Tuzovic   en   2003,   les   femmes   ayant   un   ATCD   de   césarienne  

auraient  deux  fois  plus  de  risque  de  présenter  un  placenta  prævia  (OR  2.0)  par  rapport  aux  

femmes  sans  utérus  cicatriciel.  [7]  

 

1.3  Prévalence  

 

Sa   prévalence   varie   selon   les   études   en   fonction   des   régions,   du   terme   et   des  

critères  diagnostiques  utilisés.  Elle  est  en  moyenne  de  5  pour  1000  grossesses  [8,9]  mais  ce  

taux  est  plus  faible  si  le  diagnostic  est  porté  au  moment  de  l’accouchement  :  0.13%  à  0.2%  à  
terme.  [10,11]    

En  effet,  80  à  90%  des  placentas  bas  insérés  au  deuxième  trimestre  ne  le  sont  plus  

en  fin  de  grossesse,  d’autant  plus  s’ils  étaient  initialement  latéraux  ou  marginaux.  [2,12,13]  

Dans   une   étude   américaine   de   2002   qui   s’intéresse   à   la   persistance   du   placenta  

prævia  en  fonction  de  l’âge  gestationnel,  seulement  12%  des  placentas  diagnostiqués  prævia  

entre  15  et  19  SA  l’étaient  encore  au  moment  de  l’accouchement.  [13]  Ce  phénomène  peut  
s’expliquer  par  l’accroissement  du  segment  inférieur  de  l’utérus  au  cours  de  la  grossesse  qui  

permet  l’ascension  du  placenta  loin  du  col  utérin.  [14]  

 

   

1.4  Diagnostic  de  placenta  prævia  

 

 

Avant  l’apparition  de  l’échographie  dans  les  années  70,  seule  la  clinique  permettait  

de   détecter   la   présence   d’un   placenta   prævia  :   apparition   de   métrorragies   durant   la  
grossesse,  toucher  vaginal  ou  a  posteriori  avec  l’examen  du  placenta  à  la  naissance.  [15]  

Mais   depuis   l’évolution   des   techniques   médicales   et   l’avènement   de   l’échographie  

obstétricale,   il   est   plus   aisé   d’établir   le   diagnostic   de   placenta   prævia   et   les  

recommandations  actuelles  préconisent  une  échographie  endovaginale  pour  affirmer  celui-­‐
ci.  En  effet,  celle-­‐ci  n’augmenterait  pas  le  risque  de  métrorragies  et  serait  plus  précise  que  

l’échographie  abdominale,  d’autant  plus  si  le  placenta  est  postérieur.  [1,16]  

En   1997,   Smith   et   al.   appuient   cette   hypothèse   en   démontrant   que   26%   des  

placentas  diagnostiqués  «  prævia  »    par  échographie  abdominale  ont  dû  être  reclassés  après  

vérification  par    échographie  endovaginale.  [17]  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

6  

 

   

1.5  Complications  

 

Il   est   certain   aujourd’hui   que   ces   grossesses   compliquées   par   un   placenta   prævia  

sont  plus  à  risque  à  la  fois  de  morbidité  maternelle  et  fœtale.    

En   effet,   il   a   largement   été   démontré   que   c’est   une   cause   d’hémorragies   anté   et  

postnatales   (bien   qu’un   tiers   des   PP   soient   asymptomatiques   durant   la   grossesse),   de  

transfusions   maternelles   ou   encore   d’hystérectomie   d’hémostase   à   l’accouchement.  
[1,14,18]  

De  plus,  le  risque  de  prématurité  induite  reste  un  des  problèmes  majeurs  associé  à  

ce  phénomène  avec  les  complications  que  cela  peut  engendrer.  [8,19,20]  

 

 

1.6  Placenta  prævia  et  croissance  fœtale  

 

Depuis  de  nombreuses  années,  des  études  se  sont  intéressées  à  la  problématique  de  

la   croissance   fœtale   et   ont   tenté   de   déterminer   si   l’insertion   pathologique   du   placenta  

prævia  pouvait  influencer  le  potentiel  de  croissance  du  fœtus.    

En  effet,  celui-­‐ci  étant  inséré  sur  le  segment  inférieur  de  l’utérus  qui  est  la  partie  la  

moins   vascularisée,   on   peut   se   demander   si   cela   ne   pourrait   pas   influencer   les   échanges  
materno-­‐fœtaux  et  ainsi  altérer  le  potentiel  de  croissance  du  fœtus.  [8,12]      

Ce  phénomène  reste  mal  connu  et  d’autres  hypothèses  visant  à  expliquer  un  défaut  

de   croissance   ont   été   énoncées.   Thankam   R.   Varma   pense   notamment   que   des   épisodes  

répétés   de   métrorragies   pourraient   entrainer   l’apparition   de   zones   de   fibroses   et   ainsi  
altérer  la  fonction  placentaire  [21],  ce  qui  n’a  pas  été  validé  par  Harper  qui  conclut  dans  son  

étude  qu’un  placenta  symptomatique  n’est  pas  plus  à  risque  de  RCIU.  [12]  Aucun  consensus  

n’a   été   établi   à   ce   jour,   bien   que   la   plupart   des   auteurs   concluent   que   la   présence   d’un  
placenta  prævia  ne  serait  pas  un  facteur  de  risque  indépendant  de  restriction  de  croissance  

in  utero.  [12,14,19,20,22]  

A  l’inverse  même,  le  risque  de  saignement  étant  élevé  chez  ces  femmes  (environ  2/3  

sont  symptomatiques  durant  la  grossesse),  nombre  d’entre  elles  sont  hospitalisées  dès  lors  
qu’elles  présentent  un  épisode  de  métrorragie.  En  effet,  les  recommandations  préconisent  

qu’elles  soient  alors  mises  au  repos  pendant  plusieurs  jours,  voire  plusieurs  semaines.  [16]    Il  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

7  

 

serait  donc  intéressant  d’étudier  si  le  fait  d’être  alitée  durant  une  longue  période  ne  serait  

pas  un  facteur  qui  favoriserait  une  prise  pondérale  chez  la  mère  et  donc  chez  l’enfant.  

   

1.6.1  RCIU  et  PAG  :  définitions  

Il   semble   toutefois   important   de   redéfinir   les   termes   liés   au   défaut   de   croissance  

fœtale  étant  donné  que  tous  les  auteurs  n’étudient  pas  la  même  chose.    

Le   CNGOF   insiste   dans   ses   recommandations   de   2013   sur   la   distinction   qui   existe  

entre   le   retard   de   croissance   intra   utérin   (RCIU)   et   le   petit   poids   pour   l’âge   gestationnel  

(PAG),  qui  sont  deux  termes  souvent  employés  à  tort.  [23]      

En   effet,   le   RCIU   (Fœtal   growth   restriction   ou   intra-­‐uterine   growth   restriction   en  

anglais)  désigne  «  un  enfant  dont  le  poids,  en  raison  d’un  mécanisme  pathologique,  n’atteint  
pas   une   valeur   escomptée   compte   tenu   de   son   potentiel   de   croissance,   ou   dévie   de   la  

trajectoire  attendue  de  sa  croissance  ».  [24]      

Le  PAG  (Small  for  Gestational  Age  en  anglais)  fait  référence  à  un  «  fœtus  ou  nouveau-­‐

né   dont   l’estimation   de   poids   fœtal   ou   le   poids   de   naissance   est   inférieur   au   10°  

percentile»  sans  cassure  de  la  courbe  ni  altération  du  bien  être  fœtal.  [24]      

On  comprend  dès  lors  que  si  le  diagnostic  de  PAG  peut  être  affirmé  à  la  naissance,  

celui   de   RCIU   nécessite   des   études   échographiques   longitudinales   ou   des   arguments  
anténataux.  Ainsi,  on  peut  penser  que  certaines  études  concluent  à  tort  quant  à  l’association  

entre  placenta  prævia  et  RCIU  en  ne  se  basant  que  sur  des  données  néonatales.  [12]      

1.6.2  PP  et  poids  de  naissance  

La  tendance  des  études  menées  jusqu’à  présent  révèle  toutefois  que  ces  nouveau-­‐

nés   auraient   un   poids   de   naissance   inférieur   par   rapport   aux   nouveau-­‐nés   issus   d’une  
grossesse   où   le   placenta   n’est   pas   bas   inséré.   [8,10,11,18,19,20,25]   Cela   reste   à   nuancer  

étant  donné  la  méthodologie  de  nombreuses  études  qui  n’ont  pas  apparié  leurs  populations  
sur  l’âge  gestationnel  ou  qui  n’ont  pas  différencié  les  groupes  en  fonction  du  sexe  de  l’enfant  

alors  que  ce  sont  des  facteurs  influençant  fortement  le  poids  de  naissance.    

A  titre  d’illustration,  l’étude  d’Ann  K.  Lal  et  al.  en  2015  a  comparé  les  complications  

materno-­‐fœtales  en  la  présence  ou  l’absence  de  placenta  prævia.  Ils  ont  comparé  le  poids  de  
naissance  des  nouveau-­‐nés

 

dans  les  deux  groupes.  Ils  concluent  que  le  groupe  de  nouveau-­‐

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

8  

 

nés   issus   d’une   grossesse   avec   placenta   prævia   aurait   un   poids   de   naissance   inférieur   au  

groupe  témoin,  de  manière  significative  (2806g  vs  3285g,  p<0.01),  cependant  ils  n’ont  pas  

apparié   les   deux   groupes   sur   l’âge   gestationnel   alors   que   le   taux   de   prématurité   est  
significativement  plus  élevé  dans  le  groupe  prævia  (36,2  SA  versus  38,1  SA,  p<0,01).  On  ne  

peut  donc  pas  conclure  que  le  placenta  prævia  serait  un  facteur  indépendant  de  petit  poids  
de   naissance   dans   ce   cas-­‐là,   le   fort   taux   de   prématurité   dans   le   groupe   des   cas   pouvant  

expliquer  la  différence  de  poids  significative  retrouvée  entre  les  deux  groupes.  [10]    

Le  résultat  d’une  étude  réalisée  à  Washington  en  2010  aboutit  au  même  constat,  

cependant  le  diagnostic  de  placenta  prævia  n’a  pas  été  confirmé  au  moment  de  la  naissance,  
créant   ainsi   un   biais   de   classement   important   puisque   certains   placentas   bas   insérés   à  

l’échographie  du  troisième  trimestre  ne  le  sont  plus  en  fin  de  grossesse.  De  plus,  le  terme  de  
l’accouchement   n’ayant   pas   été   déterminé   systématiquement   grâce   au   mesures  

échographiques  du  1

er

 trimestre,  il  peut  y  avoir  des  erreurs  de  diagnostic  de  terme,  rendant  

alors  incomparables  les  poids  de  naissance.  [12]    

 

1.6.3.  PP  et  risque  de  PAG  

En   revanche,   d’autres   études   récentes   parues   après   le   consensus   établi   sur   la  

distinction  entre  RCIU  et  PAG  ont  montré  que  la  présence  d’un  placenta  bas  inséré  était  un  

facteur  de  risque  indépendant  de  petit  poids  pour  l’âge  gestationnel  en  estimant  le  taux  de  

poids  de  naissance  <2  DS  (10°  percentile)  dans  chaque  groupe.    

En  effet,  Schneiderman  et  Balayla  en  2013  ont  montré  une  différence  significative  de  

poids  de  naissance  à  terme  entre  le  groupe  prævia  et  non  prævia,  démontrant  même  qu’il  y  
a  plus  de  risque  de  PAG  dans  le  groupe  prævia  après  ajustement  (OR  2,7  [2,45-­‐4,32]).  [11]  

Dans   une   étude   américaine   de   2014   en   revanche,   les   auteurs   ont   conclu   que   le  

placenta   prævia   était   un   facteur   de   risque   indépendant   de   PAG   chez   les   multipares  

seulement.  [6]      

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

9  

 

1.7  Problématique    

 

L’intérêt   de   cette   étude   sera   donc   de   déterminer   dans   un   premier   temps   si   une  

différence   de   poids   significative   existe   entre   ces   nouveau-­‐nés   issus   de   grossesses   avec  
placenta  prævia  par  rapport  aux  nouveau-­‐nés  issus  de  grossesses  où  le  placenta  n’est  pas  

bas   inséré.   Il   sera   intéressant   de   déterminer   si   cette   différence   a   un   impact   en   terme  
clinique.  

Dans  un  deuxième  temps,  nous  déterminerons  si  la  présence  d’un  placenta  prævia  

lors   d’une   grossesse   est   un   facteur   de   risque   indépendant   de   petit   poids   pour   l’âge  

gestationnel.  

 

Pour  le  moment,  il  n’y  a  pas  de  consensus  réel  quant  au  terme  optimal  pour  planifier  

l’accouchement.  Les  recommandations  mettent  en  avant  que  la  prise  en  charge  dépend  tout  

d’abord   des   conditions   hémodynamiques   maternelles   et   de   leur   tolérance.   Toutefois,   la  
question   de   balance   bénéfice   risque   entre   le   risque   d’hémorragie   massive   qui   augmente  

avec  l’avancée  de  la  grossesse  et  les  risques  liés  à  la  prématurité  induite  conditionne  la  prise  
en  charge  individualisée.  [1,26]      

Cependant,   s’il   s’avérait   que   le   placenta   prævia   impactait   la   croissance   fœtale,   il  

faudrait  d’une  part  réévaluer  les  conditions  de  surveillance  anténatale  en  prévoyant  peut-­‐

être   des   échographies   supplémentaires   pour   évaluer   la   croissance   fœtale,   d’autre   part  

prévoir   une   prise   en   charge   post-­‐natale   adaptée   pour   un   nouveau-­‐né   plus   fragile   (plus   à  
risque  de  détresse  respiratoire,  d’hypoglycémie  et  d’hypothermie).  [27]  Il  est  intéressant  de  

pouvoir  répondre  à  cette  question,  notamment  pour  les  sages-­‐femmes  qui  sont  en  première  
ligne   pour   prendre   en   charge   le   nouveau-­‐né   après   césarienne.   De   plus,   il   semblerait   qu’à  

long  terme  ces  enfants  avec  un  petit  poids  pour  l’âge  gestationnel  seraient  plus  à  risque  de  
déficit  cognitif  mineur,  de  difficulté  scolaire  et  de  syndrome  métabolique.  [28]  

   

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

10  

 

2.  Etude  

 

2.1  Matériel  et  méthode  

 

2.1.1  Type  de  recherche  

Cette  étude  de  cohorte  rétrospective  a  été  menée  sur  Lyon  dans  l’hôpital  de  la  Croix  

Rousse  et  l’Hôpital  Femme  Mère  enfant  (maternités  de  niveau  III)  de  Mai  2011  à  Mai  2015.    

 

2.1.2  But  de  la  recherche  

Nous  avons  tenté  d’identifier  si  l’on  observe  une  différence  significative  de  poids  chez  

les  bébés  dans  le  groupe  des  femmes  présentant  un  placenta  prævia  durant  leur  grossesse  

(groupe   des   cas)   versus   le   groupe   des   femmes   ne   présentant   pas   de   placenta   bas   inséré  
(groupe   des   témoins).   De   plus,   nous   avons   comparé   le   nombre   de   petits   pour   l’âge  

gestationnel  dans  chaque  population.  

 

2.1.3  Hypothèses  de  recherche  

Il   semblerait   que   le   placenta   prævia,   inséré   sur   la   partie   la   moins   vascularisée   de  

l’utérus,  pourrait  être  à  l’origine  d’une  altération  des  échanges  materno-­‐fœtaux.  Ainsi,  nous  

nous   sommes   demandés   s’il   n’influencerait   pas   de   manière   significative   le   poids   de  
naissance  des  nouveau-­‐nés  et  même  s’il  ne  serait  pas  un  facteur  de  risque  indépendant  de  

petit  poids  pour  l’âge  gestationnel.    

Le  PAG  se  définit  comme  un  poids  de  naissance  <  2DS  (équivalant  au  10°  percentile)  

selon  les  courbes  de  croissance  néonatales.  Les  courbes  de  références  utilisées  proviennent  
des  données  Audipog  qui  présentent  les  courbes  de  poids  néonatales  en  fonction  du  sexe  de  

l’enfant.  

 

2.1.4  Facteurs  d'inclusion  

L’étude  inclut  392  grossesses  uniques  ayant  donné  naissance  à  des  enfants  vivants,  

entre  35  et  41  SA.  Le  groupe  des  cas  comprend  56  patientes  présentant  un  placenta  prævia  
et  le  groupe  témoins  inclut  336  patientes  ne  présentant  pas  de  placenta  bas  inséré  durant  

leur   grossesse.   Dans   le   groupe   des   cas,   seuls   les   placentas   considérés   comme   recouvrant  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

11  

 

totalement  ou  partiellement  l’orifice  interne  du  col  au  moment  de  l’accouchement  ont  été  

retenus  (PP  recouvrants  et  marginaux).  Afin  d’éviter  les  biais  de  classement  entre  placenta  

prævia   et   placenta   non   bas   inséré   dus   à   une   erreur   diagnostique,   les   placentas   prævia  
latéraux  ont  été  éliminés  et  nous  n'avons  retenu  que  les  naissances  par  césarienne  dans  le  

groupe  des  cas.  Le  diagnostic  du  placenta  prævia  a  été  confirmé  à  l’aide  d’une  échographie  
endovaginale.   L’âge   gestationnel   a   été   déterminé   grâce   à   l’échographie   du   1

er

  trimestre  

pratiquée  entre  11  et  13

+6

   SA.  

 

2.1.5  Facteurs  d'exclusion  

Le   but   de   l’étude   étant   de   démontrer   si   le   caractère   prævia   du   placenta   est   un  

facteur  de  risque  indépendant  de  petit  poids  à  la  naissance,  nous  avons  exclu  les  facteurs  
pouvant  influencer  eux  aussi  la  croissance  fœtale  tels  que  :  les  anomalies  congénitales,  les  

malformations   utérines,   la   consommation   de   toxiques   (tabac,   alcool,   drogues),   la  
consanguinité,  les  pathologies  maternelles  comme  le  diabète,  les  coagulopathies,  ainsi  que  

les   pathologies   gravidiques   (cholestase   et   celles   liées   à   l’hypertension   [HTA   gravidique   et  
chronique,  pré  éclampsie  et  éclampsie]).  De  plus,  nous  avons  exclu  les  patientes  ayant  des  

ATCD  de  RCIU  et  de  PAG.  Enfin,  les  dossiers  avec  données  manquantes  concernant  le  poids  
fœtal,  le  sexe  de  l’enfant,  l’âge  gestationnel  et  la  parité  ont  été  exclus.  

 

2.1.6  L’échantillonnage  

Le  calcul  du  nombre  de  patientes  nécessaire  a  été  réalisé  avec  l’aide  du  Professeur  

Kassaï   du   groupe   EPICIME   (Epidémiologie,   Pharmacologie,   Investigation   Clinique   et  

Information  médicale,  Mère-­‐Enfant).  L’étude  étant  fixée  initialement  sur  2  ans,  le  nombre  de  
cas  a  été  défini  en  fonction  de  la  prévalence  retrouvée  dans  la  littérature,  qui  est  environ  de  

3,6  pour  1000  naissance  selon  une  méta-­‐analyse  de  2013.  [9]  Ainsi,  si  l’on  considère  qu’il  y  a  
environ   8000   accouchements   par   an   sur   les   deux   maternités   de   niveaux   III   de   Lyon,   on  

estime  à  28  le  nombre  de  grossesses  avec  un  placenta  prævia  sur  une  année,  et  donc  56  cas  

sur  2  ans.  A  partir  d’une  étude  de  Bahar  et  al.  de  2009  qui  retrouve  un  poids  de  naissance  
moyen  dans  le  groupe  prævia  de  2501,1g,  nous  avons  pour  un  alpha  =  0,05  et  une  puissance  

de  0,8,  la  possibilité  de  détecter  une  différence  de  330  grammes  entre  les  deux  groupes  si  
nous  incluons  6  témoins  pour  1  cas  (G1  =  2501.1,  G2  =  2831.1,  diff  =  330g.  sd1  =    774.7,  sd2  =  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

12  

 

709.3,   N2/N1   =   6,   effectué   avec   STATA   13).   [18]   Ainsi,   le   nombre   de   témoins   nécessaires  

était  de  336  pour  56  cas.  L’étude  initialement  prévue  sur  2  ans  a  dû  être  menée  sur  les  4  

dernières  années  afin  d’obtenir  le  nombre  de  cas  fixé  initialement,  c’est  à  dire  56.  En  effet,  
nombre   de   dossiers   n’ont   pu   être   retenus   étant   donné   le   nombre   de   facteurs   d’exclusion  

initial.  Une  fois  les  56  cas  sélectionnés,  nous  avons  procédé  de  même  pour  les  témoins  en  
appariant   sur   l’âge   gestationnel   afin   que   la   prématurité   induite   par   le   placenta   prævia  

n’influence  pas  les  résultats.    

 

2.1.7  Recueil  de  données  

Les  informations  recueillies  proviennent  des  bases  de  données  Cristalnet  des  HCL.  Le  

recrutement   a   été   effectué   à   partir   des   données   du   PMSI   d’après   les   codes  :   CR   31431  
(HFME),   CR   24011   (CR),   CIM   10   pour   tout   accouchement   (témoins),   0440/0441   pour   les  

césariennes,   0820/0821   pour   les   placentas   prævia   (cas).   Au   vu   du   nombre   important   de  
grossesses  sans  placenta  bas  inséré,  dont  le  terme  se  situe  entre  35  et  42  SA,  nous  avons  

extrait  aléatoirement  une  liste  de  patientes  en  ne  tenant  compte  que  de  quelques  mois  par  
année.  

Les   dossiers   présentant   les   critères   d’exclusion   définis   précédemment   ont   pu   être  

éliminés   pour   les   deux   groupes   en   tenant   compte   des   codes   qui   suivent  :   malformations  

utérines  (0340),  diabète  (024),  coagulopathies  (0991),  HTA/pré-­‐éclampsie/éclampsie  (014),  

consommations  de  toxiques  (F11/F14/F17).  Les  autres  facteurs  d’exclusion  n’étant  pas  codés  
sur  les  bases  de  données,  nous  avons  ensuite  sélectionné  les  dossiers  de  manière  aléatoire  

et  les  avons  retenus  dès  lors  que  les  facteurs  d’exclusions  suivants  n’étaient  pas  présents  :  
ATCD  PAG,  ATCD  RCIU,  malformations  congénitales,  autres  anomalies  placentaires  (placenta  

accreta,  placenta  percreta,  DPPNI),  consanguinité,  cholestase  gravidique.  Les  dossiers  avec  
données  manquantes  concernant  le  poids  fœtal,  le  sexe  de  l’enfant,  l’âge  gestationnel  et  la  

parité  ont  été  exclus  également.  
 

 

 
 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

13  

 

Nb  de  grossesses  entre  2011  et  2015  à  l’HFME  ET  Croix  Rousse  

 

N=  41  047  

 

Nb  de  grossesses  avec  placenta  prævia  

 

n  =  344  

 

Nb  de  grossesses  sans  placenta  prævia  

 

n  =  40  703  

 

Nb  de  grossesses  avec  placenta  prævia  

-­‐  Grossesses  uniques  

-­‐  Naissances  vivantes  

-­‐  Entre  35  et  42  SA  

-­‐  Par  césarienne    

 

n  =  139

 

 

Nb  de  grossesses  sans  placenta  prævia  

-­‐  Grossesses  uniques  

-­‐  Naissances  vivantes  

-­‐  Entre  35  et  42  SA  

-­‐  Par  césarienne  ou  VB  

 

n  =  36  503  

 

mois  sélectionnés  :  

•  2011  :  05/09/10  
•  2012  :  03/05/09/10  
•  2013  :  03/05/09/10  
•  2014  :  03/05/09/10  

• 

2015  :  03/05

 

 

n  =  10  717  

 

Exclusions  à  partir  des  données  du  PMSI  

-­‐  Tabac/alcool/drogues  

-­‐  Coagulopathies  

-­‐  HTA/PE/Eclampsie  

-­‐  Diabètes  

-­‐ 

Malformations  utérines

   

 

Groupe  des  placentas  prævia  

 

n  =  112

 

 

Groupe  des  placentas  non  bas  insérés  

 

n  =  8  868

 

 

Exclusions  secondaires  :  

 

-­‐  Autres  anomalies  placentaires  (PA,  placenta  percreta,  DPPNI)  

-­‐  ATCD  de  RCIU  et  de  PAG  

-­‐  Cholestases  gravidiques  

-­‐  Consanguinité    

-­‐  Anomalies  congénitales  

-­‐ 

Données  manquantes

 

 

Nombre  de  CAS  retenus  

56  PP  

 

Nombre  de  TEMOINS  retenus  

336  PNBI  

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

14  

 

2.1.8  Outils  

Le  recueil  des  données  rétrospectif  a  été  préalablement  saisi  sur  le  logiciel  Excel  puis  

analysé  avec  le  programme  STATA13  en  collaboration  avec  le  groupe  EPICIME.  Les  patientes  

présentant   un   placenta   prævia   durant   la   grossesse   ont   été   comparées   à   celles   dont   le  
placenta   n’était   pas   bas   inséré   (groupe   contrôle).      Afin   de   déterminer   si   nos   deux  

populations  étaient  comparables,  nous  avons  effectué  des  tests  de  Khi2  en  définissant  p  <  
0,05  comme  significatif.  Nous  avons  par  la  suite  comparé  la  moyenne  des  poids  de  naissance  

ainsi  que  le  taux  de  PAG  entre  les  deux  groupes  avec  un  test  t  de  Student  qui  fait  l’hypothèse  
que  la  distribution  des  deux  variables  est  normale.    

Enfin,   nous   avons   regardé   comment   d’autres   facteurs   prédéfinis   influençaient     le  

poids  de  naissance  après  ajustement  sur  le  groupe  (équivalent  d’une  analyse  stratifiée  chez  
les   cas   puis   chez   les   témoins)  :   nous   avons   utilisé   un   modèle   de   régression   linéaire.   Les  

variables   dont   la   valeur   de   p   <   0,05   sont   considérées   comme   des   facteurs   influençant   le  
poids  de  naissance.  

 

2.1.9  Facteurs  étudiés  

Les   facteurs   étudiés  dans   les   deux   populations   sont   le   lieu   de   naissance,   l’âge  

maternel,  la  gestité,  la  parité,  le  nombre  de  FIV,  l’IMC  maternel,  le  sexe  de  l’enfant,  le  type  

de  présentation,  la  présence  d’épisodes  de  métrorragies,  l’injection  de  corticoïdes  durant  la  
grossesse,   la   présence   d’une   circulaire   à   l’accouchement   ainsi   que   le   nombre  

d’hospitalisations  et  la  durée  de  celles-­‐ci.  
Concernant  la  parité,  les  femmes  ont  été  classées  en  2  catégories  :  nullipares  et  multipares.  

Pour  la  catégorie  «  IMC  »,  3  groupes  ont  été  définis  :  <  18,5  (état  de  dénutrition)  ;  18,5-­‐25  
(catégorie  de  poids  normal)  ;    >  25  (surpoids  et  obésité).  Enfin,  pour  différencier  les  femmes  

en  fonction  de  leur  âge  au  moment  de  la  grossesse,  nous  avons  effectué  3  groupes  :  <  25  ans  
(femmes  jeunes),  25-­‐35  ans  (âge  moyen),  >  35  ans  (âge  maternel  avancé).  

 

 
 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

15  

 

2.2

 

Présentation  des  résultats  

 

Sur  41  047  naissances  entre  2011  et  2015  dans  les  hôpitaux  de  la  Croix  Rousse  et  de  

l’HFME,  344  grossesses  ont  présenté  un  placenta  prævia.  La  prévalence  du  placenta  prævia  

est  donc  de  0.8  (8/1000  naissances)  durant  la  période  étudiée.  

Les  caractéristiques  obstétricales  des  cas  et  témoins  sont  présentées  dans  le  tableau  

1.  Les  2  populations  sont  comparables  en  termes

 

d’âge  maternel,  de  parité,  d’IMC  maternel,  

de   nombre   de   FIV,   du   sexe   de   l’enfant,   de   la   fréquence   de   circulaires   détectée   à  
l’accouchement.  Bien  que  la  différence  ne  soit  pas  statistiquement  significative,  on  note  que  

la  moyenne  d’âge  est  plus  élevée  dans  le  groupe  des  femmes  présentant  un  placenta  prævia  
(33  ans)  par  rapport  au  groupe  témoin  (30  ans).  De  plus,  la  fréquence  de  multipares  est  plus  

importante  dans  le  groupe  prævia  que  dans  le  groupe  témoin.  

Cependant,  les  grossesses  avec  placenta  prævia  présentent  un  taux  d’hospitalisation  

plus  important  (44,64%  vs  6,55%,  p  <  0,001),  avec  une  durée  moyenne  équivalente  (19J  vs  
16,6  J).  

La   fréquence   de   présentations   dystociques   (siège,   transverse),   de   cure   de   corticoïdes,  

d’épisodes   de   métrorragies   est   significativement   plus   élevée   dans   le   groupe   des   cas   par  
rapport  aux  témoins.  

 

 

 
 

 
 

 

 
 

 
 

 
 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

16  

 

Tableau  I  :  caractéristiques  obstétricales  dans  le  groupe  prævia  et  le  groupe  témoin  

 

 

Cas  PP  

Témoins  

 

 

 

nombre  

%  

nombre  

%  

 

HFME  

16  

28.57  

166  

49.40  

Croix  Rousse  

40  

71.43  

170  

50.6  

Lieu  de  naissance  

Total  

56  

100  

336  

100  

p=0.004  

<

 25  

2  

3.57  

38  

11.31  

25-­‐35  

41  

73.21  

251  

74.7  

>

 35  

13  

23.21  

47  

13.99  

Total  

56  

100  

336  

100  

Minimum  

19  

 

19  

 

Maximum  

42  

 

44  

 

Moyenne  

33  

 

30  

 

Age  maternel  

Médiane  

33  

 

30  

 

p=0.064  

Minimum  

1  

 

1  

 

 

Maximum  

8  

 

8  

 

 

Moyenne  

2  

 

2  

 

 

Gestité  

Médiane  

2  

 

2  

 

 

Nullipares    

19  

33.93  

155  

46.13  

Multipares  

37  

66.07  

181  

53.87  

Parité  

Total  

56  

100  

336  

100  

p=0.089  

18,5  

5  

8.93  

34  

10.12  

18,5-­‐25  

36  

64.29  

227  

67.56  

25  

13  

23.21  

73  

21.73  

Données  

manquantes  

2  

3.57  

2  

0.6  

Total  

56  

100  

336  

100  

Minimum  

16  

 

15,63  

 

Maximum  

36,72  

 

42,91  

 

Moyenne  

22,78  

 

22,73  

 

IMC  

Médiane  

21,93  

 

21,8  

 

p=0.926  

FIV  

 

3  

5.36  

15  

4.46  

p=0.768  

Cure  corticoïdes  

 

15  

26.79  

24  

7.14  

p<0.001  

PC  

42  

75  

317  

94.35  

Autres  (siège,  

transverse)  

14  

25  

19  

5.65  

Type  de  

présentation  

Total  

56  

100  

336  

100  

p<0.001  

Garçon  

27  

48.21  

179  

53.27  

Fille  

29  

51.79  

157  

46.73  

Sexe  de  l’enfant  

Total  

56  

100  

336  

100  

p=0.483  

Hospitalisation    

 

25  

44.64  

22  

6.55  

p<0.001  

Minimum  

2  

 

3  

 

 

Maximum  

63  

 

84  

 

 

Moyenne  

19  

 

16,64  

 

 

Durée  

d’hospitalisation    

Médiane  

15  

 

7,5  

 

 

Episode  MTR  

 

29  

51.79  

5  

1.48  

p<0.001  

Circulaire    

 

4  

7.14  

39  

11.61  

p=0.322  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

17  

 

Dans  un  deuxième  temps,  nous  avons  comparé  le  poids  de  naissance  moyen  entre  

nos  deux  populations.  Les  données  sont  présentées  dans  le  tableau  2.  Le  poids  moyen  dans  

le  groupe  témoin  est  de  2  964  g  et  de  2  887g  dans  le  groupe  des  cas.  Les  nouveau-­‐nés  issus  
de  grossesses  avec  placenta  prævia  sont  moins  gros  que  les  nouveau-­‐nés  du  groupe  témoin.  

Il   existe   une   différence   de   77g   entre   les   deux   groupes   qui   n’est   pas   statistiquement  
significative  (p  =  0.208).    

 

Tableau  II  :  comparaison  des  poids  de  naissance  entre  le  groupe  des  placentas  prævia  et  des  

témoins  

 

 

 

CAS  

TEMOINS  

 

MOYENNE  

2  887  

2  964  

p=0.208  

Minimum  

2  025  

1  940  

 

Maximum  

3  880  

4  370  

 

POIDS  BEBE  

Médiane  

2  860  

2  910  

 

 

Puis  nous  avons  calculé  le  nombre  de  PAG  dans  chaque  groupe.  Pour  cela,  nous  nous  

sommes   basés   sur   les   courbes   de   références   de   poids   néonatales   d’AUDIPOG   (cf   annexe).  
Les  PAG  étant  définis  comme  des  nouveau-­‐nés  avec  un  poids  de  naissance  <  10°  percentile  

selon  les  courbes  néonatales,  nous  avons  déterminé  quels  étaient  les  poids  au  10°  percentile  
en  fonction  de  l’âge  gestationnel  et  du  sexe  fœtale.  Nous  avons  pu  ainsi  comparer  les  poids  

de   référence   au   10°   percentile   avec   les   poids   des   nouveau-­‐nés   dans   les   deux   groupes   et  
avons  calculé  le  taux  de  PAG  dans  chaque  population.  Les  données  sont  indiquées  dans  le  

tableau  3.  Le  nombre  de  PAG  n’est  pas  statistiquement  significatif  entre  les  deux  groupes  
(p=0,094).  

 

Tableau  III  :  Comparaison  du  taux  de  PAG  dans  le  groupe  prævia  et  le  groupe  témoin  

 

 

Placenta  prævia    

n(%)  

Témoins  

n(%)  

p  

Taux  de  PAG  

5  (8.9%)  

13  (3.9%)  

0.094  

 

 

Par  la  suite,  nous  avons  voulu  estimer  l’impact  de  chaque  facteur  étudié  sur  le  poids  

de  naissance  afin  de  déterminer  si  l’un  d’eux  modifiait  le  poids  de  naissance  entre  nos  deux  
populations.   Pour   cela,   des   tests   de   Khi   2   ont   été   effectué   et   une   différence   significative  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

18  

 

existait  dès  lors  que  p  <  0,05.  Les  données  sont  présentées  dans  le  tableau  4.  L’influence  de  

chaque   facteur   a   été   étudiée   individuellement.   Nous   n’observons   aucune   différence   de  

poids  statistiquement  significative  en  fonction  d’aucun  facteur  étudié.    
 

Tableau  IV.  Impact  des  facteurs  étudiés  sur  le  poids  de  naissance  

 

 

 

PP  

Témoins  

p  

CR  

2920  

2991  

Lieu  

d’accouchement  

HFME  

2805  

2937  

p  =  0,146  

 

<  25  ans  

2715  

2936  

25-­‐35  ans  

2864  

2956  

Age  maternel  

>  35  ans  

2986  

3030  

p  =  0,157  

 

Primipares  

2952  

2865  

Parité  

Multipares  

2854  

3049  

p  =  0,117  

 

<  18,5  

2926  

2882  

18,5-­‐25  

2821  

2956  

>  25  

3073  

3026  

IMC  maternel  

Données  

manquantes  

2775  

2970  

p  =  0,225  

 

<  37  SA  

(prématurés)  

 

 

Age  

gestationnel  

>=  37  SA  (à  

terme)  

 

 

p  =  0,160  

 

Garçons  

2963  

3017  

Sexe  de  l’enfant  

 

Filles  

2817  

2904  

p  =  0,241  

 

OUI  

2840  

2786  

Hospitalisation  

NON  

2925  

2977  

p  =  0,111  

 

OUI  

2793  

2779  

Cure  de  CTC  

NON  

2922  

2978  

p  =  0,497  

 

OUI  

2773  

3124  

Episode  de  MTR  

NON  

3010  

2962  

p  =  0,896  

 

OUI  

2778  

2885  

Circulaire  

NON  

2896  

2974  

p  =  0,185  

 

OUI  

2465  

2783  

FIV  

NON  

2920  

2977  

p  =  0,214  

 

PC  

2866  

2969  

Type  de  

présentation  

Autre  (siège,  

transverse)  

2950  

2875  

p  =  0,164  

 

 

 
 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

19  

 

Enfin,   nous   avons   comparé   la   moyenne   des   poids   de   naissance   selon   le   sexe   de  

l’enfant   à   chaque   âge   gestationnel   dans   le   groupe   cas   et   témoin,   avec   pour   référence   les  

poids   moyens   des   nouveau-­‐nés   issus   des   courbes   AUDIPOG.   Les   résultats   sont   présentés  
sous  formes  d'histogrammes.  (figure  1)  

 

 

 

 

Figure  1  :  Moyennes  des  poids  de  naissance  en  fonction  de  l’âge  gestationnel  et  du  sexe  de  

l’enfant  

2250  

2450  

2650  

2850  

3050  

3250  

3450  

3650  

35  

36  

37  

38  

39  

40  

41  

Poids  de  

naissance  (g)  

Age  gestaconnel  (SA)  

Poids  des  garçons  

Poids  Garçons  

Audipog  
Poids  Garçons  

PP  
Poids  Garçons  T  

2100  

2300  

2500  

2700  

2900  

3100  

3300  

3500  

35  

36  

37  

38  

39  

40  

41  

Poids  de  

naissance  (g)  

Age  gestaconnel  (SA)  

Poids  des  Filles  

Poids  Filles  

Audipog  
Poids  Filles  PP  

Poids  Filles  T  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

20  

 

3.  Analyse  et  discussion  

 

3.1  Synthèse  des  résultats  principaux    

 

3.1.1  Réponse  à  l’hypothèse  principale  

Notre   étude   n’a   pas   montré   une   différence   de   poids   statistiquement   significative  

entre  les  nouveau-­‐nés  issus  d’une  grossesse  présentant  un  placenta  prævia  par  rapport  aux  

nouveau-­‐nés  issus  d’une  grossesse  où  le  placenta  est  non  bas  inséré  (p=0,208).  Il  aurait  fallu,  
d’après  nos  statistiques  initiales,  démontrer  une  différence  de  330g  entre  les  deux  groupes,  

or  notre  étude  ne  retrouve  qu’une  différence  de  77g,  ce  qui  reste  minime  et  ne  présente  pas  
d’impact  au  niveau  clinique.  Cependant,  les  nouveaux  nés  issus  d’une  grossesse  présentant  

un  placenta  prævia  sont  effectivement  moins  gros  comme  nous  l’avions  formulé  dans  notre  
hypothèse  de  départ.  

 

3.1.2  Réponse  à  l’hypothèse  secondaire  

Nous   n’avons   pas   démontré   non   plus   que   le   taux   de   PAG   (petit   pour   l’âge  

gestationnel)  était  différent  entre  les  deux  groupes  (p=0,094),  bien  qu’ils  soient  un  peu  plus  

nombreux  dans  le  groupe  prævia  (8,9%  vs  3,9%).  
 

3.2  Comparaison  des  résultats  à  la  littérature  

 

3.2.1  La  prévalence  

La  prévalence  du  placenta  prævia  dans  cette  étude  est  de  8/1000  naissances.  Elle  est  

plus  élevée  que  dans  la  plupart  des  études  qui  retrouvent  une  fréquence  de  2  à  7  pour  1000  

grossesses.   [7,8,14,18,19]   Cela   peut   s’expliquer   par   le   fait   que   cette   étude   se   déroule  
uniquement  dans  des  centres  de  niveaux  3  où  la  prévalence  des  grossesses  pathologiques  

est  plus  élevée.    

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

21  

 

3.2.2  Les  facteurs  de  risque  de  placenta  prævia  

Bien   que   le   but   n’était   pas   d’étudier   les   facteurs   de   risques   de   survenue   d’un  

placenta  prævia,  nous  retrouvons,  comme  dans  la  plupart  des  études,  que  sa  présence  est  

plus  importante  chez  les  femmes  d’un  âge  avancé  et  chez  les  multipares.  [1,5,7]  Cependant,  
la  FIV  ne  semble  pas  être  un  facteur  de  risque  de  placenta  prævia  dans  notre  étude,    ce  qui  

va  à  l’encontre  de  ce  que  l’on  peut  retrouver  dans  la  littérature.  [6]  Cela  peut  être  dû  au  fait  
qu’en  cas  de  FIV,  il  y  a  aussi  plus  d’anomalies  congénitales,  hors  nous  les  avons  exclues  de  

l’étude.    
 

3.2.3  Les  épisodes  de  métrorragies  

Comme   les   autres   études,   on   retrouve   un   taux   plus   important   d’épisodes   de  

métrorragies  dans  le  groupe  prævia,  de  manière  significative,  la  moitié  des  cas  ayant  saigné.  
En   principe,   1/3   sont   asymptomatiques,   dans   notre   étude,   la   moitié   n’a   pas   présenté  

d’épisodes   de   métrorragies.   [1,15]   Bien   que   l’on   ne   puisse   pas   prédire   le   risque   de  
saignement   en   cas   de   placenta   prævia,   on   peut   penser   que   le   taux   est   moins   élevé   dans  

l’étude  étant  donné  que  notre  population  n’inclut  que  des  femmes  qui  n’ont  pas  d’autres  

pathologies  gravidiques  et  qui  n’ont  aucune  coagulopathie.  
 

3.2.4  Menace  d’accouchement  prématuré  

Le  taux  d’hospitalisation  est  significativement  plus  important  dans  le  groupe  des  cas  

par   rapport   aux   témoins,   de   même   pour   les   patientes   ayant   bénéficiées   d’une   cure   de  

corticoïdes   durant   la   grossesse.   Cela   démontre   que,   dans   notre   étude,   le   taux   de   menace  
d’accouchement   prématuré   est   plus   important   dans   le   groupe   des   cas.   Il   semble   en   effet  

logique   que   les   patientes   présentant   un   placenta   prævia   soient   plus   à   risque  

d’accouchement  prématuré  que  les  patientes  du  groupe  témoin  étant  donné  que  le  groupe  
témoin   inclut   seulement   des   grossesses   physiologiques   donc   sans   risque   surajouté   de  

complications  gravidiques.  De  plus,  la  survenue  d’épisodes  de  MTR  est  plus  fréquente  chez  
les  patientes  présentant  un  placenta  prævia,  dès  lors,  le  taux  d’hospitalisation  est  plus  élevé.  

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

22  

 

3.2.5  Le  poids  de  naissance  

En  ce  qui  concerne  le  poids  de  naissance,  nous  n’avons  pas  démontré  qu’il  existait  

une  différence  de  poids  statistiquement  significative  entre  les  deux  groupes,  tout  comme  la  

plupart  des  études.  [8,10,11,18,19,20,25]  Cependant,  la  formation  du  segment  inférieur  de  
l’utérus   ayant   lieu   au   3

ème

  trimestre   de   la   grossesse,   il   était   intéressant   d’évaluer   si   l’on  

retrouvait  une  différence  de  poids  significative  chez  des  nouveau-­‐nés  à  terme,  étant  donné  
qu’ils   étaient   exposés   plus   longtemps   à   la   présence   du   placenta   prævia.   On   pouvait   donc  

penser  que  si  un  placenta  bas  inséré  était  une  cause  de  l’altération  des  échanges  materno-­‐
fœtaux   comme   l’énonce   Schneiderman   dans   son   étude   [11],   le   fait   d’être   exposé   plus  

longtemps   à   ce   phénomène   aurait   été   un   facteur   de   risque   de   mauvaise   prise   pondérale  

pour   l’enfant.   Or,   bien   qu’il   existe   une   différence   en   terme   de   poids   de   naissance   plus  
importante  entre  les  nouveau-­‐nés  à  terme  (87g)  qu’entre  les  nouveau-­‐nés  prématurés  dans  

les  deux  populations  (46g)  celle-­‐ci  n’est  toujours  pas  significative  (p  =  0,160).  Des  résultats  
divergents  sont  retrouvés  dans  l’étude  rétrospective  de  Tuzovic  et  al.  en  2003.  Leur  étude  se  

déroulait  sur  10  ans  (entre  92  et  2001)  en  Croatie  et  incluait  1206  grossesses  uniques,  202  
présentant  un  placenta  prævia  et  1004  sans  placenta  bas  inséré.  Il  démontre,  contrairement  

à  nous,  que  les  nouveau-­‐nés  à  terme  issus  du  groupe  prævia  sont  significativement  moins  
gros  que  les  nouveau-­‐nés  du  groupe  témoin  (3300  g  vs  3500g,  p<0,001).  [7]  Cette  différence  

peut   s’expliquer   par   le   fait   qu’ils   n’ont   exclu   aucune   femme   enceinte   présentant   des  

pathologies   pouvant   impacter   la   croissance   fœtale,   ainsi   qu’aucune   anomalie   congénitale,  
ce  qui  a  pu  accentuer  la  différence  de  poids  retrouvée  entre  les  deux  groupes.  

 

3.3  Discussion    

 

3.3.1  La  problématique  du  PAG  :    

Nous  avons  voulu  évaluer  si  le  taux  de  PAG  était  significativement  différent  dans  nos  

deux  groupes  et  ainsi  démontrer  que  l’insertion  du  placenta  sur  l’orifice  interne  du  col  utérin  

était   un   phénomène   pouvant   altérer   la   croissance   fœtale.   Or,   les   PAG,   dont   le   taux   est  
d’environ   9%   dans   la   population   générale,   représentent   deux   catégories   d’enfants  :   ceux  

constitutionnellement   petits   et   ceux   dont   la   croissance   est   altérée   par   un   phénomène  
pathologique.   [24,29]   Dans   notre   étude,   nous   retrouvons   un   taux   plus   important   de   PAG  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

23  

 

dans  le  groupe  prævia  que  dans  celui  témoin,  sans  pour  autant  être  significatif.  Cependant,  

nous   n’avons   pas   pu   différencier   les   PAG   constitutionnels   de   ceux   liés   à   un   processus  

pathologique.   Bien   que   nous   ayons   tenté   d’éliminer   les   autres   facteurs   pouvant   altérer   la  
croissance  fœtale,  il  se  peut  que  les  PAG  répertoriés  dans  nos  groupes  soient  des  enfants  

petits   constitutionnellement.   En   effet,   le   risque   d’avoir   un   PAG   constitutionnel   dépend  
essentiellement  des  facteurs  génétiques  parentaux.  [30]  Il  aurait  donc  fallu  pouvoir  étudier  

les   morphotypes   parentaux   afin   de   déterminer   si   le   PAG   était   constitutionnel   ou   non.   Or,  
l’étude  étant  rétrospective,  nous  n’avions  pas  accès  à  toutes  ces  données.  Pour  diminuer  le  

risque   de   trouver   des   petits   constitutionnels,   nous   avons   seulement   éliminé   les   patientes  
ayant   des   ATCD   de   PAG   lors   de   grossesses   précédentes   (or   c’est   un   facteur   de   risque  

identifié  de  PAG  avec  un  OR=4).  [29]  Cependant,  il  se  peut  que  les  primipares  aient  donné  
naissance  à  des  petits  constitutionnels  compte  tenu  de  la  morphologie  des  parents,  celle-­‐ci  

n’ayant  pu  être  étudiée.  

Il  est  important  de  pouvoir  faire  la  distinction  entre  les  deux  catégories  de  PAG  afin  

de   déterminer   la   prise   en   charge   optimale   de   ces   enfants.   En   effet,   dans   le   cas   d’un   PAG  

constitutionnel,  aucune  prise  en  charge  spécifique  n’est  à  mettre  en  place,  le  bien  être  de  
l’enfant   n’étant   pas   altéré.   Dans   le   cas   de   PAG   lié   à   un   processus   pathologique,   une  

surveillance  renforcée  et  prise  en  charge  active  semblent  nécessaire.  [31]          

 

La   difficulté   pour   distinguer   ces   PAG   vient   également   du   fait   que   les   qualités  

diagnostiques   pour   le   dépistage   du   PAG   sont   assez   faibles,   les   courbes   de   croissance  

actuelles   n’étant   pas   adaptées.   [32]   En   effet,   ¾   des   PAG   ne   seraient   pas   dépistés   en  
anténatal  du  fait  de  l’utilisation  de  courbes  de  croissance  indifférenciées  sur  le  sexe  fœtal.  

[23]  Les  courbes  de  poids  à  la  naissance  tiennent  compte  du  sexe  mais  cela  ne  permet  pas  de  
faire  la  distinction  entre  les  deux  catégories  de  PAG.  Ainsi,  les  dernières  recommandations  

du  CNGOF  mettent  en  avant  l’intérêt  d’instaurer  des  courbes  ajustées  individuelles  de  poids  
fœtal   afin   de   différencier   justement   ces   PAG   constitutionnels   des   PAG   liés   à   un   processus  

pathologique.   A   priori,   5%   des   nouveau-­‐nés   seraient   reclassés   lorsque   l’on   passe   d’une  
courbe  de  poids  en  population  à  une  courbe  de  poids  ajustée  individuelle.  [24]  

 

Ce   débat   reste   toujours   d’actualité   et   de   nombreuses   études   tentent   d’y   répondre  

afin  de  tendre  au  final  vers  une  homogénéisation  des  pratiques  pour  tous  les  professionnels  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

24  

 

de  la  périnatalité,  et  ainsi  éviter  le  dépistage  à  tort  de  PAG  lié  à  un  processus  pathologique  

qui  engendre  un  excès  de  prématurité  induite.  

 

3.3.2  Facteurs  de  confusion  

Plusieurs   points   auraient   été   intéressants   à   étudier   concernant   les   patientes  

présentant  un  placenta  prævia.    

 

!

 

Métrorragies  

Il  aurait  été  pertinent  de  pouvoir  évaluer  l’impact  des  MTR  sur  le  poids  de  naissance  

en   comparant   les   placentas   prævia   symptomatiques   et   asymptomatiques   durant   la  

grossesse.  En  effet,  il  n’y  a  pas  de  consensus  à  ce  jour  sur  l’impact  des  saignements  sur  la  
croissance   fœtale.   Varma   énonce   dans   son   étude   qu’il   y   a   une   bonne   corrélation   entre   le  

nombre   d’épisodes   de   métrorragies   et   la   croissance   fœtale,   étant   donné   que   tous   les  
enfants  PAG  détectés  faisaient  partis  du  groupe  des  patientes  ayant  saigné.  [21]  Ce  ne  fut  

pas   la   conclusion   de   Harper   en   2010   qui   démontre   que   le   taux   de   PAG   n’est   pas  
statistiquement  différent  entre  ses  deux  groupes  (7.2%  versus  7,2%,  RR=1,  p=0.7)  alors  que  

le   taux   d’épisodes   de   MTR   est   significativement   plus   élevé   dans   son   groupe   prævia   (17%  

versus  5,8%,  p<0,01).  [12]  

 

!

 

Alitement  prolongé  

L’alitement  durant  la  grossesse,  principalement  préconisé  pour  favoriser  le  repos  en  

cas   de   menace   d’accouchement   prématuré,   permettrait   de   diminuer   la   survenue   de  

contractions  utérines  et  de  favoriser  le  flux  sanguin  pour  une  meilleure  vascularisation  du  
fœtus.  [33,34]  Ainsi,  on  aurait  pu  penser  qu’en  cas  de  placenta  prævia,  les  patientes  étant  

plus  souvent  hospitalisées  et  mises  au  repos  strict  (afin  d’éviter  la  survenue  de  contraction  

utérine  et  de  diminuer  le  risque  de  métrorragies)  [33]  seraient  plus  à  même  de  prendre  du  
poids   pendant   leur   grossesse   et   les   échanges   pouvant   être   améliorés   entre   la   mère   et   le  

fœtus,   on   aurait   pu   observer   une   prise   pondérale   plus   importante   chez   l’enfant.   Ce  
phénomène   reste   controversé.   On   retrouve   une   étude   en   2010   qui   conclut   qu’il   y   aurait  

effectivement  une  différence  de  poids  de  naissance  chez  les  bébés  dont  les  mères  auraient  
été  alitées  un  long  moment  par  rapport  à  celles  qui  ne  l’ont  pas  été.  D’après  les  auteurs,  la  

croissance   fœtale   serait   améliorée   lorsque   les   mères   sont   hospitalisées   et   au   repos.   [35]  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

25  

 

Mais  l’étude  porte  sur  des  grossesses  multiples,  et  d’autres  auteurs  restent  perplexes  quant  

au  bénéfice  du  repos  sur  la  prévention  du  retard  de  croissance.  [33,36,37]  

 

!

 

Caractère  recouvrant  ou  marginal  du  placenta  prævia  

La   classification   du   placenta   prævia   est   un   élément   primordial   pour   déterminer   la  

conduite  à  tenir  à  l’accouchement  (accord  voie  basse  ou  césarienne).  [1]  Cependant,  il  aurait  
été   intéressant   d’évaluer   si   le   placenta   prævia   recouvrant,   qui   s’insère   totalement   sur   le  

segment   inférieur   de   l’utérus,   était   un   facteur   de   plus   mauvais   pronostic   en   terme   de  
croissance  fœtale  par  rapport  à  ceux  insérés  plus  en  amont  de  l’orifice  interne  du  col  utérin.  

Des  études  s’y  sont  intéressées  [18,38]  et  ne  retrouvent  à  priori  aucune  différence  de  poids  
chez  les  nouveau-­‐nés  issus  d’une  grossesse  présentant  un  placenta  prævia  recouvrant  des  

autres   placentas   prævia   (2370g   dans   le   groupe   des   PP   recouvrants   versus   2500g   dans   le  

groupe  des  PP  mineurs,  p=0.5).  [18]  

 

Les  trois  points  cités  précédemment  n’ont  malheureusement  pas  pu  être  étudiés  ici,  

le   nombre   de   cas   inclus   dans   l’étude   étant   trop   petit.   De   plus,   il   aurait   fallu   également  
apparier  les  sous-­‐groupes  sur  l’âge  gestationnel  afin  que  la  prématurité  n’influence  pas  les  

résultats.    

 

3.3.3  Histogrammes  

Les   histogrammes   élaborés   pour   comparer   les   poids   de   naissance   à   chaque   âge  

gestationnel  sont  difficiles  d’interprétation  étant  donné  le  petit  nombre  de  cas  de  l’étude.  En  
effet,  le  fait  de  les  subdiviser  en  groupes  selon  le  sexe  et  le  terme  de  l’accouchement  fait  

que  l’on  obtient  des  résultats  qui  ont  peu  de  sens.  La  seule  chose  que  l’on  remarque  et  qui  
soit   cohérente,   c’est   que   les   nouveau-­‐nés   du   groupe   témoin,   que   ce   soit   les   filles   ou   les  

garçons,  sont  globalement  plus  gros  à  chaque  âge  gestationnel  que  ce  que  nous  montrent  
les  courbes  de  références  d’AUDIPOG.  Etant  donné  que  notre  population  témoin  ne  compte  

que   des   patientes   sans   pathologie   gravidique   ou   des   nouveau-­‐nés   sans   anomalie  
congénitale,  il  semble  logique  que  les  nouveau-­‐nés  de  ce  groupe  soit  globalement  plus  gros  

que   ceux   des   courbes   de   références   qui   tiennent   compte   également   des   nouveau-­‐nés  

présentant  des  pathologies.  

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

26  

 

3.4  Faiblesses  et  forces  de  l’étude  

•  Les  faiblesses  

!

 

Etude  rétrospective  

Le   caractère   rétrospectif   de   cette   étude   fait   qu’elle   revêt   d’un   faible   niveau   de  

preuve  scientifique  comme  il  est  défini  dans  les  recommandations  HAS.  En  effet,  les  données  
recueillies  provenant  des  dossiers  obstétricaux  des  patientes,  il  se  peut  que  nous  ayons  des  

biais   d’information,   plus   particulièrement   en   ce   qui   concerne   la   gestité,   la   parité,   l’IMC  

maternel  ou  encore  la  classification  du  placenta  prævia.  

!

 

Manques  de  données    

La  prise  de  poids  maternelle  n’était  pas  renseignée  dans  la  majorité  des  dossiers.  Or  

selon  une  étude  récente,  il  semblerait  qu’une  prise  de  poids  excessive  durant  la  grossesse  

augmente   le   risque   d’avoir   un   enfant   PAG.   [39]   ce   qui   n’est   pas   retrouvée   dans   d’autres  
études.  Mais  ce  qui  semble  sûr,  c’est  que  l’IMC  maternel  en  début  de  grossesse  et  la  prise  de  

poids  des  femmes  durant  la  grossesse  impacteraient  le  poids  de  naissance.  [40,41]    

De   plus,   l’anémie   maternelle   n’a   pas   pu   être   évaluée   au   vue   de   l’absence   des  

données   concernant   le   taux   d’hémoglobine   maternel   dans   les   dossiers   informatisés,   alors  

qu’il  semblerait  qu’elle  soit  un  facteur  de  risque  indépendant  de  petit  poids  de  naissance.  
[42]  Enfin,  nous  avions  peu  d’informations  dans  les  dossiers  concernant  le  père.  

!

 

Manque  de  puissance  

Nous  nous  sommes  basés  sur  un  nombre  de  cas  défini  qui  était  de  56,  afin  de  ne  pas  

effectuer   l’étude   sur   de   trop   nombreuses   années,   les   recommandations   et   les   pratiques  
évoluant   rapidement.   De   plus,   le   fait   d’avoir   exclu   de   nombreux   facteurs   de   confusions  

potentiels  a  rendu  difficile  le  recrutement  des  patientes,  notamment  pour  le  groupe  des  cas.      
Afin  d’atténuer  ce  manque  de  puissance,  nous  avons  recueilli  un  grand  nombre  de  témoins.  

Ce  faible  nombre  de  cas  justifiait  aussi  le  fait  qu’on  doive  retrouver  une  différence  de  330g  
entre   les   deux   groupes   pour   conclure   qu’elle   était   significative,   ce   qui   semblait   assez  

optimiste.    

Le  manque  de  puissance  de  cette  étude  a  pu  engendrer  que  l’on  retrouve  des  «  p  »  

significatifs  dus  au  hasard.  Cependant,  dans  l’analyse  de  régression  linéaire  effectuée,  nous  

ne  retrouvons  aucun  «  p  »  statistiquement  significatif,  aucun  facteur  ne  semblant  impacter  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

27  

 

de   manière   significative   le   poids   de   naissance   entre   les   deux   groupes.   Pour   autant,   il  

convient  de  rester  prudent  quant  à  l’interprétation  de  nos  résultats.  

 

•  Les  forces  

!

 

Facteurs  d’inclusion  

Pour   pallier   à   un   biais   de   classement   potentiel   du   placenta   prævia,   nous   n’avons  

retenu  dans  le  groupe  des  cas  que  les  placentas  prævia  recouvrants  et  marginaux  (<  0,2  cm  
de  l’OI  de  l’utérus),  excluant  les  latéraux.  De  plus,  nous  avons  inclus  seulement  les  placentas  

prævia  délivrés  par  césarienne  (moment  où  le  diagnostic  de  placenta  prævia  a  été  réaffirmé  
par  échographie  endovaginale)  afin  de  diminuer  le  risque  de  considérer  un  placenta  non  bas  

inséré  comme  prævia.    

!

 

Facteurs  d’exclusion  

L’impact   du   placenta   prævia   sur   le   poids   de   naissance   ayant   été   étudié   à   de  

nombreuses   reprises,   un   des   points   qui   différencie   notre   étude   de   celles   réalisées  
précédemment   tient   au   fait   que   nous   ayons   exclu   de   nombreux   facteurs   de   confusions  

potentiels.   En   effet,   l’exclusion   des   pathologies   materno-­‐fœtales   pouvant   engendrer   un  
défaut  de  croissance  fœtale  a  permis  de  diminuer  le  risque  qu’une  différence  de  poids  de  

naissance   entre   les   deux   groupes   puisse   être   la   conséquence   d’un   autre   facteur   que   la  
présence   du   placenta   prævia.   Ainsi,   si   nous   avions   trouvé   qu’il   existait   une   différence   de  

poids  statistiquement  significative  entre  nos  deux  populations,  nous  aurions  pu  conclure  que  
cette  différence  était  certainement  due  à  la  présence  du  placenta  bas  inséré.  Cela  reste  à  

nuancer   toutefois   étant   donné   que   d’autres   facteurs   peuvent   jouer   un   rôle   dans   ce  

processus.  Certains  n’ont  pas  pu  être  pris  en  compte  dans  cette  étude,  telles  que  les  origines  
ethniques,  les  facteurs  génétiques  ou  encore  socioéconomiques.  D’autre  part,  de  récentes  

études  ont  commencé  à  s’intéresser  aux  facteurs  paternels  pouvant  eux  aussi  influencer  le  
potentiel   de   croissance   fœtale.   Il   est   vrai   que   les   précédentes   études   s’intéressent  

principalement   aux   facteurs   maternels   alors   qu’il   semble   logique   d’étudier   également   les  
caractéristiques   paternelles.   Une   revue   de   la   littérature   met   en   avant   le   fait   que   certains  

facteurs   paternels   influenceraient   significativement   le   poids   de   naissance   de   l’enfant  tels  
que   le   poids   de   naissance   du   père   ou   encore   sa   taille.   Il   semblerait   également   que  

l’exposition  à  des  produits  toxiques  au  travail  ainsi  qu’un  faible  niveau  d’éducation  seraient  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

28  

 

des  facteurs  de  risque  de  petit  poids  de  naissance.  [43]  Cela  reste  à  nuancer  étant  donné  

que   les   études   n’ont   pris   en   compte   que   les   facteurs   paternels   sans   tenir   compte   des  

caractéristiques  maternelles.  Il  serait  alors  intéressant  d’étudier  l’influence  simultanée  des  
facteurs  parentaux  sur  le  potentiel  de  croissance  fœtale.    

!

 

Appariement  en  amont  sur  l’âge  gestationnel  

Le  fait  d’avoir  apparié  nos  deux  populations  en  amont  sur  l’âge  gestationnel  a  permis  

d’exclure  le  biais  potentiel  lié  à  la  prématurité.  En  effet,  de  nombreuses  études  ayant  étudié  
l’impact  du  placenta  prævia  sur  la  croissance  fœtale  concluent  qu’une  différence  de  poids  

significative   existe   entre   les   nouveau-­‐nés   du   groupe   prævia   par   rapport   à   leur   groupe  
témoin,   celle-­‐ci   étant   principalement   due   au   taux   de   prématurité   plus   important   dans   le  

groupe  des  patientes  présentant  un  placenta  prævia.  [10,19]  En  effet,  n’ayant  pas  apparié  
leur  deux  populations  en  amont  sur  l’âge  gestationnel,  ils  retrouvent  un  taux  de  prématurité  

induite   significativement   plus   élevé   dans   le   groupe   des   placentas   prævia.   A   titre  

d’illustration,  une  étude  canadienne  trouve  un  taux  de  prématurité  de  46%  dans  le  groupe  
prævia  versus  7%  dans  le  groupe  témoin  [11],  ce  qui  est  également  retrouvé  dans  d’autres  

études.  [7,19]  

 

3.5  Propositions  

 

 

Au  vu  des  constats  faits  précédemment,  il  serait  pertinent  de  pouvoir  réitérer  cette  

étude   à   plus   grande   échelle   afin   de   pouvoir   étudier   l’impact   du   repos   et   des   épisodes   de  

métrorragies   durant   la   grossesse   sur   le   poids   de   naissance,   ainsi   que   de   comparer   les  
placentas  prævia  recouvrant  des  autres  placentas  bas  insérés.  De  plus,  il  semblerait  judicieux  

d’intégrer   l’étude   des   facteurs   parentaux   dans   une   étude   dont   le   but   est   d’évaluer   la  
croissance  fœtale.  

D’après  notre  étude  et  la  majorité  des  résultats  retrouvés  dans  la  littérature,  il  n’y  a  

pas   d’argument   valide   pour   estimer   qu’il   faudrait   instaurer   des   échographies  
supplémentaires   durant   la   grossesse   pour   évaluer   la   croissance   fœtale   en   cas   de   placenta  

bas   inséré.      Cependant,   des   complications   hémorragiques   pouvant   survenir   durant   la  
grossesse,  une  échographie  supplémentaire  pendant  le  3

ème

 trimestre  reste  primordiale  pour  

déterminer  la  persistance  ou  non  du  placenta  bas  inséré.  Dès  lors,  c’est  aussi  l’occasion  pour  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

29  

 

l’opérateur   de   réévaluer   les   biométries   fœtales   et   donc   la   croissance   du   fœtus,   une  

échographie  étant  rarement  ciblée  sur  la  vérification  placentaire  seulement.    

De   plus,   il   ne   semble   pas   nécessaire   de   prévoir   une   prise   en   charge   postnatale  

renforcée  systématiquement  pour  le  nouveau-­‐né,  en  dehors  du  risque  lié  à  la  prématurité  
induite  par  ce  phénomène  et  du  risque  d’anémie  en  cas  d’incision  transplacentaire.  

Enfin,  l’homogénéisation  des  courbes  de  croissance,  anténatale  et  postnatale,  reste  

une  question  importante,  pour  une  meilleure  détection  des  PAG  afin  de  ne  pas  détecter  à  

tort  des  PAG  liés  à  un  processus  pathologique  alors  que  ce  sont  des  PAG  constitutionnels.  
Cela   permettrait   ainsi   d’éviter   une   prise   en   charge   iatrogène   qui   engendre   un   excès   de  

prématurité  induite.  
 

 
 

 
 

 

 
 

 
 

 
 

 
 

 

 
 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

30  

 

Conclusion  

Cette  étude  n’a  pas  pu  conclure  qu’il  existait  une  différence  de  poids  statistiquement  

significative  entre  les  nouveau-­‐nés  issus  d’une  grossesse  présentant  un  placenta  prævia  par  

rapport   aux   nouveau-­‐nés   issus   d’une   grossesse   sans   placenta   bas   inséré.   De   plus,   nous  

n’avons   pas   montré   que   le   taux   de   PAG   était   augmenté   de   manière   significative   chez   les  
patientes   dont   la   grossesse   est   compliquée   par   un   placenta   prævia.   Ainsi,   on   peut   penser  

que   l’insertion   pathologique   du   placenta   sur   le   segment   inférieur   de   l’utérus   n’est   pas   un  
facteur   de   risque   d’altération   des   échanges   materno-­‐fœtaux.   Dès   lors,   il   n’y   aurait   pas   de  

justification   à   instaurer   des   échographies   supplémentaires   durant   la   grossesse   afin   de  
vérifier   la   croissance   fœtale.   En   effet,   lorsqu’une   différence   de   poids   de   naissance   est  

retrouvée  dans  les  études  précédemment  menées,  elle  est  principalement  due  au  taux  plus  
élevé  de  prématurité  induite  dans  le  groupe  prævia.  Cependant,  il  est  délicat  de  conclure  à  

ce   sujet   étant   donné   la   difficulté   à   contrôler   et   à   étudier   individuellement   l’impact   des  

multiples   facteurs   impliqués   dans   le   processus   de   la   croissance   fœtale   (notamment   les  
facteurs  génétiques  ou  environnementaux).  

Toutefois,   il   a   largement   été   prouvé   que   la   présence   d’un   placenta   prævia   est   un  

facteur   de   complications   de   la   grossesse,   comme   on   le   retrouve   dans   cette   étude,  

considérant   le   taux   important   d’hospitalisation   et   d’épisodes   de   métrorragies   répertoriés  
chez   ces   patientes.   Aussi,   il   convient   de   rester   vigilant   quant   à   la   surveillance   de   ces  

grossesses   compliquées   d’un   placenta   prævia,   notamment   du   fait   du   risque   d’hémorragie  
massive  qui  augmente  avec  l’avancée  de  la  grossesse  et  lors  de  l’accouchement.  De  plus,  le  

risque   de   placenta   accreta   étant   augmenté,   la   détermination   précise   de   la   localisation  

placentaire   par   l’échographie   endovaginale   au   3

ème

  trimestre   reste   primordiale   afin  

d’adapter  la  conduite  à  tenir  pour  la  grossesse  et  l’accouchement.    

Malgré   l’absence   de   consensus   concernant   la   prise   en   charge   de   ces   patientes,   les  

recommandations  s’accordent  pour  dire  qu’une  surveillance  rapprochée  en  fin  de  grossesse  

semble  raisonnable  :  soit  à  l’hôpital,  soit  par  une  sage-­‐femme  à  domicile,  ce  qui  peut  être  
plus  acceptable  et  rassurant  pour  la  patiente.  

 
 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

31  

 

Références  bibliographiques  

 

[1]  Kayem  G,  Keita  H.  Prise  en  charge  des  placenta  prævia  et  accreta.  J  Gynecol  Obstet  Biol  
Reprod  2014  Dec;43(10):1142-­‐60.  

[2]  Oyelese  Y,  Smulian  JC.  Placenta  previa,  placenta  accreta,  and  vasa  previa.  Obstet  Gynecol.  
2006  Apr;107(4):927-­‐41  

[3]  Lansac  J,  Magnin  G,  Sentilhes  L.  Obstétrique  pour  le  praticien.  6ème  ed.  Paris:  Masson;  
2013.  

[4]  Rowe  T.  Placenta  previa.  J  Obstet  Gynaecol  Can.  2014  Aug;36(8):667-­‐8.  

[5]  Faiz  AS,  Ananth  CV.  Etiology  and  risk  factors  for  placenta  previa:  an  overview  and  meta-­‐
analysis  of  observational  studies.  J  Matern-­‐Fetal  Neonatal  Med.  2003  Mar;13(3):175-­‐90  

[6]  Räisänen  S,  Kancherla  V,  Kramer  MR,  Gissler  M,  Heinonen  S.  Placenta  Previa  and  the  Risk  
of   Delivering   a   Small-­‐for-­‐Gestational-­‐Age   Newborn:   Obstet   Gynecol.   2014   Aug;124(2,   Pt  
1):285-­‐91  

[7]   Tuzović   L,   Djelmis   J,   Ilijić   M.   Obstetric   risk   factors   associated   with   placenta   previa  
development:  case-­‐control  study.  Croat  Med  J.  2003  Dec;44(6):728-­‐33  

[8]  Ananth  CV,  Demissie  K,  Smulian  JC,  Vintzileos  AM.  Relationship  among  placenta  previa,  
fetal   growth   restriction,   and   preterm   delivery:   a   population-­‐based   study.   Obstet   Gynecol.  
2001  Aug;98(2):299-­‐306  

[9]  Cresswell  JA,  Ronsmans  C,  Calvert  C,  Filippi  V.  Prevalence  of  placenta  praevia  by  world  
region:  a  systematic  review  and  meta-­‐analysis.  Trop  Med  Int  Health.  2013  Jun;18(6):712-­‐24  

[10]  Lal  AK,  Hibbard  JU.  Placenta  previa:  an  outcome-­‐based  cohort  study  in  a  contemporary  
obstetric  population.  Arch  Gynecol  Obstet.  2015Aug;292(2):299-­‐305  

[11]   Schneiderman   M,   Balayla   J.   A   comparative   study   of   neonatal   outcomes   in   placenta  
previa   versus   cesarean   for   other   indication   at   term.   J   Matern-­‐Fetal   Neonatal   Med.   2013  
Jul;26(11):1121-­‐7  

[12]   Harper   LM,   Odibo   AO,   Macones   GA,   Crane   JP,   Cahill   AG.   Effect   of   placenta   previa   on  
fetal  growth  Am  J  Obstet  Gynecol.  2010  Oct;203(4):330.e1-­‐5  

[13]   Dashe   JS,   McIntire   DD,   Ramus   RM,   Santos-­‐Ramos   R,   Twickler   DM.   Persistence   of  
placenta  previa  according  to  gestational  age  at  ultrasound  detection.  Obstet  Gynecol.  2002  
May;99(5  Pt  1):692-­‐7.  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

32  

 

[14]  Ogueh  O,  Morin  L,  Usher  RH,  Benjamin  A.  Obstetric  implications  of  low-­‐lying  placentas  
diagnosed  in  the  second  trimester.  Int  J  Gynecol  Obstet.  2003  Oct;83(1):11-­‐7.  

[15]   Hill   DJ,   Beischer   NA.   Placenta   praevia   without   antepartum   haemorrhage.   Aust   N   Z   J  
Obstet  Gynaecol.  1980  Feb;20(1):21–3.  

[16]  Cabrol  D,  Goffinet  F.  Protocoles  cliniques  en  obstétrique  Abrégés  de  périnatalité  4

ème

 ed  

Elsevier  Masson  2013    

[17]   Smith   RS,   Lauria   MR,   Comstock   CH,   Treadwell   MC,   Kirk   JS,   Lee   W,   et   al.   Transvaginal  
ultrasonography  for  all  placentas  that  appear  to  be  low-­‐lying  or  over  the  internal  cervical  os.  
Ultrasound  Obstet  Gynecol.  1997  Jan;9(1):22-­‐4.  

[18]  Bahar  A,  Abusham  A,  Eskandar  M,  Sobande  A,  Alsunaidi  M.  Risk  factors  and  pregnancy  
outcome  in  different  types  of  placenta  previa.  J  Obstet  Gynaecol  Can.  2009  Feb;31(2):126-­‐31  

[19]   Crane   JM,   van   den   Hof   MC,   Dodds   L,   Armson   BA,   Liston   R.   Neonatal   outcomes   with  
placenta  previa.  Obstet  Gynecol.  1999  Apr;93(4):541-­‐4.  

[20]  Yeniel  AO,  Ergenoglu  AM,  Itil  IM,  Askar  N,  Meseri  R  Effect  of  placenta  previa  on  fetal  
growth  restriction  and  stillbirth.  Arch  Gynecol  Obstet.  2012  Aug;286(2):295-­‐8.  

[21]   Varma   TR.   Fetal   growth   and   placental   function   in   patients   with   placenta   praevia.   J  
Obstet  Gynaecol  Br  Commonw.  1973  Apr;80(4):311-­‐5.  

[22]   Tuzovic   L.   Complete   versus   incomplete   placenta   previa   and   obstetric   outcome.   Int   J  
Gynaecol  Obstet.  2006  May;93(2):110-­‐7.  

[23]  Retard  de  croissance  intra-­‐utérin  :  recommandations  pour  la  pratique  clinique  –  Texte  
court  J  Gynecol  Obstet  Biol  Reprod.  2013  Dec;42(8):1018-­‐25    

[24]   Ego   A.   Définitions   :   petit   poids   pour   l’âge   gestationnel   et   retard   de   croissance   intra-­‐
utérin.  J  Gynecol  Obstet  Biol  Reprod.  2013  Dec;42(8):872-­‐94.  

[25]   Rosenberg   T,   Pariente   G,   Sergienko   R,   Wiznitzer   A,   Sheiner   E.   Critical   analysis   of   risk  
factors  and  outcome  of  placenta  previa.  Arch  Gynecol  Obstet.  2011  Jul;284(1):47-­‐51.  

[26]   Protocole   Aurore   placenta   prævia   prise   en   charge   et   transfert      24/06/2010    

https://www.aurore-­‐perinat.org/

     

[27]   Flamant   C,   Gascoin   G.   Devenir   précoce   et   prise   en   charge   néonatale   du   nouveau-­‐né  
petit  pour  l’âge  gestationnel.  J  Gynecol  Obstet  Biol  Reprod.  2013  Dec;42(8):985-­‐95.  

[28]  Gascoin  G,  Flamant  C.  Conséquences  à  long  terme  des  enfants  nés  dans  un  contexte  de  
retard  de  croissance  intra-­‐utérin  et/ou  petits  pour  l’âge  gestationnel.  J  Gynecol  Obstet  Biol  
Reprod.  2013  Dec;42(8):911–20  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

33  

 

[29]   Gaudineau   A.   Prévalence,   facteurs   de   risque   et   morbi-­‐mortalité   materno-­‐fœtale   des  
troubles  de  la  croissance  fœtale.  J  Gynecol  Obstet  Biol  Reprod.  2013  Dec;42(8):895–910.  

[30]  Svensson  AC,  Pawitan  Y,  Cnattingius  S,  Reilly  M,  Lichtenstein  P.  Familial  aggregation  of  
small-­‐for-­‐gestational-­‐age  births:  the  importance  of  fetal  genetic  effects  Am  J  Obstet  Gynecol.  
2006  Feb;194(2):475-­‐9.  

[31]   Salomon   LJ,   Malan   V.   Bilan   étiologique   du   retard   de   croissance   intra-­‐utérin   (RCIU).   J  
Gynecol  Obstet  Biol  Reprod.  2013  Dec;42(8):929-­‐40.  

[32]   Gardosi   J,   Francis   A.   Adverse   pregnancy   outcome   and   association   with   small   for  
gestational   age   birthweight   by   customized   and   population-­‐based   percentiles.   Am   J   Obstet  
Gynecol.  2009  Jul;201(1):28.e1-­‐8.  

[33]  Maloni  JA.  Lack  of  evidence  for  prescription  of  antepartum  bed  rest.  Expert  Rev  Obstet  
Gynecol.  2011  Jul  1;6(4):385–93.  

[34]  Nicolaides  KH,  Faratian  B,  Symonds  EM.  Effect  on  low  implantation  of  the  placenta  on  
maternal  blood  pressure  and  placental  function.  Br  J  Obstet  Gynaecol.  1982  Oct;89(10):806–
10.  

[35]   Crowther   CA,   Han   S.   Hospitalisation   and   bed   rest   for   multiple   pregnancy.   Cochrane  
Database  Syst  Rev.  2010;(7):CD000110.  

[36]  Gülmezoglu  AM,  Hofmeyr  GJ.  Bed  rest  in  hospital  for  suspected  impaired  fetal  growth.  
Cochrane  Database  Syst  Rev.  2000;(2):CD000034.  

[37]  Lu  MC,  Tache  V,  Alexander  GR,  Kotelchuck  M,  Halfon  N.  Preventing  low  birth  weight:  is  
prenatal  care  the  answer?  J  Matern  Fetal  Neonatal  Med.  2003  Jun;13(6):362-­‐80  

[38]   Daskalakis   G1,   Simou   M,   Zacharakis   D,   Detorakis   S,   Akrivos   N,   Papantoniou   N,   et   al.  
Impact  of  placenta  previa  on  obstetric  outcome  Int  J  Gynaecol  Obstet.  2011  Sep;114(3):238-­‐
41  

[39]   Ehrenthal   D,   Maiden   K,   Bartoshesky   L,   Gidding   S.   759:   The   contribution   of   maternal  
medical   factors   to   the   risk   of   SGA   in   a   diverse   community   practice-­‐based   sample.   Am   J  
Obstet  Gynecol.  2013  Jan;208(1,  Supplement):S319.  

[40]   Catalano   PM,   Mele   L,   Landon   MB,   Ramin   SM,   Reddy   UM,   Casey   B,   et   al.   Inadequate  
weight  gain  in  overweight  and  obese  pregnant  women:  what  is  the  effect  on  fetal  growth?  
Am  J  Obstet  Gynecol.  2014  Aug;211(2):137.e1-­‐7.  

[41]  Gesche  J,  Nilas  L.  Pregnancy  outcome  according  to  pre-­‐pregnancy  body  mass  index  and  
gestational  weight  gain.  Int  J  Gynecol  Obstet.  2015  Jun;129(3):240-­‐3.  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

34  

 

[42]  Levy  A,  Fraser  D,  Katz  M,  Mazor  M,  Sheiner  E.  Maternal  anemia  during  pregnancy  is  an  
independent   risk   factor   for   low   birthweight   and   preterm   delivery.   Eur   J   Obstet   Gynecol  
Reprod  Biol.  2005  Oct  1;122(2):182-­‐6  

[43]  Shah  PS.  Paternal  factors  and  low  birthweight,  preterm,  and  small  for  gestational  age  
births:  a  systematic  review.  Am  J  Obstet  Gynecol.  2010  Feb;202(2):103–23  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

Annexes  

 

ANNEXE   I:   Comparaison   des   moyennes   des   poids   de   naissance   en   fonction   de   l’âge  
gestationnel  et  du  sexe  de  l’enfant  

 
ANNEXE  II  :  Courbes  de  poids  néonatales  AUDIPOG  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

 

Annexe  I    

en  lien  avec  figure  1    

 

AG  

Poids  Garçons  

Audipog  

Poids  Garçons  PP  

Poids  Garçons  T  

35  

2450    

2770  (n=1)  

2528  (n=18)  

36  

2700    

2713  (n=7)  

2717  (n=31)  

37  

2950    

2923  (n=10)  

2945  (n=61)  

38  

3150    

3063  (n=6)  

3173  (n=35)  

39  

3325    

3485  (n=2)  

3490  (n=31)  

40  

3500    

 

 

41  

3600    

3660  (n=1)  

3783  (n=3)  

 

AG  

Poids  Filles  

Audipog  

Poids  Filles  PP  

Poids  Filles  T  

35  

2300    

2138  (n=3)  

2533  (n=6)  

36  

2550    

2690  (n=3)  

2636  (n=29)  

37  

2800    

2868  (n=9)  

2854  (n=53)  

38  

3000    

2891  (n=7)  

3008  (n=43)  

39  

3200    

3021  (n=7)  

3187  (n=23)  

40  

3325    

 

 

41  

3425    

 

3485  (n=3)  

 

Comparaison  des  moyennes  des  poids  de  naissance  en  fonction  de  l’âge  gestationnel  et  du  
sexe  de  l’enfant  

 

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

Annexe  II    

Courbes  de  poids  néonatales  AUDIPOG  

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

 

Auteur  :  GELIBERT  Carole  

 

Diplôme  d’Etat  de  sage-­‐femme,  Lyon  2016  

 

Titre  :  L’influence  du  placenta  prævia  sur  le  poids  de  naissance  

 

 

Résumé  :  

 

Objectifs  :  Evaluer  si  le  placenta  prævia  a  une  influence  sur  le  poids  de  naissance  et  déterminer  s’il  est  un  
facteur  de  risque  indépendant  de  petit  poids  pour  l’âge  gestationnel  (PAG).  

 

Matériel  et  méthode  :  étude  de  cohorte  rétrospective  menée  dans  les  maternités  de  niveaux  III  de  Lyon  
entre  Mai  2011  et  Mai  2015  incluant  392  patientes,  dont  56  présentant  un  placenta  prævia  (cas)  et  336  
sans  placenta  bas  inséré  (témoins).  Elle  incluait  les  grossesses  uniques  avec  naissances  vivantes  entre  35  
et   42   SA.   Seules   les   naissances   par   césariennes   ont   été   retenues   dans   le   groupe   des   cas.   Les   facteurs  
d’exclusions  comprenaient  les  patientes  consommant  des  toxiques    durant  la  grossesse,  celles  présentant  
des   pathologies   telles   que   diabète,   coagulopathies   ou   pathologies   gravidiques,   ou   encore   des   ATCD   de  
RCIU  et  PAG.  Les  anomalies  congénitales  ont  été  exclues.  Les  informations  ont  été  recueillies  à  partir  des  
données  du  PMSI  et  de  Cristalnet.  L’analyse  statistique  a  été  effectuée  avec  le  logiciel  STATA13.  Les  deux  
groupes   ont   été   comparés   grâce   à   des   tests   de   Khi2   et   de   Student,   avec   p<0,05   considéré   comme  
significatif.  Le  PAG  était  défini  comme  un  poids  de  naissance  <  2DS  selon  les  courbes  Audipog.  

 

 

Résultats  :  La  prévalence  du  placenta  prævia  était  de  8/1000  naissances.  La  différence  de  poids  de  77g  
entre   les   deux   groupes   n’étaient   pas   statistiquement   significative   (p=0,208).   Le   taux   de   PAG   était   plus  
élevé  dans  le  groupe  prævia,  sans  pour  autant  être  significatif  (p=0,094).  

 

 

Conclusion  :   Le   placenta   prævia   est   un   facteur   de   complication   de   la   grossesse   mais   ne   semble   pas  
impacter  le  poids  de  naissance  de  manière  significative.  

 

 

 

Mots  Clés  :  placenta  prævia,  poids  de  naissance,  PAG  

 

 

 

Title  :  Influence  of  placenta  previa  on  birth  weight  

 

Abstract  :  
Objective  :
 To  evaluate  whether  the  placenta  previa  has  an  influence  on  birth  weight  and  to  determinate  
if  it’s  an  indepedent  risk  factor  of  SGA.  
Methodology  :
 Retrospective  cohort  study  led  in  the  tertiary  maternities  in  Lyon  from  May  2011  to  May  
2015   including   392   patients,   of   whom   56   had   a   placenta   previa   (cases)   and   336   without   a   low-­‐lying  
placenta  (control).  It  included  single  pregnancies  with  live  births  between  35  to  42  WG.  Only  caesarean  
deliveries   were   included   in   the   group   of   previa.   Exclusion   factors   included   patients   using   toxics   during  
pregnancy,  these  presenting  pathology  such  as  diabetes,  coagulopathy  or  gravid  pathologies,  or  having  a  
history   of   RCIU   and   SGA.   Congenital   anomalies   were   excluded.   Information   provided   from   PMSI   and  
Cristalnet   databases.   Statistical   analysis   was   performed   with   the   software   STATA13.   Both   groups   were  
compared  with  the  khi2  test  and  Student  test,  with  p<0,05  significance.  SGA  was  defined  as  birth  weight  
less  than  2  standard  deviations  below  the  mean,  according  to  AUDIPOG  growth  curves.    
Results  :  The  prevalence  of  placenta  previa  was  8  over  1000  births.  The  difference  of  77  g  between  both  
groups  was  not  statistically  significant  (p=0,208).  Higher  rate  of  SGA  was  found  in  the  previa  group,  but  
not  significant  (p=0,094).    
Conclusion  :  Placenta  previa  complicates  pregnancy  but  doesn’t  seem  to  impact  significantly  birth  weight.  

 

Key-­‐words  :  placenta  previa,  birth  weight,  SGA  

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)

background image

 

 

 

 

GELIBERT 

(CC BY-NC-ND 2.0)